Vous vous intéressez à la généalogie dans les Ardennes : bienvenue. Les données présentées sont plus larges que la simple genealogie de ma famille, en particulier sur l'Ardenne (ou les Ardennes). Regardez  également les chroniques.


H  Antoine Alfred Eugène CHANZY

général de division , Député des Ardennes (8 février 1871 - 15 décembre 1875), sénateur des Ardennes (1875-1883), Grand Croix de la légion d'honneur

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Frères et sœurs

 Relations

(pages liées)

 Notes

Notes individuelles

Chanzy s'engage à 16 ans en 1839 comme timonier sur Le Neptune, après avoir échoué à l'école d'officier de marine, mais la vie à bord d'un navire de guerre le déçoit. La frustration, et surtout les vexations des marins et un mal de mer chronique, ont raison de sa courte vocation et il quitte la marine à son retour en France, le 10 décembre 1840.
Il s'engage en 1841 au 5e régiment d'artillerie de Metz, puis suit les cours au Collège royal.
Entré en 1841 à Saint-Cyr (133e sur 138 au concours d'entrée), élève studieux, il sort dans les vingt-cinq premiers de sa promotion. En 1843, il est nommé sous-lieutenant et rejoint les Zouaves commandés par CAVAIGNAC à Blida. Il reste 16 ans en Algérie. Il assiste à la reddition d'ABD el-KADER. Il nommé lieutenant en 1848 au 43e RI de ligne, capitaine en 1851 au 1er régiment étranger de la Légion étrangère, puis il rejoint le service des bureaux arabes à Tlemcen puis à Oran. Les officiers travaillant dans ces bureaux doivent donner des renseignements sur l esprit des populations, fournir ce qui est nécessaire à l administration des tribus, surveiller que les impôts sont payés, rendre plus facile le prélèvement des terres pour la colonisation, assurer la police et rendre la justice. Ils développent une proximité avec la population colonisée, pour rendre plus efficace son administration et obtenir des renseignements.
Chef de bataillon en 1856 au 23e de ligne, il participe à la guerre en Italie (batailles de Magenta et Solférino en juin 1859). Lieutenant-colonel au 71e régiment d'infanterie de ligne en avril 1860, il part en août avec le Corps expéditionnaire en Syrie, où il est commandant du QG chargé des affaires politiques, grâce à sa connaissance de l'arabe. Il effectue un séjour au corps d'occupation de Rome, au 72e de ligne, de 1861 à 1864.
Colonel en 1864 du 48e RI de ligne, il est de retour en Algérie avec son régiment, où il combat sur la frontière marocaine. Général de brigade en 1868, il exerce le commandement de subdivision à Sidi bel Abbès, où il "nettoie" le sud-ouest des razzias de tribus marocaines. Il s'adjoint à cette époque comme plus proche collaborateur le futur général de BOISDEFFRE, qui le suivra dans tous ses postes. Il devient commandeur de la Légion d'honneur en juin 1870.
À la déclaration de guerre il se voit refuser un poste à l'armée du Rhin. Général de division le 20 octobre 1870 sur intervention de MAC-MAHON auprès de GAMBETTA, il est nommé chef du 16e corps de la première armée de la Loire. Il participe aux combats de Coulmiers et Loigny et résiste fort bien aux allemands . Le 6 décembre, il est nommé commandant en chef de la seconde armée de la Loire, arrête un temps l'offensive allemande à Villorceau. Mais il ne peut progresser et se replie sur Vendôme, puis sur Le Mans où son armée est battue les 10 et 11 janvier 1871. Il se retire alors sur Laval le 16 janvier et sur la rive droite de la Mayenne, où le trouve l'armistice du 28 janvier 1871.
Élu député des Ardennes (occupées) en 1871, sans même avoir fait acte de candidature, tant son prestige est grand, il rejoint le gouvernement à Bordeaux, où il prône la poursuite de la résistance. Le 7 mars, l'armée de la Loire est dissoute.
CHANZY se rend à Paris le 15 mars pour se rendre à Bordeaux, lorsqu'il fut arrêté, en compagnie d'Edmond Henri TURQUET, par ordre du comité central de la Commune, et presque immédiatement relâché grâce à l'intervention d'un membre du comité.
De retour à Versailles, il se range dans les républicains modérés et siège au centre gauche. Il vote pour l'abrogation des lois d'exil, pour le pouvoir constituiant de l'Assemblée et pour le retour à Paris. Il participe ensuite relativement peu aux débats purement politiques mais suit de près les débats sur l'armée. Il ne participe pas au scrutin sur la démission de THIERS.
À la tête du 7e corps d'armée en 1872, il devient Gouverneur général de l'Algérie en juillet 1873, à un moment très délicat. Son fils Lucien meurt en décembre 1873 à Alger.
Nommé sénateur inamovible en 1875 et élu président du conseil général des Ardennes, il se voit confier le poste d'ambassadeur en Russie à Saint-Petersbourg en février 1879, poste qu'il occupe durant trois ans avant d'en démissionner sur désaccord avec Gambetta. A l'élection présidentielle de 1879, il obtient quelques suffrages (13,88 %) contre Jules GREVY.
En 1882, il est réintégré à l'État-Major général et nommé membre du Conseil Supérieur de la Guerre. Il prend le commandement du 6e corps d'armée à Châlons-sur-Marne (aujourd'hui Châlons-en-Champagne). Il succombe brusquement à Châlons d'une hémorragie cérébrale, dans la nuit du 4 au 5 janvier 1883. Il est inhumé à Buzancy dans les Ardennes.
Il existe de nombreuses statues du général Chanzy, dont celle du monument à la deuxième armée de la Loire au Mans, due au sculpteur lillois CRAUK, et les diverses versions du sculpteur ardennais Aristide CROISY, à Buzancy, à Nouart, au Sénat,etc.

 Sources

  • Personne: Source : Wikipédia pour l'essentiel

 Aperçu de l'arbre

Bertrand CHANZY , maire de Grivy-Loisy 1770-1841   Marie Antoinette BOUQUEAU †1838   Jean Etienne NICAISE 1768-1856   Marie Elisabeth LEFRIQUE 1770-1835
| | | |






| |
Bernard Nicolas CHANZY , chevalier de la légion d'honneur 1789-1849   Marie Marguerite Aurore NICAISE 1798-1865
| |



|
Antoine Alfred Eugène CHANZY , général de division 1823-1883



  1. Redécouvrez les arbres en ligne

    Découvrez la nouvelle présentation des arbres en ligne et la réorganisation des menus, via une courte visite guidée.

    Si vous ne souhaitez pas faire cette visite immédiatement, vous pourrez y revenir plus tard en cliquant sur le lien "Visite guidée" situé en bas de page.

  2. Accueil Geneanet (1/7)

    Cliquez sur ce logo pour revenir à l'accueil de Geneanet.

  3. Gestion de votre compte (2/7)

    Une fois connecté à Geneanet, vous pourrez consulter ici votre messagerie, revoir et paramétrer vos alertes généalogiques, et gérer vos informations personnelles.

    C'est dans le menu "Mon compte" que vous aurez désormais la possibilité de vous déconnecter.

  4. Connexion et création de compte (2/7)

    Vous n'êtes pas identifié sur Geneanet. Cliquez sur l'un des liens pour vous connecter ou bien pour créer votre compte Geneanet.

  5. Accueil de l'arbre (3/7)

    En cliquant ici, vous retournez à l'accueil de l'arbre que vous visitez.

  6. Outils de recherche (4/7)

    Les champs de saisie vous permettent de chercher une personne dans cet arbre. avec la liste alphabétique des noms.

    En passant la souris sur cette zone, vous affichez les options supplémentaires :
    - lien vers la souche de l'arbre
    - liste de tous les noms de l'arbre
    - options de recherche avancée

  7. Menu généalogique (5/7)

    Ce menu contient tous les outils et actions anciennement placés dans le menu gauche latéral.

    Si vous êtes connecté sur votre arbre, il vous offre un accès rapide aux fonctionnalités de mise à jour de votre généalogie, de paramétrage de votre arbre, etc.

  8. Droits d'accès à l'arbre (6/7)

    Selon les droits d'accès dont vous disposez, vous pouvez changer votre mode de consultation :
    - visiteur : vous pouvez consulter librement l'arbre, sauf les individus marqués comme privés (contemporains) et leurs photos
    - invité : vous pouvez consulter l'arbre entièrement, y compris les individus privés et les photos
    - éditeur : vous pouvez consulter et modifier l'arbre entièrement.

  9. Mode contrasté (7/7)

    Pour un meilleur confort de lecture, cliquez sur ce lien pour activer le mode contrasté sur tous les arbres en ligne.

  10. C'est fini !

    Si vous souhaitez recommencer la visite guidée, cliquez sur le lien "Visite guidée" en bas de la page.