Alexander Meigs Haig
Cousin célèbre , Secrétaire d'Etat Américain (59e, 22 janvier 1981 - 5 juillet 1982)

  • Né le 2 décembre 1924 - Bala Cynwy (Pennsylvanie - USA)
  • Décédé le 20 février 2010 - Baltimore (Maryland - USA) , à l’âge de 85 ans
  • Secrétaire d'Etat

 Parents

 Grands parents paternels, oncles et tantes

mariés
1 enfant


 Notes

Notes individuelles

Alexander Meigs Haig, Jr., né le 2 décembre 1924 à Bala Cynwy en banlieue de Philadelphie (Pennsylvanie) et mort le 20 février 2010 à l'hôpital Johns-Hopkins de Baltimore) est un militaire et homme politique américain. Il participe à la guerre de Corée puis du Viêt Nam, avant de devenir conseiller politique auprès d'Henry Kissinger, chef de cabinet de la Maison-Blanche sous Nixon et Ford en 1973-1974, puis Secrétaire d'État (ministre des affaires étrangères) auprès de Ronald Reagan en 1981-1982. Il a également été, de 1974 à 1979, commandant des forces de l'OTAN en Europe. Né dans une famille catholique, Alexander Haig est le est second de trois enfants. Son père, avocat et membre du Parti républicain, meurt prématurément d'un cancer en 1935. Son frère cadet est devenu prêtre. Il suit des cours à l'université de Notre-Dame puis entre à West Point. Il en sort en 1947, 214e sur 310 et choisit l'infanterie. Il commence sa carrière au Japon comme aide de camp du général Alonzo P. Fox, chef d'état-major adjoint du général Mc Arthur. Il épouse sa fille, Patricia Fox. Ils ont trois enfants : Alexander, Brian et Barbara et huit petits-enfants. Il participe à la guerre de Corée auprès du général Edward M. Almond. Il reçoit deux Silver Stars pour son héroïsme. Une fois rentré aux États-Unis, il intègre les services du Pentagone. Il est nommé assistant militaire de Cyrus Vance, secrétaire à l'Armée. Puis, il est assistant militaire de Joseph Califano, assistant du secrétaire de la Défense Robert McNamara. En 1962, il réussit un master en relations internationales de la Georgetown University. Il est déployé au Viêt Nam en 1966 et 1967 comme commandant de bataillon puis commandant de brigade au sein de la 1re division d'infanterie, la « Big red One ». Il reçoit la Distinguished Service Cross1 et le Purple Heart pour une blessure, un éclat d'obus au niveau du sourcil. Son hélicoptère est abattu en 1967 dans la région d'Ap Gu. De 1967 à 1969, il reçoit un commandement à West-Point. Puis il est nommé auprès du Conseil de sécurité nationale présidé par Henry Kissinger, dont il devient l'adjoint. Il contribue à organiser la visite surprise de Richard Nixon en Chine, en janvier 1972. Comme porte parole d'Henry Kissinger, il aide le président sud-vietnamien Nguyễn Văn Thiệu à négocier un accord de cessez-le feu en 1972. De 1973 à 1974, Haig est le chef de cabinet de la Maison-Blanche, à la fin de la présidence de Richard Nixon. Il est très rapidement nommé vice-chef d'État-major de l'armée en doublant plus de 240 généraux plus anciens. Puis, il est obligé de revenir à la Maison Blanche pour gérer les effets du scandale du Watergate, après la démission de Bob Haldeman, le bras droit de Nixon. Le président américain sombrant dans la dépression et la paranoïa, Haig est celui qui exerce de fait le pouvoir. Il gère sans accident le départ de Nixon, qu'il a décidé à démissionner, probablement en échange de la promesse d'amnistie de son successeur. De 1974 à 1979, Haig est nommé SACEUR (Supreme Allied Commander in Europe), le commandant suprême des forces alliées en Europe, à la tête du commandement intégré européen de l'OTAN. En 1979, il est victime d'un attentat à la bombe organisé par la Fraction armée rouge (Rote Armee Fraction ou RAF, une organisation terroriste d'extrême gauche allemande) dont il sort indemne. Il démissionne de l'armée en 1979 et devient directeur d'United Technologies pendant un an. Début 1981, à l'arrivée de Ronald Reagan à la Maison Blanche, il devient son Secrétaire d'État (équivalent de ministre des Affaires étrangères) mais il démissionne le 24 juin 1982, en partie à cause de son autoritarisme, de son manque de diplomatie et en désaccord avec les conseillers du président. Durant l'hospitalisation de Reagan à la suite de l'attentat perpétré contre lui, le 30 mars 1981, il semble outrepasser ses pouvoirs en déclarant qu'il a « la situation en main. » La presse l'accuse de vouloir court-circuiter le vice-président Bush. Haig se défend en disant qu'il n'offrait pas une réponse juridique mais pratique : selon ses dires, il ne parlait pas de la succession du président, mais seulement de la situation dans laquelle se trouvait le gouvernement après l'hospitalisation de Reagan. Considéré comme un faucon[précision nécessaire], il entre en conflit avec le secrétaire à la Défense Caspar Weinberger. Il est notamment à l'origine de la lutte des Contras au Nicaragua et au Salvador. Il attise la tension avec les Soviétiques, provoquant l'incompréhension et le désarroi des Alliés occidentaux des États-Unis. En 1988, Haig se présente aux primaires républicaines pour tenter d'être désigné candidat à l'élection présidentielle mais il échoue devant George H. W. Bush, le vice-président sortant. Il se retire, fonde l'entreprise Worldwide Associates, société de consultants en conseil stratégique. Il apparaît fréquemment sur la chaîne conservatrice d'informations Fox News comme analyste politique et militaire. Son deuxième fils est Brian Haig, un auteur à succès. Alexander Haig est décédé le 20 février 2010.

 Aperçu de l'arbre

Thomas Haig 1831   Jane X épouse Haig 1835            
|
8
  |
9
     



     
|      
Charles Haig 1856-1932   Ella X épouse Haig 1859    
|
4
  |
5
 



 
|  
Alexander Meigs Haig 1892-1934   Regina Anne Murphy 1895
|
2
  |
3



|
Alexander Meigs Haig, Cousin célèbre 1924-2010


  1. Découvrez les arbres en ligne

    Découvrez les arbres généalogiques en ligne et l'organisation des menus, via une courte visite guidée.

    Si vous ne souhaitez pas faire cette visite immédiatement, vous pourrez y revenir plus tard en cliquant sur le lien "Visite guidée" situé en bas de page.

  2. Accueil Geneanet (1/7)

    Cliquez sur ce logo pour revenir à l'accueil de Geneanet.

  3. Gestion de votre compte (2/7)

    Une fois connecté à Geneanet, vous pourrez consulter ici votre messagerie, revoir et paramétrer vos alertes généalogiques, et gérer vos informations personnelles.

    C'est dans le menu "Mon compte" que vous aurez désormais la possibilité de vous déconnecter.

  4. Connexion et création de compte (2/7)

    Vous n'êtes pas identifié sur Geneanet. Cliquez sur l'un des liens pour vous connecter ou bien pour créer votre compte Geneanet.

  5. Accueil de l'arbre (3/7)

    En cliquant ici, vous retournez à l'accueil de l'arbre que vous visitez.

  6. Outils de recherche (4/7)

    Les champs de saisie vous permettent de chercher une personne dans cet arbre. avec la liste alphabétique des noms.

    En passant la souris sur cette zone, vous affichez les options supplémentaires :
    - lien vers la souche de l'arbre
    - liste de tous les noms de l'arbre
    - options de recherche avancée

  7. Menu généalogique (5/7)

    Ce menu contient tous les outils et actions anciennement placés dans le menu gauche latéral.

    Si vous êtes connecté sur votre arbre, il vous offre un accès rapide aux fonctionnalités de mise à jour de votre généalogie, de paramétrage de votre arbre, etc.

  8. Droits d'accès à l'arbre (6/7)

    Selon les droits d'accès dont vous disposez, vous pouvez changer votre mode de consultation :
    - visiteur : vous pouvez consulter librement l'arbre, sauf les individus marqués comme privés (contemporains) et leurs photos
    - invité : vous pouvez consulter l'arbre entièrement, y compris les individus privés et les photos
    - éditeur : vous pouvez consulter et modifier l'arbre entièrement.

  9. Mode contrasté (7/7)

    Pour un meilleur confort de lecture, cliquez sur ce lien pour activer le mode contrasté sur tous les arbres en ligne.

  10. C'est fini !

    Si vous souhaitez recommencer la visite guidée, cliquez sur le lien "Visite guidée" en bas de la page.