Edward Livingston
Cousin célèbre , Secrétaire d'Etat Américain (11e, 24 mai 1831 - 29 mai 1833)

  • Né le 28 mai 1764 - Clermont (New York - USA)
  • Décédé le 23 mai 1836 - Barrytown (New York - USA) , à l’âge de 71 ans
  • Secrétaire d'Etat

 Parents

 Fratrie

 Grands parents paternels, oncles et tantes

mariés
3 enfants


 Grands parents maternels, oncles et tantes

 Notes

Notes individuelles

Edward Livingston (Clermont, État de New York, 26 mai 1764 - Rhinebeck, État de New York, 23 mai 1836) juriste et homme d'affaires new-yorkais, a été maire de la ville puis le premier sénateur de la Louisiane, avant de devenir le secrétaire d'État de son ami le président américain Andrew Jackson et ambassadeur des États-Unis en France. Il était le frère de Robert Livingston qui a négocié la vente de la Louisiane par Bonaparte aux États-Unis.

Sa famille, originaire d'Écosse, avait formé un clan puissant, dont le chef fut l'un des lords sous la tutelle desquels avait été placée la jeune reine Marie Stuart. Il grandit à Clermont, riche domaine de sa famille sur les rives de l'Hudson River. Frère d'un des auteurs de la déclaration d'indépendance1, il est l'hôte de La Fayette lorsque les premiers volontaires français parurent sur les bords de l'Hudson et perd un beau-frère dans la guerre d'indépendance.

Avocat de formation, il a trente ans lorsqu'il devient en 1794 l'un de ses représentants l'État de New York au Congrès, où il devient ami2 avec Andrew Jackson, futur président des États-Unis.

Après l'élection à la présidence des États-Unis d'un autre de ses amis, Thomas Jefferson, il devient procureur général de l'État de New York2, ce qui l'amène à bien connaitre le droit maritime et les litiges consécutifs à la guerre d'indépendance. Dans la foulée, il se fait aussi élire maire de New York.

C'est l'époque où la fièvre jaune fondit avec violence sur New York, déclenchant la terreur et la désertion parmi les classes riches. Livingston resta avec ceux qui ne purent pas partir. Mais l'imprudence d'un ami qu'il avait rendu dépositaire de sommes considérables qui appartenaient aux États-Unis le ruinèrent. Il eut besoin de reprendre la profession d'avocat pour refaire sa fortune. Ces sommes furent 28 ans plus tard payées par lui intégralement.

Il était le frère du chancelier Robert Livingston, ministre des États-Unis en France, qui avait négocié pour eux à Paris l'acquisition de la Louisiane, que Louis XV avait cédée à l'Espagne par le traité de 1763, mais que le gouvernement espagnol à son tour avait rétrocédée à la France par le traité secret de Saint-Ildefonse, en 1800. Bonaparte avait tenu ce traité secret, mais à la paix d'Amiens, il aspira à redonner à la France son ancienne grandeur coloniale. C'est dans ce but qu'il s'était fait restituer les colonies conquises par l'Angleterre, qu'il avait obtenu de l'Espagne la Louisiane, et entrepris l'expédition de Saint-Domingue.

Edward Livingston partit pour La Nouvelle-Orléans vers la fin de 1803, à peu près en même temps que les commissaires américains chargés de prendre possession de cette contrée. Il rédigea la charte d'une banque sur la demande du gouvernement territorial, et participa au travail des jurisconsultes français. Le Parlement nomma Louis Moreau-Lislet, Pierre Augustin Bourguignon d'Herbigny et Edward Livingston pour accomplir une révision du code civil. Ils réunirent en corps d'ouvrage les anciennes lois civiles de la Louisiane.

Il s'installe en 1804 près de La Nouvelle-Orléans et Batture (Ste Hilarie), épouse en seconde noces Louise Moreau de Lassy, fille d'un grand planteur de Saint-Domingue et veuve de Louis Moreau de Lassy, un des officiers réfugiés français de Saint-Domingue en Amérique, après être passé par la Jamaïque. C'est aussi la sœur d'Auguste Davezac de Castera, futur aide de camp de Jackson, puis député démocrate et ambassadeur. Il s'oppose au gouverneur William C. C. Claiborne et défie l'interdiction de la traite négrière décidée par le Congrès avec des réfugiés français de Saint-Domingue en Amérique.

Il œuvre à la guerre de 1812, qui éloigne les troupes fédérales, permettant à Andrew Jackson de lever une milice pour combattre les Creek, puis devenir le héros de la bataille de La Nouvelle-Orléans. Edward Livingston avait alors été chargé de se rendre à la flotte anglaise pour négocier un échange de prisonniers3. Andrew Jackson, qui n'avait pas vu son ami depuis quinze ans, le trouva à la tète d'un comité de défense qu'il avait organisé et le nomma aide de camp.

La guerre terminée, Livingston reprend ses études juridiques. Devenu membre de la législature de la Louisiane, il fut chargé par elle, en 1821, de rédiger son Code pénal, qui incluait la suppression de la peine de mort, ce qui lui valut des critiques4, et l'emploi du système pénitentiaire.

Élu au Sénat des États-Unis, quand le général Jackson arriva a la présidence, il accepta de lui la charge de secrétaire d'État et l'assista dans sa politique militante contre les banques et les États dissidents. Nommé ministre des États-Unis à Paris pour presser la conclusion du "traité des 25 millions", il se montra peu conciliant vis-à-vis de la France

 Aperçu de l'arbre

Robert Livingston 1654-1728   Alida Schuyler 1656-1729           Robert Livingston 1654-1728   Alida Schuyler 1656-1729
|
8
  |
9
      |
14
  |
15



     


|       |
Robert Livingston 1688-1775   Margaret Howarden 1693-1758   Hendrick Beekman 1688   Janet Livingston 1701-1724
|
4
  |
5
  |
6
  |
7



 


|   |
Robert Livingston 1718-1775   Margaret Beekman
|
2
  |
3



|
Edward Livingston, Cousin célèbre 1764-1836


  1. Découvrez les arbres en ligne

    Découvrez les arbres généalogiques en ligne et l'organisation des menus, via une courte visite guidée.

    Si vous ne souhaitez pas faire cette visite immédiatement, vous pourrez y revenir plus tard en cliquant sur le lien "Visite guidée" situé en bas de page.

  2. Accueil Geneanet (1/7)

    Cliquez sur ce logo pour revenir à l'accueil de Geneanet.

  3. Gestion de votre compte (2/7)

    Une fois connecté à Geneanet, vous pourrez consulter ici votre messagerie, revoir et paramétrer vos alertes généalogiques, et gérer vos informations personnelles.

    C'est dans le menu "Mon compte" que vous aurez désormais la possibilité de vous déconnecter.

  4. Connexion et création de compte (2/7)

    Vous n'êtes pas identifié sur Geneanet. Cliquez sur l'un des liens pour vous connecter ou bien pour créer votre compte Geneanet.

  5. Accueil de l'arbre (3/7)

    En cliquant ici, vous retournez à l'accueil de l'arbre que vous visitez.

  6. Outils de recherche (4/7)

    Les champs de saisie vous permettent de chercher une personne dans cet arbre. avec la liste alphabétique des noms.

    En passant la souris sur cette zone, vous affichez les options supplémentaires :
    - lien vers la souche de l'arbre
    - liste de tous les noms de l'arbre
    - options de recherche avancée

  7. Menu généalogique (5/7)

    Ce menu contient tous les outils et actions anciennement placés dans le menu gauche latéral.

    Si vous êtes connecté sur votre arbre, il vous offre un accès rapide aux fonctionnalités de mise à jour de votre généalogie, de paramétrage de votre arbre, etc.

  8. Droits d'accès à l'arbre (6/7)

    Selon les droits d'accès dont vous disposez, vous pouvez changer votre mode de consultation :
    - visiteur : vous pouvez consulter librement l'arbre, sauf les individus marqués comme privés (contemporains) et leurs photos
    - invité : vous pouvez consulter l'arbre entièrement, y compris les individus privés et les photos
    - éditeur : vous pouvez consulter et modifier l'arbre entièrement.

  9. Mode contrasté (7/7)

    Pour un meilleur confort de lecture, cliquez sur ce lien pour activer le mode contrasté sur tous les arbres en ligne.

  10. C'est fini !

    Si vous souhaitez recommencer la visite guidée, cliquez sur le lien "Visite guidée" en bas de la page.