Bienvenue sur ma (modeste) généalogie des familles de SURVILLE, BURIN des ROZIERS, DUCHESNE de LAMOTTE, de VASSINHAC d'IMECOURT, FAUVAGE, DEGOUVE de NUNCQUES, HUTTEAU d'ORIGNY, BREART de BOISANGER.


Marie Eulalie Sophie Geneviève SOULT de DALMATIE
  • Née le 3 juillet 1844 - Paris, 75000, Paris, Île-de-France, FRANCE
  • Décédée en août 1910 - Château de Soult-Berg, 81, Tarn, Midi-Pyrénées, FRANCE , à l’âge de 66 ans

 Parents

  • Napoléon Hector SOULT de DALMATIE, né le 18 septembre 1802 - Paris, 75000, Paris, Île-de-France, FRANCE, décédé le 31 décembre 1857 - Paris, 75000, Paris, Île-de-France, FRANCE à l’âge de 55 ans, Duc de Damaltie, député
    Marié le 7 mars 1835, Paris, 75000, Paris, Île-de-France, FRANCE, avec
  • Marie DESPREZ, née le 27 mai 1818 - Paris, 75000, Paris, Île-de-France, FRANCE, décédée le 11 octobre 1882 à l’âge de 64 ans

 Union(s), enfant(s), les petits enfants et les arrière-petits-enfants

 Frères et sœurs

 Notes

Notes individuelles

Reille est la fille du dernier duc de Dalmatie, Napoléon Hector Soult, décédé le 31 décembre 1857 et de Marie Jeanne Desprez, (Paris,1818-1882). Les parents de Geneviève se marient en 1835. En avril 1842, le couple donne naissance à une première fille. Deux ans plus tard, le 3 juillet 1844, naît Geneviève Marie Eulalie Sophie Soult de Dalmatie à Paris. En 1857, Geneviève Soult et sa sœur perdent leur père. Le veuvage est líoccasion pour leur mère de jouir seule de la propriété des biens.

Apprendre et transmettre le goût pour la politique

En décembre 1860, Geneviève épouse le baron René Charles Reille, fils du maréchal Reille qui avait pris part à la campagne díItalie avec son père. René Reille démissionne en 1869 de ses charges militaires pour se consacrer à la vie politique dans le Tarn. Le couple síétablit dans la propriété du maréchal à Saint-Amans-Soult, ce qui lui permet díêtre plus proche de ses mines de Carmaux. Il préside le comité des forges. Ses adversaires le surnomment le ì Roi de la Montagne noire î. Il est violemment combattu par les mineurs de Carmaux dont il est le patron et par Jaurès. Cíest alors que Geneviève prend part à líentreprise politique de son mari. Ce dernier síappuie sur son épouse pour hériter du fief tarnais. Il est élu conseiller général en 1867, puis député en 1869. Les élections de 1869 font líobjet díun recours de la part du candidat radical, qui fait état de fraudes électorales massives organisées par le baron et son épouse. Elles sont líoccasion pour Geneviève Reille díintervenir directement lors de la campagne. Elle distribue des bulletins de son mari, en les substituant à ceux du candidat rival. Quand la persuasion ne suffit pas, la baronne sait aussi proférer les menaces. Outre la fortune, le capital économique important que líépouse apporte au candidat, ses relations sociales et ses compétences de genre sont mises au service de la carrière du mari : elle représente son mari auprès des femmes des électeurs, elle est líinterlocutrice auprès díelles pour traiter les problèmes familiaux dans la relation clientélaire qui síétablit entre le notable et ses administrés.
Elle síassure également de la transmission du fief politique à ses fils. Ainsi, depuis 1865, six membres de la famille Reille ont été députés du Tarn : René Reille, ses trois fils André, Xavier et Amédée et les deux fils díAndré. Le rôle de la mère dans la carrière politique des fils est même souligné par la hiérarchie catholique au moment où François-Xavier est proposé pour recevoir une distinction pontificale, líordre de Saint Grégoire le Grand.

La présidente de la première association féminine de masse

Le rôle de la baronne Reille à la LPDF est considérable. Elle entre dès 1901 dans le comité parisien de la Ligue des femmes françaises. Elle représente alors la dame d'œuvre, issue de la noblesse d'Empire, très active dans la paroisse de Plaisance. Elle mène l'association des Moniques ñ du nom de la mère de saint Augustin qui avait ramené son fils à la foi - dans cette paroisse connue pour les nombreuses dames d'œuvres qui s'y activent. Sa connaissance des rouages du système politique permet au comité d'organiser quelques actions symboliques et spectaculaires comme la remise d'une pétition de mères de famille à la femme du Président de la République, Mme Loubet, connue pour son catholicisme. Son arrivée à la présidence marque la fin officielle de l'œuvre électorale et l'apaisement provisoire des tensions au sein de la direction de la LPDF.
Elle coïncide également avec un développement important puisque líassociation revendique en 1910 près de 500 000 adhérentes. Alors quíelle est impliquée dans la carrière politique de ses fils, cíest paradoxalement sous sa présidence que les liens officiels avec líAction libérale populaire sont rompus et que líassociation affiche son autonomie à líégard de líassociation masculine. Elle se soumet ainsi aux volontés du pape.
A son décès, le 29 août 1910, elle reçoit de nombreux hommages qui sont publiés dans L'Echo de septembre 1910, ainsi celui de la plupart des évêques de France, celui du cardinal Merry del Val, secrétaire díEtat du Vatican. Ses funérailles sont líoccasion de saluer cette ì vraie fille de líEglise î, selon la vicomtesse de Wall qui chronique líévénement dans le bulletin de la LPDF.


ì Madame la baronne,
J'ai reçu l'exemplaire du compte-rendu du Congrès de 1906 de la Ligue Patriotique des Françaises à Lourdes, dont vous avez bien voulu me faire hommage et je vous remercie.
Il m'a fait constater une fois de plus le caractère éminemment apostolique et social de votre Association. Les 550 Comités de la Ligue attestent un développement très incessant de cette œuvre, bien fait pour vous encourager et pour donner un gage d'espérance en l'avenir de notre cher pays. Le Saint-Père a beaucoup agréé la déclaration par laquelle vous avez voulu vous offrir comme les " auxiliaires humbles, dociles et zélées du clergé ". Les nombreux témoignages d'Evêques vous ont prouvé que vos vœux étaient agréés. Tout en maintenant les cadres et les groupements de votre association rattachés les uns aux autres dans une union qui fait leur force, vous savez répartir les plus précieux concours entre les œuvres diverses de l'Église de France.
Du Vénéré cardinal de Paris, d'un grand nombre d'Évêques, vous avez reçu les plus bienveillants encouragements. Le Saint-Père, qui vous a déjà manifesté toute la satisfaction que lui donne votre grande œuvre, se réjouit de ses progrès. Il fait des vœux pour que la ligue prenne un essor de plus en plus grand. La netteté de son programme, la fin qu'elle se propose, ses méthodes de propagande, les moyens qu'elle emploie dans ses œuvres, le patronage des évêques, la présence d'un aumônier dans son conseil de direction, accrédité par S.E. le Card. de Paris, sont autant de garanties de caractère apostolique, en dehors de toute action politique. Le Saint Père vous approuve et vous encourage à poursuivre avec confiance la tâche entreprise pour le bien de l'Église et de la France.
Les conditions ne peuvent qu'attirer de plus en plus la sympathie et le concours des femmes chrétiennes, des membres des associations religieuses, qui trouveront, en s'y dévouant, une heureuse application de l'esprit d'apostolat. Vous préparez un nouveau Congrès pour le mois d'octobre prochain, dans les mêmes conditions que l'an dernier.
En vous félicitant de ce zèle Sa Sainteté vous adresse les plus complets encouragements et vous accorde la bénédiction Apostolique, ainsi qu'à toutes les chrétiennes de France qui y prendront part.
Agréez, Madame la baronne, l'assurance de mes sentiments dévoués.

Cardinal Merry del Val,
Rome, le 30 septembre 1907. î

Notes concernant l'union

Comte d'Empire par lettres patentes du 29 juin 1808, pair héréditaire d'Empire le 2 juin 1815, baron-pair par autres lettres du 5 mars 1819 sur institution de majorat. La famille porte le titre de baron. Une branche relève Soult de Damaltie par jugement du tribunal de la Seine du 26 mai 1911 à la suite d'une alliance en 1860 avec Geneviève Soult de Dalmatie.

 Aperçu de l'arbre

        Alexandre Armand DESPREZ   Jeanne LEROUX   Louis Frédéric BOURGEOIS de MERCEY   Marie Anne Elisabeth DOTTIN
    |
12
  |
13
  |
14
  |
15
   


 


    |   |
Jean de Dieu SOULT de DALMATIE 1769-1851   Jeanne Louise Elisabeth BERG   François Alexandre DESPREZ   Elisabeth Geneviève BOURGEOIS de MERCEY
|
4
  |
5
  |
6
  |
7



 


|   |
Napoléon Hector SOULT de DALMATIE 1802-1857   Marie DESPREZ 1818-1882
|
2
  |
3



|
Marie Eulalie Sophie Geneviève SOULT de DALMATIE 1844-1910


  1. Découvrez les arbres en ligne

    Découvrez les arbres généalogiques en ligne et l'organisation des menus, via une courte visite guidée.

    Si vous ne souhaitez pas faire cette visite immédiatement, vous pourrez y revenir plus tard en cliquant sur le lien "Visite guidée" situé en bas de page.

  2. Accueil Geneanet (1/7)

    Cliquez sur ce logo pour revenir à l'accueil de Geneanet.

  3. Gestion de votre compte (2/7)

    Une fois connecté à Geneanet, vous pourrez consulter ici votre messagerie, revoir et paramétrer vos alertes généalogiques, et gérer vos informations personnelles.

    C'est dans le menu "Mon compte" que vous aurez désormais la possibilité de vous déconnecter.

  4. Connexion et création de compte (2/7)

    Vous n'êtes pas identifié sur Geneanet. Cliquez sur l'un des liens pour vous connecter ou bien pour créer votre compte Geneanet.

  5. Accueil de l'arbre (3/7)

    En cliquant ici, vous retournez à l'accueil de l'arbre que vous visitez.

  6. Outils de recherche (4/7)

    Les champs de saisie vous permettent de chercher une personne dans cet arbre. avec la liste alphabétique des noms.

    En passant la souris sur cette zone, vous affichez les options supplémentaires :
    - lien vers la souche de l'arbre
    - liste de tous les noms de l'arbre
    - options de recherche avancée

  7. Menu généalogique (5/7)

    Ce menu contient tous les outils et actions anciennement placés dans le menu gauche latéral.

    Si vous êtes connecté sur votre arbre, il vous offre un accès rapide aux fonctionnalités de mise à jour de votre généalogie, de paramétrage de votre arbre, etc.

  8. Droits d'accès à l'arbre (6/7)

    Selon les droits d'accès dont vous disposez, vous pouvez changer votre mode de consultation :
    - visiteur : vous pouvez consulter librement l'arbre, sauf les individus marqués comme privés (contemporains) et leurs photos
    - invité : vous pouvez consulter l'arbre entièrement, y compris les individus privés et les photos
    - éditeur : vous pouvez consulter et modifier l'arbre entièrement.

  9. Mode contrasté (7/7)

    Pour un meilleur confort de lecture, cliquez sur ce lien pour activer le mode contrasté sur tous les arbres en ligne.

  10. C'est fini !

    Si vous souhaitez recommencer la visite guidée, cliquez sur le lien "Visite guidée" en bas de la page.