Accéder au nouveau site GeneaNet

Connexion

identifiant et/ou mot de passe oublié(s)


 | 
 
 

Note à tous les éditeurs : N'oubliez pas de scrupuleusement respecter le standard de saisie défini pour notre base, notamment en utilisant systématiquement le Dictionnaire des Lieux (voir Chronique Familiale, Ch.5). JHF juillet 2012

H  Joseph Michel de MONTGOLFIER

(Joseph de MONTGOLFIER)



  • Né le 26 août 1740 - Vidalon-lès-Annonay - Davézieux, 07430, Ardèche, France
  • Décédé le 26 juin 1810 - Balaruc, 34540, Hérault, France , à l’âge de 69 ans
  • Inventeur aérostats.

Parents

  • Pierre de MONTGOLFIER , né le 21 juillet 1700 - Tence, 43190, Haute-Loire, France , décédé le 2 juin 1793 - Vidalon-lès-Annonay - Davézieux, 07430, Ardèche, France à l’âge de 92 ans , inhumé le 2 juin 1793 - Davézieux, 07430, Ardèche, France , Papetier de Vidalon à Rives. Chef de la branche ainée de Vidalon le Haut
    Marié le 14 juillet 1727 , Annonay, 07100, Ardèche, France, avec
  • Anne-Catherine DURET , née le 14 février 1701 - Annonay, 07100, Ardèche, France , décédée le 11 mars 1760 - Vidalon-lès-Annonay - Davézieux, 07430, Ardèche, France à l’âge de 59 ans

Union(s), enfant(s), les petits enfants et les arrière-petits-enfants

Fratrie

(pages liées)

Notes

Notes individuelles

Les deux frères Montgolfier sont ensemble les inventeurs du ballon à air chaud, auquel on a donné leur nom en 1783, ainsi que de la machine servant à élever l'eau, appeler bélier hydraulique en 1792.
Joseph et Etienne Montgolfier sont les fils d'un fabricant de papier de Vidalon-lès-Annonay en Ardèche, dont la manufacture familiale est réputée dans toute l'Europe, Pierre Montgolfier et d' Anne Duret.

La famille était composée de 16 enfants.
- Joseph est né à Davézieux (Vidalon-lès-Annonay) le 26 août 1740, il est le 12ème de la fratrie, le plus vieux des deux frères. Indépendant, imaginatif et rêveur, il n'est pas particulièrement studieux.
- Etienne est né à Davézieux (Vidalon-lès-Annonay) le 16 janvier 1745, il est le 15ème de la fratrie. Travailleur, il étudie les sciences et l'architecture avec Soufflot.

Tous deux prendront la succession de l'entreprise familiale; Etienne rénove la technique française de la papeterie. En 1777, ils mettent au point le premier papier vélin français. Joseph met au point le papier à filtrer, qu'on appelle, le "Joseph"

En 1781, ils substituent aux antiques piles à maillets la pile hollandaise qui transforme rapidement le chiffon en pâte à papier.

En remerciement, Louis XVI anoblit Pierre Montgolfier. Etienne, l'un des inventeurs de l'aérostat, sera le premier maire de Davézieux.

Mais ils s'intéressent ensemble également à d'autres domaines. Ayant lu l'ouvrage de Joseph Priestley qui réussit à isoler et à décrire l'existence de plusieurs gaz "nouveaux", ils ont l'idée de tenter de s'élever dans l'atmosphère en renfermant dans une enveloppe d'un poids minimum, un gaz plus léger que l'air, ils utilisent ainsi la force ascensionnelle de l'air chaud emmagasiné dans cette enveloppe.

On dit que Joseph fit une première expérience réussie, avec un parallélépipède de soie rempli de l'air chaud d'une cheminée. Les deux frères procèdent à plusieurs mises au point et font quelques expériences.

Un premier essai a lieu à Vidalon-lès-Annonay le 14 décembre 1782, dans les jardins de l'entreprise familiale à l'aide d'un ballon confectionné avec une pièce de soie, l'air chaud est obtenu en brûlant un mélange de paille mouillée et de laine.

Ils procèdent à un deuxième essai privé et réussissent à faire élever un ballon plus grand, fait de papier d'emballage en triple épaisseur, dont les fuseaux sont réunis par des boutons.

Pierre Montgolfier encourage ses deux fils à dévoiler leur découverte en public.

La première expérience publique, officielle, de Joseph et Étienne a lieu dans la cour du couvent des Cordeliers à Annonay, le 4 juin 1783, devant les conseillers généraux du Vivarais. Ils font voler le premier ballon à air chaud au-dessus de leur ville. Un ballon de douze mètres de diamètre, de 770 m3, constitué de fuseaux de papier reliés entre eux par des boutonnières, il s'élève à mille mètres, pendant dix minutes, et parcourt trois kilomètres grâce à l'air chauffé avec de la paille enflammée.

La montgolfière était née et chaque année au printemps la cité d'Annonay fête ses enfants prodigues.
Cette démonstration eut un retentissement considérable.

L'expérience est répétée à nouveau près de Versailles le 19 septembre 1783, devant le roi Louis XVI et la cour, par les frères Montgolfier, avec un ballon de 1 000 m3 qui monte à 600 mètres et parcourt 3,5 kilomètres. Le ballon, auquel est suspendu un panier en osier emporte avec lui les trois premiers passagers de l'espace: un mouton, un coq et un canard. Tous supporteront le voyage. A son retour le mouton est placé dans la ménagerie de la reine.

Le 21 novembre 1783, Pilâtre de Rosier et le marquis d'Arlandes sont les premiers humains à s'élever au dessus du sol, à bord d'une montgolfière de 2 200 m3. Devant trois cent personnes, ils partent du parc du château de la Muette, s'élèvent, saluent la foule, survolent Paris au dessus de la Seine et se posent à la Butte aux Cailles, distante de 10 kilomètres environ.

"A une heure cinquante quatre de l'après midi, l'aérostat quitta l'esplanade pour monter à 85 mètres où les deux aérostiers saluèrent la foule médusée. Poussé par des vents rapides du nord-ouest,le ballon survola Paris pour finir sa course à 10 kilomètres du château de la Muette, soit après 25 minutes de vol."
Ce sont les premiers humains, voyageurs aériens au monde.

Cette découverte excita un enthousiasme universel. Le père des deux inventeurs fut anobli.

Joseph Montgolfier effectuera une ascension un peu plus tard. Le ballon sera utilisé à des fins militaires dès 1794, mais abandonné par Napoléon.

Etienne est admis à l'Académie des Sciences en 1796, Joseph le sera en 1807, avec le titre de Directeur du Conservatoire des Arts et Métiers.

L'aérostat garde, sa place dans l'histoire du vol, car son histoire est l'aventure humaine aux préludes d'exploits plus complexes.

Joseph se passionne ensuite pour l'idée du parachute. Il en conçoit un sous la forme d'un parasol de 2, 50 mètres de diamètre que douze cordelettes relient à un panier d'osier sous lequel sont accrochées quatre vessies gonflées d'air destinées à amortir le choc. Les essais sont concluants.
Quelques années plus tard un aéronaute parisien, Garnerin, rassuré par le succès des expériences successives accomplies à Avignon, sera en 1797, le premier parachutiste humain.

Source : http://perso.club-internet.fr/jgourdol/Ardeche/07celebr/07celTex/mongolfard.html

Sources:
- personne, famille: E.Visseaux (M.Provence Gé-Mag)
- naissance, décès: http://perso.club-internet.fr/jgourdol/Ardeche/07celebr/07celTex/mongolfard.html
Joseph était destiné à la cléricature et, en conséquence, enfermé au collège de Tournon, chez les Jésuites. Mais très vite Barberousse fut convaincu que Joseph n'était fait ni pour le latin, ni pour la théologie. A quinze an Joseph partit pour la capitale Il se passionna pour les ouvrages de Buffon et pour un fluide nouveau, puissant et invisible, nommé " electricitas ", étudié par un américain d'Amérique : Benjamin Franklin. Il fit la connaissance du naturaliste Daubanton, du mathématicien d'Alembert, de Diderot, l'homme à tout faire de l'Encyclopédie, de l'économiste Bonnot de Mably et de son demi-frère, l'abbé de Condillac, du mécanicien Jacques Vaucanson, constructeur de merveilleux automates... Joseph épousa la 17 juillet 1771, sa cousine Thérèse dans la chapelle privée de Vidalon. E, 1780, à 40 ans, déjà cinq fois père de famille (deux vivants seulement), il s'inscrivit à la Faculté de Droit Civil et de Droit Canonique d'Avignon, et, en dix mois obtint une licence. En 1772, les deux frères - Joseph et Etienne - avaient construit à Vidalon un ballon aérostatique de papier et de chiffons qui mérite d'être appelé la première montgolfière. " Le globe parcourut une demi-lieue en longueur et mille en hauteur perpendiculaire ". Le 4 juin 1783, les deux frères présentèrent une machine qui s'éleva à plus de 1.800 toises. De l'Académie des Sciences leur vint un engagement de persévérer, signé du marquis de Condorcet. Le 15 septembre 1783 à Versailles, devant le eoi, la reine, Monsieur, Madame...et 130.000 personnes, le "Réveillon" ayant à son bord un mouton, un canard et un coq, s'éleva à 1.800 toises. Le 15 octobre 1783, premier vol humain, non libre, avec Pilâtre de Rozier et le marquis d'Arlandes. Louis XVI fit frapper une médaille d'or en l'honneur des Montgolfier. Le 21 janvier 1800, Joseph fut nommé administrateur du Conservatoire des arts et métiers créé six ans plus tôt à l'initiative de l'abbé Grégoire. Le 18 décembre 1803, Joseph reçut la croix de la Légion d'Honneur. Le 26 juin 1817, il mourut à Balaruc,où il était allé prendre les eaux avec sa femme. En 1856, sa dépouille fut transportée dans sa ville natale (Jérôme Jaillard, extrait du livre de Jean Anglade "Les Montgolfier ") Fondateur de la branche Joseph.)

Sources

  • Personne: egcs (juin 2003) base Bruno Combier.
  • Famille: htdx (jhf fev 2004)

Arbre d'ascendance Arbre de descendance Aperçu de l'arbre

Jean MONTGOLFIER 1641-1706   Claudine BERTHONNET ca 1640-1706   Antoine CHELLES   Gabrielle JOUBERT   Charles DURET †/1669   Marie BÉRAUD   Pierre BRUYÈRE   Anne BUET
|
8
  |
9
  |
10
  |
11
  |
12
  |
13
  |
14
  |
15



 


 


 


|   |   |   |
Raymond MONTGOLFIER 1673-1743   Marguerite CHELLES ca 1676-1736   Charles DURET †1738   Anne Isabeau BRUYÈRE
|
4
  |
5
  |
6
  |
7



 


|   |
Pierre de MONTGOLFIER 1700-1793   Anne-Catherine DURET 1701-1760
|
2
  |
3



|
Joseph Michel de MONTGOLFIER 1740-1810