Les informations proviennent, pour la plupart, de documents consultés dans les dépôts d'archives et bibliothèques. La mise en ligne des sources sur les fiches de chaque personne est en cours ; par ailleurs, un état général des références figure dans les notes. Vous pouvez me contacter pour plus de précisions.

  • Né le 12 janvier 1626 - Montpellier, 34, France
  • Décédé après 7 mai 1705 - Montpellier, 34, France
  • Maître apothicaire juré, bourgeois de Montpellier

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Frères et sœurs

 Relations

 Notes

Notes individuelles

Biographie dans La pharmacie à Montpellier, par le Dr Dulieu, page 284 (P)

ADH, 2E 62-68, ff.187-188, registre de maître Philippe Bertrand, notaire à Montpellier, 11 mars 1654 :
Moïse CHAUNEL et Pierre SANCHE, consuls et bailles des maîtres apothicaires de Montpellier, assistés de Daniel SANCHE, Barthélemy BASTIDE, Antoine REY, Jacques DELVERT, Antoine REY fils, et Pierre ROQUETTE, maîtres apothicaires de Montpellier, baillent à prix-fait à Thomas GOUSSE, peintre de la ville de Paris, demeurant à présent à Montpellier, à faire un tableau de Saint Roch, en copie de la taille-douce de Paul Rubens, où il y a plusieurs figures, de hauteur de 10 pans et de 7 pans de largeur, pour mettre et poser à la chapelle qui est dans l'église des R.P. Augustins de Montpellier, pour le prix de 120 livres.

ADH, 2E 62-68, ff.195-197, registre de maître Philippe Bertrand, notaire à Montpellier, 26 mars 1654 :
Moïse CHAUNEL et Pierre SANCHE, consuls et bailles des maîtres apothicaires de Montpellier, assistés de Daniel SANCHE, Barthélemy BASTIDE, Antoine REY, Jacques DELVERT, Antoine REY fils, et Pierre ROQUETTE, maîtres apothicaires de Montpellier, baillent à prix-faix à André COULA, maître menuisier de Montpellier, à faire :
- le retable, de bois appelé tillet, portant son cadre, de hauteur convenable à proportion du tableau qui se mettra, lequel retable sera de 2 pans de largeur, tant pour les côtés du haut que du bas, et sera fait suivant le dessin que Coula a fait sur un feuillet signé et paraphé par Chaunel, lequel retable sera mis et posé dans leur chapelle qui est dans l'église des R.P. Augustins de Montpellier
- une balustrade de bois noyer pour fermer la chapelle, de la façon, grosseur, et hauteur, de la balustrade de Mr Valat qui est dans l'église des R.P. Prêcheurs de Montpellier, sauf la frise qui sera unie, sans façon, et à la place des armoiries il y aura un cadre avec deux consoles, trois vases, et les frontons par dessus le cadre
- un châssis de bois noyer, de la même façon que celui qui est au grand autel de l'église des R.P. Carmes de Montpellier
- deux gradins de bois noyer pour mettre sur l'autel
- deux chandeliers de bois noyer pour mettre aux côtés du marchepied de l'autel de la chapelle, de la grosseur d'un gros pied de lit et de la grandeur convenable
- deux armoires de bois blanc de pointe, qui serviront de crédences pour mettre et poser aux deux côtés de l'autel
pour le prix de 195 livres, dont 75 livres pour le retable.

ADH, 2E 62-68, ff.201-202, registre de maître Philippe Bertrand, notaire à Montpellier, 9 avril 1654 :
Daniel SANCHE et Antoine REY, consuls et bailles des maîtres apothicaires de Montpellier, assistés de Moïse CHAUNEL, Barthélemy BASTIDE, Jacques DELVERT, Pierre SANCHE fils, Antoine REY fils, et Pierre ROQUETTE, maîtres apothicaires de Montpellier, baillent à prix-faix à Jacques DUPOND, maître peintre, natif de Hollande, demeurant depuis quatre ans à Montpellier, à peindre :
- la voûte de la chapelle qu'ils ont dans l'église des R.P. Augustins de Montpellier, laquelle peinture sera d'azur, poudrée à l'huile, avec des fleurons, de la façon et cirage suivant le dessin que Dupond en a fait sur un feuillet paraphé par les consuls
- les murailles de la chapelle, à l'huile, et faire à chaque côté de muraille un tableau sur l'histoire de la vie de Saint Roch, comme sera désigné par les consuls, et l'ornement sera de la façon suivant le dessin que Dupond en a fait sur un feuillet paraphé, lesquelles murailles de la chapelle Dupond sera tenu de peindre jusqu'au cordon de l'arcade, sauf la muraille où est l'autel
- toute l'arcade de la chapelle, depuis le pavé et tout à l'entour des murailles et piliers, laquelle il peindra de façon de marbre de diverses couleurs et à l'huile, et Dupond sera tenu d'y faire les étages nécessaires pour le prix de 60 livres.

Archives municipales de Montpellier, BB 152, ff.33-34, registre de maître Étienne Marye, notaire à Montpellier, 19 février 1660 (P) :
Par contrat du 3 décembre 1657, la fourniture des drogues nécessaires aux pauvres de l'hôpital Saint Éloi de Montpellier, Maison des repenties, Maison de la Charité, hôpital Saint Lazare près Castelnau, Maison des pauvres honteux, avait été baillée à Claude SIGALON, maître apothicaire de Montpellier, pour le temps de trois années, jusqu'au 25 mars 1660, moyennant le prix de 700 livres chaque année. Ledit Sigalon avait privativement, par plusieurs actes, requis les consuls de pourvoir par avance à la fourniture, à laquelle il avait déclaré ne plus prétendre au prétexte que, le nombre de pauvres ayant de beaucoup augmenté, le prix de 700 livres n'était pas suffisant pour le paiement de la fourniture, lequel excédait de beaucoup en valeur ledit prix.
Les consuls avaient été obligés de faire crier et proclamer pendant plusieurs jours la susdite fourniture, et personne ne s'était présenté, si ce n'est, en dernier lieu, Daniel SANCHE, tant pour lui que pour Moïse CHAUNEL, Antoine REY père et fils, Claude SIGALON, Pierre PELERIN, Jean HAGUENOT, Pierre SANCHE fils, Pierre ROUQUETTE, tous maîtres apothicaires catholiques de Montpellier, qui avaient offert de fournir les drogues aux pauvres pendant six années, à commencer le 25 mars 1660, moyennant 1.000 livres par an, sur laquelle offre personne d'autres ne s'était présenté pour moins dire.
C'est pourquoi les consuls de Montpellier, et les intendants et recteurs de l'hôpital Saint Éloi, pour ne laisser les pauvres sans secours, et afin qu'ils soient bien et dûment servis dans leurs maladies de bonnes drogues, passent bail de la fourniture des drogues et médicaments nécessaires aux pauvres de l'hôpital Saint Éloi, de l'hôpital Saint Lazare près Castelnau, de la Maison de la Charité, de la Maison des filles orphelines, et pauvres honteux de Montpellier, audits apothicaires ce 19 février 1660.
Le 4 novembre 1665 [BB 154, ff.602-604 (P)], le bail leur est renouvelé pour six ans.
Archives municipales de Montpellier, BB 161, ff.60-62, registre de maître Étienne Marye, notaire à Montpellier, 24 mars 1672 :
Les consuls de Montpellier, assistés des intendants de l'hôpital Saint Éloi de la ville, baillent à Antoine et Antoine REY, père et fils, Jean HAGUENOT, Pierre SANCHE, et Jacques TOUZART, maîtres apothicaires catholiques de Montpellier, la fourniture des drogues et médicaments nécessaires aux pauvres dudit hôpital, de l'hôpital Saint Lazare près Castelnau, de la Maison de la Charité, aux filles orphelines et pauvres honteux de Montpellier, pour la durée de 6 ans, moyennant 1.000 livres par an et sous diverses clauses.

Archives municipales de Montpellier, BB 163, ff.194-195, registre de maître Bonnier, notaire à Montpellier, 22 avril 1679 :
Les consuls de Montpellier, comme directeurs et administrateurs des biens des pauvres de l'hôpital Saint Eloi de Montpellier, baillent à Antoine et Antoine REY, père et fils, Pierre SANCHE, et Jacques TOUZARD, maîtres apothicaires catholiques de Montpellier, la fourniture des drogues et médicaments nécessaires aux pauvres de l'hôpital Saint Eloi, de la Charité, filles orphelines, Refuge, et pauvres honteux de Montpellier, pour le temps de 5 ans, moyennant la somme de 1000 livres par an, étant convenu qu'ils seront obligés de tenir à l'hôpital un bon serviteur expérimenté, auquel ils paieront les gages, et seront obligés de le changer quand il ne fera pas son devoir comme il sera visé être nécessaire.
Etant aussi convenu que les consuls, outre et par-dessus le prix de 1000 livres et sans diminution, feront nourrir et entretenir dans l’hôpital le serviteur qui servira la boutique érigée en icelle, lequel sera obligé de coucher dans ladite boutique, et audit effet les entrepreneurs seront tenus et obligés de lui dresser un lit, et de tenir la boutique dressée et meublée de toutes les drogues et médicaments nécessaires, jusqu'à la somme de 1200 livres, lesquels lesdits entrepreneurs pourront retirer à la fin de leur afferme et en disposer comme bon leur semblera.

Archives municipales de Montpellier, BB 164, ff.417-420, registre de maître Jean Bonnier, notaire à Montpellier, 19 avril 1686 :
Les consuls de Montpellier, patrons, directeurs, et administrateurs des biens des pauvres de l'hôpital Saint Éloi de Montpellier, baillent à Antoine REY, Pierre SANCHE, et Jacques TOUZART, maîtres apothicaires de Montpellier, la fourniture des drogues et médicaments nécessaires aux pauvres dudit hôpital, aux couvents des filles orphelines et du Refuge, aux pauvres honteux de la ville, aux soldats malades de la citadelle qui sont portés à l'hôpital, aux étrangers et pauvres qui tombent malades dans l'Hôpital général et sont portés dans l'hôpital Saint Éloi, pour la durée de 5 ans et sous diverses clauses.

 Sources

  • Personne: acte de mariage
  • Naissance: La pharmacie à Montpellier, par le Dr Dulieu, page 284 (P)
  • Union: AD34 en ligne, M Montpellier-paroisse Notre-Dame-des-Tables, GG 224, vue 94
  • Décès: en vie lors du mariage de sa fille Hélène

 Aperçu de l'arbre

Pierre SANCHE ?1530-1595/   Anne SAINT JEAN ?1534-           Pierre FORMY ?1525-/1574   Jacquette COSTIÈRE ?1530-
|
8
  |
9
      |
14
  |
15



     


|       |
Pierre SANCHE 1562-1622   Marie TISSORIS ?1569-   Jean BARBUT ?1572-   Gaillarde FORMY ?1560-
|
4
  |
5
  |
6
  |
7



 


|   |
Daniel SANCHE ca 1596-1666   Marguerite BARBUT ?1600-1654/
|
2
  |
3



|
Pierre SANCHE 1626-1705/


  1. Découvrez les arbres en ligne

    Découvrez les arbres généalogiques en ligne et l'organisation des menus, via une courte visite guidée.

    Si vous ne souhaitez pas faire cette visite immédiatement, vous pourrez y revenir plus tard en cliquant sur le lien "Visite guidée" situé en bas de page.

  2. Accueil Geneanet (1/7)

    Cliquez sur ce logo pour revenir à l'accueil de Geneanet.

  3. Gestion de votre compte (2/7)

    Une fois connecté à Geneanet, vous pourrez consulter ici votre messagerie, revoir et paramétrer vos alertes généalogiques, et gérer vos informations personnelles.

    C'est dans le menu "Mon compte" que vous aurez désormais la possibilité de vous déconnecter.

  4. Connexion et création de compte (2/7)

    Vous n'êtes pas identifié sur Geneanet. Cliquez sur l'un des liens pour vous connecter ou bien pour créer votre compte Geneanet.

  5. Accueil de l'arbre (3/7)

    En cliquant ici, vous retournez à l'accueil de l'arbre que vous visitez.

  6. Outils de recherche (4/7)

    Les champs de saisie vous permettent de chercher une personne dans cet arbre. avec la liste alphabétique des noms.

    En passant la souris sur cette zone, vous affichez les options supplémentaires :
    - lien vers la souche de l'arbre
    - liste de tous les noms de l'arbre
    - options de recherche avancée

  7. Menu généalogique (5/7)

    Ce menu contient tous les outils et actions anciennement placés dans le menu gauche latéral.

    Si vous êtes connecté sur votre arbre, il vous offre un accès rapide aux fonctionnalités de mise à jour de votre généalogie, de paramétrage de votre arbre, etc.

  8. Droits d'accès à l'arbre (6/7)

    Selon les droits d'accès dont vous disposez, vous pouvez changer votre mode de consultation :
    - visiteur : vous pouvez consulter librement l'arbre, sauf les individus marqués comme privés (contemporains) et leurs photos
    - invité : vous pouvez consulter l'arbre entièrement, y compris les individus privés et les photos
    - éditeur : vous pouvez consulter et modifier l'arbre entièrement.

  9. Mode contrasté (7/7)

    Pour un meilleur confort de lecture, cliquez sur ce lien pour activer le mode contrasté sur tous les arbres en ligne.

  10. C'est fini !

    Si vous souhaitez recommencer la visite guidée, cliquez sur le lien "Visite guidée" en bas de la page.