Message d'information aux visiteurs

close

Loi Informatique et Libertés respectée "moins de 100 ans" non visible


Comte DE VILLENEUVE-FLAYOSC, Chimiste , Géologiste , Inventeur , Académie de Marseille (1873(Président)), X (1822)

  • Né le 19 avril 1803 (mardi) - LORGUES 83
  • Décédé le 1er mai 1874 (vendredi) - PARIS 75 , à l’âge de 71 ans
  • 1m 66
    "X", Ecole des Mines (1822-1827)

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Relations

 Notes

Notes individuelles

Desc.phys. : Cheveux châtains - Front couvert - Nez gros - Yeux gris - Bouche moyenne - Menton rond - Visage ovale - Taille 166 -


Elève préféré de Gay-Lussac qui lui avait ouvert les portes de son laboratoire, il s'y livra à de nombreuses expériences. Il publia une Monographie des lignites de Provence, mémoire considéré comme remarquable : la géologie n'en était qu'à ses débuts. Il publia aussi en 1856 Description minéralogique et géologique du Var
Il fonda la première usine de la Bédoule et énonça de nouvelles formules pour l'emploi du ciment dans les constructions sous-marines. La commune de Roquefort-la-Bédoule lui a élevé un monument en avril 1900, en témoignage de reconnaissance.

Il consacra ses dernières années à un ouvrage considérable sur l'influence des Ordres religieux au Moyen-Age, avec pour titre : "Sainte Roseline de Villeneuve"

D'après D'Héphaïstos à Sophia Antipolis, par Gabriel Arlet, GEDIM, 1991 :

++++++++

Hippolyte de Villeneuve-Flavosc naît en 1803 dans une famille provençale sans fortune, quoique d'origine fort ancienne. Pour payer ses études, il se fait, deux années durant, engager au lycée de Draguignan en qualité de professeur des classes élémentaires. Après un an au lycée de Marseille, il est reçu à 18 ans, seizième, à l'Ecole Polytechnique, où il peut bénéficier d'une bourse. Il y fait peu après sa première découverte sur « la solubilité des sels et les doubles décompositions » ; pour laquelle Arago, enthousiaste, lui offre d'être son répétiteur au Collège de France. Le jeune polytechnicien décline cette proposition, préférant exercer le métier d'ingénieur en Provence, dont il a vocation. Il entre alors et sort aussi premier de l'Ecole Royale et peut se faire affecter comme ingénieur de 2e classe pour les départements provençaux. Mais sa découverte n'est pas restée ignorée dans ceux-ci, ce qui lui vaut d'être, à 25 ans, admis à l'Académie de Marseille et après y avoir présenté une première ébauche de la carte géologique du Var, d'y être deux années plus tard élu président.

De 1834 à 1836, il étudie les calcaires à chaux hydraulique et à ciment des Bouches-du-Rhône et crée, à Roquefort, la première usine de ciment, ce qui, à 33 ans, lui fera décerner la Légion d'Honneur. Il prend ensuite toute une série de brevets et en 1840 se fait mettre en retraite sans traitement pour diriger dans l'usine les fabrications de chaux et de ciment découverts par lui.

L'année suivante, il y réussit la production et les premières livraisons de chaux en poudre ; il réalise le blutage de celle-ci en usine et introduit l'usage de la chaux livrée en sacs plombés. Mais il refuse alors les importantes royalties proposées par Lafarge (1806-1877) pour l'application exclusive de ses procédés, préférant à la fortune la satisfaction d'être utile à l'humanité.

Il publie ensuite de nombreux mémoires, en particulier sur l'hydraulique et la solidification des mortiers qui permettra, selon un procédé de son invention, le remploi de matériaux, incuits ou greppiers, considérés jusqu'alors comme rebuts et qui donneront au nouveau ciment une meilleure cohésion, avec un prix de revient inférieur.

En 1850, il est nommé inspecteur général au ministère de l'Agriculture et directeur général, à titre provisoire, de l'Institut agronomique ; l'opposition du Prince-Président empêchera la confirmation de cette fonction, aussi refusera-t-il l'attribution en compensation du poste de Directeur des Etudes.

En juin 1852, proposé à l'unanimité par les professeurs de l'Ecole des Mines il est nommé professeur de Législation et d'Economie industrielle à la place de Jean Reynaud mis à pied par le pouvoir ; il est ensuite en raison de son expérience désigné pour y faire le cours d'agriculture et de drainage, enseignements qu'il donnera pendant dix ans. Durant cette période, il expose sa découverte « sur les chaux les ciments ; caractères des calcaires qui permettent à fabriquer », puis il publie sa grande oeuvre sur la description minéralogique et géologique du Var et des autres parties de la Provence avec application de la géologie à l'agriculture.

Nommé ingénieur en chef de 2e classe, il se fait mettre en disponibilité et continue ses nombreuses communications d'ordre géologique à l'Académie des Sciences ; il se préoccupe même avec Pasteur des recherches pour prévenir le choléra.

Nommé pour la seconde fois en 1873 président de l'Académie de Marseille, sa dernière communication portera le titre de La Poésie de la Science, et meurt à Paris en mai 1874.

Chevalier de la Légion d'honneur.

Sources:
- personne: C.Chéneaux (Romée de Villeneuve 1926), Paul L. de Boisgelin (Note)
- naissance: C.Chéneaux (Romée de Villeneuve 1926)
- décès: C.Chéneaux (Romée de Villeneuve 1926)
- mariage: C.Chéneaux (Romée de Villeneuve 1926)
- famille: C.Chéneaux (Romée de Villeneuve 1926)

http://geneweb.inria.fr/roglo?lang=fr;i=1787390

Notes concernant l'union

Quatre Enfants

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Joseph DE VILLENEUVE, Marquis DE FLAYOSC 1714-1778   Pauline DE VILLENEUVE-VENCE 1725-1776    
| |



|
Jean Baptiste Léonce DE VILLENEUVE-FLAYOSC 1758-1835   Joséphine Félicité REY DE TARADEAU 1780-1836
| |



|
Hippolyte DE VILLENEUVE-FLAYOSC, Comte DE VILLENEUVE-FLAYOSC 1803-1874



  1. Découvrez les arbres en ligne

    Découvrez les arbres généalogiques en ligne et l'organisation des menus, via une courte visite guidée.

    Si vous ne souhaitez pas faire cette visite immédiatement, vous pourrez y revenir plus tard en cliquant sur le lien "Visite guidée" situé en bas de page.

  2. Accueil Geneanet (1/7)

    Cliquez sur ce logo pour revenir à l'accueil de Geneanet.

  3. Gestion de votre compte (2/7)

    Une fois connecté à Geneanet, vous pourrez consulter ici votre messagerie, revoir et paramétrer vos alertes généalogiques, et gérer vos informations personnelles.

    C'est dans le menu "Mon compte" que vous aurez désormais la possibilité de vous déconnecter.

  4. Connexion et création de compte (2/7)

    Vous n'êtes pas identifié sur Geneanet. Cliquez sur l'un des liens pour vous connecter ou bien pour créer votre compte Geneanet.

  5. Accueil de l'arbre (3/7)

    En cliquant ici, vous retournez à l'accueil de l'arbre que vous visitez.

  6. Outils de recherche (4/7)

    Les champs de saisie vous permettent de chercher une personne dans cet arbre. avec la liste alphabétique des noms.

    En passant la souris sur cette zone, vous affichez les options supplémentaires :
    - lien vers la souche de l'arbre
    - liste de tous les noms de l'arbre
    - options de recherche avancée

  7. Menu généalogique (5/7)

    Ce menu contient tous les outils et actions anciennement placés dans le menu gauche latéral.

    Si vous êtes connecté sur votre arbre, il vous offre un accès rapide aux fonctionnalités de mise à jour de votre généalogie, de paramétrage de votre arbre, etc.

  8. Droits d'accès à l'arbre (6/7)

    Selon les droits d'accès dont vous disposez, vous pouvez changer votre mode de consultation :
    - visiteur : vous pouvez consulter librement l'arbre, sauf les individus marqués comme privés (contemporains) et leurs photos
    - invité : vous pouvez consulter l'arbre entièrement, y compris les individus privés et les photos
    - éditeur : vous pouvez consulter et modifier l'arbre entièrement.

  9. Mode contrasté (7/7)

    Pour un meilleur confort de lecture, cliquez sur ce lien pour activer le mode contrasté sur tous les arbres en ligne.

  10. C'est fini !

    Si vous souhaitez recommencer la visite guidée, cliquez sur le lien "Visite guidée" en bas de la page.