Jean Baptiste Geoffroy PETIT de SAINT-LIENNE
Sosa : 1 968
seigneur de Villeneuve-sur-Bellot , Renay, Chêne-Carré, Chanteloup, Champlain

  • Né vers 1685
  • Décédé le 31 mai 1768 - paroisse de la Madeleine - Vendôme, 41269, Loir-et-Cher, Centre, FRANCE , à l’âge de peut-être 83 ans
  • Inhumé le 1er juin 1768 - église de la Madeleine - Vendôme, 41269, Loir-et-Cher, Centre, FRANCE
  • Premier commis des finances de John Law

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Relations

(afficher)

 Chronologie


 Notes

Notes individuelles

Notes généalogiques:
Jean Baptiste Geoffroy PETIT de SAINT-LIENNE est un héritier de Geoffroy PETIT, maître des postes de Flandres, car dans ses archives se trouve une copie du contrat de mariage d'une fille de Geoffroy PETIT (Marie Nicole PETIT en 1684). Compte tenu de l'écart de génération c'est probablement son petit-fils. Or on connaît deux fils de Geoffroy PETIT : Charles et André, cités dans le même contrat de mariage à titre de témoin. Jean Baptiste Geoffroy PETIT de SAINT-LIENNE est probablement le fils de l'un d'eux. A moins qu'il ne soit le fils cadet de Geoffroy PETIT moins de vingt ans séparent la naissance de Marie Nicole PETIT (vers 1666) et celle de Jean Baptiste Geoffroy (avant 1685).
Origine du nom : peut-être de Saint-Lienne lès-Melun, faubourg, paroisse et seigneurie situés sur la commune de Melun. (Il est écrit aussi Sainte Liesne). La paroisse était dédiée à saint Jean-Baptiste. (Voir J. Nicolet, Histoire de Melun, 1845, p. 39.). Mais les registres de cette paroisse conservés aux A.D. de Seine-et-Marne n'ont fourni aucun acte de naissance de ce nom. Voir aussi Saint-Lienne, 56130, Théhillac; Saint-Lienne, 79150, Moutiers-sous-Argenton et Saint-Liesnes, 77710, Nanteau-sur-Lunain.


Biographie de Jean-Baptiste Geoffroy Petit de Saint-Lienne
(dans l'état actuel de la documentation réunie).

Très riche, Jean-Baptiste Petit de Saint-Lienne a sans doute fait fortune auprès de l’un des plus célèbres financiers du XVIIIe siècle.
Nous sommes en 1715, le roi Louis XIV vient de mourir en laissant les finances du royaume dans un état critique et la couronne à son petit-fils, Louis XV. Philippe d’Orléans est nommé régent pour gouverner à la place du roi trop jeune et fait appel un financier écossais, John Law (prononcer Lass), pour rétablir les finances et l’économie du royaume. Pour cela Law crée en mai 1716 la Banque générale, qui devient Banque royale en décembre 1718. Cette banque émet des billets acceptés comme monnaie, pour faire face à l’insuffisance de numéraire, dynamiser les échanges économiques et diminuer la dette de l’état. Ces billets sont garantis par des actions de la Compagnie des Indes, une compagnie reprise par John Law et qui absorbe progressivement les autres grandes compagnies commerciales françaises. Les revenus de cette compagnie proviennent du commerce avec les colonies et des fermes royales, c'est-à-dire des impôts et des taxes perçues au nom de l’état. En 1720, John Law, déjà directeur de la Banque royale et de la Compagnie devient Contrôleur général des finances, c'est-à-dire, comme on dit maintenant, ministre des finances.
Les billets de banque et actions de la compagnie remportèrent un grand succès. La spéculation devint effrénée. Selon un historien du XVIIIe, «ceux qui prêtèrent de ce papier devinrent riches en peu de temps. On venoit des provinces et des pays étrangers pour faire fortune à Paris, et il fut mis sur pied une si grande quantité de nouveaux équipages, qu’on ne pouvait presque pas passer dans les rues (…) Il sembloit que tous les hommes eussent changé d’état; on ne se reconnoissoit plus, et on voyait des personnes ayant carrosse, qui six mois avant étoient sans aucun bien.»
Un spéculateur
C’est sans doute dans ces conditions que Jean-Baptiste Petit de Saint-Lienne fit fortune. En tant que commis des finances de John Law, il s’est trouvé aux premières loges de ces évènements. Preuve de son enrichissement, il achète en décembre 1719 un hôtel particulier à Paris dans la paroisse Saint-Sulpice pour la coquette somme de 391 863 livres. L’hôtel vient d’être construit pour le chancelier Terrat, marquis de Chantôme, qui vient de décéder. La même année il achète encore une maison au 31 rue Saint-Louis-en-l'ïle dans la paroisse du même nom. Et en 1720, Jean-Baptiste achète la seigneurie de Renay dans la région de Vendôme et celle de Villeneuve-sur-Bellot dans la Brie. Mais, tout comme son maître, il semble rapidement connaître des revers de fortune.
La banqueroute
En effet, au début de l’année 1720, le public commence à perdre confiance dans les billets et les actions. Certains récupèrent leur numéraire, ce qui entraîne un mouvement de panique et des émeutes au cours de l’été. La banque est incapable de rembourser tout le monde : c’est la banqueroute. Law s’enfuit à l’étranger en décembre alors qu’il doit à son commis Jean-Baptiste plusieurs millions de livres. Des milliers de personnes se retrouvent avec des papiers qui ne valent plus rien. Jean-Baptiste est du nombre. Pour faire face à ses dettes, il a probablement déjà revendu l’hôtel de Terrat acquis en 1719 car il change de résidence : en 1721 il habite au 31 rue Saint-Louis-en-l'ïle. Il fréquente l'église Saint-Louis en l'île qui est alors en voie d'achèvement. En 1720 il y avait acheté, avec son épouse, la concession d'un banc. C’est encore dans la paroisse Saint-Louis que naît son second enfant, Marie-Marguerite Petit de Saint-Lienne.
Ce sont peut-être ses soucis financiers qui affectent sa santé puisqu’il ne peut, certificat médical à l’appui, venir rendre hommage aux chanoines de Vendôme, seigneurs de Lignières, pour un bois situé en ce lieu. Mais sa situation financière s’améliore peu après avec la liquidation de la Banque royale.
Pour redresser la situation financière et rétablir la confiance le régent déclare la Compagnie des Indes financièrement responsable des dettes de la Banque. Il demande au public de rapporter les billets qui sont échangés contre un certificat. Une commission est chargée de vérifier la régularité des créances de taxer les spéculateurs. Par jugement des commissaires en date du 5 mars 1721, la Compagnie doit rembourser à Jean-Baptiste la somme de 4,5 millions de livre, ce qu’elle a fait avant 1728.
Rentier et seigneur
Désormais, Jean-Baptiste peut vivre noblement de ses rentes et ses seigneuries. Il se fait appeler Monsieur de Saint-Lienne et réside le plus souvent à Paris en l'ïle Saint-Louis. Il y fait l'acquisition, en 1726, d'une seconde maison au 11 rue Le Regrattier puis, en 1733, revend les maisons qu'il possèdait au 31 et 33 rue Saint-Louis. Il réside ensuite rue du Jardinet, paroisse Saint-André des Arts puis rue de Condé dans la paroisse Saint-Sulpice.
C’est à cette époque, à l’apogée de sa fortune, qu’il se fait représenter sur le portrait conservé [si ce portrait est bien le sien]. Il réside parfois aussi dans son château de Renay, près de Vendôme, d’où il gère, avec son épouse Marie de Bouteville, ses seigneuries de Renay, Chêne-Carré , Chanteloup (acheté en 1730) et Champlain. Vers la fin de sa vie sa fortune semble toutefois s’épuiser. En 1751 il vend ses seigneuries de Renay et Chêne-Carré au comte de Rochambeau (qui s’illustrera plus tard avec Lafayette dans la guerre d’indépendance des États-Unis). Auparavant il a fait donation à son fils Louis Sulpice de la seigneurie de Champlain et de sommes d’argents à ses deux enfants. Revenu à Paris, il réside rue des quatre vents dans la paroisse Saint-Sulpice. En 1759 il place encore de l’argent dans une rente perpétuelle constituée sur les revenus des états de Bretagne, rente qui lui rapporte 600 livres par an. Il décède le 31 mai 1768 à Vendôme où il résidait depuis 1761. Son épouse y décède à son tour en 1776.
Jean-Baptiste Petit de Saint-Lienne est tout à fait représentatif de la bourgeoisie d'ancien régime qui, une fois fortune faite, tente d'intégrer la noblesse en achetant des seigneuries ou des charges anoblissantes.
Armoiries : "D'azur au chevron d'or accompagné de 3 étoiles du même" src="http://paratge.chez-alice.fr/famille/PetitDeSaintLienne.gif"


Gauthier LANGLOIS, 23 décembre 2007-1er novembre 2013.

Sources bibliographiques :
BOURNON (Fernand), ROUSSEL (Ernest), BOURGEOIS (Alfred). - Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, Loir et Cher, série G, clergé séculier, tome I. Blois : imprimerie C. Migaut et Cie, 1894
LEFEUVE (Charles). - Les anciennes maisons de Paris. Histoire de Paris rue par rue, maison par maison, Paris : C. Reinwald et Cie, Leipzig : A. Twietmeyer,1875, 5 vol. [En ligne sur Gallica].
LANGLOIS (Gauthier), « Peintre du maréchal de Tessé et peintre du roi, Jacques Laumosnier (…1669-1744…) », Revue de la Société historique et archéologique du Maine, quatrième série, tome douze (année 2012), 2016, p. 157-174.
MARTONNE (M. A. de). - Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790. Loir et Cher, Blois : Henri Giraud imprimeur, 1863.
MÉTAIS (Charles). - Cartulaire de l'abbaye cardinale de la Trinité de Vendôme, 1895, p. 446 ; 1904, p. 212-213. [Non encore consulté].
ROCHAMBEAU (Achille de). - Le Vendômois: épigraphie et iconographie, Paris : H. Champion, 1889-1894, 2 vol. [Non encore consulté].
SAINT-VENANT (Raoul de). - "Les seigneurs de Renay, Champlain et Chêne-Carré", Bulletin de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois, 1895, p. 199-266 et 1896, p. 289-334. [Non encore consulté].
SAINT-VENANT (Raoul de). - Les seigneurs de Renay, Champlain et Chêne-Carré, Vendôme : Ch. Huet, 1895, 264 p.
SAINT-VENANT (Raoul de). - Dictionnaire topographique, historique, biographique, généalogique et héraldique du Vendômois et de l'arrondissement de Vendôme... ; publié sous les auspices de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois... Blois : C. Migault, 1913-1917, 4 vol. [En ligne sur le site de la Société archéologique du Vendômois à l'adresse : http://www.vendomois.fr/societeArcheologique/actualites/dictionnaire.html]
TROUILLARD (Guy). - Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790. Loir et Cher, Blois : imprimerie de J. Grandpré, 1936.
WEELEN (Jean-Edmond). - Rochambeau (1725-1807), Société archéologique du Vendomois, 1930. [En ligne sur le site de la Société archéologique du Vendômois à l'adresse : http://www.vendomois.fr/societeArcheologique/ressources/livres/rochambeau.pdf]
WHITE (Joseph M.). - A New Collection of Laws, Charters and Local Ordinances of the Governments of Great Britain , France ans Spain, relating to the concessions of lands in their respective colonies (...), Philadelphia: T. et J. W. Johnson, law booksellers, 1839, vol. II, pp. 442-446. [En ligne sur Google books].

Sources archives :
1718, 24 juillet. Bail. Marie Gallois à Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint-Lienne. Étude de Germain Angot (paroisse Saint-Louis-en-l’Île à Paris). Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/XII/340
1719, 10 janvier. Transport de rente. Auger Pinterel et sa femme à Jean-Jacques du Péril. Étude de Germain Angot (paroisse Saint-Louis-en-l’Île à Paris). Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/XII/342
1719, 3 août. Quittance Jean-Baptiste Pinterel à Oger L. Pinterel. Étude de Pierre Aveline. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/XXXVIII/181.
1719, 7 août. Quittance Jean-Baptiste Pinterel à Oger L. Pinterel. Étude de Pierre Aveline. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/XXXVIII/181.
1719, 7 décembre. Vente par Marie Marguerite Monerat et son époux Jean-Baptiste Hénin d’une maison à Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint-Lienne et à Marie Boutteville, sa femme. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXXVIII/595.
1719, 19 décembre. Vente par Jean Pierre Chauvel de la Martinière et autres, héritiers de Jean-Baptiste Terrat, marquis de Chantosme, à Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint-Lienne, de l’hôtel de Terrat, rue de Tournon. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXXVIII/595.
1719, 19 décembre. Commission de Jean Pierre Chauvel et autres à Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint-Lienne. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXXVIII/595.
1719, 20 décembre. Obligation de Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint-Lienne à Dominique _______. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXXVIII/595.
1719, 23 décembre. Vente de Charles Pigeon à Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint-Lienne. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXXVIII/595.
1720, 3 janvier. Vente par Quentin Leduc, bourgeois de Paris, curateur de la succession vacante de haut et puissant seigneur Messire Philippe-Egon de Courcillon, chevalier, marquis dudit lieu, seigneur de Renay et autres terres, brigadier des armées du Roy, au moyen de la renonciation faite à sa succession par M. Julien Lagau, avocat au parlement et es conseils du Roi au nom et comme tuteur onéraire de damoiselle Sophie de Courcillon seule enfant dudit seigneur marquis de Courcillon…, haute et puissante dame Françoise de Pompadour veuve dudit seigneur marquis de Courcillon ayant renoncé à la communauté de biens entre elle et son dit époux ; à Jean Baptiste Geoffroy Petit de Sainte-Lienne, bourgeois de Paris, et à Marie de Boutteville, son épouse, pour 190 mille livres payés en billets de banque. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean (paroisse Sainte-Madeleine, quartier de la Cité à Paris). MC/ET/LXXVIII/596.
1720, 12 janvier. Vente Jacques Doucet à Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint-Lienne. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean (paroisse Sainte-Madeleine, quartier de la Cité à Paris). MC/ET/LXXVIII/596.
1720, 5 février. Vente par le tuteur de Charles Philibert Pigeon à Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint-Lienne. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean (paroisse Sainte-Madeleine, quartier de la Cité à Paris). MC/ET/LXXVIII/597.
1720, 16 février. Obligation Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint-Lienne à Louis Bouteville. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean (paroisse Sainte-Madeleine, quartier de la Cité à Paris). MC/ET/LXXVIII/597.
1720, 8 mars. Bail de Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint-Lienne à Léon de Mad___. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean (paroisse Sainte-Madeleine, quartier de la Cité à Paris). MC/ET/LXXVIII/598.
1720, 17 mars. Estimation par Jean-Baptiste Loir des réparations à faire en une grande maison, rue de Tournon, dite l'hôtel de Terrat à la requête de Jean-Baptiste Geoffroy Petit de Saint-Lienne bourgeois de Paris qui l'a acquis en décembre 1719. Archives nationales de France, Paris, Zij 542.
1720, 19 mars. Achat par Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint-Lienne et son épouse Marie Bouteville de la terre et seigneurie de Villeneuve sur Belot et du fief de Lignefin en la mouvance du seigneur de Courtauvaux provenant de la succession de Monsieur de Courtauvaux, à Dagobert Antoine écuyer secrétaire du roi maison couronne de France et de ses finances honoraire et de Louise Mesnier son épouse séparée. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean (paroisse Sainte-Madeleine, quartier de la Cité à Paris). MC/ET/LXXVIII/598.
1720, 27 mars. Vente par Simon Guy, Henry à Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint-Lienne et à Marie Bouteville, sa femme. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean (paroisse Sainte-Madeleine, quartier de la Cité à Paris). MC/ET/LXXVIII/598.
1720, 6 mai. Bail de Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint-Lienne à David Perinet. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean (paroisse Sainte-Madeleine, quartier de la Cité à Paris). MC/ET/LXXVIII/600.
1720, 19 juillet. Constitutions de rentes par la compagnie de Judas à Marie Boutteville et Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint-Lienne à David Perinet. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean (paroisse Sainte-Madeleine, quartier de la Cité à Paris). MC/ET/LXXVIII/601.
1720, 25 juillet. Concession de banc. Les marguillers de Saint-Louis aux sieur et demoiselle de Saint-Lienne. Étude de Germain Angot (paroisse Saint-Louis-en-l’Île à Paris). Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/XII/351
1720, 5 août. Comparution Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint-Lienne. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean (paroisse Sainte-Madeleine, quartier de la Cité à Paris). MC/ET/LXXVIII/602.
1720, 22 août. Retrait Joseph de Montigny à Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint-Lienne. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean (paroisse Sainte-Madeleine, quartier de la Cité à Paris). MC/ET/LXXVIII/602.
1720, 23 août. Bail de Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint-Lienne à Dagobert Anthoine. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean (paroisse Sainte-Madeleine, quartier de la Cité à Paris). MC/ET/LXXVIII/602.
1720, 5 septembre. Main levée par Marie Boutteville à Eustache Le Couturier. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean (paroisse Sainte-Madeleine, quartier de la Cité à Paris). MC/ET/LXXVIII/603.
1720, 21 octobre. Désistement de retrait par François Delorme à Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint-Lienne. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean (paroisse Sainte-Madeleine, quartier de la Cité à Paris). MC/ET/LXXVIII/604.
1721, 27 mars. Convention rap. Dagobert Antoine et Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint-Lienne. Étude de Claude-Jean-Baptiste Dejean (paroisse Sainte-Madeleine, quartier de la Cité à Paris). MC/RE/LXXVIII/6.
1722, 28 janvier. Titre nouvel. Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint-Lienne. Étude de Germain Angot (paroisse Saint-Louis-en-l’Île à Paris). Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/XII/359
1722, 30 juillet. Bail. Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint-Lienne à Claude Boutandon. Étude de Germain Angot (paroisse Saint-Louis-en-l’Île à Paris). Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/XII/360
1722, 3 août. Bail. Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint-Lienne à Dagobert Antoine. Étude de Germain Angot (paroisse Saint-Louis-en-l’Île à Paris). Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/XII/360
1722, 8 août. Rente. Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint-Lienne à Philbert Taponier. Étude de Germain Angot (paroisse Saint-Louis-en-l’Île à Paris). Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/XII/360
1723, 28 mai. Transport de rente. Vente par Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lyenne bourgeois de Paris et Marie Bouteville demeurant à Paris île Notre Dame rue et paroisse Saint-Louis, à Michel Bonny maître chirurgien à Corbeil et Anne de Monceau son épouse demeurant à Corbeil, de trois cent livres de rentes annuelles au denier vingt-trois en la partie restante de 3000 livres de rentes constituées au profit des sieur et dame de Saint-Lyenne par le sieur Philibert Tepenier marchand de bois pour la provision de Paris pour partie du prix de la vente d'un chantier et d'une maison en dépendante sur le quai hors la porte de la Tournelle, où est attaché pour enseigne le soleil d'or par contrat devant maître Angot le 8 août 1722. Ce transport de rente se fait pour la somme de 6900 livres. Les sieurs et dame de Saint Lyenne déclarent que les 6900 livres seront employées au paiment des droits seigneuriaux par eux dus à la succession de Monsieur de Courtanvaux pour raison de l'acquisition par eux de la terre et seigneurie de Villeneuve sur Bellot et du fief de Laigrefin en la mouvance du seigneur de Courtanvaux, de Dagobert Antoine écuyer secrétaire du roi maison couronne de France et de ses finances honoraire et de Louise Mesnier son épouse séparée, par contrat passé devant Dejean et son collègue notaires à Paris le 19 mars 1720. Étude de Germain Angot (paroisse Saint-Louis-en-l’Île à Paris). Archives nationales de France, Paris, MC/ET/XII/363.
1723, 1er juin. Quittance délivrée par Michel Velut de la Cronière, seigneur de... et de la Celle, secrétaire général de la compagnie des cent suisses de la garde ordinaire du corps de sa majesté, demeurant à Paris rue des trois pavillons paroisse Saint Gervais; au nom et comme tuteur de haut et très puissant seigneur François Coezar Le Tellier chevalier marquis de Montmirail, comte de Tonnerre et de la Ferté Gaucher, capitaine colonel de la compagnie des Cent suisses; et comme procureur de haut et puissant seigneur Louis Coezar Le Tellier chevalier marquis de Courtanvaux commandant de la susdite compagnie et mestre de camp du régiment royal Roussillon cavalerie, fondé de la procuration générale pour la succession de Michel François Le tellier de Louvois chevalier marquis de Courtanvaux et de Élisabeth Charlotte Rosalie Le Tellier de Montmirail, soeur dudit seigneur marquis de Montmirail, à Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lyenne bourgeois de Paris y demeurant Île Notre-Dame rue et paroisse Saint-Louis et Marie Bouteville son épouse de la somme de 6000 livres faisant avec 8000 livres déjà reçus celle de 14000 livres pour tous les droits de quint, lods et ventes pour raison de la vente faite par Dagobert Antoine écuyer secrétaire du roi maison couronne de France et de ses finances et dame Louis Mesnier son épouse de la terre et seigneurie de Villeneuve sur Bellot et ses dépendances en fief, foy et hommage dudit seigneur marquis de Montmirail à cause de la terre et seigneurie de la Ferté-Gaucher, par contrat passé devant Dejean et son collègue notaires à Paris le 19 mars 1720. Étude de Germain Angot (paroisse Saint-Louis-en-l’Île à Paris). Archives nationales de France, Paris, MC/ET/XII/363.
1723, 16 septembre. Quittance. Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne bourgeois de Paris y demeurant Île Notre Dame rue et paroisse Saint Louis reconnait avoir reçu de M. conseiller du roi en ses conseils garde de son trésor royal à la charge de sa majesté la somme de 24145 livres 12 sous 6 deniers pour le remboursement de 482 livres 18 sous 3 deniers d'intérêt porté en une quittance de finance signée de Monsieur de Turmenyes de Nointel conseiller du roi en ses conseils aussy garde du trésor royal du 20 janvier 1720, expédié au profit de Dagobert Antoine écuyer conseiller secrétaire du roi maison couronne de France et de ses finances et son épouse. Étude de Germain Angot (paroisse Saint-Louis-en-l’Île à Paris). Archives nationales de France, Paris, MC/ET/XII/364.
1723, 10 décembre. Constitution d’une rente viagère sur les revenus du roi en faveur de Jean Baptiste Geofroy Petit de Saint Lienne, seigneur de Renay et son épouse Marie Bouteville. Étude de Germain Angot (paroisse Saint-Louis-en-l’Île à Paris). Archives nationales de France, Paris, MC/ET/XII/364.
1724, 1er juillet. Bail à vie. Jean Baptiste Petit de saint-Lyenne à Dagobert Antoine. Étude de Claude-Étienne Hargenvilliers. (Paroisse Saint-Louis-en-l’Île à Paris). Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/XII/385
1726. Vente d’une maison en l’Île Saint-Louis [11 rue Le Regrattier] par le maître-maçon Jacques Doucet à Jean-Baptiste Petit de Saint-Lienne. Voir http://www.isl-paris.com/ile-saint-louis/FR/produit_id_1081/11-rue-Le-Regrattier.html
1725, 18 juillet. Transaction entre Jean Baptiste Henin et Jean Baptiste Petit de saint-Lyenne. Étude de Claude-Étienne Hargenvilliers. (Paroisse Saint-Louis-en-l’Île à Paris). Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/XII/390
1728, 5 juin. Autorisation rapportée et dépôt de cautionnement. Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne à Marie Boutteville son épouse. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/297
1728, 30 juin. Procuration. Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/297
1729, 13 mai. Constitution. Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne à Martin Séguin. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/298
1729, 22 juin. Transport de rente. François Clouet à Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/298
1729, 12 novembre. Ratification déposée. Marie Boutteville épouse Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/298
1730, 26 février. Bail. Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne à Anne Barnoin, veuve Pierre Le Petit. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/299
1730, 1er août. Acte concernant l'acquisition du fief de Chanteloup. Archives nationales de France, Paris, Y4458. Voir http://www.geneanet.org/archives/registres/view/3272/792
Avis en lhotel de MonanteuilLan mil sept cens trente le premier jour daoust deux heures de relevée en lhotel et__ nous Hierosme Dargouge chevalier seigneur de Fleur___ est comparue Jeanne Jourdain v(eu)ve de Charles Legrand officier de M(onseigneu)r le duc dOrleans au nom et comme tutrice d'Anne Marie Françoise et Anne Louise de Monanteuil filles mineures de deffuncts Jacques de Monanteuil et Marie Jeanne Legrand...
1731, 22 janvier. Par devant les notaires au Chastelet et maître Nicolas Julliennet, Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne, bourgeois de Paris, demeurant rue de Condé, paroisse Saint-Sulpice, révoque toute disposition testamentaire antérieure. Archives nationales de France, Paris, MC/ET/LXIV/300, Voir http://www.geneanet.org/archives/registres/view/25928/5
1731, 14 avril. Obligation. Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne à François Jacob. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/300
1731, 31 août Main levée. Sieur Nicolas Blancheton à Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/301
1731, 8 septembre. Bail de Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne à Nicolas Antoine Gérard. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/301
1732, 13 mars. Transaction. Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne à Médard Gervais. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/302
1732, 19 mai. Accord et consentement. Guillaume Léger Le Pelletier et Henriette Meunier de Jouy et Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/302
1733, 20 mai. Consentement, dépôt et quittance. Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne et autres. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/304
1733, 7 octobre. Mainlevée. Pierre Brouttier et sa femme à Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/305
1733, 26 octobre. Obligation. Les sieur et dame Petit de Saint Lienne au sieur Daval. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/305
1734, 27 janvier. Mainlevée. Come Buzard à Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/306
1734. Vente par Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne à la veuve de René Davoust des 31 et 33 rue de Saint-Louis en l’Île à Paris. Voir http://www.isl-paris.com/ile-saint-louis/FR/produit_id_636/31-Rue-Saint-Louis-en-l-ile.html
1735, 15 février. Transaction. Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne et Nicolle Françoise Courault épouse de Jacques Goubier. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/308
1735, 16 février. Autorisation. Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne à son épouse. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/308
1735, 22 mars. Transport. Nicolle Françoise Courault épouse de Jacques Goubier à Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/308
1735, 28 août. Constitution. Jean Baptiste Leprince procureur de Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne et sa femme à Marie Madelaine Le Gras. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/309
1735, 7 novembre. Quittance. Le fonds de ____ de M. Maury à dame Petit de Saint Lienne. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/309
1735, 25 novembre. Obligation. Jean Baptiste Leprince de Montbaron ledit procureur de Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne et de Marie Boutteville son épouse à Jeann Caillou fille majeure. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/309
1735, 3 décembre. Vente d’héritage Jean Lequeustre à Louis Gérard Larzillière. Étude de Michel Ange de Saint-Georges (paroisse Saint-Jean-en-Grève à Paris). Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/IV/489
1736, 7 mai. Transaction déposée. Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/310
1739, 16 avril. Constitution de rente en faveur de dame Claude Geneviève Lapostolle épouse séparée de bien de maître Alexandre Vaubelin ancien notaire au Châtelet de Paris par Jean Baptiste Geofroy Petit de Saint Lienne, seigneur de Renay et son épouse Marie Bouteville, représentés par Pierre Lhuillier de Beauchamp, bourgeois de Paris. Étude de Claude François Joseph Raince (paroisse Saint-André des Arts, quartier de la cité à Paris) et Nicolas Juliennet (paroisse Saint-Séverin à Paris). Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/314
1741, 7 mai. Quittance. Claude Danneau à Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/318
1741, 11 juillet. Transaction. Michel Le Page à Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/319
1742, 4 mars. Autorisation et procuration y annexée. Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne à la dame son épouse. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/320
1742, 31 mars. Transport de rente. Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne à Madelaine Élisabeth Maugé. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/320
1744, 8 mai. Transaction. Maître Denis Martin, procureur de Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne à François Perin bourgeois de Paris procureur de Marie Anne de Bar veuve de Jean Baptiste Mauprache. Étude de Nicolas Julliennet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/LXIV/324
1746, 26 avril. Autorisation de Jean-Baptiste Geofroy Petit de Saint-Lienne à sa femme Marie Bouteville. Étude de Jean Andrieu (paroisse Saint-Jean-en-Grève à Paris). Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/IV/543
1746, 16 mai. Contrat de mariage de Louis Sulpice Petit de Champlain et Louise Marguerite de Larzillière veuve de François de Frézals. Étude de Jean Andrieu (paroisse Saint-Jean-en-Grève à Paris). Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/IV/543
1749, 18 octobre. Obligation de Jean-Baptiste Geofroy Petit de Saint-Lienne et dame Marie Bouteville son épouse et Louis Sulpice Petit de Champlain et dame Louise Margueritte de Larzilliere son épouse à Louis Gastou bourgeois de Paris. Étude de Claude Aleaume (paroisse Saint-Sulpice à Paris). MC/ET/XCI/858
1750, 23 janvier. Obligation de Jean-Baptiste Geofroy Petit de Saint-Lienne et dame Marie Bouteville son épouse à Louis Gastou. Étude de Claude Alleaume (paroisse Saint-Sulpice à Paris). Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/XCI/860
1750, 26 janvier. Quittance de Louis François Delage et sa femme à Jean-Baptiste Geofroy Petit de Saint-Lienne. Étude de Claude Alleaume (paroisse Saint-Sulpice à Paris). Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/XCI/860
1751, 19 février. Quitance par Jean-Balthazar Colinet, procureur au parlement de Paris, à Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint Lienne et Marie Bouteville son épouse. Étude de Claude Alleaume (paroisse Saint-Sulpice à Paris). Archives nationales de France, Paris, MC/ET/XCI/872, n° 1708.
1751, 3 juillet. Donation d'espèces par Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint Lienne et Marie de Bouteville son épouse, résidants à Paris, à leur enfants. Étude de Claude Alleaume (paroisse Saint-Sulpice à Paris). Archives nationales de France, Paris, MC/ET/XCI/876, n° 52173.
1751, 3 juillet. Vente de la châtellainie fief volant de Chêne-Carré, paroisse de Renay, par Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint Lienne, bourgeois de Paris et Marie de Bouteville son épouse, résidants à Paris à Jean-Baptiste Donatien Vimeur, comte de Rochambeau, colonel de régiment, et Jeanne-Thérès Telles Da Costa son épouse. Etude de Jean-Louis Le Verrier (paroisse Saint-Germain l'Auxerrois à Paris). Archives nationales de France, Paris, MC/ET/CXVIII/466, n° 57633.
1751, 4 juillet. Vente de la seigneurie de Renay par Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint Lienne, bourgeois de Paris et Marie de Bouteville son épouse, résidants à Paris à Jean-Baptiste Donatien Vimeur, comte de Rochambeau, colonel de régiment, et Jeanne-Thérès Telles Da Costa son épouse. Étude de Jean-Louis Le Verrier (paroisse Saint-Germain l'Auxerrois à Paris). Archives nationales de France, Paris, MC/ET/CXVIII/466, n° 57634.
1751, 21 juillet. Procuration par Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint Lienne, résidant à Paris, à Élisabeth Rose Reuvre, veuve de Charles Bourromet. Étude de Claude Alleaume (paroisse Saint-Sulpice à Paris). Archives nationales de France, Paris, MC/ET/XCI/876, n° 52208.
1761, 28 août. Procuration de rente publique par Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de Saint Lienne, résidant à Paris, paroisse de la Madeleine, à Élisabeth Rose Renard, domiciliée à Paris, paroisse Saint-Gervais, veuve de Charles Bonnomet, bourgeois de Paris. Étude de Nicolas Mathis (paroisse Saint-Gervais à Paris). Archives nationales de France, Paris, MC/ET/XXVI/513, n° 19525.
1762, 2 juin. Mainlevée à Élisabeth Rose Renard, veuve Bonnomet. Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/XXVI/518
1771, 13 juin. Contrat de mariage de Louis Barbe Petit de Champlain, fils de Louis Sulpice Petit de Champlain, et Marie Michelle Hyacinthe Eulalie Verdevoy, fille mineure de Marie Anne Angélique Gabrielle Goudemez, par devant Dupré et Bontemps son confrère, notaires à Paris. Le contrat établit une communauté de bien réduite aux meubles et aux acquêts selon la coutume de Paris. (1 cahier papier de 8 f°). Archives nationales de France, Minutier central, MC/ET/CXIII/462 ou Archives Merlin
1776, 14 février. Procuration de dame Marie Bouteville veuve Petit de Saint-Lienne et de demoiselle Marie Margueritte Judith Petit de Saint-Lienne au sieur François Hagier bourgeois de Paris. Étude de maître Courtin, notaire royal à Vendôme. Archives départementales du Loir-et-Cher (cote à rechercher).
1776, 14 février. Procuration de dame Marie Bouteville veuve Petit de Saint-Lienne et de demoiselle Marie Margueritte Judith Petit de Saint-Lienne au sieur François Hagier bourgeois de Paris. Étude de maître Courtin, notaire royal à Vendôme. Archives départementales du Loir-et-Cher (cote à rechercher).
1776, 4 mars. Accord entre Nicolas Harriet bourgeois de Paris au nom et comme fondé de procuration de dame Marie Bouteville veuve de Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne et de Demoiselle Marie Marguerite Judith Petit de Saint Lienne, et Louis Barbe Petit seigneur de Champlain, sur les rentes héritées de Jean-Baptiste Petit de Saint-Lienne. Étude de Jean-Louis Bro (paroisse Saint-Sulpice à Paris). Archives nationales de France, Paris, MC/ET/XCII/779
1776, 13 août. Procuration de demoiselle Marie Margueritte Judith Petit de Saint-Lienne à dame Elisabeth Rose Renard veuve de Charles Bonnomet maître bourgeois de Paris, sur les rentes perpetuelles assignées sur les revenus du roi et sur les États de la province de Bretagne. Étude Courtin, notaire royal à Vendôme. Archives départementales du Loir-et-Cher (cote à rechercher).
1776, 26 août. Acte de notoriété constatant qu'au décès de Louis Sulpice Petit de Champlain capitaine des chasses du comté de Braine il n'a point été fait d'inventaire et qu'il n'a laissé pour seul et unique heritier que S. Louis Barbe Petit de Champlain écuyer, conseiller du roi contrôleur ordinaire des guerres. Étude de maître Adam, notaire à Braine. Archives départementales de l'Aisne (cote à rechercher).
1776, 26 août. Procuration de Louis Barbe Petit de Champlain, écuyer, conseiller du roi, contrôleur ordinaire des guerres à dame Elisabeth Rose Renard veuve de Charles Bonnomet maître bourgeois de Paris, sur les rentes perpetuelles assignées sur les revenus du roi et sur les États de la province de Bretagne. Étude de maître Adam, notaire à Braine. Archives départementales de l'Aisne (cote à rechercher).
1776, 12 novembre. Acte de notoriété constatant qu'après le décès de Dame Marie Bouteville veuve de M. Jean Baptiste Geoffroy Petit de St. Lienne, il n'a pas été fait d'inventaire et qu'elle a laissé pour uniques héritiers chacun pour moitié, Demoiselle Marie Margueritte Judit Petit de Saint-Lienne, et Louis Barbe Petit de Champlain écuyer, conseiller du Roi contrôleur ordinaire des guerres par representation de Louis Sulpice Petit de Champlain son père. Étude d'Athanase Lemoine (paroisse Saint-Gervais, Paris). Archives nationales de France, Paris, MC/ET/III/1081.
1776, 14 novembre. Procuration de demoiselle Marie Margueritte Judith Petit de Saint-Lienne à Hiacinthe François Lagier bourgeois de Paris. Étude Courtin, notaire royal à Vendôme. Archives départementales du Loir-et-Cher (cote à rechercher).
1777, 13 mars. Transaction liquidation et arrangements entre Louis Barbe Petit écuyer sieur de Champlain conseiller du roi, contrôleur ordinaire des guerres, héritier pour moitié de M. Jean Baptiste Geoffroy Petit de Saint Lienne, et dame Marie Boutteville sa veuve ses aïeul et aïeule paternels d'une part. Et Hiacinthe François Lagier bourgeois de Paris au nom et comme fondé de la procuration spéciale de Marie Margueritte Judith Petit de Saint-Lienne fille majeure par contrat passé devant Coustin et son confrère notaires à Vendome le quatorze novembre mil sept cent soixante seize, la dite demoiselle de Saint-Lienne héritière pour l'autre moitié des dits sieur et dame ses père et mère, d'autre part. Étude Dupré (Paris). Archives nationales de France, Paris, MC/ET/CXIII/491.
1776-1777. Extraits de registres paroissiaux, d'actes de notoriété, d'accords et procurations, concernant les successions de Jean-Baptiste Geoffroy Petit de Saint-Lienne, son épouse Marie Bouteville et leur fils Louis Sulpice Petit de Champlain. Archives départementales de la Loire atlantique, E 1112.


Extraits trouvés par Google books
MÉTAIS (Charles). - Cartulaire de l'abbaye cardinale de la Trinité de Vendôme, 1895, p. 446 ; 1904, p. 212-213.
p. 446 ...de Vendôme et de Brunoy, comte du Maine, du Perche et de vendit, le 3 janvier de la mesme année, à Mr° Jean Baptiste Geoffroy Petit de Sainte-Lienne...
p. 212-213. Sainte-Lienne (Jean-Baptiste Geoffroy Petit de), bourgeois de Paris, propriétaire de la seigneurie de ...

SAINT-VENANT (Raoul de). - "Les seigneurs de Renay, Champlain et Chêne-Carré", Bulletin de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois, 1895, et 1896, p. 245.
L'administration du sieur de Saint-Lienne nous est encore connue par un long procès qui dura de 1720 à 1743 soutenu par lui contre les seigneurs et ...

MOLINIER (Auguste), ARTOIS (Armand d'). - Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque Mazarine, Paris : Bibliothèque Mazarine, 1892.
p. 273 : Saint-Lienne (Seigneurie de), III, 15. Saint-Louis (Séminaire), III, 242.

ROCHAMBEAU (Achille de). - Le Vendômois: épigraphie et iconographie, Paris : H. Champion, 1889-1894, 2 vol.
Vol 2, p. 640 : ... sa propre fille Marie- Marguerite-Judith Petit de Saint-Lienne II avait vendu Renay et le Chêne-Carré au comte de Rochambeau, depuis maréchal de France. ...

TROUILLARD (Guy). - Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790. Loir et Cher, Blois : imprimerie de J. Grandpré, 1936.
p. 276 (...) reconnaissance de ladite rente par Jean-Baptiste Geoffroy Petit de Saint-Lienne, bourgeois de Paris, possesseur de ladite châtellenie, qu'il avait achetée (...) Courcillon, 1722 (4). Vente de cette châtellenie par ledit Petit de Saint-Lienne à Jean-Baptiste Donatien de Vimeur comte de Rochambeau, colonel du régiment de la Marche à la charge de payer à l'abbé de la Trinité une rente annuelle de 60 livres, 1751 (5).

A New Collection of Laws, Charters and Local Ordinances of the Governments of Great Britain , France ans Spain, relating to the concessions of lands in their respective colonies (...) De Joseph M. White, Philadelphia: T. et J. W. Johnson, law booksellers, 1839,vol. II, pp. 442-446.

Extrait des Cartons, Compagnie des Indes, 1722 à 1733, déposés aux Archives.
Extrait du Registre Général des délibérations prises dans les Assemblées Générales d'administration.
Du 18 Aôut, 1728.
Cejourd'hui dix huit Août mil sept cent vingt huit, en l'Assemblée Générale d'administration.
Il a été Délibéré qu'au moyen de la reddition au conseil et à la Chambre des comptes, du Compte rendu par la compagnie des Indes sous le nom du Sr. Bourgeois Trésorier de la banque, de la fabrication des billets de Banque, par lequel le dit Sr. Bourgeois audit nom est demeuré quitte de la recette et dépense concernant la dite fabrication et après que les Comptes de la recette générale du tabac sous le nom d'Armand Villavoine subrogé a Jean Lamiral et celui des fermes générales sous le nom du dit Villavoine, pour le temps que la compagnie a joui desdite fermes générales et du tabac, auront été clos et apurés, et que la compagnie en aura retiré les quitus du contrôleur général des restes, elle fera remettre au tresor royal les effets concernant le roi qui sont restés au depôt, et ceux qui se trouveront /p. 443/ dans la caisse des restes d'Armand Villavoine pour lesquels elle ne demandera aucune valeur au roi, mais seulement aux conditions suivantes.
1° Sa Majesté acquittera la compagnie envers Varent Lambert et Barassy des sommes par eux pretendues &a. &c. &a.
La compagnie céde et transporte à sa Majesté, en vertu de la présente délibération, les trois billets du Sieur Jean Law, qui sont au nombre des effets restés au depôt Savoir: un du 29 7bre, 1720, de cinq millions quatre cent quarante mille livres, un autre du 1 xbre. 1720, de 1,997,342 ; un autre du 14 xbre. au dit an, de 2,621,000 montant et revenant ensemble à la somme de neuf millions neuf cent cinquante huit mille, trois cent quarante deux livres.
Plus : La compagnie céde à sa Majesté le droit qu'elle a acquis contre le Sieur Jean Law par le jugement rendu par M. M. les commissaires du Conseil en date du 5 mars, 1721, pour raison du billet du Sieur de St. Lienne au profit du dit Sieur Law, de quatre millions cinq cent mille livres, et par elle remboursé ; le quel a été adhiré, et la compagnie demeure seulement garante que le dît billet ne lui a point été acquitté par le Sieur Law, ni par aucun autre pour lui, et promet de le rendre comme nul, en cas qu'il soit retrouvé.
La compagnie cède et transporte à sa Majesté, la somme de quinze cent cinquante un mille cinq cent quatorze livres, deux sols six denier a elle due par le dit Sieur Jean Law, pour solde de son compte courant arrêté par la compagnie le 24 avril 1721.
Plus celle de trois millions trois cent soixante deux mille sept cent soixante quatre livres, quatorze sols, quatre deniers, restante de celle de 3,468,694, 16, à elle aussi due, par le Sr. Guillaume Law, pour solde de son compte courant avec la compagnie.
Plus celle de 32619, 17, pour des plombs et etains fournis par la compagnie pour le compte du dit Sieur Jean Law, et celle de quatre cent cinquante mille livres à elle due aussi, par le dit Sieur Jean Law, pour la nourriture par elle fournie aux familles allemandes qui ont passé à la Louisianne pour son compte. Toutes lesquelles cessions et transports montant à dix neuf millions huit cent cinquante cinq mille deux cent soixante livres, treize sols, six deniers, que la compagnie fait à sa Majesté, sans garantie ni recours quelconques, sous quelque prétextes, que ce puisse être.
Plus, la compagnie rétrocede au roi six billets au profit du Sieur Jean Law, reçus par le Sieur Deshayer, dépositaire en consequence d'un arrêt du conseil du 11 Janvier 1723,et faisant partie des effets restés au depôt savoir ; 4 de M. le Marquis de Silly des 11 7bre, 6, 13 et 27 8bre, 1720, montant ensemble à cent cinq mille livres, un de M. de Béthune, du 10 9bre, 1719, de 582,900, et un de M. de Brancas Villeneuve du 14 7bre, 1720, de 150,000, revenant ensemble à 837,900 ; déclarant qu'à l'égard d'un autre billet de 225,000, de M. le Marquis de Grancey et qui faisait partie de la remise portée par le dit arrêt, elle eu reçu la valeur en billets de banque en consequence d'un autre arrêt du conseil du 16 août 1723 ; tons lesquels /p. 444/ (...)
Extrait des Registres du conseil d'Etats.
Vû au conseil d'etat du roi la délibération prise en l'Assemblée de la compagnie des Indes le 18 août der par laquelle pour les causes et aux conditions y contenues, la compagnie cède au Roi tous les droits qu'elle avait à exercer contre les Srs. Jean et Guillaume Law ; ouï le rapport du Sieur Lepelletier, Conseiller d'etat ordinaire et au conseil royal, controleur genéral des finances. /p. 445/
Le Roi étant en son conseil, a agréé et approuvé la dite délibération. Veut sa Majesté qu'elle soit éxécutée selon sa forme et teneur et aux charges et conditions y exprimées.
Fait au conseil d'etat du roi, sa majesté y étant. Tenu à Fontainebleau le troisième jour de Septembre, mil sept cent vingt huit, ainsi signé
PHELIPPEAUX.
L'original du dit arret a été déposé aux archives collationné à l'original.
(Signé) BRISSON DE CALIGNY.


SAINT-VENANT (Raoul de). - Dictionnaire topographique, historique, biographique, généalogique et héraldique du Vendômois et de l'arrondissement de Vendôme... ; publié sous les auspices de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois... Blois : C. Migault, 1913-1917, 4 vol. [En ligne sur le site de la Société archéologique du Vendômois à l'adresse : http://www.vendomois.fr/societeArcheologique/actualites/dictionnaire.html]
Articles Bois Breton (t. I p. 139), Champlain, Chanteloup, Chêne-Carré, La Chapelle Anschéry (t. I p. 293), Lignières (t. II, p. 285), Renay t. III p. 164-169, Petit de Saint-Lienne.
tome III, p. 40. Petit de Saint Lienne (Famille). Renay, Champlain, XVIIIe siècle. - Armes : d'azur au chevron d'or accompagné de 3 étoiles. - (Cachet, au titres de Renay.)
tome III p. 164-169. Renay. (...) Seigneurs (...) XVII. Jean-Baptiste-Geoffroy Petit de St-Lienne, bourgeois de Paris, premier commis du banquier Law, époux de Marie Bouteville, acquéreur de Renay en 1720. Il acheta la terre de Chanteloup, qu'il réunit à Renay, et vendit en 1751 au suivant : XVIII. Jean-Baptiste Donatien de Vimeur, comte (depuis maréchal et marquis) de Rochambeau. (...)

 Aperçu de l'arbre

Geoffroy PETIT, maître bourgeois de Paris /1645-1684/   Andrée d'ANNEQUIN /1645-1684/    
| |



|
x PETIT   ? ?
| |



|
portrait
Jean Baptiste Geoffroy PETIT de SAINT-LIENNE, seigneur de Villeneuve-sur-Bellot , Renay, Chêne-Carré, Chanteloup, Champlain ca 1685-1768



  1. Découvrez les arbres en ligne

    Découvrez les arbres généalogiques en ligne et l'organisation des menus, via une courte visite guidée.

    Si vous ne souhaitez pas faire cette visite immédiatement, vous pourrez y revenir plus tard en cliquant sur le lien "Visite guidée" situé en bas de page.

  2. Accueil Geneanet (1/7)

    Cliquez sur ce logo pour revenir à l'accueil de Geneanet.

  3. Gestion de votre compte (2/7)

    Une fois connecté à Geneanet, vous pourrez consulter ici votre messagerie, revoir et paramétrer vos alertes généalogiques, et gérer vos informations personnelles.

    C'est dans le menu "Mon compte" que vous aurez désormais la possibilité de vous déconnecter.

  4. Connexion et création de compte (2/7)

    Vous n'êtes pas identifié sur Geneanet. Cliquez sur l'un des liens pour vous connecter ou bien pour créer votre compte Geneanet.

  5. Accueil de l'arbre (3/7)

    En cliquant ici, vous retournez à l'accueil de l'arbre que vous visitez.

  6. Outils de recherche (4/7)

    Les champs de saisie vous permettent de chercher une personne dans cet arbre. avec la liste alphabétique des noms.

    En passant la souris sur cette zone, vous affichez les options supplémentaires :
    - lien vers la souche de l'arbre
    - liste de tous les noms de l'arbre
    - options de recherche avancée

  7. Menu généalogique (5/7)

    Ce menu contient tous les outils et actions anciennement placés dans le menu gauche latéral.

    Si vous êtes connecté sur votre arbre, il vous offre un accès rapide aux fonctionnalités de mise à jour de votre généalogie, de paramétrage de votre arbre, etc.

  8. Droits d'accès à l'arbre (6/7)

    Selon les droits d'accès dont vous disposez, vous pouvez changer votre mode de consultation :
    - visiteur : vous pouvez consulter librement l'arbre, sauf les individus marqués comme privés (contemporains) et leurs photos
    - invité : vous pouvez consulter l'arbre entièrement, y compris les individus privés et les photos
    - éditeur : vous pouvez consulter et modifier l'arbre entièrement.

  9. Mode contrasté (7/7)

    Pour un meilleur confort de lecture, cliquez sur ce lien pour activer le mode contrasté sur tous les arbres en ligne.

  10. C'est fini !

    Si vous souhaitez recommencer la visite guidée, cliquez sur le lien "Visite guidée" en bas de la page.