Cet arbre généalogique contient principalement les familles, Marcillaud (Marsillaud), Schellart, Verjans, Mainguenaud, Précigout, Biesot, Gauthier, Dalbas (Dalba), Barbier, Léger, van der Kroft, Bovendeaard, Maçon (Masson)…

L’étude de l’historique familiale ne se limite pas aux branches principales...car, comme l'a un jour dit Jules Michelet (1798-1874) :

"Ces papiers, ces parchemins laissés là depuis longtemps ne demandaient pas mieux que de revenir au jour. Ces papiers n'étaient pas des papiers, mais des vies d'hommes...." 


Édouard Mainguenaud
  • Né le 14 octobre 1891 - Crotet, Auge, Charente (France)
  • Décédé le 1er mars 1945 - Angoulême, Charente (France) , à l’âge de 53 ans
  • Inhumé le 3 mars 1945 - Sigogne, Charente (France)
  • Apprenti tailleur, Ouvrier tailleur, Militaire (soldat), Maître tailleur - Coupeur, Tailleur sur mesure, Auxiliaire aux Greffes du Tribunal Civil, Manutentionnaire, Garde magasin, Tailleur d'habits

 Parents

  • Célestin Mainguenaud, né le 24 novembre 1863 - Le Petit-Beauvais, Auge, Charente (France), décédé le 24 mars 1907 - Coursac, Les Métairies près Jarnac, Charente (France) à l’âge de 43 ans, Cultivateur
    Marié le 31 décembre 1888, Auge, Charente (France), avec
  • Marguerite Dalbas, née le 18 février 1866 - Malanville, Fouqueure, Charente (France), décédée le 15 février 1935 - Montpellier, Herault (France) à l’âge de 68 ans , inhumée le 17 février 1935 - Montpellier, Herault (France), Couturière

 Union(s) et enfant(s)

 Notes

Notes individuelles

Acte de naissance de Edouard Mainguenaud :
L'an mil huit cent quatre-vingt-onze le quatorze octobre à cinq heures du soir, naissance de Édouard Mainguenaud, du sexe masculin, né aujourd'hui quatorze octobre à une heure du soir au domicile de ses père et mère, fils de Célestin Mainguenaud âgé de vingt-sept ans, cultivateur, et de Marguerite Dalbas âgée de vingt-cinq ans, sans profession, mariés domiciliés à Crotet commune d'Auge.
Dressé par nous Léon Panier maire officier de l'état civil de la Commune d'Auge, Canton de Rouillac (Charente) sur la présentation de l'enfant et de la déclaration faite, le père absent, par Jean Dalbas âgé de cinquante ans demeurant à Crotet grand père de l'enfant en présence de Honoré Dalbas âgé de vingt-deux ans cultivateur et de Victor Guérin âgé de cinquante-six ans cultivateur demeurant l'un et l'autre à Crotet témoins qui ont signé avec le déclarant et nous après lecture.

Parcours militaire de Édouard Mainguenaud, de 1911 à 1940 :
• Classe de mobilisation : 1911
• N° matricule lors du recrutement : 353
• Né le : 14 octobre 1891
• Commune de naissance : Auge (Charente)
• Fils de Célestin Mainguenaud (décédé) et de Marguerite Dalbas, domiciliée à Les Métairies, canton de Jarnac, département de la Charente
• Était au moment du Conseil de révision domicilié à : Orléans, 55 rue du Pressoir neuf
• Profession au moment du Conseil de Révision : Tailleur d’habits
• Degré d'instruction générale : 3 (possède une instruction primaire plus développée)
• Décisions du Conseil de Révision :
- Classé dans la 1ère partie de la liste en 1912
- Inscrit sous le N° 59 de la Liste du canton de Jarnac
• Incorporé, à compter du : 1er octobre 1912
• Régiment : 20e Régiment de Dragons
• Arrivé au Corps d’Armée, le : 1er octobre 1912
• N° matricule lors de l’incorporation au 20e Régiment de Dragons : 1639
• Le 20ème Régiment de Dragons était stationné en 1912 à Limoges , Préfecture du département de la Haute-Vienne; Les hommes qui constituaient ce régiment de cavalerie étaient en majeure partie recrutés dans les départements de la Haute-Vienne, de la Creuse, de la Corrèze, de la Dordogne et de la Charente.
• Affectation : 4ème Escadron, 2ème Peloton, du 20ème Régiment de Dragons
• Grade : Cavalier de 2ème classe
• Edouard Mainguenaud est en Campagne contre l’Allemagne, du : 2 août 1914 au 23 août 1919
• Suite à l'Ordre de mobilisation générale, déclaré en France le 1er août 1914, et la Déclaration de guerre de l’Allemagne à la France, transmise par l'ambassadeur d'Allemagne au chef du gouvernement français le 3 août 1914 vers 18h30, le 20e Régiment de Dragons devait constituer 4 éléments de transport qui devaient partir par voie-ferrée, à partir de la gare de Limoges-Bénédictins, dans la nuit du 3 au 4 août 1914 en direction du Nord-Est.
• Selon le « Journal des Marches et Operations du 20e Régiment de Dragons pendant la Campagne du 3 août 1914 au 12 mars 1915 », l’unité de cavalerie est composée de 33 officiers, 658 hommes de troupe et 678 chevaux.
• Le 20ème Régiment de Dragons formait, en 1914, avec le 15ème Régiment de Dragons, la 10e Brigade de Dragons de la Cavalerie française.
• La 10e Brigade de Dragons dépendait du commandement de la 10e Division de Cavalerie française (10e D.C.)
• La 10e D.C. sera tout d’abord engagée en août 1914 sur le front de Lorraine, dans les environ de Nancy, en septembre 1914 dans les environs d’Épernay puis dans la Somme vers Albert, en octobre 1914 dans la région de Béthune, en novembre 1914 dans la région de Messine en Belgique
• Édouard Mainguenaud envoyait pendant cette période une carte postale à ses proches, expédiée de la ville de Bailleul (Nord) datée du mardi 10 novembre 1914, portant le texte : « Toujours parfaite santé » ; Cette carte postale, prise en charge par le Secteur Postal aux Armées N° 147, arrivera à destination, à Sigogne (Charente), le 6 décembre 1914
• Edouard Mainguenaud est à l’Intérieur *, du : 2 août 1914 au 10 juin 1916 (* En Campagne en territoire métropolitain situé hors de la Zone des Armées)
• La 10e D.C. sera, en décembre 1914, déplacée vers le sud du Massif des Vosges, dans la région de Masevaux (Masmünster en allemand) dans le département du Haut-Rhin où elle restera jusqu’en avril 1916
• En 1915 et 1916, les éléments du 20ème Dragons seront engagés dans les tranchées de la région d’Aspach-le-Bas et d’Aspach-le-Haut (Alsace), puis dans les tranchées des secteurs de Michelbach et Burnhaupt, au sud de Thann et de Cernay
• Édouard Mainguenaud passe au Groupe Cycliste de la 10e Division de Cavalerie, le : 15 mars 1916
• N° matricule lors de l’incorporation au Groupe Cycliste : 1639
• Le Groupe Cycliste de la 10e Division de Cavalerie était constitué par le 10e Groupement cycliste du 1er Bataillon de chasseurs à pied
• La 10e D.C. sera dissoute le 24 mai 1916
• Les pelotons du Groupe Cycliste de la 10e Division de Cavalerie seront répartis entre les 5e, 11e et 12e Cuirassiers à pied
• Édouard Mainguenaud passe au 11ème Régiment de Cuirassiers à pied, le : 10 juin 1916
• N° matricule lors de l’incorporation au 11e Régiment de Cuirassiers à pied : 1639
• Edouard Mainguenaud est aux Armées **, Groupe d'armées du Nord et de l’Est, du : 11 juin 1916 au 23 mars 1917 (** En Campagne en territoire métropolitain situé dans la Zone des Armées et des Combats)
• Billet d’ambulance, du 22 mars 1917 (Ce billet fut établi au nom de : Mainguenaud Edouard, 2e classe, Corps du 11e Cuirassiers à pied, 2e Escadron, N° matricule au Corps : 1639, Classe de recrutement 1911, subdivision de région : Angoulême, N° de Registre matricule : 353, inscrit sous le N° 998 du Carnet de passage et des entrées de l’Ambulance, le 23 mars 1917, pour : « Inflammation de la bourse séreuse du gros orteil gauche, imputable au service »
• Est évacué vers l’Hôpital complémentaire N° 25, à Lure (Haute-Saonne), le : 23 mars 1917
• Edouard Mainguenaud est à l’Intérieur, du : 24 mars 1917 au 6 avril 1917
• Billet d’hôpital, du 6 avril 1917, établi par le Dr Arais, médecin traitant, constatant une déviation du gros orteil du pied gauche, compatible avec le service
• Permission de 7 jours, accordée par le Dr Arais, suite a une petite intervention chirurgicale
• Rejoint la 5e Compagnie, 2e Bataillon, du 11e Régiment de Cuirassiers à pied, qui dépend de la 1re Division de Cavalerie à pied, le : 21 avril 1917
• Edouard Mainguenaud est aux Armées, Groupe d'armées du Nord et de l’Est, du : 7 avril 1917 au 24 octobre 1918
• Le 25 Septembre 1918, était formé un Groupement Mixte Franco-américain, destiné à assurer la liaison entre les Troupes Françaises qui attaquent en Champagne, et les Troupes Américaines qui opèrent en Argonne.
• Ce Groupe mixte, dont dépendait Édouard Mainguenaud, comprend un régiment français et un régiment americain : le 11ème Cuirassiers à Pied et le 368ème Régiment Infantry United States (368ème R.I.U.S.).
• Le 17 Octobre 1918, le 11ème Cuirassiers à Pied reprenait position sur les lignes de front, au Nord de l'Aire (affluent de l'Aisne), entre Termes et Grandpré (Ardennes).
Édouard Mainguenaud fut blessé, le : 24 octobre 1918, à 18 heures, à La Bergerie, commune de Termes (Ardennes), par des éclats d'obus aux deux cuisses et au petit doigt de la main gauche.
• Ce même jour du 24 octobre 1918, le 11ème Cuirassiers à Pied déplorait la perte de 7 soldats, de même que 13 autres soldat de ce régiment étaient blessés, par suite des violents tirs de l'artillerie ennemie qui tentait de faire barrage à l'avance des unités franco-americaines dans le secteur de Termes (village situé dans le département français des Ardennes).
• Édouard Mainguenaud est évacué par le service de santé, le : 25 octobre 1918
• Il est admis à l'Hôpital auxiliaire de Lyon, le : 27 octobre 1918
• Édouard Mainguenaud est à l’Intérieur, du : 25 octobre 1918 au 12 mai 1919
• Billet d’hôpital, fait à Lyon, le 27 octobre 1918 : « Mainguenaud Edouard, soldat, du Corps du 11e Cuirassiers à pied, 5e Compagnie, N° matricule 353, blessé le 24 octobre 1918, est admis le 27 octobre 1918 à l’Hôpital auxiliaire de Lyon : Atteint de plaies pénétrantes des deux cuisses et de l’auriculaire gauche, contactées en Service commandé ».
• Édouard Mainguenaud sort de l'Hôpital auxiliaire de Lyon pour rentrer à l'Hôpital complémentaire N° 30 - Centre de réforme de Lyon , le : 3 décembre 1918
• Billet d’hôpital, fait à Lyon, le : 26 décembre 1918 (établi par le médecin-chef : « les blessures au cuisses et à la main gauche, nécessitent un Congé de convalescence de 45 jours » • Quitte l’Hôpital complémentaire - Centre de réforme de Lyon, le : 28 décembre 1918
• Édouard Mainguenaud mettra à profit le Congé de convalescence qui lui à été accordé pour convoler en juste noces avec Berthe Maçon ; Le mariage a été célébré a Sigogne (Charente), le : 31 decembre 1918
• Est au Dépôt du Régiment, du : 12 mai 1919 au 22 août 1919
• Mis en Congé illimité de démobilisation, le 23 août 1919
• Dépôt démobilisateur : 20e Régiment de Dragons
• Médaille de la Victoire (décernée à tous les combattants alliés, elle fut crée en France par la loi du 20 juillet 1922)
• Médaille Commémorative de la Grande Guerre (accordée à tout militaire sous les drapeaux entre le 2 août 1914 et le 11 novembre 1918, cette médaille fut crée par la loi du 23 juin 1920)
• Certificat de Bonne conduite accordé
• Passe dans la Réserve de l’Armée d’active, le : 24 août 1919
• Maintenu dans la Réserve de l’Armée d’active, le : 24 juillet 1920
• Affecté, à compter de cette date au : 112e Régiment d'Artillerie lourde hippomobile
• Domicilié à Jarnac (Charente), 41 Rue Gambetta, en date du : 24 juillet 1920
• Domicilié à La Châtre (Indre), 19 Rue Venose, en date du : 19 février 1925
• Maintenu dans la Réserve de l’Armée d’active, le : 24 août 1926
• Affecté, à compter de cette date au : 20e Régiment d'Artillerie de campagne
• Maintenu dans la Réserve de l’Armée d’active par la commission de réforme de Tours : le 12 octobre 1926
• Domicilié à La Châtre (Indre), 17 Rue Beaufort, en date du : 10 février 1928
• Maintenu dans la Réserve de l’Armée d’active, puis par la commission de réforme de Nîmes, le : 20 août 1929
• Édouard Mainguenaud sera maintenu dans la 2e Réserve de l’Armée d’active, sans affectation, à compter du : 10 novembre 1932
• Domicilié à Montpellier, Impasse Cantié - Rue Émile Zola, en date du : 5 avril 1937
• Rappelé en Service actif (Mobilisation partielle décrété en France et en Grande-Bretagne suite aux menaces de guerre entre la Tchécoslovaquie et l'Allemagne), le : 28 septembre 1938
• Renvoyé dans ses foyers (Signature des Accords de Munich), le 1 octobre 1938
• Maintenu dans la 2e Réserve de l’Armée d’active par la commission de réforme de Montpellier, le 21 avril 1939
• Edouard Mainguenaud sera Libéré définitivement de ses obligations militaires, le 10 novembre 1940

  • Édouard Mainguenaud a adhéré, en 1931, à la « Société de Secours Mutuels des Anciens Militaires de tous grades de Terre et de Mer, de Montpellier, Fondée le 30 Juin 1875 ».
    Le Livret, délivré à son nom, porte le N° Matricule 202-312, et les l’adresse successives : 9 Rue du Refuge, Impasse Cantié - Rue Émile Zola, 10 Grand Rue, à Montpellier.
    Les cotisations, pour Édouard Mainguenaud, son épouse et sa fille, ont été payées sans interruptions de l’année 1931 à l’année 1944 incluses.
  • Certificat de travail, délivré sous la responsabilité de Monsieur de Mouilhet, en qualité de directeur commercial, des Établissements « Vêtements St-Remy, à Angoulême (Charente), fait le 5/6/1944, stipule que MAINGUENAUD Édouard, né le 13.10.1891, demeurant 307, Chemin de Clérac à Sillac, à Angoulême, exerce le métier de tailleur dans le susdit établissement depuis le 26.5.1944.

Notes concernant l'union

Acte de Mariage entre Edouard Mainguenaud et Berthe Maçon :
Du trente et un décembre mil neuf cent dix-huit, acte de mariage entre Edouard Mainguenaud, né le quatorze Octobre mil huit cent quatre-vingt-onze, à Auge, Arrondissement d'Angoulême, Département de la Charente, Profession: tailleur, Domicilié aux Métairies (près Jarnac), fils de Célestin Mainguenaud, décèdé le vingt-cinq mars mil neuf cent sept, et de Marguerite Dalbas, demeurant à Coursac par Jarnac, commune des Métairies (Charente); Et,
Berthe Maçon, née le deux Juillet mil huit cent quatre-vingt-quinze à Sigogne, Arrondissement de Cognac, Département de la Charente, Profession: Tailleuse; Domiciliée à Sigogne, fille de Jean Maçon et de Marie Pascaud, décédée le trois décembre mil huit cent quatre-vingt-dix-neuf; Le futur, soldat, du corps du 11e Régiment de Cuirassiers à pied, 5e Compagnie, est autorisé à contracter mariage en vertu d'une autorisation délivrée par le médecin chef de l'hôpital complémentaire n°30, Centre spécial de réforme de Lyon, datée du 26 décembre 1918.
Edouard Mainguenaud et Berthe Maçon sont mariés sous le régime de la communauté légale de bien, sans contrat de mariage;
Délivré le 31 Décembre 1918, l'Officier de l'Etat Civil L. Lacoste.

 Sources

  • Personne: Registre matricule, Livret militaire individuel, Billet d'Hôpital et Certificat de Visite signés par le Médecin Major
  • Naissance: Registre des naissances de la commune d'Auge
  • Union: Extrait du Registre des Actes de Mariages de la Commune de Sigogne
  • Décès: Registre des Actes de décès de la Mairie d'Angoulême (Charente)

 Aperçu de l'arbre

François Mainguenaud 1777-1855   Marie Pougnaud ca 1785-1868   Jean Biais ca 1798   Marie Biais ca 1794-1850   Jean Dalba 1817-ca 1887   Anne Marie Tallon 1817-1858   Pierre Thuaud ca 1821-1901/   Marie Brochet ca 1822-
|
8
  |
9
  |
10
  |
11
  |
12
  |
13
  |
14
  |
15



 


 


 


|   |   |   |
François Mainguenaud 1815-1886   Marie Biais 1827-1895   Jean Dalba 1841-1920   Marie Céline Thuaud 1844-
|
4
  |
5
  |
6
  |
7



 


|   |
Célestin Mainguenaud 1863-1907   Marguerite Dalbas 1866-1935
|
2
  |
3



|
Édouard Mainguenaud 1891-1945


  1. Découvrez les arbres en ligne

    Découvrez les arbres généalogiques en ligne et l'organisation des menus, via une courte visite guidée.

    Si vous ne souhaitez pas faire cette visite immédiatement, vous pourrez y revenir plus tard en cliquant sur le lien "Visite guidée" situé en bas de page.

  2. Accueil Geneanet (1/7)

    Cliquez sur ce logo pour revenir à l'accueil de Geneanet.

  3. Gestion de votre compte (2/7)

    Une fois connecté à Geneanet, vous pourrez consulter ici votre messagerie, revoir et paramétrer vos alertes généalogiques, et gérer vos informations personnelles.

    C'est dans le menu "Mon compte" que vous aurez désormais la possibilité de vous déconnecter.

  4. Connexion et création de compte (2/7)

    Vous n'êtes pas identifié sur Geneanet. Cliquez sur l'un des liens pour vous connecter ou bien pour créer votre compte Geneanet.

  5. Accueil de l'arbre (3/7)

    En cliquant ici, vous retournez à l'accueil de l'arbre que vous visitez.

  6. Outils de recherche (4/7)

    Les champs de saisie vous permettent de chercher une personne dans cet arbre. avec la liste alphabétique des noms.

    En passant la souris sur cette zone, vous affichez les options supplémentaires :
    - lien vers la souche de l'arbre
    - liste de tous les noms de l'arbre
    - options de recherche avancée

  7. Menu généalogique (5/7)

    Ce menu contient tous les outils et actions anciennement placés dans le menu gauche latéral.

    Si vous êtes connecté sur votre arbre, il vous offre un accès rapide aux fonctionnalités de mise à jour de votre généalogie, de paramétrage de votre arbre, etc.

  8. Droits d'accès à l'arbre (6/7)

    Selon les droits d'accès dont vous disposez, vous pouvez changer votre mode de consultation :
    - visiteur : vous pouvez consulter librement l'arbre, sauf les individus marqués comme privés (contemporains) et leurs photos
    - invité : vous pouvez consulter l'arbre entièrement, y compris les individus privés et les photos
    - éditeur : vous pouvez consulter et modifier l'arbre entièrement.

  9. Mode contrasté (7/7)

    Pour un meilleur confort de lecture, cliquez sur ce lien pour activer le mode contrasté sur tous les arbres en ligne.

  10. C'est fini !

    Si vous souhaitez recommencer la visite guidée, cliquez sur le lien "Visite guidée" en bas de la page.