• Née le 9 septembre 1886 - Montalieu,38,Isère,Rhône Alpes,FRANCE
  • Décédée le 22 novembre 1961 - Lyon,69001,Rhône,Rhône Alpes,FRANCE , à l’âge de 75 ans

 Parents

 Frères et sœurs

 Notes

Notes individuelles

NINON VALLIN, texte de Jeanine Touzet et Andrè Boeuf - CGD.
Paru dans généalogie et histoire No 123, de septembre 2005.

Ninon Vallin est née en 1886 dans une famille du bas Dauphiné. Son père, Félix Vallin, qui avait épousé Marie Champier en 1881, était clerc de notaire à Montalieu au moment de sa naissance. Ses deux soeurs, Marie-Blanche et Henriette étaient venues au monde quelques années auparavant. Tandis que, deux ans plus tard, un garçon viendra compléter la famille.

Dès son plus jeune âge, on prendra l'habitude de l'appeler Ninon. Félix Vallin changera en quelques années plusieurs fois d'étude, il sera clerc de notaire à Aigueperse, dans le département du Rhône voisin, au Grand-Serre sur le plateau des Chambarans, puis à Champier.Voulant donner à ses enfants une bonne éducation, il devra les mettre en pension, c'est ainsi que les trois soeurs partiront au pensionnat de Saint-Laurent-en-Brionnais dans le Charolais. C'est là que Ninon découvrira la musique. Elle a trouvé sa vocation, c'est une enfant surdouée pour le chant. A dix ans, elle chante pour la première fois en soliste lors de la messe de Noël de son pensionnat.
En 1900, la famille Vallin qui habite à Champier, connaît de graves difficultés financières ; Ninon doit interrompre ses études ; il est même question de vendre le piano, Ninon s'y refuse et pour aider sa famille décide d'aller travailler à l'usine de tissage du lieu. Cependant, la musique lui manque. Elle décide avec sa soeur Blanche de préparer le concours d'entrée au conservatoire de Lyon, pour ce faire elle prendra la décision d'aller deux fois par semaine à Lyon prendre des cours de chant. Admises au concours d'entrée, avec sa soeur, elles s'installent alors toutes deux dans une modeste pension à Lyon.

En 1910, Ninon remporte le premier prix de chant du conservatoire. Remarquée par d'importantes personnalités musicales de l'époque, Ninon part pour la capitale où elle entre au Conservatoire, tout en jouant de petits rôles dans diverses productions.

En 1911, coup de pouce du destin, lors de la création de son « Martyre de saint Sébastien » Debussy, lassé par les caprices d'une diva, fait appel à elle au dernier moment pour la remplacer dans tous les soli. Le succès fut immense et la célébrité immédiate
Elle est devenue une des meilleures cantatrices de son temps, les succès succéderont aux succès. Elle interpréta d'abord le rôle de Micaëla dans « Carmen », avant de triompher dans celui de Carmen. Elle fut Mignon dans l'opéra de Charles Thomas d'après une oeuvre de Goethe puis Mimi dans « La Bohème ». Enfin elle triomphe dans « Louise » de Gustave Charpentier avant que la déclaration de guerre ne fasse fermer toutes les scènes lyriques de la capitale.

Entre temps Ninon avait épousé en juillet 1913 un jeune, beau musicien et impresario italien Pardo, elle le suit alors en Italie au moment de la déclaration de guerre, puis le couple part à l'étranger, en Espagne d'abord puis en Amérique du Sud où elle se produit en 1916 à Buenos Aires. Elle fait un triomphe dans le rôle de Marguerite de « Faust » au théâtre Colon devant le président argentin et un parterre des principales personnalités du pays.

En 1917 le couple se déchire. Elle continue une carrière internationale sur les principales scènes lyriques du monde. Elle passera beaucoup de temps à Montevideo.

En 1926, Ninon, toujours en Amérique du Sud, achète par l'intermédiaire de son frère Hector une propriété àMillery (69) « La Sauvagère » pour y loger sa mère. Elle en fera son lieu de repos entre deux concerts.

Pendant la seconde guerre mondiale, elle ne se produira guère qu'à Lyon. Ses principaux triomphes furent « Les noces de Figaro », « Carmen », « Marie l'égyptienne » de Respighi et enfin en janvier 1944 « La damnation de Faust » dirigâee par Cluytens.

Le 5 août 1951, elle inaugure dans le parc de sa propriété de Millery un théâtre de verdure dans lequel jusqu'en 1957 elle donne chaque année un spectacle lyrique exceptionnel.

En 1957, elle fait ses adieux à la scène. En 1960, elle vend sa propriété de « La Sauvagère » et se retire à SainteFoy-lès-Lyon. Elle décède le 22 novembre 1961 à Lyon, elle sera enterrée au cimetière de Millery où l'on peut se recueillir sur sa magnifique tombe en marbre, don du gouvernement urugayen.

Sa discographie est constituée de plus de 450 enregistrements, mais tous sur disques vinyle sont aujourd'hui introuvables. Cependant, on peut entendre sa voix de nos jours sur deux CD de la maison « Marston -Pathé Art Label ».

Les parents de Ninon, eux, sont enterrés dans le cimetière de Nantoin près de La Côte-Saint-André où la famille avait une maison de campagne dans laquelle Ninon passa ses vacances pendant son enfance et son adolescence.

 Aperçu de l'arbre

Joseph-François VALLIN 1823-   Marie Henriette GENTAZ 1828-1879    
| |



|
Félix-Philippe VALLIN 1855-   Marie CHAMPIER 1859-
| |



|
Joséphine-Eugénie "Ninon" VALLIN 1886-1961



  1. Découvrez les arbres en ligne

    Découvrez les arbres généalogiques en ligne et l'organisation des menus, via une courte visite guidée.

    Si vous ne souhaitez pas faire cette visite immédiatement, vous pourrez y revenir plus tard en cliquant sur le lien "Visite guidée" situé en bas de page.

  2. Accueil Geneanet (1/7)

    Cliquez sur ce logo pour revenir à l'accueil de Geneanet.

  3. Gestion de votre compte (2/7)

    Une fois connecté à Geneanet, vous pourrez consulter ici votre messagerie, revoir et paramétrer vos alertes généalogiques, et gérer vos informations personnelles.

    C'est dans le menu "Mon compte" que vous aurez désormais la possibilité de vous déconnecter.

  4. Connexion et création de compte (2/7)

    Vous n'êtes pas identifié sur Geneanet. Cliquez sur l'un des liens pour vous connecter ou bien pour créer votre compte Geneanet.

  5. Accueil de l'arbre (3/7)

    En cliquant ici, vous retournez à l'accueil de l'arbre que vous visitez.

  6. Outils de recherche (4/7)

    Les champs de saisie vous permettent de chercher une personne dans cet arbre. avec la liste alphabétique des noms.

    En passant la souris sur cette zone, vous affichez les options supplémentaires :
    - lien vers la souche de l'arbre
    - liste de tous les noms de l'arbre
    - options de recherche avancée

  7. Menu généalogique (5/7)

    Ce menu contient tous les outils et actions anciennement placés dans le menu gauche latéral.

    Si vous êtes connecté sur votre arbre, il vous offre un accès rapide aux fonctionnalités de mise à jour de votre généalogie, de paramétrage de votre arbre, etc.

  8. Droits d'accès à l'arbre (6/7)

    Selon les droits d'accès dont vous disposez, vous pouvez changer votre mode de consultation :
    - visiteur : vous pouvez consulter librement l'arbre, sauf les individus marqués comme privés (contemporains) et leurs photos
    - invité : vous pouvez consulter l'arbre entièrement, y compris les individus privés et les photos
    - éditeur : vous pouvez consulter et modifier l'arbre entièrement.

  9. Mode contrasté (7/7)

    Pour un meilleur confort de lecture, cliquez sur ce lien pour activer le mode contrasté sur tous les arbres en ligne.

  10. C'est fini !

    Si vous souhaitez recommencer la visite guidée, cliquez sur le lien "Visite guidée" en bas de la page.