GeneaNet

Connexion

identifiant et/ou mot de passe oublié(s)


 | 
 
 

site familial ... Charte (28-5-2013) ... Sorciers ...(Nouveau mdp) ... mdp et correspondance ... Base-Lieux 1-4-2013) ...  Communes ... Lieux à Paris ... Anciennes provinces ... Sosa ...  Webmaster .... Liste des Magiciens (aller sur "Chronique familiale") ... Visiteurs (ne téléphonez à personne  ! Clicquez ...  !)  patronymes germaniques  Cyr

Â, Ê, Î, Ô, Û, Ã, Ñ,Õ, Ø, À, È, Ì, Ò, Ù, Á, É,Í, Ó, Ú, Ý, Ä, Ë, Ï, Ö, Ü, Ç, Ÿ

Vous êtes nouveau sur la base Pierfit ? Merci de consulter le texte de présentation dans la Chronique Familiale

H  Jacques de BEAUNE le supplicié de Montfaucon

(Jacques de BEAUNE)
Alias:  M. de Semblançay
Titres: baron de Semblançay(37), seigneur de la Carte(Ballan-Miré 37), seigneur de Ballan ((Ballan-Miré 37)), vicomte de Tours, maire de Tours (1498), ministre des finances (1518), gouverneur de Touraine, voir Exécutés (1527)


Jacques de BEAUNE
  • Né en 1441
  • Décédé le 12 août 1527 - Gibet de Montfaucon, Paris X° (75) , à l’âge de 86 ans
  • Banquier, trésorier de la reine Anne de Bretagne, général des finances du Languedoc, surintendant des finances en 1518, chambellan du Roi

Parents

Union(s), enfant(s), les petits enfants et les arrière-petits-enfants

Fratrie

Notes

Notes individuelles

bailli et gouverneur de Touraine

Fils d'un riche banquier négociant de Tours.
Il devint trésorier d'Anne de Bretagne en 1491, puis général des finances du Languedoc en 1495 et de Languedoïl en 1509. Il y avait alors quatre généraux des finances pour tout le royaume (Languedoc, Languedoïl, Seine et Yonne, Normandie), et leur fonction consistait à organiser les recettes dans leur circonscription, y compris les recettes extraordinaires destinées à couvrir des dépenses imprévues. Les trésoriers de France, qui occupaient une fonction proche, et les généraux, formaient une oligarchie dont la puissance s'accrut au cours des règnes de Louis XII et de François Ier.
Jacques de Beaune devint le financier de Louise de Savoie, et acquit, en 1515, la baronnie de Semblançay.
En 1518, François Ier lui donna la charge de toutes les finances du royaume, tant ordinaires qu'extraordinaires, couronnant ainsi l'édifice de réorganisation des recettes de l'État. Mais les dépenses du souverain ne cessant de croître guerres d'Italie et élection manquée à l'Empire, notamment , Semblançay se trouva de plus en plus en difficulté, incapable, à partir de 1521, de fournir l'argent nécessaire.

Les défaites d'Italie de 1522 précipitèrent sa chute ; il en fut rendu responsable et, en 1524, une commission fut nommée pour examiner ses comptes. Semblançay fut accusé d'avoir confondu les comptes du roi et de sa mère; il se défendit en affirmant que ces derniers l'avaient autorisé à agir ainsi ; en outre, François Ier était débiteur net de 300 000 livres envers son grand argentier, ce que le jugement reconnut en 1525. Mais, en 1527, un nouveau procès, criminel cette fois, lui fut intenté avec des juges et des contrôleurs des comptes nommés par le roi qui établirent que Semblançay et ses commis devaient leur fortune aux intérêts payés par le trésor que lui-même avait mis en déficit.
Le 9 août, Semblançay fut condamné à mort pour avoir falsifié les comptes de Louise de Savoie et détourné de l'argent destiné au roi. Il fut pendu le surlendemain. Son procès fut le plus important d'une lutte menée par François Ier contre ses créanciers.

Certaines des plus grandes familles de financiers du royaume, personnages le plus souvent issus de la roture, qui s'étaient enrichis par le négoce avant de se lancer dans les prêts d'usure, furent ainsi inquiétées: la propre famille de Semblançay, Gilles Berthelot, Thomas Bohier, Jean de Poncher qui fut exécuté et bien d'autres durent payer de lourdes amendes et restitutions, au terme de procès criminels qui produisirent une forte impression sur les contemporains, ainsi que le montre le Journal d'un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier.

Pendant sa vie il se comporta en mécène et fit édifier le plus important hotel de la Renaissance de cette ville, L'Hotel de Beaune-Semblancay qui a été construit par l'architecte Guillaume Besnouard de 1507 à 1508. Il était disposé en U et le batiment principal était parrallèle à la rue Nationale, les vestiges qui subsistent appartenaient aux ailes.Il a aussi construit de beaux chateaux à La Carte et Semblancay qui sont aujourd'hui malheureusement disparus. La baronnie de Semblançay appartint ensuite aux La Trémoille, puis aux Luynes.


Béllérophon 10/4/2011 :

Guillaume Barthélemy http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=pierfit_w&lang=fr;m=MOD_IND;i=479372? , également époux d'une Jeanne Ruzé, donc son neveu par alliance, fût également Intendant d'Anne de Bretagne.

---------------------------------

(PhilBories 05/2011) En l'absence de données précises sur sa date de naissance, le Dictionnaire des surintendants et contrôleurs généraux des finances (cf. site de l'IGPDE), en acccord avec les conclusions d'Alfred Spont (1), situe plutôt celle-ci entre 1455 et 1458. Cela le ferait donc plus vraisemblablement monter au gibet de Montfaucon - redoutable épreuve physique en soi précédant la pendaison puisqu'il fallait gravir à reculons, encordé au bourreau, les degrés d'une haute échelle - vers l'âge déjà respectable à l'époque de 70 ans.

Quoi qu'il en soit, le courage et la fermeté d'âme avec lesquels Jacques de Beaune, qui avait successivement servi Charles VIII, Louis XII et François Ier, marcha au supplice ont été immortalisés par le poète Clément Marot dans sa célèbre épigramme :

Du lieutenant criminel, et de Semblançay (1527)

Lorsque Maillart, juge d’Enfer, menoit
À Monfaulcon Semblançay l’âme rendre,
À votre advis, lequel des deux tenoit
Meilleur maintien? Pour le vous faire entendre,
Maillard sembloit homme qui mort va prendre
Et Semblançay fut si ferme vieillart
Que l’on cuydoit, pour vray, qu’il menast pendre
À Montfaulcon le lieutenant Maillart
.


(1) Alfred Spont, Semblançay (?-1527) - La bourgeoisie financière au début du seizième siècle, Paris, Hachette, 1895, p. 15, note 1 (consultable en ligne sur archive.org).


Sources

  • Personne: Sisyphe, Déméter (de Saint-Allais T1 p137) / Béllérophon 12/4/2011 / PhilBories 05/2011
  • Famille: Sisyphe
  • Décès: Vers 1490 pour St-Allais

Arbre d'ascendance Arbre de descendance Aperçu de l'arbre

Jean ou Simonet dit de Beaune FOURNIER   demoiselle TRAVERS    
|
4
  |
5
 



 
|  
Jean de Beaune FOURNIER , voir Banquiers †1480   Jeanne BINET †1485/
|
2
  |
3



|
Jacques le supplicié de Montfaucon de BEAUNE , baron de Semblançay 1441-1527