GeneaNet

Connexion

identifiant et/ou mot de passe oublié(s)


 | 
 
 

site familial ... Charte (28-5-2013) ... Sorciers ...(Nouveau mdp) ... mdp et correspondance ... Base-Lieux 1-4-2013) ...  Communes ... Lieux à Paris ... Anciennes provinces ... Sosa ...  Webmaster .... Liste des Magiciens (aller sur "Chronique familiale") ... Visiteurs (ne téléphonez à personne  ! Clicquez ...  !)  patronymes germaniques  Cyr

Â, Ê, Î, Ô, Û, Ã, Ñ,Õ, Ø, À, È, Ì, Ò, Ù, Á, É,Í, Ó, Ú, Ý, Ä, Ë, Ï, Ö, Ü, Ç, Ÿ

Vous êtes nouveau sur la base Pierfit ? Merci de consulter le texte de présentation dans la Chronique Familiale

H  Jean-Antoine DELPECH de FRAYSSINET

(Jean-Antoine DELPECH-DELPERIÉ) (Jean-Antoine DELPECH de FRAISSSINET) (Jean-Antoine DELPECH)
(Jean-Antoine Hippolyte DELPECH de FRAYSSINET)
Titres: voir Légion d'honneur (Chevalier), voir expédition d'Alger (1830), maire de Sauveterre-de-Rouergue (1814-1830, avant 1844-1847), médecin de Rochefort (1842), voir Chirurgiens et Médecins militaires, voir Société cantalienne (1851)


Jean-Antoine DELPECH de FRAYSSINET
  • Né le 7 juillet 1785 - Sauveterre-de-Rouergue (12)
  • Décédé le 4 décembre 1848 - Sauveterre-de-Rouergue (12) , à l’âge de 63 ans
  • Inhumé - Aurillac (15)
  • (Épitre dédicatoire au baron Larey) Chirurgien principal aux armées (1808) Espagne, 1811-1814 Russie, 1830-1839 Afrique, médecin chef aux l'hôpitaux de Metz, La Rochelle, Rochefort, puis de Lyon.

Parents

Union(s), enfant(s), les petits enfants et les arrière-petits-enfants

Fratrie

Relations

Notes

Notes individuelles

Études de médecine à Montpellier en 1805 et 1806. (Biographie du Dr Maisonabe)

Vente de Baecque & Associés, à Lyon: Campagne de Russie: Delpech de Frayssinet (Jean-Antoine). Essais poétiques. Manuscrit, sans lieu ni date, petit in-folio de 152 pages, demi-reliure de l'époque en cuir de Russie vet foncé.

Émouvant recueil de poésies, inédit, constitué par un chirurgien français qui avait participé à la Campagne de Russie (1812), avant d'être fait prisonnier et détenu sur les bords de la Baltique (1813).

Dédié au baron Larrey, chirurgien en chef de la Grande Armée, il contient 54 poèmes, la plupart en rapport avec la Campagne de Russie et la captivité de l'auteur. Bataille de Vilna (juin 1812) ; arrivée à Vitebsk et à Smolenk ; incendie de Moscou (septembre) ; passage de la Beresina (novembre) ; repli sur Vilna ; attaque de la ville de Koutouzov, où l'auteur grièvement blessé est fait prisonnier (en même temps que Desgrenettes). Les poèmes (hymnes, sonnets, odes, stances,..) qui composent ce recueil sont souvent dédiés à des personnes que l'auteur rencontra pendant sa détention.

L'un des derniers poèmes, intitulé "Aux Marseillais, stances improvisées", évoque l'expédition d'Alger commandée par le Maréchal de Bourmont (juin-juillet 1830). Le présent recueil a probablement été copié peu après cette date et offert au barron Larrey. Par la suite, son fils Hippolyte apposa sur la page de titre son cachet ex-libris et écrivit au verso : "Quelques fragments de ces essais mériteraient d'être publiés". (Lyon, lot n°34 jeudi 26 janvier 2012).

La prise d'Alger Marseilles et l'Algérie, 1830-1841, Piere Guiral, Publication de l'université d'Aix-en-Provence, Orphys, 1957.

..."enflammé d'espérances religieuses, lui avait été adressé par Delpech de Frayssinet, médecin de l'armée d'expédition:
Allez, plantez la croix sur la rive punique. Sous des lauriers, dictez vos lois. Augustin a souri dans sa tombe sacrée. Hyppone a tressailli sous ses marbres épais ; Et des premiers chrétiens la terre révérée a salué vos étendards !"... (p. 51)


Le choléra

1832 - L'arrivée du choléra en France, par Philippe Jeulin.

La première vague de Choléra touche la France en mars 1832. L'étude de PAILLARD publiée en août 1832 nous permet de dessiner une première esquisse de la propagation de l'épidémie.

D'après lui, le choléra apparaît à la fin du mois de Mars dans le département de la Seine puis, juste après dans la Seine-et-Oise, la Seine-et-Marne et l'Oise, en fait, grosso modo dans le coeur du Bassin Parisien. Le Pas-de-Calais est ensuite touché à son tour.

Un autre auteur, A. MOREAU de JONNÈS date, quant à lui, le début de l'épidémie à la mi-mars et la situe tout d'abord dans le Pas-de-Calais. En mai 1832, des médecins de Calais affirmeront d'ailleurs à l'Académie de Médecine que le choléra est apparu dans leur ville dès le 15 mars.

Quoiqu'il en soit, pour ces deux rapporteurs, même s'ils ne sont pas tout à fait d'accord sur les lieux et dates, les premiers cholériques français appartiennent aux départements de la Seine et du Pas-de-Calais ("Une Peur Bleue, Histoire du Choléra en France, 1832-1854", page 79-82).

D'où venait-il ?
Peut-être d'Angleterre via la Mer du Nord d'après un médecin, DELPECH de FRAYSSINET. Pour ce dernier, la contrebande entre les habitants d'Aire-sur-la-Lys (62) et l'Angleterre en est responsable. Le choléra se répand par la suite comme une tâche d'huile aux départements de l'Aisne et de l'Yonne puis à tout le Bassin Parisien, à la Normandie et aux Ardennes. Le choléra arrivera un peu plus tard en Poitou, en Bretagne et dans la vallée du Rhône.

Les autorités notent également des cas de choléra dans l'Est de la France, en Meuse, entre autres à Condé. Ceci fait dire à certains historiens que la maladie a peut-être pénétré en France par deux grandes voies, la Mer du Nord venant d'Angleterre et l'Est venant des pays d'outre-Rhin. Détail terrible, on note que les premiers cas de choléra à Paris sont apparus dans l'entourage des médecins partis enquêter en Pologne et en Russie...

L'épidémie de choléra se poursuivit en 1833 et 1834 sans que l'on sache très bien si la souche des vibrions de ces vagues secondaires était la même que celle des vibrions de 1832... Ces derniers survécurent sans doute en Vallée du Rhône (choléra signalé en Ardèche en 1833) mais les historiens envisagent également une "re-contamination" en provenance de la Méditerranée (épidémie de choléra à Oran en octobre 1834, puis à Marseille en décembre).

Source: http://www.amicale-genealogie.org/Histoires_temps-passe/Epidemies/chol03.htm
?
Voyez aussi: Mémoires sur le Choléra moribus, pour servir à l'histoire de l'invasion de cette maladie sur le territoire français, par le Dr DELPECH de FRAYSSINET,
docteur en médecine, ancien médecin de la Grande Armée en Espagne, en Allemagne, en Russie, etc.., l'un des médecins de l'armée d'expédition d'Afrique, ex-médecin des hopitaux militaires d'Aire, de Pont-à-Mousson et de Metz, actuellement médecin en chef de l'hôpital militaire de Lyon, 1832, à Lyon, chez Théodore Pitrat.

Possédait une maison donnant sur la place de Villefranche.

A été médecin chef de l'hôpital militaire de La Rochelle et/ou de Rochfort, selon un article du Docteur Crouigneau, chirurgien militaire à l'hôpital de La Rochelle, paru en 1842 dans le Bulletin général de thérapeutique médicale et chirurgicale, Volume 22, p. 251

Sources

  • Personne, famille 1, décès: DDF /LM
  • Union 2: auschitzki / Apollon
  • Famille 2: Marc Cambefort / Apollon

Arbre d'ascendance Arbre de descendance Aperçu de l'arbre

François DELPECH del PERIÉ , voir Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis (Chevalier) 1699-1763   Françoise PERIÉ 1706-1767/   Jean-Antoine MERLIN 1696-1777/   Cécile GAFFARD 1696-1747   Jean MAZARS , sieur du Perié ca 1670-1755/   Marie d'ARNAL 1672-1755   Bernard Albert (anobli) de GASTON de POLLIER , capitoul de Toulouse 1692-1787   Jeanne de BALZAC ca 1697-
|
8
  |
9
  |
10
  |
11
  |
12
  |
13
  |
14
  |
15



 


 


 


|   |   |   |
Pierre DELPECH del PERIÉ , maire de Sauveterre-de-Rouergue 1736-1767   Marguerite MERLIN 1737-1804   François Antoine MAZARS , sieur de Bellefons ca 1715-1805   Anne de GASTON de POLLIER †1802
|
4
  |
5
  |
6
  |
7



 


|   |
Jean Anthoine DELPECH del PERIÉ , sieur del Perié 1760-1840   Thérèse MAZARS , voir Mortes en couches 1763-ca 1795
|
2
  |
3



|
Jean-Antoine DELPECH de FRAYSSINET , voir Légion d'honneur (Chevalier) 1785-1848