- Nous sommes toujours Charlie -

 

Fraternelle, tolérante, bienveillante, mais rigoureuse ! / wiki@fraternelle.org /
Après la disparition des dinosaures, voici l'encyclopédie biographique, contemporaine et filiative de l'Homo erectus.

~

Listes alphabétiques des personnalités présentes sur Wikifrat 

Les six pouvoirs :

1/ Le Monde de l’Economie, 2/ Le Monde de la Politique, 3/ Le Monde de la Justice, 4/ Le Monde de la Presse et des Médias, 5/ Le Monde des Armes : Militaires, Résistants, Révolutionnaires et Contre-Révolutionnaires, 6/ Le Monde des Scientifiques, des Saltimbanques et de tous les Inclassables. 


France PEJOT
 Francette


  • Née le 17 octobre 1914 - Lyon, 69002, Rhône, Rhône-Alpes, France
  • Décédée le 21 avril 2010 - Avenue du Languedoc, - Perpignan, 66000, Pyrénées-Orientales, Languedoc-Roussillon, France , à l’âge de 95 ans
  • Commerçante, Résistante française, Officier de la Légion d'honneur, Croix de guerre 1939-1945 avec palme, Médaille de la Résistance avec rosette (1946),

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

(pages liées)

 Notes

Notes individuelles


France Pejot (ou « Francette Pejot »), née le 17 octobre 1914 à Lyon 2e et morte le 21 avril 2010, est une résistante française.

Sommaire

 1 - Biographie

Après la mort de leur mère, France Pejot et sa sœur Raymonde secondent leur père qui tient à Lyon un commerce, rue Emile-Zola, La lingerie pratique.

 1.1 - 1942 - 1945

Pendant la guerre, elle écoute Radio Londres et peut lire le journal Le Franc-Tireur, édité dans la clandestinité. En janvier 1942, elle rejoindra le mouvement de résistance Franc-Tireur comme agent de liaison. Puis elle devient la secrétaire du chef du réseau Jean-Pierre Lévy à qui elle évitera d'être arrêté en 1942. Son appartement au 4éme étage du n°4 de la place des Jacobins et la boutique sont une des bases du réseau.

Elle est arrêtée le 24 octobre 1942 par la police française qui l'emprisonne jusqu'en février 1943 à la prison Saint-Joseph de Lyon, puis la relâche. À la fin de la même année, elle échappe à l'arrestation de la milice et rejoint Paris où plusieurs membres dirigeants du réseau Franc-Tireur se sont réfugiés. Le 30 juin 1944, elle est arrêtée par la police allemande et elle sera déportée par le dernier convoi du 25 août vers le camp de concentration de Ravensbrück.

Lorsqu'en avril 1945, le camp est évacué, France parvient, avec cinq camarades, à s'échapper dans un bois. Elle rejoindra le centre de rapatriement de Leipzig d'où elle rejoindra la France en voyageant sur le toit d'un wagon.

 1.2 - Après-guerre

France Pejot est la mère du musicien Jean-Michel Jarre , né de son mariage avec Maurice Jarre en mars 1946. Le couple divorce cinq ans plus tard. Elle ouvre alors un stand de vêtements pour le théâtre et le cinéma aux Puces de Vanves.

Elle décède à l’âge de 95 ans, le 21 avril 2010, dans un hôpital du sud-ouest de la France. Gérard Collomb, Sénateur-Maire de Lyon, déclare en mai 2010 à l’occasion des cérémonies célébrant la Victoire du 8 mai 1945 : « France Pejot était une héroïne de la Résistance ».


24 Avril 2010

 2 - Décès de la résistante France Pejot, mère de Jean-Michel Jarre

C'est la mère d'un artiste français bien connu qui vient de décéder, mais c'est aussi une des figures de la résistance lyonnaise. France Pejot, membre du réseau Franc-Tireur et qui fut déportée à Ravensbrück, est décédée à l'âge de 95 ans, a annoncé samedi dans le carnet du Figaro son fils, le musicien Jean-Michel Jarre.

Elle avait épousé en mars 1946 le musicien Maurice Jarre, père de Jean-Michel Jarre, né à Lyon en août 1948. Le couple avait divorcé cinq ans plus tard.

Au début de la seconde guerre mondiale, France Pejot tient à Lyon, où elle était née le 17 octobre 1914, un commerce de lingerie féminine «La Lingerie pratique», selon le livre de Michaël Duguay intitulé «Jean-Michel Jarre, le magicien du son et de la lumière» (éditions Coetquen eds, 2008). Avec sa soeur, France Pejot rejoint le réseau Franc-Tireur, créé à Lyon en 1941. Elles utilisent le magasin et leur appartement pour dissimuler des documents et des résistants.

 2.1 - Arrêtée 3 fois par les Allemands et déportée à Ravensbrück

Le 24 octobre 1942, Jean-Pierre Lévy, le chef du réseau Franc-Tireur est arrêté place des Jacobins à Lyon dans un appartement qui sert de quartier général au réseau, raconte le «Dictionnaire historique de la Résistance» (Robert Laffont). France Pejot et Micheline Altmann, une autre résistante, parviennent à orienter les soupçons sur elles en s'avouant résistantes pour permettre la fuite de Jean-Pierre Levy. France Pejot recevra la médaille de la Résistance que le général de Gaulle lui fera parvenir... par un parachutiste venu de Londres.

France Pejot est arrêtée deux fois par les Allemands mais elle parvient à s'échapper et à semer les soldats dans les ruelles et les traboules lyonnaises (couloirs reliant deux immeubles) qu'elle connaît parfaitement. Arrêtée une troisième fois en juillet 1944, elle est déportée à Ravensbrück d'où elle ne reviendra qu'en avril 1945.

Après son divorce d'avec Maurice Jarre, parti aux Etats-Unis, France Pejot s'était installée avec son fils à Vanves, dans la banlieue de Paris où elle avait ouvert aux Puces un stand de vente de vêtements pour le théâtre et le cinéma. Cette femme discrète assistait régulièrement aux spectacles de son fils dont elle était très fière.

Elle était officier de la Légion d'honneur et décorée de la Croix de guerre 1939-1945 avec palmes et de la Médaille de la Résistance avec rosette.

Naissance

21h00

Décès

06h00

 Sources

  • Personne: CdBdM / Wikipédia
  • Naissance: Lyon 2ème - Année 1914, Acte n°3580
  • Famille: CdBdM
  • Décès: Perpignan, Année 2010, Acte n°938

 Aperçu de l'arbre

     
Joanni PEJOT 1875-1942   Marie Henriette Aglaë MONNET 1879-1933
| |



|
portrait
France PEJOT 1914-2010



  1. Découvrez les arbres en ligne

    Découvrez les arbres généalogiques en ligne et l'organisation des menus, via une courte visite guidée.

    Si vous ne souhaitez pas faire cette visite immédiatement, vous pourrez y revenir plus tard en cliquant sur le lien "Visite guidée" situé en bas de page.

  2. Accueil Geneanet (1/7)

    Cliquez sur ce logo pour revenir à l'accueil de Geneanet.

  3. Gestion de votre compte (2/7)

    Une fois connecté à Geneanet, vous pourrez consulter ici votre messagerie, revoir et paramétrer vos alertes généalogiques, et gérer vos informations personnelles.

    C'est dans le menu "Mon compte" que vous aurez désormais la possibilité de vous déconnecter.

  4. Connexion et création de compte (2/7)

    Vous n'êtes pas identifié sur Geneanet. Cliquez sur l'un des liens pour vous connecter ou bien pour créer votre compte Geneanet.

  5. Accueil de l'arbre (3/7)

    En cliquant ici, vous retournez à l'accueil de l'arbre que vous visitez.

  6. Outils de recherche (4/7)

    Les champs de saisie vous permettent de chercher une personne dans cet arbre. avec la liste alphabétique des noms.

    En passant la souris sur cette zone, vous affichez les options supplémentaires :
    - lien vers la souche de l'arbre
    - liste de tous les noms de l'arbre
    - options de recherche avancée

  7. Menu généalogique (5/7)

    Ce menu contient tous les outils et actions anciennement placés dans le menu gauche latéral.

    Si vous êtes connecté sur votre arbre, il vous offre un accès rapide aux fonctionnalités de mise à jour de votre généalogie, de paramétrage de votre arbre, etc.

  8. Droits d'accès à l'arbre (6/7)

    Selon les droits d'accès dont vous disposez, vous pouvez changer votre mode de consultation :
    - visiteur : vous pouvez consulter librement l'arbre, sauf les individus marqués comme privés (contemporains) et leurs photos
    - invité : vous pouvez consulter l'arbre entièrement, y compris les individus privés et les photos
    - éditeur : vous pouvez consulter et modifier l'arbre entièrement.

  9. Mode contrasté (7/7)

    Pour un meilleur confort de lecture, cliquez sur ce lien pour activer le mode contrasté sur tous les arbres en ligne.

  10. C'est fini !

    Si vous souhaitez recommencer la visite guidée, cliquez sur le lien "Visite guidée" en bas de la page.