Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

L'homme qui n'a rien à se glorifier,sauf de ses illustres ancêtres, est semblable à lapomme de terre: la seule qualité qu'il possède setrouve sous terre.  (Thomas Overbury)


Georges POCHARD
Georges POCHARD
Sosa :8
  • Né le 20 octobre 1894 (samedi) - rue des Vieilles Ursulines - Saint-Pol-de-Léon, 29250, Finistère, Bretagne, FRANCE
  • Décédé le 24 mars 1960 (jeudi) - 5 rue de la Paix - Le Crotoy, 80550, Somme, Picardie, FRANCE,à l'âge de 65 ans
  • Notaire, industriel, maire, responsable des formalités notariales et chef du contentieux chez un administrateur judiciaire
50 médias disponibles 50 médias disponibles

 Parents

  • sosa François "Ambroise" Marie POCHARD, né le 4 décembre 1842 (dimanche) - place aux Blés - Lesneven, 29260, Finistère, Bretagne, FRANCE, décédé le 12 septembre 1901 (jeudi) - Saint-Pol-de-Léon, 29250, Finistère, Bretagne, FRANCE à l'âge de 58 ans,
    Notaire à Plouescat, propriétaire à St-Pol-de-Léon

    Marié le 17 août 1881 (mercredi), Saint-Pol-de-Léon, 29250, Finistère, Bretagne, FRANCE, avec
  • sosa Hortense Maria MACÉ, née le 29 octobre 1857 (jeudi) - Le Stang - Saint-Pol-de-Léon, 29250, Finistère, Bretagne, FRANCE, décédée le 28 décembre 1938 (mercredi) - Plouescat, 29430, Finistère, Bretagne, FRANCE à l'âge de 81 ans

 Union(s), enfant(s), petits-enfants et arrière-petits-enfants

 Fratrie

 Grands parents paternels, oncles et tantes

 Grands parents maternels, oncles et tantes

(pages liées)

 Notes

Notes individuelles

À sa naissance, ses parents demeurent rue des Vieilles Ursulines à Saint-Pol-de-Léon avec leurs enfants : Hippolyte (11ans), Marie (4 ans) et deux domestiques: Marie Mouez (52 ans) et Jeanne Néa (18 ans).

Lors de son mariage, le 6 juillet 1921, il est sans profession (étudiant en droit), domicilié à Plouescat. Sont témoins: Armel Pochard, son frère et Lucienne Favret, la soeur d'Augusta Raymonde.

Le 19 octobre 1921, alors clerc chez Me Allain à Lannion (Côte d'Armor), il réussissait son examen du notariat. Fin janvier 1922, il prêtait serment devant le Tribunal de Lannion (Côtes d'Armor), en qualité de notaire à la résidence de Pleudaniel,en remplacement de M. Laurent démissionnaire (Ouest-Eclair, édition Bretagne-Sud, 27/01/1922).

Le 5 août 1923 (annonce publiée sur l'Ouest-Éclair) il était notaire au Palais (Belle-Île en Mer) (successeur de Me Bruneau), il a traité la succession de la comédienne Sarah Bernhardt en 1923.

A la mort de son frère Hippolyte, le 27/08/1924 (laissant une épouse Gabrielle et 4 enfants, et qui,en 1911, avait 3 domestiques : Jeanne Hélard 27 ans, Yves Bellec 39 ans et Yves Kerguillec 15 ans), il abandonne le notariat pour reprendre la direction de l'usine de teillage de lin du Stang (limite Plougoulm-St Pol de Léon; l'usine et le manoir étant sur la commune de Saint-Pol-de-Léon et les bâtiments d'habitation des ouvriers sur celle de Plougoulm).

Il est cité par l'Eclair du Finistère du samedi 7 juin 1930 comme présent au déjeuner de départ de Monsieur Gervais, sous-préfet de Morlaix.

Les descendants d'Hippolyte garderont l'image de l'oncle notaire qui avait racheté l'usine pour une bouchée de pain et donc les avait floués.

Qu'en était-il de cette valeur de rachat du Stang? En 1921, le teillage de lin avait presque disparu du France car l'importation massive de lins russes avait tué la liniculture en Europe occidentale (j'ai d'ailleurs toujours entendu dire dans la famille que le lin russe avait causé la faillite de l'usine). Ce n'est que vers 1930, avec la disparition du lin russe sur le marché mondial, qu'il y eut un redressement très timide de l'activité de filature linière en France puisque les filateurs étaient obligés d'acheter les filasses et les étoupes à la Belgique. En effet, les liniculteurs français vendaient toute leur production à ce pays qui s'était largement industrialisé en machines de teillage. Dès lors, les teilleurs bretons n'eurent que des miettes à ce partager. En 1931, le gouvernement français instaura des primes pour développer et moderniser l'activité de teillage mais se furent les industriels belges qui profitèrent de ces dernières en s'implantant en France afin d'en contrôler le marché jusque dans les années 1950 où l'activité de teillage se remis à prospérer pour connaître à nouveau une crise majeure en 1956 où les récoltes furent très mauvaises et où réapparait le lin soviétique à des prix de dumping.

C'est d'ailleurs en 1956 que Monsieur Le Clec'h qui avait racheté le Stang, ferma définitivement l'usine. Son fils habite toujours le manoir en 2014.

Le prix de rachat de l'usine était-il donc conforme à la situation économique de l'usine en 1924, une situation de crise qu'ignorait peut-être la veuve d'Hippolyte ou bien était-il largement inférieur à la valeur réelle du site? Nous ne le sauronsjamais. En tout état de cause, la brouille entre Georges et Gabrielle Le Louët est une certitude; cette dernière retournera d'ailleurs s'installer à Quimper avec ses quatre enfants.

A titre anecdotique, Hamon Péran, ouvrier teilleur de lin dans la maison Georges Pochard à St-Pol-de-Léon, est décoré de la médaille d'honneur en vermeille de l'industrie(JORF du 03/02/1931 page 1344).

Il existe néanmoins quelques certitude sur la période du Stang : lorsque Georges décida, par "esprit de famille" de continuer l'activité de l'usine familiale,il n'avait pour toute fortune que le montant de sa charge de notaire. Par ailleurs, la faillite de l'usine eut des conséquences pour Georges. Lorsqu'il arrive le 16 janvier 1933 à Paris, boulevard Garibaldi (XVème arrondissement), sans le sou, avec une famille de 4 enfants, sans logement ni travail, Georges doit renoncer à sa position de notable (notaire ou industriel) pour se retrouver salarié ce qui à l'époque était « déchoir »; de plus ses habitudes bourgeoises se trouvaient aussi perturbées.

A Paris, il est responsable des formalités notariées et chef du contentieux chez Maître Francis Decaux, administrateur judiciaire à Paris et ancien bâtonnier de Lille. Il s'agit du père de l'historien Alain Decaux. Ce dernier, qui officie à l'étude de son père, est surnommé alors par les autres collaborateurs "crapaud à lunettes".

Georges habitera, à patrir du 30/09/1937 au 96 avenue des Ternes/ 17 avenue Yves du Manoir (Villa des Ternes). A Paris, une villa est une voie privée bordée de maisons individuelles, souvent assez cossues. Celles de la villa des Ternes, opulentes et ouvragées sont décorées de grès et entourées de jardins.

Il était enregistré sur les tables des recensements militaires du Finistère à Brest en 1914 sous matricule 2887, volume 6. Décrit comme ayant les cheveux chatains, yeux bleux, front haut, nez ordinaire, visage ovale, mesurant 1,66 m, degré d'instruction 5.

Incorporé au 2ème escadron du Train des Équipages Militaires, il rejoint le corps le 16/12/1914 en qualité de soldat de 2ème classe. Il passe au 28e régiment d'Artillerie le 27/11/1915. Il avait été promu brigadier le 11 août de la même année. Le 08/01/1916 il passe au 51e Rgt d'Artillerie. Maréchal des Logis le 01/02/1917. Il passe au 266e RA le 01/04/1917 et est dirigé vers l'Ecole Militaire de Fontainebleau pour suivre les cours d'élève aspirant.

Citation n° 388 à l'Ordre du Régiment le 07/03/1917 "a fait preuve de courage et de sang froid pendant les combats de décembre 1916 et de janvier 1917 en observant les tirs de sa batterie dans des conditions très difficiles sous de violents bombardements".

Citation n° 3143 à l'Ordre de son Régiment le 16/10/1918 "exemple de courage, souriant chef d'un détachement de liaison pendant les attaques de septembre et octobre en Champagne. C'est constamment tenu avec les éléments d'infanterie les plus avancés, partant fréquemment avec les patrouilles d'infanterie pour rendre compte des centres de résistance, poussant ses reconnaissances même la nuit en avant des lignes. A fourni à l'artillerie les renseignements les plus précieux."

Par décision du ministre de la Guerre en date du 14 septembre 1917 (J.O., 19 sept. 1917, p. 7.416), nommé à titre temporaire au grade d'aspirant d'artillerie après avoir suivi avec succès un cours d'instruction à l'École militaire de l'artillerie. Étant alors affecté au 266e Régiment d'artillerie de campagne, muté au 251e Régiment d'artillerie de campagne.

Par décret du Président de la République en date du 23 avril 1921 (J.O., 28 avr. 1921, p. 5.510), promu au grade de sous-lieutenant de réserve à titre définitif étant alors affecté au 7e Régiment d'artillerie de campagne (Rennes).

Par décision du ministre de la Guerre en date du 27 janvier 1924 (J.O., 1er févr. 1924, p. 1.121), alors officier de complément avec le grade de lieutenant, passe du 7e Régiment d'artillerie de campagne (Rennes), qui venait d'être dissous, au 10e Régiment d'artillerie de campagne (Dinan).

Recensé dans l'annuaire National des officiers de réserve 1935-1936 sous le grade de lieutenant d'artillerie avec comme occupation civile: industriel à St Pol de Léon.

Ses enfants sont: Xavier (coiffeur), Roger (photographe), Joël, Marie-Madeleine dite Marylène (antiquaire) et Christiane (infirmière) mais aussi Claire (Clairette) décédée en 1928.

Il décèdera au Crotoy, au 5 rue de la Paix où il avait élu domicile pour sa retraite. Il est inhumé en cette ville.

Il fut aussi maire de Plougoulm entre le 10/05/1925 et le 12/05/1929 (parti Radical), président de la Société des Raids Hippiques de Saint-Pol de Léon en 1930, membre de la Commission Administrative du Bureau de Bienfaisance de Plougoulm en 1929.

Fait chevalier du mérite agricole (JORF du 07/08/1929, page 9092).

Décoré de la Croix de Guerre

Naissance

Heure: 5:00

Décès

Heure: 4:30

 Sources

  • Naissance: N POCHARD G. - NMD SAINT POL DE LEON - 20 OCT 1894 - AD 29 - 3E 321/61 1890 1895 - Numerisation
  • Union: M POCHARD FAVRET - NMD PLEYBEN - 6 JUL 1921 - MAIRIE DE PLEYBEN - MARIAGES N°27 - Numerisation
  • Décès: D POCHARD G - NMD LE CROTOY - 24 MAR 1960 - MAIRIE DU CROTOY - 6 - Numerisation

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

                                                                             _____|16_sosa Hervé POCHART 1725-1783
                                                   _____|8_sosa Yves "Gabriel" POCHARD 1771-1852
                                                  /                         ¯¯¯¯¯|17_sosa Jeanne LE GOFF 1728-1808
                         _____|4_sosa Joseph Marie Aimé "Armel" POCHARD 1809-1853
                        /                        \                          _____|18_sosa Guillaume TÉODEC 1751-1806
                       /                          ¯¯¯¯¯|9_sosa Marie Josèphe TÉODEC 1785-1825
                      /                                                     ¯¯¯¯¯|19_sosa Marie Michelle LORLÉAC'H 1751-1791
|2_sosa François "Ambroise" Marie POCHARD 1842-1901
|                    \                                                     _____|20_sosa Jean PASCOET 1724-1790
|                     \                           _____|10_sosa Quenan PASCOET 1773-1827
|                      \                         /                         ¯¯¯¯¯|21_sosa Marie LE ROUX 1739-1831
|                       ¯¯¯¯¯|5_sosa Marie Renée PASCOET 1806-1879
|                                                \                          _____|22_sosa Vincent SALAUN 1751-1781
|                                                 ¯¯¯¯¯|11_sosa Marie Anne Charlotte SALAUN 1780-1850
|                                                                           ¯¯¯¯¯|23_sosa Marie Olive LEGOT 1736-1798
|--1_sosa Georges POCHARD 1894-1960
|                                                                           _____|24_sosa Joseph MACÉ 1758-1793
|                                                  _____|12_sosa Joseph MACÉ 1793-1868
|                                                 /                         ¯¯¯¯¯|25_sosa Marie-Jeanne Françoise BOZEC 1752-1818
|                       _____|6_sosa Sylvestre Marie "Hippolyte" MACÉ 1823-1877
|                      /                        \                          _____|26_sosa Pierre Ignace Jean Desteene VAN DEN STEENE 1764-1832
|                     /                          ¯¯¯¯¯|13_sosa Julie Perrine Gilette VAN DEN STEENE 1800-1875
|                    /                                                     ¯¯¯¯¯|27_sosa Gilette Jeanne MARTIN 1762-1835
|3_sosa Hortense Maria MACÉ 1857-1938
                      \                                                     _____|28_sosa Claude Jean Jean DUCLOS 1768-1815
                       \                           _____|14_sosa Pierre DUCLOS 1799-1842
                        \                         /                         ¯¯¯¯¯|29_sosa Marie Anne LE NOURICHEL 1768-
                         ¯¯¯¯¯|7_sosa Pauline Joséphine DUCLOS 1834-1888
                                                  \                         _____|30_sosa François Marie HÉLAIN 1758-1825
                                                   ¯¯¯¯¯|15_sosa Hortense HÉLAIN 1804-1871
                                                                             ¯¯¯¯¯|31_sosa Anne PILLEVESSE 1770-1838