• Born 11 November 1913 (Tuesday) - Alexandrie, Alexandrie, ÉGYPTE
  • Deceased 13 April 2018 (Friday) - Alexandrie, Alexandrie, ÉGYPTE,aged 104 years old
  • Buried 18 April 2018 (Wednesday) - Alexandrie, Alexandrie, ÉGYPTE
  • Journaliste

 Parents

 Spouses and children

 Notes

Individual Note

Gisèle Boulad, grande dame d'Alexandrie, fête ses 100 ans (Al Ahram Hebdo, N° 1005, Semaine du 25 au 31 décembre 2013)

Gisèle Boulad, notre collaboratrice dans la rubrique Voyages depuis vingt années, vient de fêter, entourée de sa famille et de ses amis, un remarquable anniversaire : 100 ans !

Il serait peut-être plus juste de dire " cinq fois vingt ans ", tant elle semble encore pleine d'ardeur et d'énergie et prête à entamer une autre tranche de cinq.

Si on revient en arrière, on la trouve d'abord au service de l'actualité patrimo­niale et culturelle qu'elle a couverte avec talent à Al-Ahram Hebdo. Faisant équipe avec le regretté et valeureux Ahmed Loutfi, Gisèle Boulad fait découvrir aux lecteurs, grâce à ses chroniques, les trésors égyptiens et alexandrins, expositions, activités, confé­rences, découvertes, etc. De même, elle profite de ses voyages dans différents pays tels que la Grèce, le Canada, la Suisse et le Mexique pour concocter des reportages concernant le patrimoine. Elle partage ses émotions avec le lectorat par ses descrip­tions ou comptes rendus si vivants, si allègres.

Remontons encore dans le temps, et voici que défilent les années musicales de Gisèle Boulad. Avec les " Amis de la musique ", son groupe de complices, elle participe à des opérettes, donne des récitals à l'Atelier, anime grâce à son accordéon des kermesses chari­tables ici et là, ravive la nostalgie charmée de son auditoire en le berçant de vieilles chan­sons françaises ... Sans oublier sa collabora­tion au Journal d'Egypte régulièrement, s'oc­cupant à elle toute seule de la chronique musicale, artistique et culturelle d'Alexan­drie.
Gisèle Boulad a accompli un parcours exem­plaire. A travers elle, le bonheur des arts et des lettres a baigné de sa douceur de vivre ses concitoyens. Chevalière de l'ordre national français des arts et des lettres, Cavalière ita­lienne, Gisèle Boulad, en parfaite Alexandrine, d'une urbanité exquise, d'une courtoisie exemplaire, d'une grande sensibilité, intelli­gente, dynamique, déterminée, a mérité tous ses titres.

Si après 100 ans, des bâtiments sont enregis­trés monuments historiques et patrimoine mondial, Madame Boulad sera également ins­crite dans la liste des plus grands journalistes spécialisés dans le patrimoine égyptien.

-----------------

Hommage posthume d'Ahmed Youssef, écrivain et journaliste

Gisèle Boulad, adieu !

La grande dame alexandrine, pur sucre, du journalisme francophone égyptien vien de nous quitter. Gisèle avait presque 105 ans et restait jusqu'au bout merveilleusement optimiste, gourmande et rêveuse d'un monde meilleure.

Avec Boutros Boutros Ghali et le prince Wahid Eddine (demi-frère du roi Farouk, qu'on retrouve dans mon livre  Cocteau l'Egyptien , grâce au témoignage de Gisèle sur les périples de Cocteau en Egypte). Professionnelle sans jamais renoncer à la douceur du contact humain. Avec sa plume savante mais toujours drôle, le journalisme alexandrin francophone perd aujourd'hui son dernier pilier.

Les Boulad ont amplement contribué à la modernisation de l'Egypte, et continuent, dans la diaspora, à répandre leur amour passionnel pour le pays natal.

Condoléances à Christian et Joseph Boulad. Condoléances au Père Henri Boulad, des Jésuites d'Alexandrie. Comdoléances à Mohamed Awad, avec qui on prenait tous les jours, à 13 heures, le café au City Café au centre ville européen d'Alexandrie, en présence d'un ou deux Boulad de passage. Les astres meurent, mais leur lumière demeure.

Death

Derniers sacrements administrés par le RP. Henri Boulad, sj.

Burial

Eulogie, composée par Josiane et Joseph Boulad, et lue par le Père Sfeir pendant les funérailles.

Sa famille, ses amis d'ici et à travers le monde, ses enfants Josiane Boulad-Ayoub, Joseph, Christian, ses petits-enfants, Christine, Sandrine, Ariane, Didier, et ses arrière-petits-enfants, Lydie-Ann, Louka, Amélya, pleurent aujourd'hui Gisèle Tawa-Boulad qui fut surnommée La grande dame d'Alexandrie par ses collaborateurs de quelque vingt années du journal Al Ahram-Hebdo .

Si nous allons à reculons, nous pouvons l'admirer d'abord au service de l'actualité patrimoniale et culturelle qu'elle couvre avec talent à l' Ahram-Hebdo . Faisant équipe avec le regretté et valeureux Ahmed Loutfi, Gisèle
Boulad fait rayonner, par ses chroniques, les trésors égyptiens et alexandrins, expositions, activités, conférences, découvertes, … Et, de même, à l'occasion de ses voyages, elle rapporte ce qui se passe en Grèce, au Canada, en Suisse, au Mexique, aux Bahamas. Elle sait faire partager ses émotions par ses descriptions ou comptes rendus si vivants, si allègres.

Remontons encore dans le temps, et voici que défilent les années musicales de Gisèle Boulad. Avec les "Amis de la musique", son groupe de complices, elle joue des opérettes enlevées, donne des récitals à l'Atelier , anime sur son accordéon des kermesses charitables ici et là, ravive la nostalgie charmée de son auditoire en le berçant de vieilles chansons françaises. Sans oublier qu'elle écrit au Journal d'Égypte régulièrement, s'occupant à elle toute seule de la chronique musicale, artistique et culturelle de notre Alexandrie d'antan.

Gisèle Boulad a accompli un parcours exemplaire. À travers elle, le bonheur des arts et des lettres a baigné de sa douceur de vivre ses concitoyens. Chevalière dans l'ordre national français des arts et des lettres, Cavaliere italienne, elle a mérité magnifiquement de la République des Lettres.

Gisèle Boulad, en parfaite alexandrine, d'une urbanité exquise, d'une courtoisie sans faille, savait recevoir, avec son mari le regretté Charles Boulad, avec faste et générosité, la société de notre ville. Alerte, enjouée,
d'un esprit pétillant, voire mordant, à travers ses longues décennies, elle a couvert son siècle de son empreinte si particulière. Internationalement connue, d'une grande sensibilité, alliée à une finesse reconnue par tous,
intelligente, dynamique, déterminée et volontaire, elle a été justement admirée par Bernard Pivot comme incarnant l'âme de ce que fut Alexandrie.

Elle vit maintenant dans nos coeurs et notre mémoire.

Qu'elle repose dans la paix du Seigneur.

 Family Tree Preview

   
 
 
 
Bichara TAWA Mathilde SALEH
|
2
 |
3



|
Gisèle TAWA 1913-2018