Message to visitors

close

Vous vous intéressez à la généalogiedans les Ardennes : bienvenue. Les donnéesprésentées sont plus larges que la simple genealogiede ma famille, en particulier sur l'Ardenne (ou les Ardennes).Regardez  également les chroniques.


duc de Rovigo , Ministre de la Police , général de division , Grand-Croix de la légion d'Honneur

 Parents

 Spouses and children

 Siblings

 Relationships

(linked pages)

 Notes

Individual Note

Il est né à Marcq en 1774 : "L'an de grâce mil sept cent soixante et quatorze, le vingt-sixième d'avril, est né en cette paroisse le fils de monsieur Ponce SAVARY, ancien capitaine de cavalerie, chevalier de l'ordre militaire de St-Louis, et seigneur en partie de Marcq, et de Madame Victoire Loth DUSSAUSSAY, ses père et mère mariez ensemble et habitants de cette paroisse : le même jour, il a été baptisé par moi prêtre et curé dudit Marcq, auquel on a imposé le nom d'Anne-Jean-Marie-René; le parrain a été Jean-Alexis SAVARY, frère dusit sieur SAVARY, représenté par Jean-Baptiste RENNESSON, jeune garçon de la paroisse de Marcq; la marraine, Marie-Anne-Adélaïde DUSSAUSSAY, veuve de M. DETHYOMONT, chevalier de l'ordre militaire de St-Louis et commandant pour le Roi dans les Isles, représentée par Marie-Anne JACQUET, jeune fille de la paroisse de Mourront, qui ont signé avec nous les jour et an que dessus. Signé : JB MIDOUX, curé de Marcq, JB RENNESSON, Anne-Marie JACQUET. "
Il est élève au collège St-Louis de Metz. A 16 ans, le 1er octobre 1790, il s'engage dans l'armée, dans le Royal Normandie Cavalerie dans lequel son père avait déjà servi. Le 15 septembre 1791, il est nommé sous-lieutenant et se retrouve dans l'Armée du Rhin où il fait la connaissance de DESAIX, de 6 ans son aîné. Il prend part à la reprise des lignes de Wissembourg le 26 décembre 1793. Capitaine le 26 avril 1795, il est du passage du Rhin le 24 juin 1796 puis du passage du Lech. Chef d'escadron le 22 avril 1797, il devient l'aide de camp du général DESAIX pendant la campagne d'Egypte et réalise à ses cotés plusieurs actions d'éclat, entre 1798 et 1800.
A la mort de DESAIX à Marengo, le 14 juin 1800, BONAPARTE l'attache à son service comme aide de camp particulier. Il y montre des capacités exceptionnelles. Homme de confiance du Premier Consul,en charge d'un corps d'élite de la gendarmerie à partir de septembre 1801, il organise la malheureuse exécution du duc d'Enghien dans les fossés du château de Vincennes en 1804. Pour l'empereur, il se voit confier des missions diplomatiques délicates auprès du roi d'Espagne, puis auprès du pape.
Il est nommé général de division le 1er février 1805. Il assiste le 2 décembre 1805 à la bataille d'Austerlitz. Il exerce également des commandements réussis pendant les campagnes d'Allemagne et de Pologne, en remplacement du maréchal LANNES. Lancé à la poursuite des Prusssiens, il remporte les victoires de Wismar le 5 novembre 1806 et s'empare de Rostock. Il combat à Friedland le 14 juin 1807.
Il se voit confié à cette époque une nouvelle mission diplomatique auprès du Tsar, mais est confronté à la cour de celui-ci à l'aigreur et à l'opposition sourde des émigrés de la noblesse française installés à St-Petersbourg. A son retour à Paris, en janvier 1808, il rencontre une députation des Ardennes et lui apporte son soutien auprès de l'empereur sur quelques demandes, en particulier sur l'Hopital militaire de Sedan. Il est nommé duc de Rovigo en 1808. Il participe à la campagne d'Espagne de 1808 et à celle d'Allemagne de 1809.
Il remplace FOUCHE du 8 juin 1810 au 3 avril 1814 comme ministre de la Police, ce qui n'est pas entièrement une réussite. Pendant cette période, il doit faire face à la conspiration du général MALET qui réussit à faire arrêter SAVARY pendant quelques jours .... Sous la première Restauration, il est membre du conseil de la Régence. Pendant les 100 jours, il se rallie à l'empereur revient à la Gendarmerie en remplaçant MONTCEY à la tête de l'inspection générale de la gendarmerie. Il accompagne l'empereur jusqu'à sa chute et son départ pour St-Hélène (les Anglais refusent qu'il le suive sur l'île).
Exilé à l'étranger, il ne revient en France qu'en décembre 1819 et publie ses mémoires qui font polémique, en particulier sur l'exécution du duc d'Enghien. Lui-même se dit dans ses mémoires "le séïde de Napoléon". . Après des années de disgrâce, il reprend du service en décembre 1831. Il exerce un dernier commandement en Algérie, où il remplace BERTHEZENE à la tête du corps d'occupation d'Afrique. Il n' y pas très adroit, montrant une ardeur militaire, beaucoup d'attention pour les troupes françaises mais peu d'écoutes de la population indigène. Il demeure à Alger jusqu'à mars 1833. Malade, il doit rentrer en France et meurt à Paris. Son nom est inscrit au coté est de l'Arc de Triomphe de l'Etoile à Paris.

 Sources

  • Family: Ouvrage de Thierry Lentz sur Savary

  Photos and archival records

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Family Tree Preview

Jean SAVARY, brasseur 1693- Alexisse BOLLE 1693- Alexis LOTH DU SAUSSAY, seigneur de Marcq †/1766 Marie-Rose ENNERY (d') ca 1715-
||||






||
Ponce SAVARY, Chevalier de l'Ordre Royal et Militaire de St-Louis 1722-1802 Victoire LOTH DU SAUSSAY 1743-1781
||



|
Anne Jean Marie René SAVARY, duc de Rovigo 1774-1833