Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Vous vous intéressez à la généalogie dans les Ardennes : bienvenue. Les données présentées sont plus larges que la simple genealogie de ma famille, en particulier sur l'Ardenne (ou les Ardennes). Regardez  également les chroniques.


Général d'armée , maire de Remilly-les-Potées , Député des Ardennes (30 novembre 1958 - 9 octobre 1962, 25 novembre 1962 - 2 avril 1967)

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Frères et sœurs

(pages liées)

 Notes

Notes individuelles

Elève au Prytanée militaire de La Flèche puis à l'Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr, c'est initialement un cavalier. Il est sous-lieutenant au début de la première guerre mondiale, mais passe rapidement dans l'artillerie. Après avoir combattu sur le front occidental, il rejoint l'armée d'Orient. Lieutenant en 1916, il est capitaine au moment de l'armistice.
Dans l'entre-deux guerres, il sert quelques années au sein des forces d'occupation en Allemagne, puis connaît une première expérience en Afrique du Nord et continue de gravir les échelons hiérarchiques. La fin des années 1930 lui permet de regagner la métropole où il dirige le 93ème régiment d artillerie à Grenoble.
En 1939, il est devenu le chef du 3ème bureau du théâtre d'opération du nord-est de la France en 1940, sous les ordres du général Joseph GEORGES.
Suite à l'armistice, il devient l'un des cadres de l'armée de cent mille hommes dont les allemands autorisent le maintien en zone non occupée dans le traité d'armistice du 21 juin 1940, et commandement du 2ème régiment d artillerie à Grenoble et à Lyon. Cette armée est dissoute après l'envahissement par les allemands de la zone libre, fin 1942. Roger Noiret gagne le Maroc par l'Espagne. A partir de novembre 1942, l'Afrique du Nord se trouve sous l'autorité de la France Libre. Le colonel NOIRET y est nommé commandant supérieur de la base de Casablanca, où débarque le matériel américain destiné au corps expéditionnaire français. Il devient ensuite général de brigade, en charge de l'artillerie de la 5ème division blindée, puis de celle du 1er corps d armée. En 1943, le Comité Français de Libération Nationale (C.F.L.N.) l'envoie à Londres comme adjoint au général KOENIG. Il y rejoint les Forces Françaises Libres en Grande-Bretagne.
Nommé général de brigade, il assure le commandement en chef des forces terrestres françaises en Grande-Bretagne. Après le débarquement de 1944, il prépare l'installation de l'état-major des armées à Paris, puis devient commandant supérieur de la base de Casablanca, commandant de la 10ème DI et de la 3ème DB.
Il est nommé général de division en décembre 1945. Après la guerre, il suit le général KOENIG qui dirige les forces françaises d'occupation en Allemagne. Il est ensuite gouverneur militaire de Lyon, et commandant de la huitième région militaire. Il est promu général de corps d'armée. De 1950 à 1955, il est membre du Conseil Supérieur de la guerre et participe à l'élaboration de la politique de défense nationale. De 1951 à 1956, il est commandant en chef des forces françaises d'occupation en Allemagne, et gravit un ultime échelon, en devenant général d'armée. Il entre enfin dans le cadre de réserve, après 42 années de service sous l uniforme.
Après ce parcours militaire, il se fixe avec son épouse, sedanaise, dans la propriété et le château d'Hardoncelle à Remilly-les-Potées achetée en 1952. Il devient maire de cette commune, puis, au retour au pouvoir du Général de Gaulle, député des Ardennes de 1958 à 1962 (parti de l'Union pour la Nouvelle République soutenant Charles de Gaulle). Son élection comme député est serrée.
Après la dissolution de l'Assemblée nationale et la victoire du « oui » le 28 octobre 1962, le général NOIRET sollicite le renouvellement de son mandat parlementaire. Jouant la continuité et la fidélité à l'ancien chef de la France Libre, il se fait réélire.


En mars 1967, les nouvelles élections législatives sont difficiles pour la majorité, et le général NOIRET est battu par son adversaire habituel, l'ancien député et candidat de la gauche,Guy DESSON.
Battu sur le terrain électoral, Roger NOIRET rentre dans la vie privée.

 Sources

  • Personne: base sur l'histoire de l'Assemblée Nationale

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Jacques Philippe NOIRET 1835-   Catherine Mélanie SARCELET ca 1838-   Louis CHAUVET   Amélie LAUBREAUX
| | | |






| |
Jean Baptiste Edmond NOIRET, lieutenant 1863-1928   Stéphanie Augustine CHAUVET 1864-1949
| |



|
Charles Jean Roger NOIRET, Général d'armée 1895-1976



  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content