Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Bonjour ! Base de données de mes ancêtres de France venus au Québec et les ancêtres de mon mari venus d'un peu partout en France ! Si vous voyez une erreur prière de m'en avertir. adresse email en bas de cette page. bon voyage ! 
jocelyne.quillivic@orange.fr

Notre site http://www.migrations.fr 


Sosa : 2 942
Régiment de Carignan cie Grandfontaine

  • Né en 1642 - Pont-sur-Seine, 10298, Aube, Champagne-Ardenne, France
  • Décédé le 3 mars 1729 (jeudi) - Neuville, Québec, Canada, à l'âge de 87 ans
  • Inhumé le 10 mars 1729 (jeudi) - Neuville, Québec, Canada
  • Soldat du Régiment de Carignan compagnie Grandfontaine

 Parents

  • Nicolas SYLVESTRE , inhumé le 26 novembre 1652 (mardi) - Pont-sur-Seine, 10298, Aube, Champagne-Ardenne, France
    Marié, Pont-sur-Seine, 10298, Aube, Champagne-Ardenne, France, avec
  • Tanche COLSON , inhumée le 15 octobre 1652 (mardi) - Pont-sur-Seine, 10298, Aube, Champagne-Ardenne, France

 Union(s), enfant(s), les petits enfants et les arrière-petits-enfants

  Frères et sœurs

 Notes

Notes individuelles

Voir ici les actes et plus : http://www.migrations.fr/compagniescarignan/compagniegrandfontaine.htm
Régiment de Carignan
Compagnie Granfontaine à Québec avec Mr de Salières le 17 août 1665
A bord du de L'aigle d'Or de Brouage en route pour Québec
Du port de 400 tonneaux tirant d'eau chargé 12 pieds non chargé 10 pieds deux ponts, deux gaillards, appartenant au Roy Louis
Sous le commandement de Sieur Villepars pour aller à Québec

Départ de La Rochelle le 13/05/1665
Arrivée à Québec le 18/08/1665
Retour Départ le 19/09/1665
Arrivée La Rochelle le 06/11/1665

Nature des passagers :
200 soldats. Régiment de Carignan :
Cies : Grand Fontaine ; Salières ; La Frédière ; La Motte avec le Capitaine Villepars

Nicolas est né en 1644.

Décédé le 10 mars 1729.

Conjointe : Barbe Nepveu


Nicolas Sylvestre, né en 1644, premier ancêtre au Canada et fondateur de la famille, vint de France et se maria à Barbe Nepveu, le 27 août 1667, à l'église Notre-Dame de Québec.

Dans les premiers temps de la colonie, les missionnaires et les curés se faisaient toujours un devoir de demander aux mariés, ordinairement arrivés de France depuis peu, le nom de leurs parents et le lieu de leur origine. C'est grâce à cette précaution que l'on connaît aujourd'hui l'endroit de France d'où est venu le premier Sylvestre. L'on a extrait de ce précieux acte de mariage la note suivante: " Nicolas Sylvestre fils de Nicolas Sylvestre et de Tanche Colson, ses père et mère, de Pont-sur-Seine en Champagne ".

Nicolas Sylvestre arriva jeune au Canada. La première trace trouvée de lui au pays date du 20 mars 1667. Cette trace se trouve aux archives du palais de justice de Québec, dans les minutes du notaire Romain Becquet venu de Normandie en Nouvelle-France en 1663 et nommé en 1665 par la Compagnie des Indes Occidentales, notaire garde-notes à Québec. Nicolas Sylvestre recevait alors du seigneur Jean Bourdon la concession d'une terre dans la paroisse actuelle de Neuville, c'est-à-dire la Pointe-aux-Trembles de Québec.

Cinq mois après avoir reçu la concession officielle de sa terre à la Pointe-aux-Trembles de Québec, Nicolas Sylvestre se jugeait en état de se marier ; il était âgé de vingt-trois ans. Voici une copie textuelle de l'acte de mariage:

" L'an de grâce mil six cents soixante-sept, le vingtesme d'Aoust, Monseigneur l'Evesque ayant donné dispense de la publication des bans pour bonnes et justes raisons::Mre a interrogé en cette Église Paroissiale, Nicolas Sylvestre et Tanche Colson ses père et mère de Pont-sur-Seine en Champagne d'une part, Et Barbe Nepveu, fille de Jean Nepveu, et d'Anne Ledet de cette paroisse d'autre part ; Et leur mutuel conjoints en mariage et leur a donné la bénédiction nuptiale, en présence des témoins cognus. Les Sieurs Jean Bourdon, Simon le Febvre Angés ; Ignace le Gardeur Ponceaux. "

Jean Nepveu, le père de Barbe, était venu de Saint-Georges, près de Mantaigu, dans l'ancienne province française du Poitou. Il s'était marié à Québec, le 28 janvier 1653, à Anne Ledet native d'Angoulins, dans l'évêché de La Rochelle, en Aunis. Le 3 décembre 1653, à Québec, Jean Nepveu et Anne Ledet avaient fait baptiser une fille Barbe qui épousait Nicolas Sylvestre en 1667.

À l'époque du mariage de sa fille Barbe, Jean Nepveu était propriétaire de cette partie des plaines d'Abraham, à Québec, qu'on appelle aujourd'hui les " Buttes à Nepveu ", en souvenir du premier possesseur.Jean Nepveu, le père de Barbe, était venu de Saint-Georges, près de Mantaigu, dans l'ancienne province française du Poitou. Il s'était marié à Québec, le 28 janvier 1653, à Anne Ledet native d'Angoulins, dans l'évêché de La Rochelle, en Aunis. Le 3 décembre 1653, à Québec, Jean Nepveu et Anne Ledet avaient fait baptiser une fille Barbe qui épousait Nicolas Sylvestre en 1667.

À l'époque du mariage de sa fille Barbe, Jean Nepveu était propriétaire de cette partie des plaines d'Abraham, à Québec, qu'on appelle aujourd'hui les " Buttes à Nepveu ", en souvenir du premier possesseur.

Après son mariage, Nicolas Sylvestre alla s'établir sur sa terre de la Pointe-aux-Trembles de Québec. Avec les années, sa famille s'agrandit et sa terre progresse. Nous pouvons suivre en détail les progrès, grâce à un document dont nous voulons parler

C'est le recensement de 1681. En cette année, le roi de France ordonna le dernier recensement nominal à travers toute la colonie française. La famille Nicolas Sylvestre habitant encore à la Pointe-aux-Trembles de Québec nous est ainsi présentée


" Nicolas Sylvestre, 37 ans ; Barbe Neveu, sa femme, 28 ; enfants: Nicolas 12, Marie 9, Louis 7, Pierre 5, Anne 2 ; - 1 fusil, 4 bêtes à cornes, 20 arpents de valeur ".

Les trois derniers items mentionnées par les recenseurs de 1681, sont pleins de sens. L'énumération d'un fusil nous représente bien dans quel état d'esprit devaient vivre nos ancêtres: les pionniers du sol canadien, devaient constamment se méfier des Iroquois, toujours prêts à livrer de terribles assauts aux habitants. Les 4 bêtes à cornes et les 20 arpents en valeur nous le montrent comme l'un des plus riches cultivateurs de la seigneurie de Dombourg.

Sa famille, à cette époque, se composait donc de cinq enfants: trois fils et deux filles. Onze autres enfants naîtront au couple Sylvestre-Nepveu.

En plus de pourvoir décerner à Nicolas Sylvestre les qualificatifs de vaillant cultivateur et de bon père de famille, l'on peut aussi lui attribuer celui d'homme d'affaires. Voici un aperçu des divers contrats passés par Nicolas Sylvestre, en même temps que le sujet de la transaction:

D'abord la concession par le seigneur Bourdon le 20 mars 1667, devant le notaire Romain Becquet.
Vente par Jacques Marié, fermier de la redoute de M. de la Durantay devant le notaire François Genaple, notaire royal garde-notes dans la juridiction de la ville de Québec. Cet acte de vente est daté du 17 avril 1794.
Obligation de Nicolas Sylvestre à Pierre Poire, le 6 septembre 1703, devant le notaire Louis Chambalon.
Vente de Nicolas Sylvestre à André Comptant (Content) son gendre, devant le notaire Louis Chambalon, le 1er juillet 1710.
Quittance à Nicolas Sylvestre par Jean Bernardin, devant le notaire Chambalon, le 9 juin 1714.
Enfin, donation de Nicolas Sylvestre à son fils Jean Sylvestre, devant le notaire Louis Chambalon, le 5 août 1714.
Quinze ans plus tard, Nicolas Sylvestre alors âgé de 85 ans, s'endormit doucement dans le Seigneur ; son épouse, Barbe Nepveu, lui survécut peu: elle mourut le 18 avril 1729, âgée de 76 ans. Tous deux furent inhumés à la Pointe-aux-Trembles.

Nous avons vu que nos premiers aïeux ont fait baptiser le nombre remarquable de 16 enfants. Onze de ces enfants fondèrent un foyer: cinq filles et six fils. Les cinq filles s'unirent aux principales familles de la Pointe-aux-Trembles et des environs. Les six fils de Nicolas Sylvestre fondèrent foyer comme suit:

NICOLAS, baptisé à la Pointe-aux-Trembles, 10 juillet 1669 ; marié à Jeanne Labadie, à la Pointe-aux-Trembles de Québec le 23 novembre 1694.
MARIE-BARBE, baptisée à la Pointe-aux-Trembles, le 25 avril 1672 ; mariée à Jean Lesage, le 9 janvier 1686, à la Pointe-aux-Trembles de Québec.
LOUIS, baptisé à la Pointe-aux-Trembles le 26 mars 1673 ; marié à Élisabeth Labadie, soeur de Jeanne, à la Pointe-aux-Trembles de Québec, le 24 novembre 1698.
PIERRE, baptisé à la Pointe-aux-Trembles le 2 juin 1675 ; Marié à Marie-Anne Labadie, soeur des deux précédentes, le 8 novembre 1700, à la Pointe-aux-Trembles. Pierre inhumé le 25 décembre 1744 à la Pointe-aux-Trembles de Québec.
ANNE, baptisée à la Pointe-aux-Trembles le 31 octobre 1679 ; marié 1ère à Pierre Piché, à la Pointe-aux-Trembles, le 4 novembre 1697 ; 2e à François Biron, au Cap Santé, le 28 février 1718.
ÉLISABETH, baptisée à la Pointe-auc-Trembles le 23 mars 1681 et inhumée le 16 avril suivant.
FRANÇOISE, baptisée à la Pointe-aux-Trembles le 22 février 1682 ; mariée le 12 août 1702 à Laurent Matte.
FRANÇOIS, baptisé à la Pointe-aux-Trembles le 31 août 1684 ; marié le 15 février 1733, à Marie-Angélique Houde, à Ste-Croix de Lotbinière.
MARIE-JEANNE, baptisée à la Pointe-aux-Trembles le 5 mai 1686 ; marié 2e, mariée à Augustin Balard ; 3e, marie à Québec à Nicolas Petit ; 4e, mariée à Québec le 2 mai 1783, à Vincent Houdar.
JEAN, baptisé à la Pointe-aux-Trembles le 17 juin 1688 ; marié le 11 novembre 1715, à Marie-Anne Benoît-Abel, à Deschambault ; inhumé à la Pointe-aux-Trembles, le 25 avril 1732.
MARIE MADELEINE, baptisée à la Pointe-aux-Trembles, le 5 sept. 1690.
MARIE-ANNE, baptisée à la Pointe-aux-Trembles le 13 août 1692 ; mariée à la Pointe-aux-Trembles, le 18 octobre 1712 à André Content ; inhumée le 26 mars 1732, à Champlain.
MARIE-THÉRÈSE, baptisée à la Pointe-aux-Trembles le 19 juin 1694 ; inhumée le 30 janvier 1695 ;
Anonyme, ondoyé et décédé le 16 novembre 1695.
ÉLISABETH, baptisée à la Pointe-aux-Trembles le 12 juin 1697.
NICOLAS, 2ième du nom, baptisé à la Pointe-aux-Trembles le 8 juillet 1699 ; marié le 16 février 1721, à Marie-Élisabeth Laporte, à St-Pierre de Sorel.
Nos premiers ancêtres étaient des patriotes attachés à leur religion, à leur langue et à leur foi ; ils étaient en même temps de braves aventureux et de sublimes défricheurs.

Cinq des six frères Sylvestre de la seconde génération restèrent établis dans la région de Québec, surtout à la Pointe-aux-Trembles. Le cadet d'entre eux cependant, Nicolas, quitta cette région pour venir s'établir à l'Ile-Dupas.

Dès la seconde génération, la famille Sylvestre se trouve donc divisée en deux groupes ; celui de la Pointe-aux-Trembles et celui de l'Ile Dupas. La famille Sylvestre s'est toujours développée en grand nombre dans l'Ile Dupas. Le groupe de la Pointe-aux-Trembles de Québec a donnée naissance à d'autres groupes de cette région, notamment à Québec, à Lotbinière et aux environs de Montmagny. La branche de l'Ile Dupas s'est aussi développée à St-Cuthbert, sur la rive nord, ainsi que dans les comtés de Bagot, d'Yamaska et de St-Hyacinthe sur la rive sud.

http://www.cssh.qc.ca/jean/test-sylvestre/0001252.htm

Inhumation

Heure: Possède acte de sépulture

Notes concernant l'union

Union avec Barbe NEPVEU

Temoin : Jean BOURDON (1601-), Type: Sieur

 Sources

  • Union: photocopie - acte de mariage

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

  Aperçu de l'arbre

     
 
 
 
Nicolas SYLVESTRE †1652   Tanche COLSON †1652
|
2
  |
3



|
Nicolas SYLVESTRE-CHAMPAGNE, Régiment de Carignan cie Grandfontaine 1642-1729


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content