Eugène DUPORT
Eugène DUPORT
  • Né le 9 février 1877 - Aurec-sur-Loire, 43012, Haute-Loire, Auvergne, France
  • Décédé
  • Cultivateur. Le nom Duport vient du Port, le port étant le passage le plus commode entre deux montagnes ou d'une rive à l'autre. Classe 1897, matricule 862. Reconnu propre au service. Parti pour le 98ème régiment d'infanterie le 15 novembre 1898. Arrivé au corps ledit jour sous matricule 9111. Soldat de 2ème classe clairon le 6 octobre 1900. Envoyé en congé le 25 septembre 1901, en attendant son passage dans la réserve qui aura lieu le 1er novembre 1901. Certificat de bonne conduite accordé. Passé dans la réserve de l'armée active le 1er novembre 1901. Accompli une période d'exercices dans le 158ème régiment d'infanterie du 16 août au 12 septembre 1904, puis du 19 août au 15 septembre 1907. Condamné par jugement contradictoire du tribunal correctionnel d'Yssingeaux le 16 février 1905 à 30 francs d'amende pour coups et blessures. Condamné le 10 mai 1909, par jugement contradictoire du tribunal correctionnel de Montbrison à 50 francs d'amende pour "Chasse". Passé dans l'armée territoriale le 1er octobre 1911. Accompli une période d'exercices dans le 101ème régiment d'infanterie territoriale du 20 au 28 mai 1913. Rappelé sous les drapeaux pour la mobilisation générale du 2 août 1914, arrive dans le 101ème régiment d'infanterie territoriale le 3 août 1914. A fait la campagne contre l'Allemagne du 3 août 1914 au 25 janvier 1919. Passé dans le 246ème régiment d'infanterie le 1er septembre 1916. Passé dans le 29ème régiment d'infanterie territoriale le 9 octobre 1917. Cité à l'ordre du régiment ( croix de guerre avec étoile de bronze), N°236 du 29 juillet 1918:" Excellent soldat aussi brave que dévoué, s'est spontanément offert pour effectuer une reconnaissance périlleuse, volontaire pour accompagner son commandant de compagnie dans une autre reconnaissance". Mis en congé de démobilisation le 21 janvier 1919, 2ème échelon, dépôt de démobilisation au 38ème régiment d'infanterie. Résidence à Aurec sur Loire. Maintenu en service armé invalidité inférieure à 10%. Décision de la commission de réforme de Saint-Etienne du 4 janvier 1920, pour blessure région lombaire. Affecté dans la réserve au 38ème régiment d'infanterie territoriale. Maintenu en service armé invalidité inférieure à 10% imputable. Dossier sur pièces de la commission de réforme de Saint-Etienne du 13 février 1922, pour petite cicatrice punctiforme de la région lombaire garde de la colonne lombaire. Affecté à la classe de mobilisation 1895, en 1923, père de deux enfants. Libéré du service militaire le 10 novembre 1926.
6 médias disponibles 6 médias disponibles

 Union(s)

  • Marié le 7 février 1920, Aurec-sur-Loire, 43012, Haute-Loire, Auvergne, France, avec Catherine BORY 1882-1962

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}