Paul Louis Gaston Rey-Lescure
Paul Louis Gaston Rey-Lescure
(Paul Rey-Lescure)
 Géraud Dumons


  • Né le 28 septembre 1871 - Dumon, quartier de Nivelle, Montauban, Tarn et Garonne
  • Décédé le 23 janvier 1915 - Lazaret de réserve 3, Saarbrücken = Sarrebruck, Sarre, Allemagne,à l'âge de 43 ans
  • Inhumé - nécropole nationale des prisonniers de guerre 1914-1918, route de Dieuze, Sarrebourg, Moselle
  • Historien et généalogiste. Capitaine au 81ème Régiment d'Infanterie. Mort pour la France
11 médias disponibles 11 médias disponibles

A participé à la Grande Guerre, mort le 23/01/1915

Que s'est-il passé ce jour là ?
Domicile lors de la mobilisation : Montpellier (34)

 Parents

  • Philippe Antoine Rey-Lescure 1830-1896 (
    Avocat. Receveur de l'Enregistrement. Receveur des domaines. Propriétaire, Membre du Conseil Municipal de Montauban (Tarn et Garonne).Juge de Paix à Montauban.Membre de la société Géologique de France
    )
  • Constance Cécile Sers 1845-1899 (
    (sans profession)
    )

 Union(s) et enfant(s)

 Fratrie

 Demi-frères et demi-sœurs

Du côté de Philippe Antoine Rey-Lescure, né le 22 septembre 1830 - rue Fraiche, Montauban, Tarn et Garonne, décédé le 2 avril 1896 à l'âge de 65 ans,
Avocat. Receveur de l'Enregistrement. Receveur des domaines. Propriétaire, Membre du Conseil Municipal de Montauban (Tarn et Garonne).Juge de Paix à Montauban.Membre de la société Géologique de France

 Grands parents paternels, oncles et tantes

 Grands parents maternels, oncles et tantes

(afficher)

 Événements


 Notes

Notes individuelles

naissance déclarée par son cousin Félix Lagravère, 69 ans, filateur, Maire de Montauban, et François Edouard Nazon, 46 ans, notaire, tous deux de Montauban (Tarn et Garonne)

Elève sérieux et studieux, il fait ses études au lycée de Montauban, au lycée de Toulouse, puis a École Monge à Paris.
Bachelier ès lettre le 4 Août 1888 à Toulouse, Bachelier ès sciences le 15 Avril 1890 à Paris.
ll appartient à cette génération qui, après la défaite de 1870-1971, n'aspire qu'à la "revanche" et a la reprise des provinces perdues d'Alsace et de Lorraine; mais ses convictions religieuses lui font envisager une carrière pastorale. ll opte pour la carrière militaire, persuadé de l'influence bénéfique que pourrait avoir un officier chrétien.

ll entre en 1891 à l'Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr.
ll en sort en 1893 avec la promotion "Cronstadt" pour prendre rang comme Sous-Lieutenant au 7ème Régiment d'lnfanterie à Cahors (Lot). ll est Lieutenant l'année suivante et dès lors songe à créer un foyer.
ll épouse le 26 Juin 1895 à Montauban Benjamine Aloyse Leenhardt, née à Montpellier le 6 Juin 1874, fille de Franz Leenhardt, professeur à la Faculté de Théologie de Montauban, et de Louise Westphal-Castelnau,
Les deux époux se connaissent depuis longtemps. Leurs familles habitent deux maisons voisines du Faubourg du Moustier, et Paul est intimement lié avec Camille, frère d'Aloyse.

Six enfants naitront de cette union, quatre à Cahors, un à La Goulette (Tunisie), où Paul Rey Lescure est envoyé dans le bataillon du 11e Régiment d'lnfanterie (auquel il vient d'être affecté) qui doit remplacer les Zouaves partis en Chine au moment de la révolte des Boxers.
Le dernier enfant naitra bien plus tard à Béziers; c'est Clermonde, qui fera la joie de son père mais elle n'en conservera aucun souvenir, celui-ci ayant disparu alors qu'elle n'avait pas quatre ans.

En 1904, Paul Rey Lescure est reçu bachelier en droit. ll est, peu de temps après, détaché sur sa demande au Conseil de Guerre à Toulouse, où il remplit à la satisfaction de tous les fonctions de Substitut du Commissaire du Gouvernement.
La vie militaire en temps de paix est, surtout dans I'infanterie un peu décevante; les affaires des "Fiches" et des "lnventaires", entraine Paul Rey Lescure à envisager sa démission de l'Armée. Sa nombreuse famille le retient de tenter l'aventure.

ll s'est pris d'un vif intérêt pour les recherches historiques et généalogiques qui occupent heureusement ses loisirs. ll a exhumé, des papiers de famille ou des archives, de nombreux documents qui lui ont permis de mettre à jour I'histoire de ses ascendants montalbanais ou castrais et il en est venu à rassembler, avec I'encouragement de la Société de I'Histoire du Protestantisme Français, de nombreux renseignements sur les protestants du Tarn ou du Tarn- et- Garonne; il a fini par se consacrer aux réfugiés de la région castraise a l'étranger après la Révocation de I'Edit de Nantes. ll écrit sous le pseudonyme (servitude militaire oblige ) de Géraud Dumons, son ancêtre.
Ce travail parut en partie en 1910 dans la Revue du Tarn, par les soins de Monsieur Jolibois, fondateur et directeur de cette revue. La publication sera arrêtée par la déclaration de guerre en 1914. Dans son testament rédigé à la veille de la mobilisation, Paul Rey Lescure prie son ami, Monsieur Gaston Tournier, de bien vouloir revoir et publier ce recueil. Ce dont Monsieur Tournier, avec le concours de Monsieur Jolibois, s'acquitte avec émotion et les Refugiés du pays castrais paraît en souscription en 1920.

Paul Rey Lescure a été promu Capitaine en 1907, et affecte au 142ème Régiment d'lnfanterie à Lodève. En 1909, il obtient sa nomination au 96ème Régiment d'lnfanterie à Béziers, ce qui le rapproche de sa belle-famille de Montpellier.
En 1912, il fait à Montpellier un stage au 56ème Régiment d'Artillerie, puis il est affecté au 81ème Régiment d'lnfanterie à Montpellier. Le voisinage des parents d'Aloyse, Franz et Louise Leenhardt, est précieux. Montpellier offre toutes facilités pour le développement intellectuel et moral des enfants.
Une ombre au tableau: le séjour de Philippe à Leysin, pour guérir et fortifier des poumons fragiles.
Une partie des grandes vacances se passe à (...) dont a hérité Paul de ses parents, et où celui-ci se retrouve volontiers en permission.
C'est, en particulier, le cas en Juillet 1914.
Le 27 Juillet, un télégramme officiel rappelle Paul à Montpellier. ll a juste le temps, à la gare de Montauban, d'embrasser Aloyse, sa femme, qui, rentrant d'une cure à Biarritz, descend de son train.
Le 31 Juillet, toute la famille rentre à Montpellier.
Le 2 Août, c'est I'ordre de Mobilisation générale, Le 5 Août, le 81ème Régiment d'lnfanterie embarque pour la zone des Armées.
Le 20 Août, Paul Rey Lescure reçoit le baptême du feu. Très vite il est grièvement blessé près de Bisping en Lorraine. Fait prisonnier, il est transporté a Volklingen , en Sarre, où sa blessure très infectée ne se guérit pas. Un érysipèle se déclare, les souffrances physiques sont vives, et, les nouvelles de sa famille tardant à lui parvenir, les souffrances morales s'y ajoutent. Au mois de Décembre, Paul est transféré a l’hôpital de Sarrebruck, où , le 31 Décembre, I'amputation de la jambe droite est pratiquée. Le cœur a trop souffert, Paul Rey Lescure meurt le 23 Janvier 1915.

Le Capitaine Rey Lescure a lait I'objet d'une citation a I'ordre de l'Armée ainsi conçue : Blessé grièvement aux deux jambes, a refusé de se laisser panser, s'est fait appuyer contre un arbre et a continué de diriger sa compagnie.
En 1919, le Capitaine Rey Lescure a été promu, à titre posthume, Chevalier de la Légion d'Honneur.

Le carnet de route de Paul Rey Lescure, I'importante correspondance échangée entre lui, sa famille, ses proches, la notice rédigée par Monsieur Gaston Tournier en introduction aux Refugies du Pays castrais, donnent sur cette affreuse période des détails nombreux, pénibles et émouvants qui ne peuvent pas trouver place dans ce petit exposé.

Vers la fin du XlXe siècle, apparaissent dans la famille Rey Lescure des armoiries dont l’origine est inconnue et probablement fantaisiste, Paul Rey Lescure les portait en chevalière.
Cette chevalière est entre les mains d'Alain Rey Lescure.
Selon M. de Richemond, archiviste a La Rochelle en 1898, les armes de la famille Rey Lescure paraissent devoir être blasonnées : « d'azur a trois quintefeuilles d'or, tigrées, feuillées, terrassées de sinople, au chef de sable charge d'une étoile d'or. »

_________________________________________________________________________________________________

fiche militaire : https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/m005239fe5693dac/5242c01ecea68 & https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/m005239fe5693dac/5242c1075249c & https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/m005239fe5693dac/5f4f926c1c77a

voir la correspondance de Jean Médard : http://correspondancedeguerre-piecesjointes.blogspot.co.uk/2015/06/paul-rey-lescure-1871-1915.html

Notes concernant l'union

contrat de mariage passé le 25 juin 1895 devant Me Père, notaire à Montauban

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

  Philippe Pradelles de Latour-Déjean, seigneur de La Motte-Méribel 1752-1835 Marie Magdeleine Alquier de Bouffard 1764-1831 Paul-Abel Sers 1782-1865 Clarisse Bruniquel 1787 Jean Elisée Lavabre 1786-1857 Jeanne Sophie Delphine Malhole 1795-1871
 |
10
 |
11
 |
12
 |
13
 |
14
 |
15
 


 


 


 | | |
Barthélémy Rey-Lescure 1796-1857 Marie Noémie Pradelles de Latour-Déjean 1800-1882 Paul Achille Sers 1808-1875 Rose Louise Lavabre 1818-1903
|
4
 |
5
 |
6
 |
7



 


| |
Philippe Antoine Rey-Lescure 1830-1896 Constance Cécile Sers 1845-1899
|
2
 |
3



|
Paul Louis Gaston Rey-Lescure 1871-1915