Message to visitors

close

 

Notrearbre, ancré dans les gens de labeur et les travailleurs deterre, est aussi et beaucoup un arbre de lettrés, dontl'épine dorsale est la résurgence du droit romainjustinien à l'Université de Bologne au Moyen-Age, quipromeut légistes et notaires ainsi que les patriciatsurbains, unit nobles et roturiers, avec aussi des cahorsins, desarmateurs et des changeurs, des médecins, des chirurgiens etdes apothicaires. Au début du XVIIIe siècle, ClaudeREYNAUD, producteur de viande fumée à St Sylvestre enArdèche, et Claude GRISON, maréchal-ferrant àBeynost sur la Côtière des Dombes, ont de bellessignatures. Simon PASTEUR sera, lui, teneur de livres. Au XIXesiècle, l'école de la République, promeut desuniversitaires.

 


Sosa :263,667,342
  • Born in 1145
  • Deceased in 1219,aged 74 years old

 Spouses and children

 Notes

Individual Note

Arbre de descendance :https://gw.geneanet.org/mmartinmichel?lang=fr&pz=sacha+frederic+jean&nz=martin&spouse=on&m=RL&p=guillaume+le+vieux&n=le+marechal&l1=10&p1=francoise&n1=de+fay&l2=0&p2=guillaume+le+vieux&n2=le+marechal&image=on
https://gw.geneanet.org/breynaud3_w?lang=fr&pz=bernard+claude+antoine+geographe+et+cpa+lyon+directeur+d+hlm+et+de+sem+en+retraite+passionne+de+geologie+tectonique&nz=reynaud&m=RL&p=guillaume+le+meilleur+chevalier+du+monde+il+fit+plus+de+500+prisonniers+en+tournois+regent+d+angleterre+sujet+d+un+livre+de+g.duby&n=le+marechal&l1=0&p1=guillaume+le+meilleur+chevalier+du+monde+il+fit+plus+de+500+prisonniers+en+tournois+regent+d+angleterre+sujet+d+un+livre+de+g.duby&n1=le+marechal&l2=27&p2=bernard+claude+antoine+geographe+et+cpa+lyon+directeur+d+hlm+et+de+sem+en+retraite+passionne+de+geologie+tectonique&n2=reynaud&image=on
Présentation sur wikipedia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_le_Mar%C3%A9chal
http://www.castlewales.com/marshall.html
Régine PERNOUD décrit fort joliment Guillaume LE MARECHAL, en pages 187-188 de sa somme « Aliénor d'Aquitaine » :«  Elevé par le sire de Tancarville – nommé lui aussi Guillaume et qui devait succéder à Patrick de Salisbury comme gouverneur du Poitou -, il avait alors environ vingt-quatre ans et avait été armé chevalier deux ans plus tôt. Beaucoup plus tard, un de ses descendants devait composer en vers le récit de ses prouesses ; car sa vie tout entière allait être celle d'un parfait chevalier de son temps, semée d'exploits au charme romanesque et remplie de traits qui attestent de sa droiture et de sa loyauté. Le jour de la rencontre avec les Lusignan, il se battit, dit cette chronique, « comme un lion affamé ». Son cheval fut tué sous lui ; il mit pied à terre, s'adossant à une haie de façon à n'avoir à se garder que par-devant, et cria : « Vienne avant, qui voudrait esseyer sa force ! » Ils étaient, à en croire toujours la chronique, plus de soixante contre lui, qui leur tenait tête « comme le sanglier aux chiens ». En fin de compte, pour pouvoir le maîtriser, un chevalier franchit la haie et le frappa d'un coup d'épieu à la cuisse. Il fut fait prisonnier et emmené par les ravisseurs, tantôt hissé sur une charrette (le comble du déshonneur pour un chevalier), tantôt monté sur un âne ou quelque vieux cheval de retour, sans que personne prît soin de sa plaie qu'il pansait lui-même avec des lambeaux de ses vêtements. Un soir seulement, dans un château où la troupe faisait étape, une dame aperçut ce grand garçon pâle et traînant la jambe ; elle compris de quoi il s'agissait et lui fit passer, dans un pain dont on avait ôté la mie, de l'étoupe dont il put refaire son pansement. Sur ces entrefaites, Aliénor, qui s'était inquiétée du sort de ses défenseurs, paya sa rançon et, lorsqu'il eut regagné Poitiers, lui fit donner des armes et un cheval, et vêtir à neuf, car c'était un cadet sans fortune...Guillaume le Maréchal allait être attaché aux enfants royaux et devenir bientôt l'inséparable compagnon de tournoi d'Henri le Jeune. L'épisode n'eut d'ailleurs pas d'autre suite que d'avoir donné à la reine l'occasion de discerner chez ce jeune chevalier le trait qui devait marquer toute sa vie : sa parfaite fidélité... »Régine PERNOUD présente deux autres anecdotes révélatrices en pages 204-205 : « … Un jour, raconte le Maréchal, il y eut un tournoi à Joigny. Une fois arrivés, les chevaliers s'armèrent et se rendirent au lieu du tournoi, proche de la ville ; là ils mirent pied à terre en attendant leurs adversaires. La comtesse (Aélis, femme de Rainaut de Joigny), accompagnée de dames et de demoiselles, vint les rejoindre. Comme leurs partenaires se faisaient décidément attendre, quelqu'un proposa de danser, et, selon l'usage du temps, il fallait improviser une chanson pour rythmer la danse. Le Maréchal, en chevalier accompli qu'il était, se mit en devoir d'improviser ; après lui, c'est un jeune héraut qui, à son tour, improvise une seconde chanson avec pour refrain : « Maréchal, j'ai besoin d'un bon cheval ! » Le Maréchal s'éloigne sans mot dire, se rend au champ de course où, déjà, les joutes, dans lesquelles les lutteurs combattaient deux à deux, avaient commencé. Il lance un défi à l'un des chevaliers, le désarçonne en moins de deux, prend son cheval comme la coutume lui en donnait le droit et l'amène au petit héraut qui n'avait pas encore fini sa chanson. Et celui-ci de s'écrier : « J'ai un cheval ! me le donna le Maréchal ! » Une autre fois, le même Maréchal s'empare du cheval d'un Flamand nommé Mathieu de Walincourt. Celui-ci dépité, prie le Jeune Roi [Henri le Jeune, fils aîné d'Henri PLANTAGENET et d'Aliénor d'AQUITAINE] de le lui faire rendre. Le Maréchal s'exécute, mais, s'étant une seconde fois dans la même journée affronté avec Mathieu, il ramène de nouveau le cheval dans sa loge. Le soir, quand tous les chevaliers se rencontrent pour banqueter ensemble, Mathieu de Walincourt, à nouveau, demande au Jeune Roi de lui faire rendre son cheval. Henri, étonné, appelle le Maréchal, lui demande pourquoi il n'a pas obéi à son ordre et l'on apprend alors qu'il a, deux fois dans la même journée, gagné le même cheval... »
Dominique BARTHELEMY présente Guillaume LE MARECHAL en pages 338-352 de "La chevalerie De la Germanie antique à la France du XIIe siècle".https://fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Barth%C3%A9lemy
Descendant de Charlemagne :http://gw.geneanet.org/lexmark?lang=fr&pz=john+j.&nz=kubik&ocz=0&m=A&p=william&n=marshal&sosab=10&color=&t=H&v=13

  Photos and archival records

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Family Tree Preview