• Born 14 April 1626 - Sainte-Madeleine, Noyon, Oise, France
  • Baptized 14 April 1626 - Sainte-Madeleine, Noyon, Oise, France
  • Deceased 25 June 1691 - Paris, Seine, France,aged 65 years old
  • Buried 25 June 1691 - Paris, Seine, France
  • Avocat et poete en renom, reçu avocat

 Parents

 Siblings

 Half-siblings

On the side of Antoine 1er de FOURCROY, deceased 10 October 1643 - Paris, Seine, France,
Me des requêtes de la Reine rége, procureur au bailliage, lieutenant du bailli Comté-Pairi
(display)

 Events


 Notes

Individual Note

Le 14 avril 1626, fut baptisé sur la paroisse de Sainte Madeleine
"Bonaventure, filz de Maistre Antoine de Fourcroy, maistre des requestes de
la reyne mère, et de damoiselle Barbe de la Chaussée, son parin, maistre
Charles Martines, advocat à Noyon, sa marine, damoiselle Claude de Fourcroy,
femme de maistre Jean Dartois, aussi advocat".
Comptes-rendus et mémoires de la Société Historique de Noyon, tome 13

FOURCROY Bonaventure, avocat "dont l'éloquence égalait la science profonde"
(Abbé MULLER, "Les rues de Noyon", page 126).

Jeune, Bonaventure de FOURCROY n'était pas d'un naturel timide, il se classa
"parmi les plus hardis contempteurs du parti du Cardinal (Mazarin).


Dans la poésie, il fait assez de cas de ses sonnets pour les publier en
1651, en une plaquette de 24 pages, avec une dédicace au prince de Conti,
fort sévère pour le Cardinal.

A la barre, il a la voix "nette et ferme", d'aucuns disent "tonnante",
"l'air noble, le geste beau et naturel". Il tient l'action pour "la plus
belle partie de l'orateur"; la sienne est jugée "admirable". Son éloquence
n'a rien "d'effréné". il est conci dans la narration... son raisonnement est
solide. Il ne néglige pas le choix des mots mais n'en n'est pas esclave; il
songe bien plus aux choses qu'à la manière de les dire. Ses exordes sont
simples et souvent il n'en fait pas du tout; ses paroles et ses sentiments
se précipitent en abondance; il a un langage hardi, parfois des traits
brillants. Par la force de son raisonnement et par la véhémence de son
discours, il emporte et enlève l'esprit de ses auditeurs, semblable à un
torrent qui entraîne tout. Son éloquence était un peu impétueuse, mais comme
il avait un discernement droit, qu'il était versé dans l'étude de toutes les
lois, qu'il avait de la lecture et de toutes sortes d'auteurs, on lui
pardonnait ses irrégularités et ses saillies, qui pourtant surprenaient le
Palais. Orateur sans doute énergique plutôt que fin, mais tout de même grand
orateur et savant jurisconsulte.

Discutant avec de FOURCROY, au cours d'un dîner chez BOILEAU, MOLIERE
s'avoua physiquement vaincu: "Qu'est-ce que la raison avec un filet de voix,
aurait-il dit, contre une gueule comme cela ?"

Ses collègue lui reconnaissent un esprit vif et pénétrant... un jugement
solide, beaucoup de discernement dans le choix des raisons, une grande
justesse dans les pensées.

Il publiera plusieurs travaux de jurisconsulte (en 1674,...).

Au physique, il est d'une prestance majestueuse, d'une force extraordinaire,
il a les avantage du corps. Nous savons par BEAUCOUSIN qui a eu accès à des
portraits le représentant, que FOURCROY avait la physionomie replette, le
coloris sanguin, les cheveux épais un peu gris, vêtu d'une espèce de
simarre. Son abord est rude et il ne fait rien pour adoucir son naturel.
"que Dieu m'a fait grace, disait-il, de m'avoir fait naître brutal. Si je
n'eusse été doux et poli, je serais mort, puisqu'avec toute ma brusquerie,
on me laisse à peine le temps de respirer". Tout le monde constate sa
fierté. Il a conscience de sa valeur et aussi de la dignité de sa fonction.

Il laissa la fortune très ronde qu'il avait amassée à son petit neveu :
René-Charles de Fourcroy. (Causeries du besacier, Caix de Saint-Aymour, t2,
p60..)

Voir la longue biographie qu'à écrit M JE GUEULLETTE dans le tome 32 des
Compte-rendus et mémoires de la société historique de Noyon, pages 45 à 71.

Reçu avocat au parlement de Paris le 27 novembre 1645
(Miguel BENITEZ "l'oeuvre libertine de Bonaventure de Fourcroy. Paris H.
Champion, 2005" ISBN 2-7453-1262-6)
Voir également de nombreux autres renseignements aux pages 17, 18 et 19.


"Bonaventure de Forcroi avocat en parlement, non encore marié."

Généalogie manuscrite de La chaussée, écrite en 1645-1646 par Mathurin de La
Chaussée. (En la possession de Christophe de Mazancourt), [Page 10 verso].

Voir son inventaire après décès du 19-07-1691 par-devant Guillaume LEVESQUE.
RE/C/4

Nouveau d'Hozier 142, Mss Fr 31367, Gallica vue 157/515 :
"Me Bonaventure de Fourcroy, avocat très célèbre au Parlement de Paris, qui
par son testament du 20 février 1691, légua sa bibliothèque à Me Charles de
Fourcroy, fils de Me Nicolas de Fourcroy, Prévôt Royal de Clermont, qu'il
reconnaissait pour son parent."

Mariage (I1740) Parrain/marraine

Mariage (I1065) Parrain/marraine

Mariage (I4004) Nephew/Niece

  Photos and archival records

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Family Tree Preview

Pierre de FOURCROY ? ?   Jean de LA CHAUSSÉE †1562 Emonne de COURSEULES †1564/ Jean TRONçON †1576 Claude de FICHEPAIN ca 1524-1612
|
8
 |
9
  |
12
 |
13
 |
14
 |
15



  


 


|  | |
Balthazar de FOURCROY †1553/ Madeleine JOURDIEU Bonaventure de LA CHAUSSÉE 1536/-1613 Marie TRONçON †1615..1645
|
4
 |
5
 |
6
 |
7



 


| |
Antoine 1er de FOURCROY †1643 Barbe de LA CHAUSSÉE †1638/
|
2
 |
3



|
Bonaventure de FOURCROY 1626-1691