Message to visitors

close

" Va, pèlerin, poursuis taquête, va ton chemin 
Que rien ne t'arrête, prends tapart de soleil et ta part de poussière; 
Le cœur en éveil, oubliel'éphémère. 
Tout est néant ; rien n'estvrai hormis l'amour. 
N'attache pas ton cœur àce qui passe. 
Garde en ton cœur la parole :voilà ton trésor " (stance de l'office).

Thomas de Birville

NOSANCETRES

Arrachés à cemonde et en attendantici-bas enfouis,
N
os ancêtres sont ici soustraits à nosvies,
C
'est pourtant grâce à eux que nous sommesici, 
Ê
tre attentifs qu’un jour ils sortent del’oubli,
T
endrement, patiemment et sans aucunrépit, 
R
emonter le passé, ressusciter leursvies, 
E
t les faire connaître aux grands et auxpetits, 
S
era notre façon de leur diremerci.

Deo gratias (Ep3,14-15).

 

 


Sosa :1
chevalier de la légion d'honneur

  • Born 4 November 1916 - Aubenas, 07019 (Ardèche, Rhône-Alpes, France)
  • Deceased 26 July 1975 - Hopital Boucicaut 75015 Paris,aged 58 years old
  • Buried - Cimetière de Bagneux
  • Administrateur civil au Ministère de Finances (direction de la Prévision), Conseiller à l'OCDE dans les années 1970
1 file available 1 file available

 Parents

 Spouses and children

  • Married 19 April 1949, Paris Eglise sainte Geneviève (75016 Paris Ile de France), to Paulette Dechaume 1919-2005 with

 Siblings

 Paternal grand-parents, uncles and aunts

 Maternal grand-parents, uncles and aunts

(display)

 Events


 Notes

Individual Note


Caracteres physiques: <DESC><HEIGHT>1,80</HEIGHT><HAIR>Black</HAIR><EYES>Brown</EYES></DESC>

Nationalite: Française

Religion: Catholique Romain

Franc Debos


https://fr.calameo.com/search#search-origines%20ardechoises/books


Résultat de recherche d'images pour

555 × 556 - cyclo-challenge.fr



 


lien famille Debos, Signoret, Reynaud:


 


https://gw.geneanet.org/ddebos_w?lang=fr&pz=franc+auguste+charles&nz=debos&m=RL&p=armand&n=de+vesc&l1=22&p1=jeanne&n1=reynaud&oc1=12&l2=22&p2=franc+auguste+charles&n2=debos&p3=jean+joseph&n3=signoret&dag=on


Extraits de l'histoire de Privas confiée par M. Michel Demorest le 10 février 2019


 "Histoire de Privas", tome 2, partie 1, pages 257 à 268, Élie REYNIER – AD 07 2E 4425.


 


On peut noter dans l'histoire de Privas l'existence de 3 ancêtres Debos consuls modernes de Privas (dénomination de l'ancien régime ou Capitoul en Languedoc) (cf. note de bas de page)


 


DEBOS (Jean Pierre), dit Guilhon, drapier, 2e consul moderne de Privas de 1769 à 1771, né le 14 juin 1731, fils de Jacques et de Jeanne DURAND. Le 4 septembre 1752, à Privas, Jean Pierre DEBOS se marie avec Jeanne BLANC, fille de sieur Simon et de demoiselle Jeanne COMTE, de Flaviac ; son oncle, le consul Nicolas DEBOS (voir ce nom) est son témoin. Le 1er août 1769, à Privas, à l'occasion du baptême de Madeleine DEBOS, fille de sieur Pierre et de demoiselle Marie Anne ROUVIER, le parrain est M. Jean Pierre DEBOS, consul de cette ville. Veuf, Jean Pierre DEBOS épouse Marianne CHAMBON le 8 décembre 1799, à Privas. Il décède le 18 août 1804, dans sa ville natale.


 


Voir : Registres catholiques de Privas – "Histoire de Privas", tome 2, partie 1, pages 257 à 268, Élie REYNIER – AD 07 2E 4425.


 


 


DEBOS (Joseph), négociant, 2e consul moderne de Privas en 1762 et 1763, né le 8 septembre 1707 à Freyssenet, fils d'autre Joseph et de Jeanne TAUPENAL, marié le 2 juillet 1743, à Pourchères, avec Madeleine BLACHE, fille de Jean et de Jeanne BONVIEIL, d'où Jeanne, née en 1744 ; Marie Magdeleine, née en 1745 ; Louise, née en 1748 ; Madeleine Suzanne (1750-1826) ; Joseph (1754-1831) ; Jean Hilaire, né en 1756 ; Jean Louis (1758-1841) ; Jean Joseph, né en 1760 ; Jean Louis Christophe (1764-1819). Joseph DEBOS décède à Privas le 17 mars 1769, à l’âge de 61ans.


 


Voir : "Histoire de Privas", tome 2, partie 1, pages 257 à268, Élie REYNIER.


 


 


DEBOS (Nicolas), drapier de Privas, 2e consul moderne de Privas de 1742 à 1754, né le 17 mai 1696 de Jacques et d'Anne Clémence GUILHON, se marie le 24 juillet 1714 avecSuzanne MÉALARÈS, fille de feu Théodore et d'Alix VERNET, dont il a 9 enfants de 1715 à 1737. "Le 11 août 1742, à la requête des syndics François de BRUEYS et Nicolas DEBOS, inhibitions et défenses sont faites par le capitaine châtelain à tous les habitants de la ville et son mandement de louer à des étrangers maisons, appartements, ni autres habitations sans en avoir au préalable demandé la permission". "Le samedi 19 août 1747, Nicolas DEBOS, consul de Privas, expose à René LADREYT, conseiller du roi, maire de Privas, que le prix du froment étant tombé à 10 livres le setier, il y aurait lieu de baisser le prix du pain." Le 4 septembre 1752, à Privas, Nicolas DEBOS est témoin au mariage de son neveu Jean Pierre DEBOS avec Jeanne BLANC. Le 24 février 1756, il marie son fils Pierre avec Marie Anne ROUVIER. Nicolas DEBOS décède le 6 août 1769 à Privas, à l'âge de 73 ans[


 


Il existe aussi un Nicolas DEBOS, fils de François et d'Anne ARCHIMBAUD, qui naît en 1706 et décède en 1774. On trouve également un BOSC, consul dans l'Inventaire sommaire des AD 07 C 1293, 1752-1759, mais il s'agit du ci-devant Nicolas DEBOS, drapier de Privas


 


https://gw.geneanet.org/ddebos_w?lang=fr&pz=franc+auguste+charles&nz=debos&m=RL&p=lambert&n=adhemar+de+monteil&oc=1&l1=3&p1=amedee&n1=d+ales&l2=26&p2=franc+auguste+charles&n2=debos&p3=audibert&n3=de+vogue&dag=on&image=on


 


____________________________


 


 


 


Deux familles Debos ardéchoises :


 


 


 


- l'une de Freyssenet sur le plateau du Coron (dont nous sommes issus) : son représentant le plus ancien est André Debos né en 1546 au mas du Cadet à Freyssenet.


 


- l'autre de Nozieres, Saint Félicien (qui s'appellera Desbos puis Debos)


 


 (cette deuxième branche semble issue de la famille De Bosc dont l’un des membres sera compagnon d’armes de Henri IV seigneur des Boscs et de Solignac 


 


(son membre le plus ancien semble être Pierre André Des Bosc) : cette famille recoupela notre avec la famille Ponserre qui elle-même elle-même recoupe la famille Le Maout de Moelan sur Mer) avec Jean Henri Louis Debos


 


Jean Henri i Louis Debos mort pour la France au cours de la deuxième guerre mondiale


____________________________


 


 


 


 


 


http://www.fontaine-siloe.com/ (Le Coiron)/ Bernard Vallée


 


cf. article who's who (Pierre Debos, frère de Franc) et Encyclopédie Universalis


https://books.google.fr/books?id=pRkMAQAAMAAJ&amp;q=SIGNORET+ET+DEBOS&amp;dq=SIGNORET+ET+DEBOS&amp;hl=fr&amp;sa=X&amp;ei=FXP0VJrHLIbQygOBhoGgDA&amp;ved=0CCIQ6AEwAA


 


Franc a passé sa jeunesse en Ardèche à côté de Privas (peut être le plus petit chef lieu de canton de France).


Il nous racontait la vie qui était la sienne: le froid qui régnait sur la plateau du Coiron, les chataignes, la grande culture locale avec les muriers, les engelures, les galoches pour aller à l'école.


Son père Charles Félix était fonctionnaire des finances, sa mère Antonia Signoret mère au foyer.


Au fil des mutations, il se retrouvera à Grenoble où il fit ses études au lycée Champollion (cf. photo 1928/1929)


Bon élève, il a d'excellents notes notamment en physique (je pense que dans cette matière avec l'une de nos cousines, Hélène Tinjod qui fut l'une des plus jeunes agrégées en physique de France à une vingtaine d'années), histoire, géographie et langues, l'italien notamment.


Il fera son service militaire dans les chasseurs alpins et finira par être démobilisé en 1939 après cette courte drôle de guerre (à Cusset près de Vichy).


Cet amour de la nature, de sa chère montagne ardéchoise fut l'un de ses traits familiaux ; d'autres comme Odile et Hélène coururent des courses alpines prestigieuses comme le Cervin (https://www.youtube.com/watch?v=0hGXyK5cang), ce à plusieurs reprises sur les brisées oncle Paul qui avait mis à profit ce talent dans la maquis pendans la deuxième guerre mondiale.


Il rentra ensuite au Ministère des finances en qualité d'administrateur civil la dernière année d'avant l'ENA la création de l'ENA , en 1944, (le Ministèredes Finances alors rue de Rivoli ) avait alors son concours propre.


L'année d'après, en 1945, l'ENA était créée; il en conservera des camarades comme Michel Rocard. Proche collaborateur de plusieurs Ministres comme Antoine Piney (maman était très amie avec Renée Morgue qui travaillait avec lui et qui se retira à Saint Aygulf après avoir partagé avec l'abbé Bioget, le parrain de Françoise, toutes les étapes importantes de notre vie familiale, chrétienne notamment; je m'en souviens (dominique) avec l'abé Fleury qui nous prépara à notrepremière communion, Couve de Murville, Robert Schuman, Michel Debré et Valéry Giscard d'Estaing.


Il sert à la direction de la Prévision du Ministère des Finances.


Ses qualités de linguiste et d'économiste, le feront missionner comme échelon précurseur en Italie pour y préparer l'entrée dans le marché commun: excellents souvenirs en commun avec maman à ce sujet.


Pendant les dernières années de sa vie, il sera détaché à l'OCDE au chateau de la Muette, toujours dans son domaine qui était l'Economie ;


il mourrut en 1975, non sans avoir fait des retraites répétées chez les trappistes de Notre Dame des neiges (qu'affectionnait Charles de Foucauld)  non loin de sa chère Ardèche.


(http://www.notredamedesneiges.com/abbayes/charles-de-foucauld/)


Notre famille reçut une lettre de condoléances du Palais de l'Elysée


 


http://gw.geneanet.org/ddebos_w?lang=fr;pz=franc+auguste+charles;nz=debos;ocz=0;m=RL;p=hugues+iii+le+pacifique;n=de+bourgogne;l1=21;p1=charles;n1=de+foucauld;l2=27;p2=franc+auguste+charles;n2=debos;dag=on;image=on


_______________________


 "Histoire de Privas", tome 2, partie 1, pages 257 à 268, Élie REYNIER


et site mémoire de l'Ardèche http://www.memoire-ardeche.com/libre_acces/94_1.pdf


Cahier de Mémoire d’Ardèche et Temps Présent n°94, 2007


 


“SYNDICS”, “PROCUREURS” ET “CONSULS” On a pu parler cependant, en Ardèche comme dans la plupart des terres occitanes, pays de petite propriété, d’une “démocratie des ménagers”, c’està-dire d’une organisation de la vie des communautés, des paroisses, selon un certain mode de décision démocratique. La réunion ponctuelle de ces ménagers, chefs de famille, est en effet courante au Moyen Age puis dans les Temps modernes, généralement dans lecimetière qui entoure alors l’église (faut-il y voir symbole ?), ou bien simplement dans la “rue publique” afin de traiter d’une question immédiate, intéressant toute la communauté, et de décider d’une action. Il ne s’agit donc pas d’une assemblée de représentants pérenne qui se réunirait périodiquement pour gérer les affaires dans leur ensemble, mais d’une assemblée réunie pour une décision urgente et précise. C’est ainsi que le23 avril 1679 (1), les “ménagers” de Lavalette, parcelle de la paroisse de Saint-Cirgues, mandement de Jaujac, se réunirent devant Me Claude Dalby, notaire royal, pour débattre du conflit qui les opposait aux autres habitants de la paroisse dans l’usage des pâturages communs. Procuration fut donnée à François Maurin afin de “poursuivre l’instance intantée en la cour de justice de Jaujac à l’instance des habitants de SaintCirgues…” qui avaient procédé de même le 17avril précédent et seraient représentés par Etienne Hebrard et Claude Gontier désignés “sindics et procureurs”. L’affaire, après différents rebondissements, ira “en cour de parlement de Toulouse”. Mais les frais occasionnés apportèrent un peu de sagesse aux protagonistes et un accord intervint le 22 septembre 1680 qui mit fin au différend ; une convention fut signée par Etienne Hébrard, toujours “sindic et procureur” et par Sébastien Clausades, “sindic et procureur des habitants de Lavalette”. L’exécution de la convention et la collecte des sommes dues à Sébastien Clausades pour les frais qu’il avait engagés s’étaleront sur plusieurs années et verront entre autres intervenir Jean Auruol “consul” de Lavalette le 6 octobre 1680 et Pierre Auruol, également dit “consul” de Lavalette le 28 octobre 1681. Avant la démocratie… Pierre LADET 1. A.D.A. 2 E 5809 Ce qui apparaît aujourd’hui comme une évidence, des élections au suffrage universel permettant à chacun, selon ses opinions politiques, philosophiques, de désigner des représentants en charge des affaires “de la cité”, commune, département, Etat…, est une invention récente. L’organisation ancienne, sous l’Ancien Régime, ne concevait pas de représentation réelle de la population dans les décisions qui engageaient le présent autant que l’avenir du royaume. La raison d’être même de cette représentation ne se rencontrait guère en dehors de quelques penseurs nourris des idéaux de la démocratie antique. Long fut le chemin vers le bulletin de vote. Cahier de Mémoire d’Ardèche et Temps Présent n°94, 2007 2 Chaque “affaire” est ainsi traitée par l’assemblée des “principaux habitants” de la paroisse qui donnent procuration précise à l’un d’entre eux pour traiter au mieux des intérêts de la communauté. Le terme de “sindic” est ici associé à celui de “procureur”, il désigne celui qui a en charge de traiter d’une question, non pas de gérer à long terme, a fortiori de définir une politique pour cette communauté. Le terme de “consul” apparaît également mais le consul n’est pas celui qui aura en charge toutes les affaires et singulièrement des affaires à caractère exceptionnel. Jean Auruol et Pierre Auruol n’apparaissent dans les assemblées qu’au seul titre de “propriétaire”, non en tant que consuls. Cependant, c’est à Jean puis Pierre Auruol qu’il revient d’exécuter sur le long terme les clauses de la convention et des accords signés et de collecter lesfonds nécessaires à leur règlement. Pierre est-il le fils de Jean ? Nous ne l’avons pas vérifié mais les deux hommes sont parents, ce qui tend à démontrer que le titre de consul, renouvelé tous les ans, peut rester dans la même famille par une forme de cooptation acceptée par les “principaux habitants”. A noterenfin, la présence du notaire royal, seul habilité à recevoir les actes sur papier timbré, garant devant l’autorité, représentant de cette autorité. La “municipalité” est encore une notion absente dans les paroisses rurales ; seules les questions touchant à la vie économique peuvent, notamment lorsqu’elles se posent avec une certaine acuité, faire l’objet d’une “vie démocratique”. Qu’en est-il dans les bourgs et les villes du Vivarais ? LES CHARTES Le 12 juillet 1208, Louis de Montlaur et Raymond, évêque d’Uzès, représentants de l’évêque-comte de Viviers Burnon, rencontrèrent à Jaujac lesdélégués ou “procureurs” de la communauté de Largentière afin de passer une convention qui devait prendre valeur de charte de franchises, sans doute la première accordée en Vivarais. Selon les termes de cette convention, les habitants de Largentière âgés de plus de 14 ans devaient jurer fidélité et assistance à l’Eglise de Viviers et à l’évêque en échange de garanties commerciales, financières, judiciaires et de la protection de leurs biens. Parmid’autres articles : exemption du droit de leude, gratuité de la justice, protection de la fortune mobilière chère aux bourgeois de Largentière, priorité accordée aux créanciers sur le fisc dans le recouvrement des amendes, mais aucune clause d’ordre politique ou tendant à organiser une quelconque municipalité, à instituer une représentation véritable et pérenne auprès de l’autorité seigneuriale. L’article 6 accordait cependant aux habitants de Largentière le droit de nommer chaque année des “consuls” entourés de conseillers. Aux traditionnels procureurs, désignés pour une mission précise et limitée dans le temps par les habitants, du moins les plus “importants” d’entre eux, succédaient ainsi (ou s’ajoutaient) des représentants permanents, habilités à traiter avec le suzerain des affaires de la communauté sur la durée. Les procureurs, en ville comme dans les petites paroisses, n’avaient pas vocation à représenter de manière permanente la communauté. Les syndics, autre appellation utilisée, étaient également des mandataires occasionnels mais pouvaient se voir confier, souvent à l’initiative du seigneur ou de ses officiers, une procuration générale sur une plus longue durée. Un “syndicat” communal était alors institué, plus ou moins actif, mais davantage considéré comme l’instrument du pouvoir seigneurial que comme un pouvoir issu de la communauté. La procédure de nominationdes consuls cités dans la charte de Largentière ne lésait en rien l’autorité de l’évêque : les conseillers, cooptés plutôt qu’élus, réunis avec les anciens consuls, proposaient chaque année les noms des nouveaux à l’agrément de l’évêque avant que ceux-ci ne prêtent serment devant lui Trois consuls sont ainsi désignés à Largentière en 1208 : Louis Mazellier, Louis Colombes et Louis Sun. Ils seront quatre en 1299, deux en 1303 avecGuillaume Sifred et Pierre Fayn. Ils seront cinq parfois. Leur “élection” est fixée le jour de la Circoncision. Le premier consul peut être un gentilhomme, c’estle plus souvent un homme de loi. Car les consuls, s’ils sont sans pouvoir politique réel, sont l’intermédiaire entre le suzerain et les habitants, et doivent être aptes à “gérer”. Les consuls “anciens” (on dirait aujourd’hui sortants) présentent le compte de gestion aux consuls “modernes” (nouveaux). Leur autorité, partagée avec le représentant de l’évêque, procède en fait de celui-ci en tout, une situation qui n’est pas contestée par les habitants bourgeois de la cité des mines argentifères satisfaits de l’octroi de libertés commerciales et de garanties financières, judiciaires et fiscales. De ce pointde vue, la charte de Largentière constituait pour la bourgeoisie du lieu un acte capital, résultat de longues tractations sur fond de conflit entre l’évêque de Viviers et le comte de Toulouse d’une part, de guerre des Albigeois d’autre part. Depuis plusieurs années, l’évêque-comte de Viviers, vassal d’un empereur germanique trop éloigné, détenteur du pouvoir temporel sur son diocèse (2), résistait aux prétentions du comte Raymond de Toulouse sur les mines d’argent et au-delà sur le Vivarais. En 1198, il avait dû concéder à Raymond, à titre de fief, la moitié des revenus miniers et des droits féodaux, hormis la dîme bien sûr. L’appui du pape en lutte contre l’hérésie avec le soutien intéressé d’un roi de France désireux d’affirmer son pouvoir surle Midi occitan, devait momentanément asseoir à nouveau l’autorité de l’évêque. Mais celui-ci avait dû s’assurer auparavant soutien et fidélité auprès des habitants de Largentière ; les concessions peu à peu accordées touchaient l’ordre économique et commercial sans que les habitants aient cherché la reconnaissance d’un quelconque pouvoir municipal au sens contemporain du terme. La charte octroyée officialisait un état de fait contre un serment de fidélité prêté par les hommes de Largentière. Au cours des XIIIe et XIVe siècles, la concession de chartes de franchises aux principales communautés du Vivarais se développe. Dans chaque cas, la charte est le résultat d’une négociation, le constat d’une situation reconnue par les parties, sans que l’on puisse parler de“révolution communale”. Ici pas de révolte comme à Laon, Amiens, Reims, Sens, Auxerre au XIIe siècle, mais une transaction. Peut-être parce que, ici, lesrelations entre seigneurs et population s’exprimaient jusque-là beaucoup moins en termes de “servilité”. Une situation qui peut expliquer l’absence de revendications quant à une organisation communale pourvu que les intérêts économiques de la classe bourgeoise naissante soient saufs. Jean Régné insiste notamment sur cepoint : “L’objet de la charte communale n’est pas… la formation et l’organisation de la municipalité. Les habitants se préoccupent fort peu de quelle manière et par qui ils seront tondus, mais dans quelle mesure ils ne seront pas écorchés. Les garanties insérées dans la charte répondent fort bien à cettepréoccupation essentielle. Quant à fixer par qui ils seront défendus, c’est souvent longtemps après que les habitants se rendent compte de la nécessitéd’y pourvoir” (3). Elie Reynier va dans le même sens, dans une approche qui lui est propre : “La charte n’est pas une de ces constitutions par lesquelles une communauté obtient et affirme son autorité complète, le droit de s’administrer elle-même par des mandataires élus, d’établir un budget et d’imposer des taxes à ses habitants, de lever une milice, de nommer des magistrats et d’exercer la justice à l’égard de ses bourgeois ; aucun article sur ces graves sujets… Ce qu’on trouve de préférence dans une charte, ce sont des règlements de police, un adoucissement en peine pécuniaire de châtiments corporels, des réductions d’amendes et de redevances, des suppressions de corvées et de prestations corporelles, une limitation du service militaire…” (4). Parfois, les seigneurs, en ces temps difficiles, au sortir des croisades, ont besoin d’argent et monnayent la charte de franchises. Il en fut ainsi à Aubenas en 1248. Sur les onze articles qui composent l’accord, six ont trait à la justice, trois aux impôts, deux au commerce. Octroyées par Eracle de Montlaur dit le Vieux, les franchises de la charte de 1248 seront précisées à la suite de plaintes exprimées par les syndics Guillaume Bouvier, Jehan Bouvier, Jehan Clinchin, Pons André, contre Eracle dit le Jeune en 1276. Des plaintes sans aucun caractère politique. La nouvelle charte, plus longue, reprend pour les préciser les thèmes déjà évoqués dans la précédente : justice, police, commerce, impôts, des thèmes qui seront encore repris dans une troisième charte, octroyée par Pons V en 1285 (5). Il en fut ainsi également à Privas en 1281. Le comte AymarIV de Valentinois, seigneur de Privas, était en lutte avec l’évêque de Valence, Amédée de Roussillon. L’octroi de la charte permit au comte de recevoir de la part de ses sujets privadois finances et hommes de troupes. Les franchises accordées au commerce de la cité apportèrent bien-être au commerce mais également une augmentation des redevances perçues par le seigneur ; tout le monde était gagnant. On ne parle pas dans les chartes de la ville d’Aubenas de consuls, on connaît les syndics et les régents aux fonctions semblables cependant à celles des consuls ce qui indique que le sens du titre employé diffère selon le lieu. Hormis Largentière, Joyeuse (1237) et Saint-Marcel d’Ardèche (1242), le terme de “consul” apparaît peu au XIIIe siècle mais plus tardivement en Vivarais. A Annonay, la charte est datée de 1364 ; les “consuls” succèdent aux “syndics” en 1365. Le rôle de représentation des consuls allait-il au fil du temps se développer ? Il est difficile de répondre à la question. Cooptés plutôt que véritablement élus, issus du petit groupe des notables qui peu à peu s’affirme face à l’autorité seigneuriale, les consuls des villes et bourgs voient leur poids dans les décisions qui engagent la communauté s’accroître au cours des Temps modernesà proportion de l’influence économique de ceux qu’ils représentent. A la veille de la Révolution, le conseil politique d’Aubenas est conduit par Cornuscle de Dournas, consul-maire. Il a été élu le 26 juin 1787 avec Boursarie-Laroche, second consul, et les conseillers Barthélemy, Descombes, Brousse, Rey, Baille, Blachère, Roux, Chastagner, Champanhet, Vincent, Lamole, tous notables, hommes de loi souvent. En 1789, selon une décision prise par Louis XVI le 18 mars de renforcer le conseil politique, sont appelés à siéger avec les conseillers douze “des plus forts taillables” d’Aubenas (6). La cooptation à l’intérieur d’un même groupe est toujours de règle. Les fortunes ainsi réunies, appuyées sur la terre et sur le négoce, sont censées être mieux à même de conduire les affaires de la cité. LES ETATS Hors les murs de leurs cités, les représentants de quelques-unes des principales villes et bourgs du Vivarais entraient aux Etats du Vivarais. Douze villes, depuis le XVe siècle, jouissaient de cette prérogative : Viviers, Aubenas, Annonay, Tournon, Privas, Joyeuse, Rochemaure, Largentière, Pradelles, Bourg-Saint-Andéol, Le Cheylard et Saint-Agrève. Par ailleurs, huit parmi elles participaient “par tour”, c’est-à-dire chacune une fois tous les huit ans, aux Etats du Languedoc : Viviers, Aubenas (puis Montlaur), Annonay, Tournon, Privas (puis Boulogne), Joyeuse, Largentière et Bourg-Saint-Andéol (7). Certains consuls participaient également aux Etats généraux du royaume ainsi ceux d’Aubenas qui furent appelés aux Etats de 1433 à Orléans et à ceux de Narbonne en 1440. Faut-il voir dans cette participation aux Etats particuliers du Vivarais, aux Etats de la province du Languedoc et aux Etats généraux une représentation politique donnée aux villes et bourgs, fut-ce à travers les délégués des seuls notables ? Les Etats particuliers du Pays de Vivarais existaient depuis le XIVe siècle et réunissaient douze représentants de la noblesse, lesbarons, et les douze consuls ou représentants des communes. Curieusement, le clergé n’était pas représenté contrairement aux Etats de la province du Languedocet aux Etats généraux du royaume qui regroupaient les trois ordres. Le rôle de l’assemblée consistait à voter l’impôt en tenant compte du montant fixé par les Etats du Languedoc, eux-mêmes tributaires du Conseil du roi, et à le répartir sur les différentes paroisses, également à gérer la part revenant au Pays. Principales lignes de dépenses : les travaux publics, les aides à l’activité économique, dont l’agriculture, la police… ; parfois, plus rarement et plus tardivement, l’instruction publique et l’assistance publique. Les consuls présents pouvaient user de leurs compétences pour intervenir dans la gestion desaffaires de la 5. Jean Charay, Aubenas en Vivarais, tome I, Imp. Habauzit, 1950. 6. Pierre Ladet (dir.), Aubenas sous le vent de l’Histoire, éd. Mémoire d’Ardèche et Temps Présent, 1991. 7. Boulogne remplace Privas, cité protestante détruite en 1629, et Montlaur représente Aubenas, sanctionnée à la suite de la révolte du Roure en 1670. 5 Cahier de Mémoire d’Ardèche et Temps Présent n°94, 2007 petite province et particulièrement, là encore, dans ce qui touchait au commerce et au soutien à l’activité agricole voire manufacturière. Issus de la classe bourgeoise, du groupe des notables, ils pouvaient éclairer les décisions touchant à la vie économique mais intervenaient peu dans celles touchant à la vie sociale. Citons à titre d’exemple l’octroi, en 1787, par les Etats du Vivarais d’une subvention au collège d’Aubenas et, la même année, le versement de 1 200 livres au comte d’Antraigues qui exploitait les mines de charbon de Prades, gratification annuelle votée en 1785 et pour six années consécutives contre l’obligation de produire plus de 20 000 quintaux annuels “de charbon de pierre” (8). Le baron “de tour” et le consul “de tour” entraient aux Etats du Languedoc ainsi que le syndic du Vivarais, élu par les Etats. L’évêque de Viviers, baron de Largentière, participait aux Etats du Languedoc comme tous les évêques de la province. Réunion des trois ordres, auxquels se joignent les commissaires du roi qui seul peut les convoquer, les Etats du Languedoc ont tenté longtemps de garder, comme tous les “Pays d’Etats” une relative indépendance par rapport au pouvoir royal, particulièrement dans le vote de leurs subsides. Comme les Etats particuliers du Vivarais, les Etats du Languedoc soutiennent l’activité économique de la province et des diocèses civils qui la composent, dont le Vivarais, soit par l’octroi de subventions, de secours, ou par le soutien apporté à la construction et à l’entretien des routes. Ainsi le 2 mars 1776 (9) : “Monseigneur l’évêque de Nimes a ajouté que la ville d’Aubenas vient de présenter un mémoire dans lequel elle expose que malgré les avantages de sa position, elle reste isolée par les difficultés de pouvoir y aboutir tant du côté de La Chapelle que du côté de Romegié et qu’elle demande qu’on entreprenne la partie du nouveau chemin projeté pour communiquer avec l’Auvergne depuis St Estienne de Fonbelon jusqu’à Aubenas et depuis cette ville jusqu’au-delà du ruisseau du Mercoire ce qui fait environ 1 800 toises du chemin pour former les deux avenues de cette ville et qu’il a paru qu’on peut charger le Sr Grangeant d’examiner dans le cours de l’année ce qu’il conviendrait de faire aux deux avenues de ladite ville et d’en dresser le devis à l’effet de faire connaître qu’elle peut être l’effet de cette dépense en observant qu’il serait à souhaiter qu’on put faire travailler aux dits ouvrages et autres situés en plaine lorsque les neiges ne permettent pas de travailler à ceux de la cote de Mayres. Ce qui a été délibéré sur tous les chefs conformément à l’avis de MM. les Commissaires”. Les Etats apportent leur soutien à l’aménagement routier, ils entendent en même temps donner ainsi du travail à une partie de la population jugée souvent “désœuvrée” et par là suspecte et mal contrôlée. La vie rurale, celle des 8. A.D.A. C 364. 9. A.D.A. C 322. Archives des Etats du Vivarais Cahier de Mémoire d’Ardèche et Temps Présent n°94, 2007 6 paroisses, est rarement au centre des débats si ce n’est pour entretenir les chemins (considérés en fait comme un équipement “urbain” nécessaire au commerce et aux échanges entre villes et bourgs) ou pour apporter quelque secours lors de calamités agricoles. Mais si les Etats du Languedoc comme ceux du Vivarais apportent leur soutien à l’activité économique, et jouissent ainsi d’un pouvoir de décision que n’ont pas, ou beaucoup moins, les pays d’Elections, ils ne participent pas pour autant à une quelconque représentation de la population, rurale notamment, qui, si elle peut bénéficier des retombées des actions entreprises et des soutiens accordés, n’entre pas dans le processus de décision, dans la vie politique. Leurs actes, par ailleurs, comme le calendrier de leurs réunions, sont contrôlés par la puissance royale et les officiers ou commissaires du roi toujours présents et ce, de plus en plus (10). Les représentants des trois ordres eux-mêmes, nobles, ecclésiastiques ou consuls, s’ils défendent ce pouvoir de décision dans sa dimension économique, parfois sociale, prétendent-ils à un quelconque mais réel pouvoir politique ? Au fur et à mesure que s’impose le pouvoir royal,à travers notamment la politique d’un Richelieu qui tend à réduire les prérogatives des pays d’Etats à celles des pays d’Elections, les Etats du Languedoc perdent le peu de pouvoir politique qu’ils ont. Paradoxalement pourtant, la montée en puissance de la bourgeoisie du négoce, ses alliances avec la magistrature et la petite noblesse, les idées du siècle des Lumières qui la traversent seront bientôt à l’origine d’une première prise de conscience politique comme si le développement économique exigeait désormais que ceux-là même qui le conduisent prennent une plus grande part dans les décisions politiques. Les Etats généraux du royaume, enfin, convoqués depuis 1302 par le roi quand il le souhaite, réunissent les trois ordres, noblesse, clergé (en fait haut clergé), tiers état (souvent “officiers royaux”). Les délibérations se font par ordre à partir des cahiers de doléances portés par les représentants désignés par les Etats provinciaux. Mais les Etats généraux ne décident rien ; ils conseillent le roi sur les questions qui leur sont posées, questions souvent à caractère financier ou fiscal. En 1614-1615, les Etats généraux convoqués par Marie de Médicis furent largement dominés par les officiers royaux (très nombreux et prétendus représentants du tiers) contre la noblesse elle-même. Les graves difficultés financières rencontrées sous Louis XVI conduiront à la convocation des Etats généraux de 1789 par l’arrêt du Conseil du roi du 5 juillet et par l’édit du 2 août 1788. Mais dès la préparation de cesEtats généraux, on relève des signes d’un changement, particulièrement dans la composition de ce qui devient une “représentation”. Si en 1615, parexemple, les Etats généraux rassemblaient, pour le clergé, 130 dignitaires et seulement 5 curés, pour la noblesse, 60 “grands” parmi les 138 présents, et 121 officiers royaux sur 187 représentants du tiers état, désormais on dénombre 220 curés sur 326 membres du clergé, un tiers état, dont la représentation a été doublée et portée à 661 députés, avec seulement 207 officiers et hommes de loi tandis que l’on compte 214 membres des professions libérales (dont 180 avocats) et 115 commerçants, industriels et agriculteurs. On sait par ailleurs que les curés de paroisse sont souvent réputés à l’écoute de leurs ouailles et capables d’une autre parole que les princes de l’Eglise ; on sait également que les Etats généraux de 1789 ont été préparés plus longuement que de coutume avec la rédaction des cahiers de doléances dans chaque paroisse. La Révolution était en marche, sans remise en cause dela monarchie mais dans la recherche d’une représentation des différentes couches de la population, d’un accès du peuple aux décisions politiques. 10. Les pays d’Elections relèvent directement, en particulier du point de vue de leur administration fiscale, du roi et des bureaux des finances des généralités ou circonscriptions financières. Ils sont gérés par les “élus”, officiers du roi détenteurs d’une charge vénale et héréditaire. Les pays d’Etats, au contraire, possèdent jusqu’à la fin de l’Ancien Régime des assemblées représentatives ou états provinciaux qui conservent ou tentent deconserver un regard sur l’administration, fiscale en particulier, mais pas seulement. On trouve les pays d’Etats dans le Midi de la France, en Bretagne, et dans le nord, provinces “réputées étrangères” parce que plus récemment réunies au royaume de France. Compléments bibliographiques Pierre Babey, Le pouvoir temporel de l’évêque de Viviers au Moyen Age, 815-1452, Bosc frères, Lyon, 1956. Jean Régné, La vie économique et les classes sociales en Vivarais au lendemain de la Guerre de Cent Ans, Aubenas, 1926


 


Compléments bibliographiques Pierre Babey, Le pouvoir temporel de l’évêque de Viviers au Moyen Age, 815-1452, Bosc frères, Lyon, 1956. Jean Régné, La vie économique et les classes sociales en Vivarais au lendemain de la Guerre de Cent Ans, Aubenas, 1926.


memorial: https://www.geneanet.org/media/manager/deposits/15374341/

  Photos and archival records

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Family Tree Preview

sosa Jean Pierre Debos-Guilhon, maire de Veyras près de Privas (Ardèche) 1830-1883 sosa Marie Félicie Arnoux, famille d'origine Drômoise (Savasse Bellegarde en Diois) 1838-1923 a picture
sosa Antoine André Antonin Signoret 1850-1898
 a picture
sosa Rose-Claire Charay, arrière arrière grand mère maternelle 1853-1944
||||






||
a picture
sosa Charles Félix Debos 1870-1940
 a picture
sosa Antonia Maria Signoret, médaille d'argent de la famille 1877-1946
||



|
sosa Franc Auguste Charles Debos, chevalier de la légion d'honneur 1916-1975



  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content