Marquis de Chiffreville , seigneur de Saint Victor, Mangé, Le Ponceau, Beaumont, Champmarin La Ferrière, Courtiron, seigneur direct et fondateur de Luceau

  • Born 25 August 1695
  • Baptized 8 January 1749 - Paris,75000,Seine,Ile-de-France,FRANCE,
  • Deceased 18 February 1754,aged 58 years old
  • Brigadier des armées du Roi

 Parents

 Spouses and children

 Notes

Individual Note


evenement:service militaireMousquetaires noirs[15 may 1714](source: Chronologie historique-militaire, contenant l'histoire de la création de toutes les charges, dignités et grades militaires supérieurs - Chronologie historique-militaire, contenant l'histoire de la création de toutes les charges, dign - A0034 - Publishing - Pinard (ancien archiviste du ministère de la Guerre) - Page 320 - Copy
DE CHIFFREVILLE ( Louis-François de Gautier ) mort
le 18. Février 1754. âgé de 58. ans.

Mousquetaire le 15. Mai 1714. deuxième Cornette de la
seconde Compagnie, par brevet du 15. Avril 1716. pre-
mier Cornette le 16. Mars 1717. il obtint le rang de Mestre
de camp de cavalerie, par commission du premier Mars
1718. Fut fait deuxième Enseigne le 15. Novembre sui-
vant premier Enseigne le 4. Février 1724. deuxième
Sous-Lieutenant le 11. Avril 1729. il marcha sur le Rhin
en 1734. servit au fiége de Philisbourg. Obtint le grade
de Brigadier par brevet du premier Août & devint
premier Sous-Lieutenant de sa Compagnie le 12. No-
vembre de la même année. Il fervit encore à l'armée du
Rhin, par Lettres du premier Mai 1735. On n'y entreprit
rien.

Maréchal de camp, par brevet du premier Janvier 1740.
employé à l'armée de Flandre par Lettres du 21. Août
1742. il contribua à la défense de cette frontière.
Employé à l'armée du Roi par Lettres du premier
Avril 1744. il se trouva aux siéges de Menin, d'Ypres &
de Fribourg.

Lieutenant général des armées du Roi par pouvoir
du premier Mai 1745. il suivit le Roi au siége de Tour-
nay, à la bataille de Fontenoy il servit aux siéges d'Ou-
denarde & de Dendermonde & fut déclaré Lieutenant
général au mois d'octobre.

Employé à l'armée de Flandre, par Lettres du pre-
mier Mai 1746. il combattit à Raucoux. Suivit le Roi à
la bataille de Lawfeld en 1747. Fut employé à l'armée de
Flandre du premier Mai au 15. Septembre 1748. La paix
étoit faite dès le 30. Avril. Quitta la Sous-Lieutenance
des Mousquetaires au mois de Juin 1753. & mourut l'an-
née suivante. )
Louis entre dans la seconde compagnie des mousquetaires de la garde du Roi en 1714

evenement:service militaireSecond Cornette des Mousquetaires Noirs[15 apr 1716]
Brevet de deuxième Cornette de la seconde compagnie.

evenement:service militairePremier Cornette des Mousquetaires Noirs[16 mar 1717]
Devient premier Cornette.

evenement:service militairePromotion mestre de camp de cavalerie[1 mar 1718]
Promu mestre-de-camp de cavalerie par Ordonnance du Roi et brevet du 1er mars 1718

evenement:service militaireSecond Enseigne des Mousquetaires Noirs[15 nov 1718]
Second Enseigne de la seconde compagnie.

evenement:service militairePremier enseigne des Mousquetaires Noirs[4 feb 1724]
Monte au grade de Premier Enseigne.

evenement:service militaireDeuxième sous-lieutenant des Mousquetaires Noirs[11 apr 1729]
Devient deuxième sous-lieutenant.

evenement:Baptême d'une cloche[30 jun 1732]Chateau-du-Loir,72500,Sarthe,Pays de la Loire,FRANCE, Paroisse St-Martin(source: Baptême de la cloche de St-Martin de Château-du-Loir - A0030 - Deed - - Copy
30 juin 1732-Bénédiction de la grosse cloche nommée Louise Marie, par haut et puissant seigneur messire Louis François de Gautier, marquis de Chiffreville, seigneur de Mangé, Le Ponceau, Champmarin, sous- lieutenant des mousquetaires de la garde du Roi, mestre de camp de cavalerie, et haute et puissante dame Marie Geneviève Le Tonnelier Breteuil de Charmeaux, son épouse.)

evenement:Honors[10 nov 1732]
Chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis

evenement:service militaireGuerre de Succession de Pologne.[1734](source: Siège de Philippsbourg (1734) - A0035 - Internet document - - Copy
Vers la fin du mois de mai 1734, les Français commencèrent à encercler la place de Philippsburg. Ils déployèrent ainsi 46 bataillons, dont 14 en position sur chaque berge du Rhin, pour couper la forteresse des routes voisines. Parmi les forces rassemblées sur la rive droite, la moitié était affectée au siège, l'autre moitié étant chargée de défendre le dispositif d'une agression extérieure. Le 26 mai, un corps de sapeurs de 12 000 hommes commença à creuser le fossé extérieur.
Les préparatifs de siège progressaient sans encombre lorsque le 12 juin, le maréchal de Berwick, qui inspectait la tranchée à un poste avancé, fut tué d'un coup de canon. Le commandement des opérations de siège fut confié au général d'Asfeld, homme rompu à la poliorcétique. Alors le 19 juin, Eugène de Savoie, sur ordre de l'empereur, mit en branle l'armée de secours, dont l'effectif atteignait à présent 70 000 hommes. Le 27 juin, son armée atteignait Bruchsal. Le général d'Asfeld ordonna la construction de pontons supplémentaires pour permettre à sa cavalerie de se tourner promptement vers l'armée de secours en franchissant le Rhin ; il affecta en outre une partie des assiégeants à l'appui de la cavalerie. Les positions des Français se détériorèrent avec les pluies drues qui s'abattirent le 5 juillet, rendant les tranchées et mines impraticables. Mais malgré l'adversité s'abattant sur son ennemi, le prince Eugène ne parvint pas à saisir l'occasion. Après quelques combats sans lendemain, il entreprit un repli momentané.
Le 17 juillet, les Français ouvrirent une brèche et investirent la place jusqu'aux remparts de la citadelle. Wuttgenau, désespérant de rétablir la jonction avec le prince Eugène, offrit sa capitulation au général d'Asfeld au matin du 18 juillet.)
Il fait la campagne sur le Rhin pendant la Guerre de Succession de Pologne. Il participe au siège de Philisbourg.

evenement:service militairePromotion militaire[1 aug 1734]
Promotion au grade de Brigadier

evenement:service militairePremier sous-lieutenant des Mousquetaires Noirs[12 nov 1734]
Premier sous-lieutenant de la seconde compagnie.

evenement:service militaireArmée du Rhin[1735]
Louis servit dans l'Armée du Rhin

evenement:service militaireNomination Premier Sous-Lieutenant des Mousquetaires Noirs[1738]Versailles,78000,Yvelines,Ile-de-France,FRANCE,
Louis était premier sous-lieutenant de la seconde compagnie des mousquetaires de la garde du Roi au moment de la revue de Sa Majesté.

evenement:service militaireNomination Maréchal de Camp[15 mar 1740]
Promotion au grade de Maréchal de camp

evenement:service militaireArmée de Flandre[1742]
Le marquis de Chiffreville est employé à l'Armée de Flandre par lettres du 21 août 1742, il contribua à défendre cette frontière

evenement:service militaireSiège de Fribourg[1744]
Participation au siège de Fribourg.

evenement:service militaireSiège de Menin[26 may 1744](source: Histoire des conquêtes de Louis XV de 1744 à 1748 - Siège de Ménin 1744 - Publishing - Pierre Dumortous - Bibliothèque Nationale de France - Pages 4-5. - Copy
Prise de Menin.
Le Roi s'étant rendu au camp de Cisoing, visita son armée, & celle du Maréchal de Saxe, dont il fit une revue générale: ces deux armées se mirent ensuite en mouvement , le Comte de Saxe s'avança jusqu'à Courtrai ; ( d ) & après que les Magistrats de cette ville eurent été forcés de lui en présenter les clefs , ce Héros en fit son quartier général. L'armée du Roi marcha de son côté sur quatre colonnes ; la première sous les ordres du Comte de la Mothe-Houdancourt, la seconde & la troisième sous ceux du Comte de Clermont, & la quatrième fut commandée par le Duc de Biron.
Telle étoit la position de l'armée , lorsque Menin fut investi, ( e ) & que le Roi eut établi son quartier au village de Werwick: Sa Majesté n'eut point de tranquillité qu'elle n'eût reconnu la place, décidé l'endroit de son attaque, & celui dans lequel elle voulut qu'on ouvrît la tranchée ; les troupes envoyées pour cette première opération, où le Roi se trouva, furent commandées par M. de Ceberet, Lieutenant Général; Sa Majesté resta dans les travaux jusqu'à deux heures du matin , malgré les risques qu'elle y courut, & les dangers auxquels elle demeura longtems exposée.
Le Roi, parfaitement instruit du progrès des travaux qui avoient été faits pendant la nuit, & presque tous sous ses yeux , ne se contenta pas de louer le zèle de ceux qui y avouent été employés; il prouva bien en cette occasion, que la libéralité n'est point un trafic d'orgueil & d'ostentation dans les opérations militaires, comme on le voit souvent dans les affaires politiques, il fit donner une gratification considérable aux travailleurs.
Le Comte de Clermont, à l'exemple de son Roi, fit ouvrir la tranchée à la droite du côté de l'ouvrage à corne ; & comme l'intrépidité donne à l'âme d'un héros, la force & le courage de s'élever au-dessus des troubles & des émotions, que la vue des grands périls pourroient y exciter, le Roi alla visiter la tranchée que l'on avoit ouverte devant l'ouvrage à corne, & s'avança jusqu'à la tête de toutes les sappes.
Après plusieurs jours de tranchée ouverte , on s'apperçut que les assiégés avoient abandonné l'ouvrage à corne ; alors on y fit avancer des grenadiers; les assiégés pour donner lieu de croire qu'il y avoit des troupes dans cet ouvrage, envoyèrent quelques soldats tirer de tems en tems. Cette ruse de guerre ne leur réussit pas, autant il parut de soldats, autant on leur fit de prisonniers.
Voila quelles étoient les opérations de la guerre, lorsque le Comte de Clermont fit placer une batterie de seize pièces de canon, pour battre en brêche; leur feu précéda le lever du soleil , avec tant de vivacité & de succès , que cet astre du jour étoit à peine au milieu de sa course, lorsque le Baron Decthen, qui commandoit dans Menin, fit arborer le drapeau blanc, & demanda à se rendre. (f )
Le roi bien informé d'une nouvelle aussi intéressante, fit partir à l'instant le Maréchal de Noailles; de Général eut en entrant dans la place une conférence avec un colonel des troupes de la garnison, qui lui présenta les articles de la capitulation, que le Gouverneur priait Sa Majesté de lui accorder : les otages furent donnés de part et d'autre, le Maréchal de Noailles en rendit compte au Roi, & la capitulation fut signée.

( d.) Courtrai, ancienne ville des Pays-Bas, Louis XIV. la céda à la Maison d'Autriche, par le traité de Nimègue ; mais l'ayant reprise depuis, il la fit démanteler en 1683, elle fut rendue à la Maison d'Autriche par le traité de Riswick : elle est sur la Lis à 4 lieues de Lille, 5 de Tournai & d'Ypres, & 56 de Paris.
(e) Menin, belle ville des Pays - Bas, dans la Flandre; les François la prirent en 1667 , & en firent une des plus fortes places de la Flandre. Les alliés la prirent en 1706, elle fut cédée à la Maison d'Autriche par les traités d'Utrecht, de Rastadt & de Bade. Elle est sur la Lis à 3 lieues de Lille, 7 d'Armentière , 2 & demie de Courtrai, 3 d'Ypres & 57 de Paris.
(f) Ménin fut investie le 18 mai 1744 ; la tranchée fut ouverte devant cette place, tant à l'attaque royale qu'à la droite du côté de l'ouvrage à corne le 28. Le 4 juin le Gouverneur fit arborer le drapeau blanc, & demanda à se rendre : la capitulation fut, que la garnison sortiroit avec les honneurs de la guerre, qu'elle seroit conduite au Fort de l'Ecluse avec une escorte, que le Gouverneur pourroit emmener avec lui 4 pièces de canon, & 4 obutz aux armes des États Généraux, avec 20 coups à tirer pour chaque pièce & pour les troupes. Le 5, le Roi prit possession de la place, la garnison défila devant lui, & les Magistrats lui présentèrent les clefs de la ville, dont les fortifications furent ensuite rasées.
Les officiers généraux qui montèrent la tranchée pendant le siège, furent Messieurs de Ceberet, le Comte de Clermont, le Comte de la Mothe-Houdancourt, le Marquis de Maubourg, le Marquis de Montboissier, de Chérisey, le Marquis de Choiseul-Meuse, le Marquis de Fénelon, le Duc de Gramont, le Comte de Ségur, le Duc de Biron, le Comte de Lowendal, le Marquis de Balleroi, le Prince de Pons, le Comte de Chabannes, le Marquis de Chiffreville, le Duc de Richelieu, le Marquis de Marigane, le Duc deLuxembourg, de Montgibault, le Comte de Clarc, le Marquis de Hautefort, Zulauben, le Marquis de la Rivière, & le Marquis de Pontchartrain.
M. de Vallière, commanda l'artillerie; & le Comte Daumalle, le génie.
)

evenement: Louis participa au siège de Ménin, où il "monta la tranchée".

evenement:service militaireSiège d'Ypres[15 jun 1744](source: Histoire des conquêtes de Louis XV de 1744 à 1748 - Siège d'Ypres 1744 - Publishing - Pierre Dumortous - Bibliothèque Nationale de France - Pages 6-8 - Numerisation
Prise D'ypres & du Fort de la Kenoque.

La ville de Menin ne fut pas plûtôt rangée sous l'obéissance du Roi, que ce Monarque donna ses ordres pour faire le siège d'Ypres. (a) Le Comte de Clermont fut chargé d'investir cette place ; un détachement de l'armée du Maréchal de Saxe , commandé par M. Desgranges, partit pour la même opération, & le Maréchal de Saxe escorté de guerriers intrépides, ( b ) alla reconnoître le terrein : une troupe d'infanterie sortie de la place , fut attaquée par ce Général; la rencontre ne fut pas heureuse pour les ennemis : le secours que le Gouverneur envoya pour les soutenir n'empêcha pas leur défaite, leur résistance fut vaine, quelques Officiers & plusieurs soldats y furent tués ; on leur fit même un grand nombre de prisonniers.
Le premier jour qui éclaira la marche du Comte de Clermont, pour l'investissement d'Ypres, fut un jour heureux; ce Prince s'empara d'une Redoute que les ennemis avoient construite près de Deckebusc, & les soldats qui la défendirent furent faits prisonniers.
Peu de jours après que la ville d'Ypres fut investie , le Roi se fit présenter les plans des travaux qui avoient été faits jusqu'alors, & décida que les troupes monteroient la tranchée avec les drapeaux: ces ordres furent promptement exécutés ; la place fut attaquée sur la droite & sur la gauche ; la première fut l'attaque royale, & le Comte de Clermont fut chargé de la seconde. La tranchée ouverte, le Roi ne tarda pas à s'y montrer, parce qu'il avoit déjà éprouvé que sa présence augmentoit le zèle & le courage des travailleurs.
Le progrès des travaux fut si considérable en peu de tems, que pendant la nuit, qui suivit immédiatement les six jours qui s'étoient écoulés depuis l'ouverture de la tranchée, les deux chemins couverts furent attaqués dans le même instant. Le feu du canon, & de la mousqueterie de la place, quoique terrible, ne diminua rien de la valeur de ceux qui furent employés pour ces attaques : les grenadiers entrèrent dans ces chemins couverts avec tant de bravoure & d'intrépidité qu'ils y firent des logemens. Cette journée fut fatale au Marquis de Beauveau , puisqu'il fut blessé mortellement ; mais elle l'eût été beaucoup plus pour lui, si cet Officier Général courant après la gloire n'eût pas fini ses jours au lit d'honneur, (c)
Les deux attaques ayant été réunies , on battit le corps de la place, & l'on fit entrer dans la basse-ville des mortiers & du canon, qui devoient être en état de faire feu le lendemain: on avançoit avec rapidité l'établissement de ces deux batteries, qui auroient pû réduire la ville en cendre, lorsque le Gouverneur fit arborer le drapeau blanc ; la valeur des troupes qui composoient l'armée du Roi, & les foudres de guerre qu'on préparoit pour Ypres, forcèrent le Gouverneur à se rendre, (d)
Les gratifications & les grades militaires, furent les récompenses des Officiers qui avoient payé de leurs personnes à l'attaque des chemins couverts, & le Roi fit distribuer de l'argent aux soldats que ces braves Officiers y avoient commandés. La générosité du Monarque satisfaite , l'humanité & la commisération portèrent ensuite ce Prince victorieux , jusqu'à l'Hôpital établi à Boesingue ; il y consola les blessés par sa présence , parla aux malades, & recommanda surtout qu'on eût un grand soin de ses soldats.
Tandis que l'armée chantoit la gloire & les vertus de son Roi, le Duc de Boufflers qui avoit reçu les ordres de Sa Majesté, se rendit devant le Fort de la Kenoque; (e) ce Général avoit sous son commandement six compagnies de grenadiers, dix-huit piquets d'infanterie, un détachement de dragons, des mortiers & du canon : la tranchée fut ouverte devant ce Fort; mais ce grand appareil fit bientôt sentir aux assiégés, que la témérité l'emporteroit sur la bravoure, & qu'il y auroit plus de mal à craindre que de bien à espérer, s'ils résistoient longtems; en sorte que le lendemain de l'ouverture de la tranchée, le Commandant capitula.

(a) Ypres jolie, forte & considérable ville des Pays-Bas, au Comté de Flandre, avec un évêchéÖ
(b) Cette escorte était composée de cent dragons, & de cent hussards.
(c) Les chemins couverts furent attaqués la nuit du 23 au 24 Juin 1744. Le Marquis de Beauveau Maréchal de camp & Inspecteur de cavalerie, étant à la tête des grenadiers, reçut un coup de mousquet dont il mourut le même jour. Les assiégés eurent un grand nombre de soldats de tués & de blessés; on leur fit prisonniers quatre Officiers & 70 soldats. II y eut des troupes du Roi, environ 3 00 hommes de tués ou de blessés.
(d) Ypres fut investi le 16 Juin 1744, le même jour, la Reine de Hongrie fit publier à Bruxelles sa déclaration de guerre contre la France ; on ouvrit la tranchée le 17, le Gouverneur se rendit le 25, la capitulation fut signée le 27, & portoit que le Roi accordoit à la garnison les honneurs de la guerre , 4 pièces de canon & 4 mortiers , & au Prince de Hesse-Phillipsthalt , Gouverneur, deux pièces de canon : la garnison d'Ypres en sortit le 29, les troupes de cette garnison défilèrent devant le Roi; Sa Majesté entra dans cette ville le même jour, & les Magistrats lui en présentèrent les clefs. Les Officiers Généraux qui montèrent la tranchée tant que dura le siège, furent Messieurs de Ceberet, le Marquis Maubourg , le Comte de la Mothe-Houdancourt, le Marquis de Fenelon, le Marquis de MontboissÏer, le Comte de Lowendal, de Cherisy, le Comte de Chabannes, le Duc de Gramont, le Prince de Pons, le Comte de Ségur, le Comte de Clarc, le Duc de Biron, le Marquis de Basleroy, de Zurlauben, le Comte de la Rivière, le Marquis de Chiffreville, le Marquis de Pontchartrain, le Marquis de Marigane, le Marquis d'Hautefort, de Mongibault, le Comte de tresines, le Marqis de Jumilhac, le Duc de Brissac, le Comte de Courtemer, le Duc de Boufflers, le Marquis d'Avacy, de Contades & le Comte de Fitz-James
(e) Fort des Pays-Bas dans la Flandre Autrichienne, entre Ypres et Furnes, à 2 lieues & demie de Dixmude.

)

evenement: Participation au siège d'Ypres où il monta la tranchée.

evenement:service militaireSiège de Tournai[1745]
Il servit au siège de Tournay

evenement:service militaireBataille de Fontenoy[1745]
Il participa à la bataille de Fontenoy

evenement:service militaireNomination Lieutenant-Général[1 may 1745]
Nomination comme Lieutenant Général

evenement:Baptême de deux cloches[13 may 1745]Lavernat,72500,Sarthe,Pays de la Loire,FRANCE,(source: Baptême de cloches à la paroisse de Lavernat - A0029 - Deed - - Copy
13 mai 1745-Baptême des deux cloches. Parrain de la première, nommée Marie Louise, Louis François Gautier, marquis de Chiffreville, maréchal des camps et armées du Roi, lieutenant de ses mousquetaires ; marraine, dame Marie Geneviève Le Tonnelier ­Breteuil de Charmont, marquise de Chiffreville, seigneur et dame de Saint Victor, Maugé, Beaumont, Champmarin, Le Ponceau, Lavernat, etc. Parrain de la seconde, nommée Gabrielle, le dit seigneur ; marraine, dame Marie Gabrielle, femme de Me Pierre Etienne Le Tonnelier ­Breteil de Charmont. Tous représentés. Présents : Charles Moulin prieur de Quincampoix, J B Lambert, curé de Verneil ; Thomas Laisné, prieur de Luceau ; Louis Eustache Desmonts, curé de Belon ; Joseph Potier, curé de Nogent, etc)

evenement:service militaireSiège d'Oudenarde et de Dendermonde[17 jul 1745](source: Chronique de la régence et du règne de Louis XV (1718-1763), ou Journal de Barbier. - Éditeur : Charpentier (Paris) Date d'édition : 1857-1866 - A0038 - Publishing - Barbier, Edmond-Jean-François - Bibliothéque Nationale - T. 4 (1745-1750). P.61-63 - Copy
On a reçu ici des nouvelles bien satisfaisantes de
l'armée de Flandre, et auxquelles on ne s'attendoit pas.
On avoit appris, par des lettres du 7, qu'on avoit fait un
détachement.pour investir Oudenarde et en faire le siége;
mais le maréchal de Saxe avoit bien un autre projet.
Dans un grand secret, l'armée du Roi avoit avancé, fait
des mouvements du côté de l'ennemi. De leur côté, ils
avoient quitté leur camp de Grammont et s'étoient retirés
du côté de Bruxelles. Pendant ces mouvements, M. de
Lowendal, lieutenant général, a filé avec un corps de
dragons et quatre régiments nouveaux qu'on a composés
des compagnies de grenadiers des bataillons de milice; et
M. du Chayla lieutenant général avec un autre corps
de troupes, tous les deux en. descendant l'Escaut plus
bas qu!Oudenarde; et, par dessus le tout,, M. Grassin,
avec son régiment, qui avoit pris les devants. Les
ennemis, informés, mais trop tard, de ces mouvements,
ont envoyé d'abord les houssards pour aller a la décou-
verte, et un corps de six mille Auglois pour entrer dans
la ville de Gand, où il n'y avoit que mille hommes de
garnison. Les Grassins ont d'abord arrêté les houssards;
mais, ayant vu arriver des colonnes d'infanterie et de
cavalerie angloises, on a envoyé promptement Ù M. du
Chuyla.pour le faire avancer, et ils se sont retrancltés
dans un vieux château, oit ils ont soutenu l'effort des
ennemis assez longtcmps pour que 1\i. du Gltayla soit
arrivé d'un petit carnp qu'il avoit formé pour la feinteÉ

ÉOn dit qu'on doit ouvrir le 15 de ce mois (juillet) la tranchée
devant Oudenarde, qui ne tiendra pas longtemps parce
que notre armée soutient le siège, et les Anglois n'au-
ront pas.envie de la venir secourir. D'autres disent
qu'il y a encore quelques projets du maréchal comte de
Saxe, car, au vrai, personne dans l'armée ne sait et ne
prévoit ce que l'on veut entreprendre. Il est certain, si
le Roi continue sa campagne sur le même ton, que ce
sera là, au dire des militaires, la plus.glorieuse qu'on ait
jamais vue ni lue.

Les Grassins ont fait des merveilles; ce régiment, fa-
briqué d'abord de déserteurs et de vagabonds de Paris,
devient formidable. M. de Grassin, pressé dans ce château,
a demandé gens de bonne volonté pour aller avertir
M. du Chayla. Il s'agissoit de traverser, et de passer au
milieu des ennemis; il s'en est présenté plusieurs pour
risquer l'aventure, et il en est parti quinze dont il n'en
est, dit-on, arrivé que cinq à M. du Chayla. Le Roi leur
a fait donner à chacun cent louis.

Le gouverneur du château de Gand a été obligé de se
rendre. Les sept cents hommes qui s'y étoient retirés,
partie Hollandais, partie Autrichiens, sont prisonniers de
guerre.

M. du Chayla, lieutenant général, a été fait par le
Roi gouverneur de Gand. M. de Lowendal est revenu
au siège d'Oudenarde. )
Il servit aux sièges d'Oudenarde et de Dendermonde

evenement:service militaireBataille de Raucoux[11 oct 1746]Rocourt,4000,Liège,Région Walonne,BELGIQUE,(source: Bataille de Raucoux - A0039 - Internet document - - Copy
L'armée française était commandée par le maréchal de Saxe et celle des alliés par Charles-Alexandre de Lorraine et John Ligonier. Les alliés, pour empêcher l'invasion des Provinces-Unies par les Français, avaient pris position près de Liège avec les Néerlandais, sous les ordres de Charles Auguste de Waldeck, sur la gauche, les Britanniques au centre et les Autrichiens tenant la droite, sur un front Nord-Sud d'une quinzaine de kilomètres s'étalant d'Ans aux hauteurs de Glons.
Le maréchal de Saxe lança son attaque principale contre les Néerlandais, au niveau du bocage entre Ans et Rocourt (la route reliant les deux localités s'appelle actuellement la rue des Français) puis Vouroux, qui étaient en effectifs grandement inférieurs en nombre aux Français, et rompit leur formation au troisième assaut, les forçant à se replier derrière les lignes britanniques. Les Autrichiens ne prirent aucune part aux combats, ne faisant aucune tentative pour attaquer le flanc gauche français. Ligonier organisa une arrière-garde pour permettre au reste de l'armée de se replier en bon ordre. Celle-ci évacua par le faubourg Sainte-Walburge, sur les hauteurs de Liège au pied de la citadelle de la ville, et passa la Meuse au niveau de Herstal.
La victoire des Français permit de confirmer leur influence sur Liège et mit fin au contrôle de l'Autriche sur les Pays-Bas pour le reste de la guerre.
Étant donné la date, les deux camps se préparèrent alors à l'hivernage. Les Français se replièrent sur les villes brabançonnes, et les Alliés restèrent, malgré leur défaite, à charge de la Principauté de Liège, qui s'accommoda tant bien que mal de cette présence embarrassante. Le Pays était en effet un État neutre malgré une préférence pour le camp français. La principauté ecclésiastique, dirigée par Jean-Théodore de Bavière, tint les comptes de cette présence, et les présenta lors de la conclusion du Traité d'Aix-la-Chapelle.
Sur le terrain, les traces de la bataille restent rares de nos jours, sur ces terres qui accueillent désormais essentiellement habitat et zones commerciales en banlieue nord de Liège)

evenement: Il combattit à Raucoux

evenement:service militaireBataille de Lawfeld[2 jul 1747]Lauffeld,3770,Province de Limbourg,Région Flamande,BELGIQUE,(source: Bataille de Lauffeld - Internet document - - Copy
La bataille de Lauffeld (parfois orthographiée Lawfeld ou Lafelt, partie maintenant de Riemst en Belgique, juste à l'ouest de Maastricht) ou bataille de Maastricht, et encore bataille de Val) le 2 juillet 1747, pendant l'invasion française des Pays-Bas autrichiens (une partie de la guerre de Succession d'Autriche). Le maréchal de Saxe mène l'armée françaises contre les forces combinées des gardes Écossais sous la bannière du duc de Cumberland, et des Provinces-Unies, combattant sous les ordres du prince d'Orange.

Cumberland essaie d'anéantir un détachement de l'armée française commandée par Gaspard de Clermont-Tonnerre, mais une marche forcée de Maurice de Saxe déjoue sa manÏuvre. Il est maintenant face à l'armée française tout entière. Le général Ligonier lui conseil d'occuper et de fortifier les villages sur une ligne de défense, pour faire face à l'avancée alliée, mais il ignore ce conseil compromettant ainsi ses chances de succès.

De nouveau, comme à la bataille de Rocourt, les Autrichiens de l'aile droite refusent de se placer contre le flanc français ouvert. Les villages changent de mains plusieurs fois jusqu'à ce que Maurice de Saxe prenne le dessus. Les Néerlandais battent en retraite devant l'avance des Français qui menacent maintenant d'anéantir l'infanterie britannique. Ligonier mène une charge de cavalerie qui sauve l'armée alliée, mais il est capturé.

Célébrée par les Français, la victoire n'est cependant pas décisive. L'armée alliée n'est pas totalement défaite et retraite en bon ordre, laissant le champ de bataille aux Français, mais les empêchant dans l'immédiat de capturer Maastricht. Maurice de Saxe envoie 30 000 hommes prendre la ville Bergen-op-Zoom pour conclure cette année de campagne.
À l'ouverture de la campagne de 1748, les Français investissent Maastricht et après un bref siège, la ville tombe le 7 mai. Cette prise est déterminante dans le processus de paix commencé en avril. La guerre se termine en octobre avec le Traité d'Aix-La-Chapelle.)
Il participa à la bataille de Lawfeld

evenement:service militaireArmée de Flandre[1 may 1748]
Il fut employé à l'armée de Flandre du premier mai au 15 septembre 1748
bapteme: Le marquis de Chiffreville, représentant la ville du Mans, porta sur les fonds baptismaux, le fils aîné de M. de Tessé.

evenement:Baptême d'une cloche[22 oct 1749]Luceau,72500,Sarthe,Pays de la Loire,FRANCE,(source: Bénédiction de la petite cloche de l'église de Luceau - A0028 - Deed - - Original
12 octobre 1749-Bénédiction de la petite cloche nommée Marie Louise par haut et puissant seigneur Louis François Gaultier, marquis de Chiffreville, seigneur de Saint Victor, Mangé, Le Ponceau, Beaumont, Champmarin La Ferrière, Courtiron, seigneur direct et fondateur de Luceau, lieutenant général des armées du Roi, premier sous lieutenant de ses mousquetaires, et par haute et puissante dame Marie Geneviève Le Tonnellier Breteuil de Charmeaux, marquise de Chiffreville, en présence de demoiselle de Chiffreville, de M le chevalier de Rocquemont. Signé : Gaultier Chiffreville, Le Tonnellier ­Chiffreville, Chiffreville, de Rocquemont, Potier, curé de Lavernat, F Laisné, prêtre.
)

retraite:[1753]Versailles,78000,Yvelines,Ile-de-France,FRANCE,(source: Mémoires du duc de Luynes sur la Cour de Louis XV (1735-1758) - Publ. sous le patronage de M. le duc de Luynes par MM. L. Dussieux et Eud. Soulié. Éditeur : Firmin-Didot frères (Paris) Date d'édition : 1860-1865 - A0032 - Publishing - Charles-Philippe d'Albert duc de Luynes - Bibliothéque Nationale - T. 12 . P.490-491 - Copy
Du mercredi 20, Versailles. - Je n'ai point encore
parlé de la retraite de M. de Chiffreville ; il est sous-lieu-
tenant des mousquetaires noirs et lieutenant général de
1745 ; il n'a que cinquante-six ans, mais il a eu des at-
taques d'apoplexies. Si M. de Montboissier, capitaine lieu-
tenant de cette compagnie, s'étoit retiré, M. de Chiffre-
ville avoit tout droit d'espérer d'avoir le commandement
de la compagnie ; mais M. de Montboissier n'a pas voulu
prendre ce parti jusqu'à présent, quoiqu'il ait quatre-
vingts ans, espérant toujours que le roi l'honorera du
cordon de l'Ordre, qu'il mérite par sa naissance et ses
services. Il est lieutenant général de 1738. Dans ces cir-
constances, la santé de M. de Chiffreville l'a déterminé à
quitter ; il avait 1,000 écus de pension ; le Roi lui donne
une augmentation de 5,000 livres, et il vend avec l'a-
grément de S.M. la cornette des mousquetaires noirs
160,000 livres. Ces charges de cornettes ne sont taxées
que 70,OOO livres, mais l'usage est de les vendre beau-
coup davatage. M. de la Grange, qui l'achète, n'a point
de brevet de retenue ; il étoit sous-lieutenant aux gardes
françoises ; il vend cet emploi 20,000 livres. Ces 20,000 li-
vres sont payées par les officiers qui montent, savoir :
10,000 livres par l'enseigne à pique, qui devient sous-
lieutenant, 4,000 livres par l'enseigne à drapeau, qui de-
vient enseigne à pique, et 6,000 livres par celui qui
achète l'enseigne à drapeau.
À l'égard des mousquetaires, ce qui fait qu'à la re-
traite d'unsous-lieutenant c'est une cornette qui est à
vendre, c'est que l'usage dans les mousquetaires est que
chaque officier avance d'un grade ; ainsi M. de la Rivière,
qui étoit deuxième sous-lieutenant, devient le premier
et vraisemblablement aura la compagnie à la retraite ou
à la mort de M. de Montboissier. M. de Montboissier fils,
qui étoit première cornette (erreur : premier enseigne), devient sous-lieutenant ; M. de
Chabannes, second enseigne, devient le premier, et M. de
Bissy, première cornette, devient second enseigne ; M. de
Villegagnon, seconde cornette, devient le premier et
M. de la Grange le second.)
Le marquis de Chiffreville, étant premier Lieutenant des mousquetaires Noirs, aurait dû accéder au commandement de la compagnie . Mais M. de Montboissier, son Capitaine-Lieutenant, n'a pas voulu prendre sa retraite en dépit de ses quatre-vingts ans, attendant une décoration du Roi. Louis François Gaultier se voit donc contraint de prendre sa retraite car sa santé est très fragile : "il a eu des attaques d'apoplexie" et décèdera l'année suivante.

 Sources

  • Baptism: Mémoires du duc de Luynes sur la Cour de Louis XV (1735-1758). - Publ. sous le patronage de M. le duc de Luynes par MM. L. Dussieux et Eud. Soulié Éditeur : Firmin-Didot frères (Paris) Date d'édition : 1860-1865 - A0033 - Publishing - Charles-Philippe d'Albert duc de Luynes - Bibliothéque Nationale - T. 9. Page 285 - Copy
    Éle fils aîné de M. de Tessé, qui a environ douze ans, reçut à Paris, mercredi ou jeudi dernier, les cérémonies du baptême. Il fut tenu par M. de Chifreville, qui est du Mans et qui avoit la procuration de cette ville pour tenir M. de Tessé en son nom. La marraine fut Mme la duchesse d'Ancenis. C'est l'usage dans cette maison, depuis le maréchal de Tessé, que l'aîné des enfants soit tenu par la ville du Mans et en porte le nom.
  • Death: Chronologie historique-militaire, contenant l'histoire de la création de toutes les charges, dignités et grades militaires supérieurs - Chronologie historique-militaire, contenant l'histoire de la création de toutes les charges, dign - A0034 - Publishing - Pinard (ancien archiviste du ministère de la Guerre) - Page 320 - Copy
    DE CHIFFREVILLE ( Louis-François de Gautier ) mort
    le 18. Février 1754. âgé de 58. ans.

    Mousquetaire le 15. Mai 1714. deuxième Cornette de la
    seconde Compagnie, par brevet du 15. Avril 1716. pre-
    mier Cornette le 16. Mars 1717. il obtint le rang de Mestre
    de camp de cavalerie, par commission du premier Mars
    1718. Fut fait deuxième Enseigne le 15. Novembre sui-
    vant premier Enseigne le 4. Février 1724. deuxième
    Sous-Lieutenant le 11. Avril 1729. il marcha sur le Rhin
    en 1734. servit au fiége de Philisbourg. Obtint le grade
    de Brigadier par brevet du premier Août & devint
    premier Sous-Lieutenant de sa Compagnie le 12. No-
    vembre de la même année. Il fervit encore à l'armée du
    Rhin, par Lettres du premier Mai 1735. On n'y entreprit
    rien.

    Maréchal de camp, par brevet du premier Janvier 1740.
    employé à l'armée de Flandre par Lettres du 21. Août
    1742. il contribua à la défense de cette frontière.
    Employé à l'armée du Roi par Lettres du premier
    Avril 1744. il se trouva aux siéges de Menin, d'Ypres &
    de Fribourg.

    Lieutenant général des armées du Roi par pouvoir
    du premier Mai 1745. il suivit le Roi au siége de Tour-
    nay, à la bataille de Fontenoy il servit aux siéges d'Ou-
    denarde & de Dendermonde & fut déclaré Lieutenant
    général au mois d'octobre.

    Employé à l'armée de Flandre, par Lettres du pre-
    mier Mai 1746. il combattit à Raucoux. Suivit le Roi à
    la bataille de Lawfeld en 1747. Fut employé à l'armée de
    Flandre du premier Mai au 15. Septembre 1748. La paix
    étoit faite dès le 30. Avril. Quitta la Sous-Lieutenance
    des Mousquetaires au mois de Juin 1753. & mourut l'an-
    née suivante.

  Photos and archival records

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Family Tree Preview

   
François GAULTIER, Seigneur de Beaumont-Pied-de-Boeuf sieur de Chiffreville Madeleine de FROULAY
||



|
Louis François GAULTIER, Marquis de Chiffreville , seigneur de Saint Victor, Mangé, Le Ponceau, Beaumont, Champmarin La Ferrière, Courtiron, seigneur direct et fondateur de Luceau 1695-1754



  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content