Informationsmeldung für Besucher

close

Toi qui cherches, apprends la patience car seul se que l'on a des difficultés à trouver apporte de réelles satisfactions. Le travail des autres est parfois utile mais jamais source de convictions car tout ce qui a été ne sera plus. Tirer le réel de l'apparent est ardu car la roue qui tourne a parfois des jambes de bois. Antoine de Lavoisier disait : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Puisque rien ne se perd, cherchons. puisque rien ne se crée acceptons ce qui fut. Puisque tout se transforme, faisons la lumière sur ce qui a été caché car aujourd'hui est la conséquence de ce qui fut hier.

 

 Familienchronik



  1260 ans d'Histoire

Les_Merovingiens.jpg
Au début, il y a eu... Non, ce serait trop compliqué et pourrait heurter des convictions.


Nous allons donc dire qu'au début il y avait les mérovingiens. Là c'est bien car ils sont nos ancêtres et ils y a des documents pour vérifier les dires; Oui mais ces documents ne sont pas assez nombreux.
Nous allons donc remonter à il y a environ 1260 ans.

PRÉLUDE


Une histoire parfois conforme et parfois bien différente de celle qui est enseignée à tous les niveaux scolaires. Nous allons donc partir de Charlemagne et de son dit neveu Roland Chronologiquement, nous allons progresser jusqu'à nos jours, à l'aide de documents et d'écrits divers dont la provenance sera autant que possible mentionnée. Bien sûr je commenterai et ces commentaires n'engageant que moi, libre à chacun d'avoir des interprétations différentes et de les faire partager sur des "pages perso" qui sont un bon outil de communication.
Ce choix de départ n'est pas un hasard. c'est parce que Charlemagne va jeter les bases d'une cohésion étatique forte que vont naître des monarchies calquées sur son modèle, et parce que Roland réalise par son mariage avec Aude de POHER la liaison Est / Ouest de deux peuples d'origine celte que vont naître toutes ces monarchies d'Europe, dont les souverains et souveraines descendent tous de ces deux hommes.
La première question que chacun se pose en lisant cela est : Que viennent faire les HOMBOURGER dans cette histoire ? La réponse est qu'ils y ont tout à fait leur place, ce pourquoi cette généalogie a été faite.
Certains vont se poser une autre question : Que viennent faire dans cette base des individus sans rapport apparent avec aucune lignée royale, et c'est sur le mot apparent qu'il faut se fixer. En effet si l'on calcule le nombre de descendants de Charlemagne et Roland qui auraient donnés des hommes et des femmes contemporains, on s'aperçoit que c'est la probabilité de ne pas en descendre qui ne tient pas.

La plupart des sources de ces " chroniques " provenant du site " Gallica " de la Bibliothèque Nationale, seules celles qui n'en proviennent pas seront numérotées et précisées sur les articles ou notes.

Il m'apparait avec le temps qu'un découpage de la planète par pays et les pays par régions ou comtés est le plus apte à faire connaitre la totalité de ce qui de notre passé nous a conduit à notre présent. Cela n'est pourtant pas simple pour la raison que l'homme étant très imparfait, il a toujours convoité ce qui était chez ses voisins ce qui a eu pour conséquence une mouvance perpétuelle des frontière et de leurs "propriétaires".

Prétentieux qui voulez toujours posséder plus parce que vous vous connaissez bien, au détriment des plus faibles (financièrement, parce que pour le courage ils peuvent vous en vendre, c'est bien la seule chose qu'ils puissent faire puisque vous leur prenez tout, excepté le minimum vital. Je ne parle pas des "valets" qui se "vendent" pour que vous parveniez à vos fins). J'affirme donc que vous, comme les "grands" (nains) du passé, vous vous connaissez et jouez un jeu où doivent luter trop souvent pour survivre, voir s'affronter jusqu'au meurtre, des gens qui ne se connaissent pas et sont souvent plus proches qu'ils ne le pensent.

Je rêve d'une base généalogique où l'ensemble des humains s'aperçoivent qu'ils sont à différents degrés cousins et que cessent les outrages qui leurs sont faits par une poignée d'entre eux devenus prédateurs.

==Avant d'en venir aux preuves, suivons les pas des historiens en vérifiant par cette base la reconstruction du Puzzle==

Pour commencer, sachant que la bataille de Roncevaux a eu lieu le 15 août 778, elle ne pouvait être dirigée par un neveu de charlemagne lequel est né au plus tôt en 743 Charlemagne CAROLINGIEN, Carloman en 751 et Pépin en 758. De quel frère de Charlemagne était issu ce neveu, et quel âge avait-il ? Pour être sérieux il faut admettre que seul un homme de l'âge de Charlemagne (35 ans) pouvait être concerné par le commandement de troupes elles-mêmes sous le commandement de barons. Roland Gérard d'ALSACE donc avait l'âge de Charlemagne et ne pouvant être son neveu, il ne pouvait être que son frère, un jumeau caché, voilà ce qui était génant et a conduit à bâtir une parenté impossible.

Dans l'état actuel de mes recherches, pour la reconstruction du puzzle le plus court chemin n'est pas celui logique de la Lorraine, mais celui de la Bretagne.

Je vais donc prendre pour appui en le complétant le livre Histoire de la Bretagne de Henri Poisson et Jean Pierre le Mat page 61 - Nominoé, duc de Bretagne.

Pour les auteurs, Nominoé serait un breton dont on ne connait les racines et qui succède à Wiomarc'h du LÉON Wiomarc'h. Or, à cette époque un chef puissant s'impose en Bretagne, Lambert, comte de Nantes. Lambert n'est autre que le fils de Roland et Aude, duchesse douairière de bretagne donc le neveu de Charlemagne. Nommé à la succession de son père aux marches de Bretagne, il change son nom en Nominoë et s'impose définitivement en 822 à son rival Wiomarc'h qui dut faire soumission en 824, Louis le débonnaire étant venu prêter main forte à son cousin et grand-oncle par alliance. Comme nous allons le voir, la Bretagne ne devint pas franque pour autant ayant à sa tête Nominoë, prince breton par sa mère et la conduite des affaires de Bretagne est tout à fait semblable à celle de la Lorraine, elle aussi dominée par la descendance de Roland.

Poursuivons p 61 -

Ayant fait serment de fidélité à [louis/carolingien/0/Louis le Débonnaire]] ce qui dans l'esprit de l'époque ne le liait pas à ses successeurs, Nominoë ne prit part à aucune intrigue qui allaient hâter la fin de l'empire de Charlemagne.

Mais à la fondation par Convoïon de l'abbaye Saint-Sauveur de Redon survint une difficulté. pour cette fondation, un machtiern, Ratuili, fils de Wiomarc'h fit don d'un territoire dépendant de la paroisse de Bains-sur-Oust. Nominoë confirma la donation, mais Ricoin, comte de Nantes fit entrave à celle nécessaire de Louis le débonnaire. Ricoin (ou Ricuin) était donc comte de Nantes alors que l'hérédité aurait du favoriser Nominoë.

Nous sommes conduit à une supposition.

Le serment de fidélité de Nominoë à Louis devait être complété (peut-être par acte séparé) par la donnation du comté de Nantes pour doter Ricuin, possible bâtard de Louis, mais comme nous venons de le voire, les serments de l'époque se déliaient au fil des générations ce qui va advenir par la suite.

840 - Mort de louis le Débonnaire, son fils Charles le Chauve lui succède et les francs s'égorgent à Fontanet. Nominoë rompt le serment fait à Louis. Nominoë veut reprendre le comté de Nantes pour son fils Guy Widon dit Erispoë. Il est soutenu dans sa lutte par son petit-fils Lambert à qui Charles le Chauve dénie le droit à la successsion au comté de Nantes.
843 - Le traité de Verdun reconnait à Charles le Chauve la possession de la Gaule.
845 - Charles le Chauve veut en finir avec Nominoë et s'avance au-delà de la Vilaine avec une forte armée. L'affrontement à lieu à Ballon, près de Bains-sur-Oust donc de Redon objet du 1er conflit entre Nominoë et ses cousins. Les francs furent mis en déroute et Charles le Chauve s'enfuit à l'insu de ses troupes. Nominoë les poursuivit et repris Nantes et Rennes tout en les repoussant en Maine et Anjou.
846 - Charles le Chauve songea à prendre sa revanche, mais le souvenir de sa cuisante défaite le poussa à reconnaître Nominoë dans les limites premières de son territoire (dont Nantes). Pour se garantir des surprises, Nominoë épura le clergé franc et le remplaça par un clergé breton (de SAINT-SAUVEUR, "Histoire de la Bretagne" t1, p.69.). Ce fut au tour de Nominoë de rêver d'expansion et allié à son petit-fils Lambert il pourchasse les Francs d'Anjou, mais sa marche victorieuse s'arrête à Vendôme où il meurt le 7 mars 851. Son armée rentra donc en Bretagne et Erispoë, son fils lui succéda.

Charles le Chauve se réjouit et entreprend la reconquète de la Bretagne dès 851 et au mois d'août il arrive sur les bords de la Vilaine. Erispoë l'attend dans la région du Grand-Fougeray et usant des méthodes de combat de son père il taille l'armée franque en pièces. Pour en finir, Charles le Chauve reconnait officiellement Erispoë roi des Bretons et lui cède les comtés de Rennes et de Nantes (qui avaient déjà été reconquis par Eripoë et Lambert.

Ce sont les invasions normandes qui contraignent les deux princes à un accord de circonstance. En 856, le traité de Louviers établit au profit du prince Louis ), fils de Charles le Chauve, la possession du territoire entre Loire et Seine que les Bretons avaient occupé en partie. Charles le Chauve qui n'a jamais admis son infériorité au combat ourdit une conspiration visant à mettre sur le trône de Bretagne Salomon,(petit-)cousin de Erispoë. Pour ce faire il fallait la mort de Erispoë qui s'était toujours montré droit et franc à l'égard de Salomon. L'Histoire nous dit que Salomon fut l'assassin de Erispoë en 857, mais qui le haïssait réellement ? L'Église a cannonisé Salomon. Erreur ou réparation d'une injustice, comme dans l'affaire Jeanne d'Arc ?

Plutôt non violent Salomon, lui qui par diplomatie et ruse obtient de Charles le Chauve l'Anjou en 863 (où Charles aurait été incapable de repousser les Normands sans l'aide de Salomon) par le traité d'Entrammes, l'Avranchin et le Cotentin en 868 par le traité de Compiègne. Si l'on veut juger le règne de Salomon, on peut dire qu'il fut calqué sur celui de Charlemagne, ce qui explique sa réussite qui surpassait celle des descendants de Charlemagne. Encore une fois, on devra se poser la question, à qui profitait son assassinat le 28 juin 874 alors qu'il venait de se retirer au monastère de Plélan ? La réponse est évidente, mais sans preuves connues (ce qui n'exclus pas qu'elles existent, partant du principe que le clergé a été et est la mémoire du passé, surtout pour les faits survenus en ses enceintes).

Avec la mort de Nominoë, la Bretagne connait une période essentiellement troublée par les invasions normandes qui ne peuvent êtres contenues faute d'un véritable chef pour imposer la reconnaissance des seigneurs bretons et doter cette région d'une armée forte.

Cela va changer avec l'avènement de Alain Barbe-Torte. Alain ne songea pas à reprendre le titre de roi mais conserva les limites du duché, compris le pays de Retz, mais à sa mort en 952 il fit l'erreur de confier son fils Drogon a la garde de son beau-frère Thibaud le tricheur. Celui-ci va remarier sa soeur Roscille de BLOIS à Foulques le Bon d'Anjou avec lequel il va se partager la Bretagne. Cela fut-il préjudiciable aux Bretons ? Pas du tout car la famille d'Anjou n'oublie pas que tout comme celle de Bretagne elle a pour ancètre commun Gérard d'ALSACE dit Roland de Roncevaux. A la mort de Guerec'h, dernier fils d'Alain Barbe-Torte, Conan le Tort crut pouvoir imposer sa suzeraineté à Nantes. Foulques Nera mena une campagne énergique, s'empara de Nantes en 992 et imposa Judicaël, petit-fils d'Alain Barbe-Torte aux Nantais. Mais Conan le Tort est duc de Bretagne et n'entend pas conserver le morcellement de celle-ci. Il court au-devant de Foulques Nera et se fait tuer sur les landes de Conquereuil mais désormais, avec l'avènement de son fils Geoffroi Ier, c'est la maison de Rennes qui fournira les ducs de Bretagne, du moins jusqu'au mariage de Havoiseavec Hoël, comte de Cornouaille.



---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Histoire universelle de l'Eglise catholique-E6_T5_p 484 (494) Saint Eloi Evêque de Noyon le 21 mai 640 Saint Ouen Evêque de Rouen le 21 mai 640 Histoire universelle de l'Eglise catholique-E6_T5_p 489 (499) à 492 (502) Vers lâÇÖan 650, le 24 octobre, le roi Clovis II fit assembler un concile particulier des évêques de son royaume à Chalon-sur-Saône.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Les états

Métiers anciens et contemporains


Comment faire :

#un tableau d'images type commons tel que celui de la fiche de Louis Auguste Marie HAREL de la NOË -

Copiez ceci dans la fenêtre de vos notes cette adresse que vous pouvez appeler comme moi

Le tableau magique
https://skydrive.live.com/#!/edit.aspx?cid=2E423FFFC3E559F4&resid=2E423FFFC3E559F4!4725&app=Word&nd=1

Cette adresse est à mettre dans la barre de votre navigateur, Explorer, Mozzilla ou autre, et une fois avoir ouvert un onglet, envoyer vers le destinataire - |(Sky Drive (accès public)].
Un fichier Word bizarre pour certains mais que d'autre reconnaitront immédiatement car ce sont des métadonnées sera utilisable tel quel pour un débutant sans aucun problème. Il suffit de "sélectionner tout" et de coller sur une page de votre traitement de texte habituel, pour conservation, dans une fenêtre des notes de Généanet ou si vous avez installé gw 5.0 sur votre Pc, Allez-y car l'effet est encore meilleur.

Vous pourrez voir que certains groupes de lignes commencent et se terminent de façon identique.

Par ex : td ul class= gallerybox est le début de métadonnées pour aller chercher une image sur un site externe et la dimensionner.
Elles sont fermées par /td (td ouvre, /td ferme. Un autre groupe de métadonnées suivent avec début et fin identiques et cela par quatre fois avant d'arriver aux dénominations d'images qui ne sont autres que des liens externes vous envoyant à un article sur un serveur autre que Geneanet, ce qui permet à celui-ci de se reposer quand vos notes sont consultées, et à d'autre sites d'être connus, appréciés et soutenus.

Index der Seiten
  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content