Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Généalogies Huez-Léturmy / Robert-Dumergue / Villanova-Grimaldi / et Palpied-Godart


Gabriel Jacques L'ÉRIVINT
Sosa : 270
  • Né le 2 avril 1741 - Saint Eucaire - Metz, 57000, Moselle, FRANCE
  • Décédé le 14 juin 1823 - Saumur, 49400, Maine et Loire, FRANCE , à l’âge de 82 ans
  • Général de brigade 10/01/1794 cavalerie armée du Rhin et de la Moselle
3 médias disponibles 3 médias disponibles

 Parents

  • sosa Jean François L'Escrivain JACQUES, né en 1699, décédé le 20 mars 1765 - Notre Dame - Château-Landon, 77570, Seine-et-Marne, Île-de-France, FRANCE à l’âge de 66 ans, Huissier audiencier (1756)
    Marié entre janvier 1735 et décembre 1735 avec
  • sosa Marguerite PÉCHEUR, née le 24 décembre 1710 - Sailly-Achâtel, 57420, Moselle, Lorraine, FRANCE, décédée le 21 février 1793 - Château-Landon, 77570, Seine-et-Marne, Île-de-France, FRANCE à l’âge de 82 ans, Fille de cultivateur

 Union(s), enfant(s), les petits enfants et les arrière-petits-enfants

 Fratrie

 Demi-frères et demi-sœurs

Du côté de sosa Marguerite PÉCHEUR, née le 24 décembre 1710 - Sailly-Achâtel, 57420, Moselle, Lorraine, FRANCE, décédée le 21 février 1793 - Château-Landon, 77570, Seine-et-Marne, Île-de-France, FRANCE à l’âge de 82 ans, Fille de cultivateur
(afficher)

 Chronologie


 Notes

Notes individuelles

Wikipedia
Gabriel Jacques Lerivint
Naissance 2 avril 1741 Metz (Moselle)
Décès 14 juin 1823 (à 82 ans) Saumur (Maine-et-Loire)
Arme cavalerie, Grade Général de brigade
Gabriel Lerivint (1741 - 1823) est un général français de la Révolution et de l'Empire. Il est le père du colonel de cavalerie Joseph Charles Lerivint (1776-1812)1.
Biographie
Gabriel-Jacques Lerivint2 naît à Metz, en Moselle, le 2 avril 17413. Le jeune Lerivint s'engage très tôt dans l'armée du Roi. Il fait une belle carrière militaire avant les guerres révolutionnaires, gravissant peu à peu les échelons militaires. D'abord officier subalterne, il devient lieutenant-colonel, puis colonel dans la cavalerie.
Le 10 janvier 1794, Gabriel-Jacques Lérivint est promu général de brigade par les représentants du peuple auprès des Armées du Rhin et de la Moselle. Attaché à la division du jeune général Championnet, dans l'Armée de la Moselle, Lérivint rejoint sa division le 10 juin 1794. Il sert à Liège, le 10 août 1794, puis à Fleurus le 26 juin de la même année. Le 2 juillet 1794, Lérivint est affecté à l'Armée de Sambre-et-Meuse, où il remplace le général Dubois. Il prend le commandement de la cavalerie le 24 mars 1795.
Après une première réforme en février-septembre 1797, Lérivint est nommé commandant du département de Sambre-et-Meuse, puis du département de la Dyle et enfin du département des Deux-Nèthes, de 1799 à 18024.
Gabriel Lerivint décéda le 14 juin 1823 à Saumur en Maine-et-Loire, à l'âge avancé de 82 ans.
-----------------

Le Général (avec les épaulettes étoilées et l'habit brodé) est bien le Général Gabriel L'Erivint, père de Jacques Charles chef d'escadron.
En effet, le portrait, malgré quelques libertés prises avec le Règlement (très courantes à l'époque), représente un Général de Brigade (une seule rangée de broderie de Feuilles de chênes en or), avec des épaulettes un peu fantaisistes (3 étoiles dorées et non en argent massif comme prévu) ainsi que des boutons d'aide de camp (ou d'Etat Major) que je ne m'explique pas sur un habit de Général. Il me semble en effet (en agrandissant la photo) voir 3 étoiles sur les épaulettes, alors que les généraux de Brigade n'en portaient que 2 (c'est plus tard pour les Généraux de Division), mais les peintures d'époque ne sont pas des photos et l'exactitude n'était pas toujours au RDV...
La croix n'est pas celle de la Légion d'Honneur, contrairement à son fils, mais une croix de St Louis (4 branches ici et non 5 comme pour la légion d'honneur. DH). Il s'agit du Général L'Erivint, mais portraituré peut-être plus tard, sans le "modéle" sous les yeux et en mélangeant certains détails avec le fils (Jacques Charles L'Erivint qui a été Aide de Camp de son père et donc a porté des boutons de ce type), peut être les boutons d'uniformes ont été décousus sous la Restauration et remontés avec les boutons du fils...
(identification avec l'oeil expert de Bruno Boydron).
-------------------------------------------

Biographie du Général Gabriel Jacques L'ERIVINT

Gabriel Jacques L'Erivint a pour père Jean-François JACQUES dit L'escrivain, résidant à Chateau-Landon au moins depuis 1756. Sa mère est Marguerite Pécheur originaire de Moselle (Sailly-Achâtel).
La famille JACQUES est probablement originaire de Chateau-Landon car Jean-Baptiste JACQUES neveu de Jean-François JACQUES y réside en 1765.
Le document de décès du 20 mai 1765 à Chateau-Landon de Jean François JACQUES époux de Marguerite Pecheux précise clairement le nom de famille de ce dernier. Le père de Gabriel Jacques L'Erivint se nomme JACQUES sur ce document.
Les deux version de ce document, dont l'une, copie, était en possession du Général Lérivint, toujours conservée dans ses papiers de famille, prouve que le père de Gabriel Jacques Lérivint était Jean-François JACQUES dit l'escrivain. L'original du document de décès à Notre Dame de Chateau-Landon comprend les mêmes données.
Sur l'acte de baptème de Gabriel Jacques L'Erivint le 2 avril 1741 à Metz, son père est nommé Jean François Jacques l'Escrivain, sa mère Marguerite Pecheur.
Ce surnom de son père, l'escrivain, est devenu le nom de "Gabriel Jacques" depuis qu'il s'est engagé à l'âge de 12 ans dans les armées royales. Il l'a fait évoluer en L'Erivint. Pendant la révolution différentes nominations officielles le nomme Lérivain ou Lérivint. En 1807 un extrait des minutes du greffe du tribunal de paix rectifie l'orthographe du nom Lérivint (1807).
Lors de son mariage avec Jeanne Anne Fleury Bedane le 19 février 1756, il est indiqué " Messire Gabriel Jacques Lerivint lieutenant au corps des carabiniers fils majeur de feu Messire Jean François Jacques Le Rivint et de Dame Marguerite Pêcheur absente et consentante comme il conste par le certificat de ... notaire à Chateau-Landon en date du 4 février 1776 légalisé le lendemain cinq du même mois signé Chartrain notaire de Saint Nicolas de cette ville (Saumur) ".
Lors du mariage de Marie Thérèse JACQUES fille de Jean François JACQUES et de Marguerite Pecheux, le 25 août 1756 à Chateau-Landon, la signature de " LERIVINT " identique dans sa forme à celle du Général Gabriel Jacques Lérivint, figure en bas de cet acte de mariage, ce qui confirme le fait que pour Gabriel JACQUES son nom soit devenu L'Erivint.

Gabriel Jacques Lerivint est né le 2 avril 1741 et décédé le 14 juin 1823.
Il termine sa carrière comme officier général de brigade.
Il est né à Metz (Moselle) le 2 avril 1741.
Il est fils d'un bas-officier, qui est huissier en 1756 à Chateau-Landon, Jean-François JACQUES l'escrivain et de Marguerite Pécheur.
Ses parents ont vécu à Chateau-Landon au moins depuis 1756.
Sa soeur et son frère connus ne sont pas nés à Metz.
Sa soeur Marie-Thérèse se marie en 1756 à Chateau-Landon comme son frère ainé Jean François Philippe (huissier) en 1767 et 1778
Gabriel Jacques L'Erivint est décédé à Saumur (Maine-et-Loire) le 14 juin 1823.

Il s'engage comme simple carabinier le 18 octobre 1752 à l'âge de 12 ans.
Il a rang de lieutenant le 28 avril 1769, sous-lieutenant 20 février 1774, lieutenant le 2 juillet 1774, en 1776, il est premier lieutenant au corps des carabiniers.
Il est réformé le 1 avril 1776, Replacé le 26 septembre 1779, lieutenant surnuméraire à la formation le 18 avril 1788, Rang de Capitaine le 26 septembre 1788.
Il quitte ce régiment, avec le grade de capitaine de carabiniers le 24 mai 1791.
Il a été chargé de l'instruction de l'école générale de la cavalerie pendant 8 ans et de celle du corps des carabiniers pendant 20 ans.
Il était en garnison à Saumur et résidait rue de la Petite-Bîlange.
Il devint commandant de la garde nationale de Saumur le 11 juin 1791, puis chef d'une des deux légions de la garde nationale du district en mai 1792. Il commande la fédération le 14 juillet 1792, comme le plus ancien d'âge des chefs de légion.
Il s'engage ensuite comme lieutenant-colonel dans le 11ème régiment de cavalerie. Le 22 juillet 1792, il est nommé lieutenant colonel au 11° régiment de cavalerie.
Le 21 nivôse an II (10 janvier 1794), Gabriel-Jacques Lérivint fut nommé provisoirement général de brigade par les représentants du peuple près les Armées du Rhin et de la Moselle.
Le 5 floréal an II (5 mai 1794) rejoint selon ses ordres le général Jourdan commandant en chef de l'armée de la Moselle, comme Général de cavalerie.
Il intégre la division Championnet le 10 juin 1794.
Le 25 prairial de l'an III de la République (13 juin 1795) il est nommé général de Brigade par le Comité de Salut Public.

(Son registre d'ordre (1) commence donc avec cette nouvelle affectation).
Dès lors, il suit les avancées de l'Armée de la Moselle il sert à Liège le 10 août 1794, puis à Fleurus le 26 juin 1794, avant d'être affecté à l'Armée de Sambre-et-Meuse le 2 juillet 1794.
C'est dans cette unité qu'il remplaça le général Dubois à la tête de la cavalerie dont il prend le commandement le 24 mars 1795. Il a commandé en chef la division de la cavalerie des armées de Sambre et Meuse pendant un an.
Le Directoire à sa Séance du 27 pluviôse an VI [15 février 1798] signe le brevet de capitaine de cavalerie de Lerivint (son fils Jacques-Charles), aide de camp du général (Gabriel-Jacques) Lerivint à la 2e division militaire).
Pratiquement, ce furent là les dernières opérations actives de cet officier général déjà âgé.
Après une première réforme en février-septembre 1797, il cesse son emploi le 7 germinal an V (27 mars 1797).
Le 25 fructidor an VIl, il est général de brigade dans la 2° division militaire.
Il est employé à l'armée de Sambre-et-Meuse le 7 nivôse an VII dans la 27° division militaire.
Lérivint est nommé commandant du département de Sambre-et-Meuse, puis du département de la Dyle et enfin du département des Deux-Nèthes, de 1799 à 1802.
Il est confirmé Général de Brigade par Bonaparte premier consul le 8 germinal an IX pour faire partie de l'état major de l'armée (29 mars 1801).
Le 17 brumaire an XI de la république, le ministre de la guerre lui donne acte de sa mauvaise santé (8 novembre 1802); il ne sera pas employé dans la 26° division. Il continue d'être en non activité.
Il est mis à la retraite le 30 fructidor an XII (17 septembre 1804).
Il a donc fait six campagnes miltaires, de la guerre d'Hanovre et toutes celles de la Révolution, depuis le règne de Louis XV jusqu'à l'Empire.
Il se retire comme Maréchal de camp retraité à Saumur, où il habite sur l'emplacement de l'actuelle banque de France. Une fois retraité il a été "Entreposeur particulier des tabacs de l'arrondissement de Saumur". Il habitait alors 26 rue Beaurepaire à Saumur (3)
Gabriel Lerivint décèdera le 14 juin 1823 à Saumur dans le Maine-et-Loire, à l'âge avancé de 82 ans.
Il est fait Chevalier de l'Ordre Royal et Militaire de Saint Louis. .
Commentaire du Général Lérivint sur un résumé de sa carrière (incorporé dans ce texte): " Voilà tout ce que je peux te donner suivant ta demande; tu verras au moins que mes serrvices n'ont pas été tout rose et que ma constance m'a mené à une carrière honnête ".

Données provenant de documents officiels, complété avec des documents familiaux, généralement des documents originaux.
Auteur: Dominique Huez
__________________________

Son fils est le Lieutenant-Colonel Jacques-Charles L'ERIVINT
LERIVINT (Jacques Charles) plus connu sous le nom de L'Érivint, capitaine au 25° régiment de dragons, membre de la légion-d'honneur, est né à Saumur, département de Maine-et-Loire, le 12 décembre 1776.
Engagé volontaire en septembre 1792, il entra au service au commencement de la révolution. Il fut nommé le 3 septembre 1792 sous-lieutenant au 11° régiment de cavalerie, et fit les campagnes de 1792 et 1793 à l'armée de la Moselle, et celles des années 2 et 3 et partir de l'an 4 de la république, à l'armée de Sambre-et-Meuse. Il s'y distingua par son activité et sa bravoure.
Parmi plusieurs traits remarquables, nous en citerons un qui, dans la même journée, l'a rendu deux fois digne de l'estime de l'armée entière. Le 28 floréal an 3, un détachement de 50 hommes n'étant pas en mesure de charger des tirailleurs ennemis qui étaient en force dans un hameau prés de Charleroy, cet officier ne consulte que son bouillant courage, et fond, à la tête de quatre. ordonnances du général en chef, sur les tirailleurs. Il en tua plusieurs, donna l'alerte à ceux qui étaient stationnés dans le hameau, et les força de prendre la fuite. Deux des ordonnances furent tués et les autres blessés. Son habit était criblé de balles; mais aucune, par un rare bonheur, ne l'avait atteint. Quelques heures après guidé par un sentiment d'humanité il traversa la sambre pour enlever un volontaire blessé qui allait être pris par l'ennemi. Le peloton n'ayant pu s'emparer de sa personne fit feu et cassa l'épaule du volontaire blessé qu'il portait en croupe.
En récompense de sa bravoure, Lérivint fut fait lieutenant le 19 messidor an IV. Il est lieutenant au 11° de cavalerie. Le 19 nivose an VI il devint capitaine à la suite du premier régiment des carabiniers. Le 27 pluviôse an VI [15 février 1798] ilobtient le brevet de capitaine de cavalerie et devient aide de camp du général Gabriel-Jacques Lerivint (son père) à la 2e division militaire
Après avoir fait la campagne de cette année VI à l'armée de sambre et Meuse, celle de l'an 7 à l'armée du danube, et à l'armée du rhin les campagnes des années 8 et 9; le 21 vendémiaire an 9 il fut nommé capitaine titulaire du 25° régiment de dragons et le 27 frimaire an 12 membre de la légion d'honneur.
En 1806 il est officier, Chef d'escadron des Dragons, cavalerie, de la Garde Impériale, ex garde consulaire (Vieille garde) (dit régiment de Dragons de l'Impératrice).
Chevalier de l'Empire par lettres patentes du 2 Novembre 1810 (Armoiries: Tiercé en barre: d'or au coq de sable; de gueules au signe des chevaliers légionnaires; et de sinople au casque paré de fac d'or, traversé en barre d'une épée, la poignée, d'argent.), donataire (r.5000) sur le Mont-de-Milan, par décret impérial du 1er février 1808.; chef d'escadron (1 juin 1809), Chevalier de la Légion d'Honneur.
Membre de la maison militaire de l'Empereur en 1810.
Chef d'escadron du régiment des dragons de la garde, lieutenant-colonel, il est tué le 25/09/1812 en avant de Moscou dans une reconnaissance à BOURZOWO (aux environs du chateau du prince Galitzin a coté de Moscou) dans un gros accrochage avec environ 4000 cosaques qui a couté une cinquantaine de tués au Regiment ce jour là (dont 2 officiers).
"Dès le 23 septembre 1812, Saint Sulpice, les dragons de la garde et deux batteries à cheval s'établissent à Bezowska, à mi chemin de Mojaîsk; un régiment d'infanterie les soutiendra. En attendant, le 25, une reconnaissance de 200 dragons tombe, près du chateau du prince Galitzin, dans un essain de 4.000 cosaques. Le Major Marthod est mortellement blessé et succombera le 4 octobre; le chef d'escadron Lérivint est tué ; ..."
Dominique Huez
(1) [MANUSCRIT] - [LERIVINT (Gabriel-Jacques)] - Registre d'ordre appartenant au général de brigade de cavalerie Gabriel Lérivint, attaché à la division du général Champion[n]et. A Looz, près Liège. Le 23 thermidor l'an 2ème [10 août 1794] de la république française une et indivisible. Looz, an II, (1794-95)
(2)"Officier général, né à Metz (Moselle), le 2 avril 1741, de Jean-François-Jacques L'Erivin (sic) et de Marguerite Pêcheur, sa femme, mort à saumur (Maine et Loire) le 14 juin 1823, s'engagea comme simple carabinier le 18 octobre 1752, quitta ce régiment, avec le grade de capitaine, le 24 mai 1791, devint commandant de la garde nationale de Saumur le 12 juin 1791, puis chef de légion en mai 1792. Le 21 nivôse an II (le 10 janvier 1794), il fut promu général de brigade à l'armée de Sambre et Meuse; cessation d'emploi, le 7 germinal an V (22 mars 1797). (Procès verbal du Directoire Tome I)".

(3) "La Banque de France occupe tout l'îlot. Auparavant, de petites demeures y abritaient le philanthrope Couscher et le général Lérivint. Au milieu, se tenait un célèbre atelier de confection militaire tenu par Ernest Martin. En 1908, la ville rachète cet immeuble, afin d'y installer le bureau auxiliaire de la Banque de France".
________________________________________________
[LERIVINT (Gabriel-Jacques)]
Registre d'ordre appartenant au général de brigade de cavalerie Gabriel Lérivint, attaché à la division du général Champion[n]et. A Looz, près Liège. Le 23 thermidor l'an 2ème [10 août 1794] de la république française une et indivisible.
Looz, an II, (1794-95), in-folio, [182] ff. n. ch., couverts à plusieurs mains d'une écriture moyenne, très lisible (environ 35 lignes par page), demi-veau blond, dos lisse orné, tranches mouchetées (Laurenchet). Bon exemplaire.
Important registre d'ordres, très bien tenu, comprenant les ordres tant généraux que particuliers, depuis celui du 23 au 24 prairial an II [10-11 juin 1794] jusqu'à celui du 25 au 26 thermidor an III [12-13 août 1795], et concernant les Armées du Nord, de la Moselle et des Ardennes, devenues ensuite Armée de Sambre-et-Meuse. Ils émanent du général en chef s'adressant aux divisionnaires et aux généraux de brigade, ainsi que des représentants en mission auprès des armées, mais aussi des commissaires ordonnateurs. Ils concernent bien sûr au premier chef les opérations en Belgique et les conditions de vie des troupes (mauvaises et objet de récriminations régulièrement portées en haut lieu), mais donnent également des aperçus intéressants sur le comportement des populations de la Belgique occupée (e.g. exécutions d'espions vivant à Bruxelles, réactions aux pillages occasionnels, mais renouvelés, etc.) Le Messin Gabriel-Jacques Lérivint (1741-1823) avait été nommé provisoirement général de brigade par les représentants du peuple près les Armées du Rhin et de la Moselle (10 janvier 1794), et il intégra la division Championnet le 10 juin : le registre commence donc avec cette nouvelle affectation. Dès lors, il suit les avancées de l'Armée de la Moselle en Belgique, servant à Fleurus le 26 juin, avant d'être affecté à l'Armée de Sambre-et-Meuse le 2 juillet 1794. C'est dans cette unité qu'il remplaça le général Dubois à la tête de la cavalerie (24 mars 1795). Pratiquement,ce furent là les dernières opérations actives de cet officier général déjà âgé, puisqu'après une première réforme (février-septembre 1797), il n'occupera plus ensuite que des postes administratifs (commandant des départements de Sambre-et-Meuse, puis de la Dyle et des Deux-Nèthes de 1799 à 1802). Six II, 109.
[Bookseller: Librairie Historique Clavreuil F. Teissè]
www.clavreuil.fr/autographes.
149965
_________________________

262 [Epinal]. Lettre autographe signée à en-tête, adressée d'Epinal le 30 floréal de l'an 9 par le Préfet Lefaucheux au Ministre de la
Guerre, le Général Clarke, Duc de Feltre, lui demandant la mutation du général l'Erivint sur Epinal. 1 page in-4. Petite tache
qui a engendré l'effacement de quelques mots n'altérant pas la compréhension de la lettre.
________________________________

ARMEE DE SAMBRE ET MEUSE 06/05/1795
Division de cavalerie: général Tilly
Brigade: général Lerivint
6° (441), 8° (387), 10° (467) et 13° (429) de Cavalerie
3° Compagnie du 3° d' Artillerie légère (73)
______________________

Esquisses historiques, psychologiques et critiques de l'armée ...
Joachim Ambert - 1837
.../... Ce fut en 1768, pendant leur séjour à Saumur, que les carabiniers commencèrent la construction du beau quartier qui sert aujourd'hui à l'école de cavalerie.
C'est dans le bâtiment même que les carabiniers exerçaient les détachements des régiments de l'armée dont nous avons parlé, et dotaient la ville et la France tout entière d'une école dont la pensée est si belle.
Voici quelle était la composition de l'état-major de l'école royale de cavalerie établie à Saumur au mois de mai 1763. — Commandant, le marquis de Poyanne , lieutenant général des armées du Roi. — Commandant en second, le baron de Livron, brigadierdes armées du Roi. — Instructeurs, le chevalier de Jalamonde, Villemet, Beaurepaire, l'Erivint, lieutenants au corps royal des carabiniers.
-----------------------------------------------------

Prosper Revélière son gendre, est son exécuteur testamentaire. Il demande que ses effets personnels soient brulés. Son testament est conservé à "La Diablerie" à Montreuil-Juigné chez J et Th Huez. Y figure aussi un tableau de lui-même et de sa femme.
_________________________

Données issus de document familiaux, diverses recherches dont les archives du Directoire, et d'état civil.
______________________________

Fleurus 1794 Order of Battle
From Wikipedia, the free encyclopedia
In the Battle of Fleurus on 26 June 1794, General of Division Jean-Baptiste Jourdan's French army repulsed an attack by the combined Austrian-Dutch army led by Field Marshal Prince Josias of Coburg.
French Army
General of Division Jean-Baptiste Jourdan (75,000)[1]
Army of the Moselle - Jourdan
Division: Jacques Hatry (11,000)
Brigades: Jean Chapsal, Jean Bonet
Division: Antoine Morlot (8,600)
Brigades: Jean Olivier, Simon
Division: Jean Championnet (9,100)
Brigades: Paul Grenier, Gabriel Lerivint

Notes concernant l'union


  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

        sosa Claude PÉCHEUR ca 1650-1701   sosa Françoise BOURGUIGNON 1655-1698   sosa Jean VALANTIN 1645-1705   sosa Barbe PETITMAIRE ca 1650-1706
    |
12
  |
13
  |
14
  |
15
   


 


    |   |
sosa N. JACQUES ca 1670-   sosa ? ?   sosa Nicolas PÉCHEUR 1686-1765   sosa Marguerite VALENTIN 1681-1763
|
4
  |
5
  |
6
  |
7



 


|   |
sosa Jean François L'Escrivain JACQUES 1699-1765   sosa Marguerite PÉCHEUR 1710-1793
|
2
  |
3



|
sosa Gabriel "Jacques" L'ÉRIVINT 1741-1823


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content