Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Bienvenue sur l'arbre généalogique et la « chronique » des familles Duval et Corbes.

Sommes-nous cousins ?

 Chronique familiale



 La Compagnie des chemins de fer de l'Ouest

Sommaire

 1 - Le réseau ferroviaire breton

L'Ouest a été créée en 1855 par la fusion de plusieurs compagnies ferroviaires desservant la Normandie ainsi que la Bretagne. Elle a été rachetée en 1909 par la Compagnie des chemins de fer de l'État.

Affiche touristique par Henri Toussaint

La gare de Messac-Guipry, carte postale XXe C'est en 1857 que le train arrive en Bretagne, avec l'ouverture des 81 km de la section de Laval à Rennes. Pour L'Illustration, le train, « dans cette contrée classique de la superstition et de la sainte ignorance, va introduire les usages et les habitudes qui doivent faire bientôt rentrer la Bretagne dans le concert de notre civilisation… »

En août 1896 les 41 km de la ligne Châteaubriant-Messac ouvrent. En 1903, c'est Messac-Ploërmel.

Adolphe Joanne donne la description suivante du réseau en 1878 dans sa Géographie du département d'Ille-et-Vilaine :

Le département d'Ille-et-Vilaine est traversé par 4 chemins de fer d'un développement total de 297 kilomètres.

1° Le chemin de fer de Paris à Brest passe du département de la Mayenne dans celui d'Ille-et-Vilaine à 2 kilomètres au delà de la station de Saint-Pierre-la-Cour. Il dessert Vitré, Châteaubourg, Servon, Noyal, Rennes, L'Hermitage, Montfort-sur-Meu et Montauban, avant d'entrer dans le département des Côtes-du-Nord, après un parcours de 95 kilomètres.

2° Le chemin de fer de Vitré à la baie du Mont-Saint-Michel a pour stations Gérard, la Roche, Châtillon, Parcé, Dampierre, la Brobitière, la Salle, Fougères, Saint-Germain, la Touche, Saint-Etienne, Saint-Brice, Tremblay et Antrain. Au delà, il entre dans le département de la Manche, après un parcours de 71 kilomètres dans celui d'Ille-et-Vilaine.

5° Le chemin de fer de Rennes à Saint-Malo (81 kilomètres) passe aux gares de Betton, Saint-Germain-sur-Ille, Montreuil-sur-Ille, Combourg, Bonnemain, Dol, la Fresnais, la Gouesnière-Cancale et Saint-Malo-Saint-Servan.

4° La ligne de Rennes à Redon dessert Bruz, Guichen, Bourg-des-Comptes, Bain-Lohéac, Messac et Fougeray-Langon. Au delà, elle entre dans le département de la Loire-Inférieure, où elle a deux stations, Beslé et Avessac, rentre un instant dans l'Ille-et-Vilaine et se raccorde enfin avec la ligne de Nantes à Brest, qui passe du département de la Loire-Inférieure dans celui-d'Ille-et-Vilaine, en franchissant la Vilaine à Redon. Parcours : 52 kilomètres.

 2 - Les Duval et les chemins de fer

Né en 1874 à Paimpont, fils de cloutier, Amateur Duval s'engage au retour du service militaire auprès de la Compagnie où il devient homme d'équipe puis conducteur de trains. On le retrouve successivement à Paris, près de la gare Montparnasse (1899), Saint-Malo, Messac (1902-1907), où naissent ses trois fils, puis Dinan où naissent et meurent ses deux jumelles et où lui-même décède. La gare Montparnasse à Paris

Il avait une tante, Agathe Philomène, mariée en 1879 à un cheminot, Julien Roncin, originaire d'Amanlis.

La gare Saint-Lazare par Claude Monet, musée d'Orsay Sa veuve, Anne Marie Denieul part à Paris (Bois-Colombes) où elle est également employée aux chemins de fer de l'Ouest (serveuse dans les wagons restaurants ?) et meurt, en 1916, à proximité de la gare Saint-Lazare.
Sa sœur Joséphine a épousé, en région parisienne, en 1904, un autre employé des chemins de fer, le Normand Louis Victor Lancre, qui sera le tuteur des petits orphelins Duval. Elle avait pour témoin le mari d'une cousine, Eugène Martin, lui aussi employé des chemins de fer, aux Batignolles. La gare des Batignolles

François Kollar, Gare Saint-Lazare : décor ferroviaire

 3 - Le train en forêt de Paimpont

On connaît d'autres cheminots originaires de la forêt de Paimpont, ainsi Jean Marie Duval (1835-1873/1892), cousin germain du père d'Amateur et Joséphine Duval, qui a quitté Concoret entre 1851 et 1866 pour Paris ou Eugène Joseph Farcy (1896-1973), de Gaël (brigadier de manoeuvre) ; la Paimpontaise Marie Augustine Provost épouse en 1897 un cheminot de Saint-Aubin-du-Pavail, Eugène Isaïe Martin ; né à Beignon en 1877, Eugène Uguet deviendra chef de gare à l'Etang-la-Ville (act. Yvelines).

Employeur, la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest est par ailleurs un des gros clients des Forges, les sauvant notamment de la ruine en 1850 : grâce aux commandes de la Compagnie, en 1856, le directeur des Forges peut ainsi se permettre d'installer une machine à vapeur de 30 chevaux pour mouvoir la soufflerie des hauts-fourneaux.

Dans la première moitié du XXe siècle, Ploërmel constitue un nœud ferroviaire important qui permet des correspondances entre la ligne Ploërmel-Questembert, la ligne La Brohinière-Ploërmel, via Mauron, concédée à la compagnie de l'Ouest et reprise ensuite par la compagnie de l'Ouest-État ainsi que la ligne Messac-Ploërmel (1903) exploitée par la même compagnie.

Entre 1899 et 1910, sur le territoire de Concoret, aux abords d'Haligan, une voie étroite, exploitée par la « Compagnie des Tramways de Mauron », est venue se greffer sur le réseau ferré de l'Ouest pour servir au transport de minerai de fer de Paimpont - extrait à l’emplacement actuel étang Bleu - depuis la minière à ciel ouvert jusqu'à la gare de Mauron. La gare de Mauron

 4 - Pour en savoir plus

  • Une exposition Sur les rails du Morbihan 1850-1947 présentée en 2013 aux Archives départementales du Morbihan, accompagnée d'un catalogue :
    Le train arrive pour la première fois en gare de Vannes et de Lorient le 21 septembre 1862. Il y a 150 ans, le Morbihan, à l'instar de la Bretagne, est alors un territoire reculé à l'écart des grandes voies de communication nationales. L'arrivée du train bouleverse le quotidien des Morbihannais qui saisissent très vite les opportunités qu'offre ce nouveau mode de locomotion.
    Chaque localité milite pour voir son territoire desservi par le train : c'est alors la naissance du chemin de fer d'intérêt local qui couvre progressivement la quasi-totalité du département. Dans le sillon du rail, l'agriculture, l'industrie, le tourisme connaissent un formidable essor. Le Morbihan s'éveille à la modernité. C'est l'histoire de cette extraordinaire épopée ferroviaire que cet ouvrage nous propose de revivre.
  • l'exposition Bretagne Express présentée en 2016-2017 au musée de Bretagne à Rennes, accompagnée d'un catalogue publié chez Fage sous la direction de Laurence Prod'homme.


Index des pages
  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content