Message to visitors

close

Serrez vos grands-parentsdans vos bras et dites : "Merci d'avoir fait ce que vous avez faitpour que je puisse exister !"

 

Les Tahitiens ont lafâcheuse coutume de changer de noms pour un oui ou pour unnon, d’aimer les abréviations, les surnoms. Pas facilede s’y retrouver dans les apparentements.

Généalogiquementvôtre.

 


  • Born 6 July 1850 (Saturday) - Eutin,23701,Holstein-de-L'Est,Schleswig-Holstein,ALLEMAGNE
  • Deceased 18 September 1914 (Friday) - Papeete,98714,Archipel de la Société Îles-du-Vent,Polynésie Française,FRANCE,aged 64 years old
  • Constructeur de navires

 Spouses

  • Married 3 December 1884 (Wednesday), Papeete,98714,Archipel de la Société Îles-du-Vent,Polynésie Française,FRANCE, to Marietta PETIS, born 14 September 1861 (Saturday) - Sunday Island,Îles Kermadec,NOUVELLE-ZÉLANDE, deceased 3 November 1919 (Monday) - Papeete,98714,Archipel de la Société Îles-du-Vent,Polynésie Française,FRANCE aged 58 years old (Parents :M Clinton James PETIS ca 1844- & F Emily FOSTER 1840-1913)

 Notes

Individual Note

Il arrive à Tahiti en 1874, résident à Toahotu dans la presqu'île. Ouvrier intelligent, il a établi sur son habitation une scierie fonctionnant au moyen d'une roue hydraulique de 7,50 m de diamètre qui en mouvement une scie verticale ,et un tour à bois. Le débit des bois de cette usine est remarquable comme rapidité et comme précision. Il se plaint de ce que les habitants, malgré les prix rénumérateurs qu'il offre, ne lui fournissent pas assez de matériaux. Cette scierie ne lui offrant pas les résultats financiers qu'il en espérait, ayant remarqué que tous les bateaux sont alors achetés à San Francisco, en Nouvelle-Zélande ou en Australie, il décide ,en 1876, de monter une entreprise de constructions navales et utilise à cette fin la scierie. En 1881, il lance son premier navire de 63 tonneaux. En 1907, il avait déjà construit plus de 800 bateaux. Naturalisé français. Il adoptera peu avant sa mort, Charles John Brown, qui étaitson associé depuis de longues années et auquel il n'avait cessé de s'intéresser. Ils étaient tous les deux membres de la loge d'Océanie Française n´350, dans les premières années du siècle.
.
Source : TAHITIENS de Patrick O'Reilly et Raoul Teissier.

  Photos and archival records

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}