Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Sitepersonnel avec photos et compléments - Plus particulièrementdans les époques lointaines, consultez les notes. Il m'arrive eneffet de privilégier certaines hypothèses... à méditer puispartager ou rejeter...


Abbé de St Gildas

  • Né en 1079 - Le Pallet, Loire Atlantique 44, Loire Atlantique
  • Décédé le 21 avril 1142,à l'âge de 63 ans
  • Philosophe, Dialecticien, Théologien, Abbé de St Gildas

 Union(s) et enfant(s)

 Notes

Notes individuelles

I197206
Parenté(s) (voir conjoint) de branche(s) et degré(s) : Demoulière 31/2', Jacquemard 32/1', Renvoyé 33/1', Beyrand 30/2', Desbordes 31/2', Tharaud 29/2', Desale 31/2', Touchelet 31/2', Plumency 33/2', Hamelin 34/2'

======================================================================================================================================================================================
Fils de Bérenger Abélard et Lucie du Pallet, fille de Daniel du Pallet
[Introduction de la page wikipedia 2015 http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Abélard]
Abélard, Abailard, ou encore Abeilard, Abaelardus en latin, Pierre alias Petrus en religionnote (né en 1079 au Pallet près de Nantes - mort le 21 avril 1142, à l'Abbaye Saint-Marcel près de Chalon-sur-Saône) est un philosophe français, dialecticien et théologien chrétien, pèrede la scolastique et inventeur du conceptualisme. Breton de naissance, il a été abbé du Rhuys mais a exercé principalement en France, d'oùsa renommée à travers tout l'Occident, comme professeur appointé pardes familles aristocratiques et comme compositeur de chansons pour goliards, a été un phénomène social du début du xiie siècle qui aboutira à l'extension du statut de clerc au corps enseignant et étudiant.
------------------------------------
Auteur latin, entre autres, de Oui et non (la), qui a été le premier ouvrage à être diffusé, de son vivant, à un large public non spécialisé, il est un des principaux acteurs du renouveau des arts du langage au sortir d'un Haut Moyen Âge carolingien entrant dans la réforme grégorienne. Il initie au sein des écoles cathédrales les études aristotéliciennes et fonde en 1110 à Sainte Geneviève le premier collège qui, préfigurant l'Université, échappe à l'autorité épiscopale. Il se fait moine en 1119 à Saint Denis mais voit en 1121 au concile de Soissons son cours "Théologie du souverain bien" dénoncé pour sabellianisme et livré à un autodafé. En 1125, son traité d'éthique "Connais toi toi même" inaugure le droit moderne en fondant la notion de culpabilité non plus sur l'acte commis mais sur l'intention. Apologiste de la femme et partisan de l'éducation de celle ci, il fonde en 1131 en Champagne la première abbaye qui suive une règle spécifiquement féminine, le Paraclet, refuge de femmes savantes pour lesquelles il produit un important corpus de musique liturgique. En 1140, sa Théologie pour les étudiants fait l'objet d'une seconde condamnation pour hérésie au concile de Sens.
------------------------------------
Instrument de propagande au gré des disgrâces du second personnage de l'état, le Chancelier Étienne de Garlande, Abélard, protégé du rival des capétiens, le comte de Champagne Thibault, a été un objet de gloire et de scandale, plus encore à l'occasion d'un fait divers, la castration dont il a été victime en 1117 et qui a motivé la rédaction dela première autobiographie où le récit subjectif et le romanesque l'emportent sur le didactique et l'édification, "Histoire de mes malheurs".
Sa liaison initiée en 1113 avec celle qui deviendra la mère de son fils Astralabe, Héloïse, annonçant le modèle de l'amour courtois, est devenue un mythe fondateur de l'amour libre et les lettres échangées par le couple, "Lettres des deux amants" et "Lettres d'Abélard et d'Héloïse", un monument de la littérature où la liberté du propos intimeest servie par un style étonnamment moderne.
Le 16 juin 1817, les restes de la nonne amoureuse et de son époux moinesont solennellement transférés au cimetière du Père-Lachaise, où leur mausolée se visite (division 7).
------------------------------------
[...] Pierre Abélard est un spécialiste du langage. Chez lui, la dialectique s'apparente à la logique. Avant René Descartes, il pratique le doute méthodique : « En doutant, nous nous mettons en recherche, et en cherchant nous trouvons la vérité. » [...]
------------------------------------
La philosophie d'Abélard ne se limite pas à sa théorie des universaux. Nous lui devons également, en plus de nombreuses œuvres de logique, un traité intitulé Scito te ipsum (« Connais-toi toi-même ») (vers 1139), où celui-ci élabore une théorie morale fondée sur l'intention. « Car, non ce qui se fait, mais dans quel esprit cela se fait, voilàce que pèse Dieu. ». Cette idée, il la doit à Héloïse : « La culpabilité n'est pas dans l'acte mais dans la disposition d'esprit. La justice pèse, non les actes, mais les intentions. Or mes intentions à ton égard, tu es le seul qui peut en juger, puisque tu es le seul àles avoir mises à l'épreuve. »
Ce principe fondamental est aujourd'hui transcris en droit, par exemple en France, « il n'y a point de crime ou de délit sans intention de le commettre », en particulier dans certains meurtres passionnels. [...]
======================================================================================================================
Page Wikipédia sur la "renaissance du XIIème siècle" (ou renaissance capétienne, dont Abélard est une figure marquante : http://fr.wikipedia.org/wiki/Renaissance_du_XIIe_siècle
Site consacré à Pierre Abélard : http://www.pierre-abelard.com
Son ascendance : http://www.pierre-abelard.com/abelgenealogie.htm
======================================================================================================================================================================================
Créé le 08/05/2015, modifiéle 18/05/2015

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre