Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Site personnel avec photos et compléments --- Explicatif sur les ascendants référents, les descendants pivots, les cousins remarquable

Listes avec liens en retour sur geneanet : TOUS LES ASCENDANTS REFERENTS (par départements et communes) et TOUS LES COUSINS REMARQUABLES (par nature).

Plus particulièrement dans les époques lointaines, consultez les notes. Il m'arrive en effet de privilégier certaines hypothèses... à méditer puis partager ou rejeter...


Sosa : 1 207 936 737
Abbesse de Fontevraud , SOSA

  • Née avant 1070
  • Décédée le 24 avril 1149 - Fontevrault l'Abbaye, Maine et Loire 49, Maine et Loire
  • Abbesse de Fontevraud de 1115 à 1149

 Parents

 Union(s), enfant(s), les petits enfants et les arrière-petits-enfants

 Notes

Notes individuelles

I197469
Elle descend de Charlemagne (liens).
Parenté(s) de branche(s) et degré(s) : Beyrand 32/0, Tharaud 30/0, Touchelet 31/0 (x 2), Desbordes 32/3, Desale 33/3, Demoulière 37/3, Jacquemard 35/4, Renvoyé 36/4 en 4 liens avec la souche

======================================================================================================================================================================================
Elle est une "cousine remarquable" (cousinage(s)) dans la catégorie Cousins éminences ecclésiastiques
Elle est Abbesse de Fontevraud, la première après la prieure Hersende, mère d'Héloïse Abélard

======================================================================================================================================================================================
Veuve jeune d'Orric le Roux sgr de Chemillé, dont elle avait eu plusieurs fils, elle prend le voile à Fontevraud dirigée encore par Robert d'Arbrissel le fondateur de l'ordre et Hersende de Champagne / Champigné qui portait le titre de Grande-Prieure. Le titre d'Abbesse ne sera établi qu'en 1115. Elle fut prieure (1112) puis 1ère abbese de Fontevrault (1115-1149) selon le voeu du fondateur. Elle dote l'ordre de dispositions presque définitives. [Promethée]
------------------------------------
Hersende de Champigné, qui l'a précédé, avait été mariée au seigneur de Montsoreau, ce qui avait permis au fondateur Robert d'Abrissel d'acquérir le terrain où allait s'établir les religieuses et religieux, l'établissement étant dirigé par une femme, ce qui était exceptionnel à l'époque. Elle avait aussi eu une fille illégitime, prénommée Héloïse (voir sa note, prénom "Héloïse d'Argenteuil XXX"), qui allait devenir célèbre avec le précepteur qu'elle épousa, Pierre Abélard...
======================================================================================================================
[http://fr.wikipedia.org/wiki/Pétronille_de_Chemillé]
Pétronille de Chemillé, née de Craon, est une noble angevine, née à la fin du xie siècle, morte en 1149, et connue surtout pour son engagement religieux : après son second et précoce veuvage, elle accepte la tâche d'être la première abbesse de Fontevraud.
------------------------------------
On ne sait pas grand-chose de sa jeunesse. Pétronille est sans doute née vers 1090 (elle est réputée avoir une vingtaine d'années à la mort de son second époux en 1111) [ses parents s'étant mariés en 1053, son fils Hugues s'étant marié en 1105, ayant 9 enfants avec son premier mari, ayant une fille née en 1085, une naissance avant 1070 apparaît certaine] dans la Maison de Craon. Elle est réputée pour sa beauté et son intelligence.
------------------------------------
L'abbaye de Fontevraud venait alors d'être fondée par Robert d'Arbrissel, en 1101 ; sa principale caractéristique, tranchant avec la règle de saint Benoît, était sa nature de monastère double, c'est-à-dire accueillant des hommes et des femmes, priant ensemble et sous la direction d'une seule personne, mais vivant et travaillant dans deux cloîtres séparés. Robert, se sentant une âme d'évangélisateur, voulait repartir en mission itinérante et ne tarda pas à demander à une femme de lui succéder. Ce fut d'abord Hersende de Champagné qui fut prieure, mais elle n'accepta pas le titre d'abbesse.
------------------------------------
Pétronille, attirée par la vie religieuse, fut alors élue ; elle voulut refuser cette charge, mais fut convaincue par son cousin (ou oncle) Geoffroi de Vendôme d'accepter la charge d'abbesse de Fontevraud.
======================================================================================================================
[Roglo 2015 http://roglo.eu/roglo?lang=fr;i=5836874]
Robert d'Arbrissel, désireux de pérenniser son oeuvre malgré sa mort inéluctable, confia à Pétronille, fille de Bouchard de Craon, lui même frère de Renaud le Bourguignon, seigneur de Craon, Pétronille se trouvait être ainsi la nièce du donateur du site de la Roê, première fondation de Robert d'Arbrissel. Veuve du baron de Chemillé et cousine germaine de l' intransigeant fils d'un autre frère de Buchard et de Renaud, l'Abbé Geoffroy de Vendôme elle devint Grande-prieure du vivant de Robert , prenant la suite d'Hersende de Champagne décédée en 1112.
Nommée abbesse par Robert d'Arbrissel à 22 ans le 28 octobre 1115 , elle gouverna l'ordre double de Fontevraud jusqu'à avril 1149 date de son propre rappel à Dieu. La première Abbesse décida d'abord de normaliser l'Ordre de Fontevraud et d'effacer l'image de l'ermite, du prédicateur assez original qu'avait été Robert d'Arbrissel.
Elle passa ainsi outre la volonté de ce dernier d'être enterré dans le cimetière de la Communauté. Jugeant cela plus digne pour le fondateur de l'Ordre, Pétronille décida de le faire inhumer dans le choeur de l'église abbatiale à droite du maître-autel . Mais ceci eut pour effet néfaste- le choeur étant à l'intérieur clôture, d'empêcher le développement du culte "Robertien " et, par conséquent, l'accomplissement de miracles sur sa tombe , miracles pourtant bien utiles à a renommée posthume, préalable aux honneurs des autels, du fondateur de l’Ordre.
Pétronille modifia ensuite les statuts de l'Ordre établis par Robert, statuts dont elle supprima l'article qui interdisait la consommation de viande et celui qui imposait ce choisir l'Abbesse parmi les veuves ou les matrones. Les dits statuts furent recopiés dans un registre appelé "La Gauffre" ou la "Grande Gauffre" en mémoire de Geoffreoy de Vendôme. L'abbesse ne tint pas d'avantage compte de l'idéal de pauvreté que Robert d'Abrissel avait toujours exalté.L'architecture de l'église abbatiale symbolise ce changement de cap. Le choeur et le transept élevés sous Robert d'Arbrissel contrastent par leur simplicité avec la nef à coupoles , très ornementée , construite après sa mort selon le goût des moniales.
De plus, les repenties et les lépreux pour lesquels Robert avait entretenu une affection particulière furent désormais tenus à l'écart de la communauté. Néanmoins Pétronille fit rédiger deux ouvrages hagiographiques ( la Vita Prima par Baudry de Bourgueil , la Vita altera attribuée au frère André) certainement plus pour asseoir sa propre autorité que pour perpétuer le souvenir de Robert. Dans la Vita prima, la mort du fondateur est résumée en quelques mots et quelqu'un, sans doute Pétronille, selon Jacques Dalarun, peu satisfaite de ce récit glorifiant trop Robert fit disparaître la fin de la Vita Altera relatant la mort de ce dernier.
Sous son abbatiat, Pétronille de Chemillé eut le mérite de quadrupler le nombre des prieurés qui étaient au nombre de vingt-et-un à la mort de Robert d'Arbrissel. Elle accrut si bien le temporel de l'Ordre que Fontevraud connut un prestige éclatant. le pape Callixte II, par une bulle de 1119, confirma l'Ordre et les donations et exempta Fontevrault des dîmes .
Puis le Pape Eugéne III , en 1145, affranchit religieuses et religieux des ordalies. Malgré la protection du Saint Siège, Pétronille dut lutter longuement conte l'évêque d'Angers qui entendait s'approprier les Ponts-de-Cé, reçus avec leur péage de Foulque V d'Anjou, vers 1120, qui étaient à l'origine les seuls sur la Loire Angevine, mais, en 1140, l'évêque Ulger fit construire un deuxième pont en aval dans son domaine épiscopal de Chalonnes. Les deux parties se firent alors concurrence et un conflit opposant Ulger à éclata.
Grâce à sa grande détermination, l'abbesse finit par l'emporter . A la mort de sa première Abbesse, l'Ordre était florissant et désormais à vocation aristocratique et même royal. Cependant, le problème de l'insoumission d'une partie des frères était toujours préoccupant malgré la confirmation réitérée par six Papes de la subordination aux moniales
======================================================================================================================================================================================
Créé le 14/05/2015, modifié le 3/12/2015

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

  Aperçu de l'arbre

sosa Suhard Ier le Vieux DE CRAON, SOSA 982-1037   sosa Epouse de Suhard Ier X EPOUSE DE CRAON, SOSA       sosa Adam Ier DE ROCHEFORT, SOSA 950-   sosa Epouse de Adam Ier X EPOUSE DE ROCHEFORT, SOSA    
|
8
  |
9
    |
12
  |
13
 



   


 
|     |  
sosa Suhard II le Jeune DE CRAON, SOSA 1013-1086   sosa Epouse de Suhard II X EPOUSE DE CRAON, SOSA   sosa Hiérosme DE ROCHEFORT, SOSA 995-   sosa Epouse de Hiérosme X EPOUSE DE ROCHEFORT, SOSA
|
4
  |
5
  |
6
  |
7



 


|   |
sosa Bouchard Ier XXX DE CRAON, SOSA 1035-1106   sosa Tesceline DE ROCHEFORT, SOSA
|
2
  |
3



|
sosa Pétronille de Chemillé DE CRAON, Abbesse de Fontevraud /1070-1149


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content