Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Site personnel avec photos et compléments --- Explicatif sur les ascendants référents, les descendants pivots, les cousins remarquable

Listes avec liens en retour sur geneanet : TOUS LES ASCENDANTS REFERENTS (par départements et communes) et TOUS LES COUSINS REMARQUABLES (par nature).

Plus particulièrement dans les époques lointaines, consultez les notes. Il m'arrive en effet de privilégier certaines hypothèses... à méditer puis partager ou rejeter...


Sosa : 1 195 887 634
SOSA

  • Né en 1010
  • Décédé

 Parents

 Union(s), enfant(s), les petits enfants et les arrière-petits-enfants

 Demi-frères et demi-sœurs

Du côté de sosa Foulques III Nerra D'ANJOU, Comte d'Anjou , SOSA , né entre 965 et 972, décédé en 1040 - Metz, Moselle 57, Moselle, Comte d'Anjou de 987 à 1040

 Notes

Notes individuelles

I196404

Lieu de résidence : Seiches sur le Loir (49)

======================================================================================================================================================================================
Il descend de Charlemagne (liens).
Parenté(s) de branche(s) et degré(s) : Beyrand 31/0 (x 37), Desbordes 32/0 (x 62), Tharaud 30/0 (x 85), Desale 33/0 (x 9), Touchelet 33/0 (x 14), Demoulière 35/1, Jacquemard 34/1, Renvoyé 35/1 en 207 liens avec la souche
======================================================================================================================================================================================
Il est un "cousin remarquable" (cousinage(s)) dans la catégorie Ascendants épines généalogiques
Qui est Hugues le premier Mathefelon : le Manceau, le Mange-Bretons, le Clervaux ? Les trois ?

======================================================================================================================================================================================
D'après http://thierryhelene.bianco.free.fr/drupal/?q=node/88 le père d'Agnès de Clairvaux, supposée grand-mère maternelle de l'Héloïse d'Abélard, serait un Hugues de Clairvaux.
L'abbaye de Clairvaux ayant été fondée en 1115 sur un endroit vierge, il s'agit probablement d'un autre Clairvaux...
Le titre de "seigneur de Clervaux" a été repris par Hubert IV de Mathéfelon, dernier fils d'Hubert III d'Arnay / Champigné.
------------------------------------
Sur ["Le Cabinet historique : moniteur des bibliothèques et des archives" par Louis Paris, Ulysse Robert 1865 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5613812m/texteBrut], il est écrit le contraire, ou une synthèse des deux options : "En résumé, nous croyons que la famille de Clervaux
et l'abbaye de ce nom ont même origine, qu'elles tirent également leur nom du vieux château de Clervaux, situé dans le département de la Vienne, arrondissement de Châtellerault. "
Donc ce Clervaux / Clairvaux n'est pas celui de l'abbaye mais celui d'un lieu poitevin près de Châtellerault. Peu importe ici s'il a, plus tard, donné son nom à une abbaye très éloignée en Bourgogne...
======================================================================================================================
On retrouve cette information sur geneanet, notamment en http://gw.geneanet.org/thierryhubert39?lang=fr&p=agnes+ou+elisabeth&n=de+mathefelon+ou+de+clervaux, il serait Hugues de Mathefelon dit "Mange-Breton"
------------------------------------
Aussi sur http://gw.geneanet.org/thierryhubert39?lang=fr&p=agnes+ou+elisabeth&n=de+mathefelon+ou+de+clervaux avec cette information :
entre 1056 et 1er janvier 1067 julien : Acquisition, Donation
Agnés se dit vve de Hubert et femme de Renaud de Maulevrier, elle donne les églises de Durtal à l'abbaye de St Aubin [Cartulaire de ST Aubin n° 287 et Guyon Charte n°214]
------------------------------------
Donc Agnès de Clervaux serait aussi Agnès de Mathéfelon, épouse de Renaud 1er de Maulevrier, que l'on sait fille de Hugues le Manceau, qui serait aussi Hugues "Mange-Breton" (Hugo Manduca Britonem) et Hugues de Clervaux. C'est ce qui est ici pris en compte (en un schéma Mathefelon que l'on retrouve sur geneanet pierfit et autres sites, proche aussi de celui plus morcelé de Roglo).
======================================================================================================================
Par ailleurs, Hugues le Manceau est généralement considéré comme fils d'Yves de la Cropte de Mathefelon
Mais il pourrait aussi être fils de Foulques Nerra d'Anjou, comme indiqué sur geneanet gherveleu... (ce qui est cohérent avec le prénom de son fils Foulques, alors que Yves n'est jamais repris...)
------------------------------------
[page Wikipédia 2015 http://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_de_Mathefelon]
Les seigneurs de Mathefelon sont une famille de la noblesse médiévale originaire de l'Anjou.
L'abbé Angot précise un peu plus exactement au début du xxe siècle qu'il n'a été fait précédemment les origines de cette grande famille. Célestin Port écrit que Foulques est le premier connu, que ce fut lui qui reçut l'investiture du château dont il prit le nom, de 1030 à 1040. Il affirme par ailleurs que le même personnage se croisa vers 1100. Ceci est inexact.
La charte invoquée dit expressément que le comte d'Anjou investit de la terre de Mathefelon (Matheflon de nos jours), le père de Foulques, à charge par lui de protéger les possessions des religieuses de l'abbaye du Ronceray. Ce premier Mathefelon est connu, il se nommait Hugues, et aussi sa femme Cunégonde, laquelle avec Foulques, son fils, donne Azé à Saint-Nicolas d'Angers. Ce Foulques épousa peut-être Elisabeth, mais sûrement Hersende, veuve de Louis Le Corvaisier. Il se croisa en 1100, et à son retour, se fit moine. Ce n'est pas son neveu, comme le dit Louis Halphen, mais le neveu et l'homonyme de Robert d'Arbrissel, que Foulques de Mathefelon fit entrer à Saint-Nicolas d'Angers.
Hugues, fils de Foulques, seigneur d'Azé, après la profession de son père, vers 1103, époux d'Adelena, se croisa en 1111, vivait encore en 1118, eut une fille nommée Elisabeth, et Thibault, son fils, fut témoin du départ de son père pour la croisade.
Thibault de Mathefelon, après 1218, demanda à être inhumé à l'abbaye de Chaloché, entre ses deux femmes. Son obit en l'abbaye était fixé au 16 décembre. Foulques de Mathefelon, père de l'évêque d'Angers, obtint de Jean XXII, en 1320, l'indulgence in articulo morbis ; il mourut en 1323 et avait son obit au 25 mars dans la même abbaye de Chaloché.
Jeanne de Mathefelon épouse vers 1270 Foucault du Merle maréchal de France.
------------------------------------
Le Foulques en question serait le fils du présent Hugues désigné comme "premier Mathefelon". Mais Hugues serait marié avec Cunégonde, la mère de Foulques. Cunégonde est-elle Hersende de Vendôme ou Hugues a-t-il eu deux épouses ?
Foulques partirait en croisade en 1100, ce qui apparaît très tardif. N'y-aurait-il pas deux Foulques, père et fils ? L'un serait marié avec Elisabeth, l'autres avec Hersende, veuve de Louis Le Corvaisier...
Tout cela amène pas mal de variantes sur les générations suivantes (cf. par exemple sur geneanet les Mathefelon de patriceperrin ou schweikert) et il n'est pas facile de distinguer le vrai du faux. La présente architecture risque donc d'évoluer.
======================================================================================================================
A considérer toutes ces variantes, je trouve que le schéma le plus cohérent est celui présenté sur geneanet gherveleu. Le présent Hugues ne serait pas né vers 990, fils d'Yves de la Cropte, mais il serait né vers 1015, fils de Foulques IV Nerra d'Anjou.
En plus de justifier son prénom Foulques, cela expliquerait la brusque ascension des seigneurs de Mathefelon sortis de nulle part. Et Foulques est à la fois le prénom du père de Geoffroy et d'un petit-fils d'Hugues. Le prénom Geoffroy serait aussi transmis du grand-père paternel du présent Hugues à deux de ses petits enfants. De même, le prénom Agnès serait celui d'une grande-tante paternelle (Agnès d'Anjou mariée avec Andrée de Craon) et d'une de ses filles.
Quelle serait alors la mère ? Sur geneanet gherveleu, c'est la seconde femme de Foulques Nerra, ce qui est cohérent avec la date de naissance de 1015.
Toutefois Hugues a une petite-fille prénommé Elisabeth (fille de Foulques) et c'est le prénom de la première épouse de Foulques Nerra, qui serait décédée vers l'an 1000. Hugues serait donc né vers 1000 et son fils Foulques peut encore se croiser en 1100, par exemple à 50 ans si son père avait 50 ans lors de sa naissance.
Il reste à s'interroger sur les épouses d'Hugues et les mères de ses enfants. Hersende de Vendôme est très probablement la mère d'Agnès de Clervaux, qui a une fille Hersende. Par contre Foulques pourrait être fils d'une seconde épouse, Cunégonde, ce qui justifie la différence d'âge entre Agnès et Foulques.
Du coup, Hugues aurait pour mère Elisabeth de Vendôme et pour épouse Hersende de Vendôme. Sont-elles de proche parenté ? Apparemment non, elle ne seraient même pas cousines, le nom "de Vendôme" est d'ailleurs très postérieur à cette époque sans véritable nom de famille.
Hugues pourrait aussi avoir pour mère une concubine de Foulques Nerra... Il est en effet difficilement crédible que Foulques ait ignoré la naissance d'un enfant mâle qu'il attendait tant de sa première épouse. C'est finalement cette hypothèse là qui est ici prise en compte.
Peut-être la concubine était-elle assez proche de la première épouse pour que son fils, qui n'aimait peut-être pas la seconde épouse de son père, donne son prénom Elisabeth à sa fille ?
Du coup, Hugues peut être né plus tardivement, par exemple vers 1010 quand son père avait environ 40 ans (sa fille Hersende s'étant apparemment mariée avant 1030).
Un autre scénario, à mon sens moins crédible, est encore possible en prenant en compte que Foulques Nerra avait accusé sa première épouse Elisabeth d'adultère : Hugues serait fils d'Elisabeth et d'un concubin... (Foulques Nerra ayant peut-être exigé par une illumination religieuse que le petit-fils d'Elisabeth soit prénommé Foulques, celui-ci pouvant être né avant 1040, décès de son grand-père...)
Autre hypothèse : Hugues serait un fils illégitime d'Adèle d'Anjou, fille légitime (et unique) de Foulques Nerra et Elisabeth. Elle est née vers 997, le père pourrait alors être Yves de Creil...
Il y a aussi lieu de se demander quelle est l'origine de ce prénom Hugues... Hugues de Vermandois, grand_père maternel de Foulques Nerra ? Cela conforte sa position de père (ou de grand-père)...
On verra si ce schéma resiste aux futures analyses... Mais la proximité avec les comtes d'Anjou et la transmission des prénoms Foulques, Geoffroy, Elisabeth et Agnès est troublante, on est tenté de l'expliquer...
Alain Beyrand, le 12 mai 2015
======================================================================================================================
[page Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Château_du_Haut-Clairvaux]
Sur la colline du Haut-Clairvaux. Le château du Haut-Clairvaux domine la vallée de l'Envigne.
Le château est situé géographiquement en Poitou, mais sur une terre conquise au xe siècle par Geoffroy Ier d'Anjou, Comte d'Anjou. Le début de l'édification du château date du xie siècle, en 1030 sous la responsabilité de la Seigneurie de Clairvaux (Hugues Ier de Clairvaux dit Hugues Mange-Breton, Hugo Manduca Britonem, Hugues de Clervaux, proche du Comte d'Anjou - Foulque Nerra, Geoffroy Martel).
Clairvaux profite alors d'une position stratégique importante (Situé entre les Comtés d'Anjou et d'Aquitaine, et surplombant la vallée de l'Envigne). En 1182, Richard Cœur de Lion, futur Roi d'Angleterre, et alors Duc d'Aquitaine, en demande la fortification. Officiellement une manière de marquer son contrôle sur le vicomte Guillaume de Châtellerault, et peut-être plus officieusement d'anticiper un conflit avec son frère. Le château ainsi fortifié était alors constitué d'un donjon flanqué de sept tours crénelées, entouré de vastes douves et fossés. L'ouvrage était ainsi voué à tenir une position stratégique forte. Cette forteresse (citée "Clairvaux", "Clervaux", "Glairvaux" ou "Clarasvalls" dans les textes) fera alors logiquement l'objet d'un casus belli entre Richard et son frère Henri le Jeune, celui-ci estimant que l'opération de fortification était dirigée contre lui.
La fortification fut l'objet d'échanges vigoureux entre Richard Coeur de Lion, son frère aîné Henri Le Jeune, et leur père Henri II, notamment à Noel 1182. Il sera décidé ce jour là que le chateau passerait sous la responsabilité d'Henri II le père de manière à calmer la dispute entre les deux frères. Henri Le Jeune mourut en juin 1183 ce qui mit fin à ce casus belli.
En 1569, au cours des guerres de religions, au moment de la Bataille de Moncontour, le château du Haut-Clairvaux est occupé par le CapitaineTeil, qui soutient alors le parti de l'amiral de Coligny. Après son abandon à la fin du xvie siècle, le château est démantelé et ses pierres sont remployées pour les constructions locales. De l'imposante construction, une tour, probablement la plus petite, et une chapelle seigneuriale ont été conservées. La chapelle et la tour sont classés au titre des monuments historiques par arrêté du 25 novembre 1926. Le château est partiellement restauré en 1995.
------------------------------------
[page http://saumur-jadis.pagesperso-orange.fr/bios/mangebre.htm]
Foulques Nerra et les Angevins ont soutenu de longues luttes contre les Bretons - qui sont venus assiéger Angers. Ce surnom guerrier de Hugo Manduca Britonem a été adopté par Hugues de Clairvaux, un village situé à l'ouest de Châtellerault ( identification par Ménage, p. 8 et par de Fourmont, L'Ouest aux croisades ).
Hugues Mange-Breton épouse Hersende, l'héritière du seigneur de Loudun. Il est possessionné dans cette ville ( d'après R. Favreau ) et est vraisemblablement le gardien du château. Il détient aussi des essarts dans la forêt de Born, la forêt de Fontevraud.
Cependant, la confiance du comte Geoffroy Martel l'amène à jouer un rôle de premier plan à Saumur, où il apparaît de 1036 à 1076. La qualification d'oppidanus lui est attribuée comme un titre entre 1040 et 1050. Il reçoit du comte la voirie sur les terres de Saint-Florent et sur le bourg de Saint-Hilaire. Il possède aussi des coutumes sur la villa de Cru.
Il est le témoin de nombreux actes au premier rang des seigneurs laïques du Saumurois jusqu'en 1067, où le changement de comte entraîne sa disgrâce, au moins partielle ; il est alors supplanté par Joscelin II Roinard.
En 1076 (n.s.), dans un acte orgueilleux qui ressemble à un testament, il se déclare " grand seigneur, tant en terres qu'en bénéfices ", il habite toujours au château de Saumur, mais, malade, il donne pour 10 livres sa voirie aux moines de Saint-Florent ( A.D.M.L., H 3107 n° 2 et Guillot n° 311).
De son premier mariage avec Hersende, 5 enfants sont connus :
  • Thibaud Mange-Breton
  • Hugues (+ av. 1060 )
  • Hubert de Champagne [? confusion avec le mari d'Agnès ?], qui s'installe à Thouars
  • Mabilie, ép. d'Aubry ( fils de Richer ), qui en 1092 cherche à conserver les droits de voirie de feu son beau-père ( A.D.M.L., H 1840, n° 13 et Guillot, n° 318 )
  • Agnès, qui épouse Hubert de Durtal ( selon Métais, n° 509 ), dont deux enfants, Hubert et Gervais, puis se remarie avec Renaud de Maulévrier.
Après le décès d'Hersende, survenu avant 1060, Hugues se remarie avec Y, qui a déjà un fils Evrard, chevalier au château de Loudun, qui épouse Praxède, et enfin devient moine à Saint-Pierre de Bourgueil.
Descendance lointaine :
  • Geoffroy et Païen de Clairvaux, attestés dans les années 1094-1144.
  • Famille de Mathefelon.
[Payen et les Mathefelon descendent en fait du second mariage du mari d'Agnès, Hubert de Durtal / Champigné]
Famille apparentée : Hersende, fille de Païen de Champagne, veuve de Guillaume de Montsoreau, première prieure de Fontevraud est la soeur [non : la fille] d'un certain Hubert de Champagne qui ne peut être le personnage précité, mais les familles sont parentes.
Compléments bibliographiques : Valérie Montaigne, Hugues Mange-Breton et les comtes d'Anjou ( de Geoffroy Martel à Foulques le Réchin ), Mémoire de maîtrise, 1996 ( A.D.M.L., n° 9805 ).
======================================================================================================================================================================================
Créé le 01/05/2015, modifié le 10/12/2018

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

  Aperçu de l'arbre

sosa Foulques II le Bon D'ANJOU, Comte d'Anjou 910-960   sosa Gerberge XXX DE GÂTINAIS, SOSA †953   sosa Robert Ier DE VERMANDOIS, Comte de Meaux 931-   sosa Adélaïde DE VERGY, Comtesse de Châlons 928-987        
|
8
  |
9
  |
10
  |
11
   



 


   
|   |    
sosa Geoffroy Ier Grisegonelle D'ANJOU, Comte d'Anjou 940-987   sosa Adèle XXX DE VERMANDOIS, Comtesse de Châlons et de Beaune 945-975    
|
4
  |
5
 



 
|  
sosa Foulques III Nerra D'ANJOU, Comte d'Anjou 965..972-1040   sosa Concubine de Foulques IV Nerra X CONCUBINE D'ANJOU, SOSA
|
2
  |
3



|
sosa Hugues de Clervaux XXX DE MATHEFELON, SOSA 1010-


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content