Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Site personnel avec photos et compléments --- Explicatif sur les ascendants référents, les descendants pivots, les cousins remarquable

Listes avec liens en retour sur geneanet : TOUS LES ASCENDANTS REFERENTS (par départements et communes) et TOUS LES COUSINS REMARQUABLES (par nature).

Plus particulièrement dans les époques lointaines, consultez les notes. Il m'arrive en effet de privilégier certaines hypothèses... à méditer puis partager ou rejeter...


Sosa : 322 144
Seigneur de la Bretêche , SOSA

  • Décédé après 1498
  • Apothicaire, Chirurgien, Valet de chambre du roi, Seigneur de la Bretêche

 Parents

 Union(s), enfant(s), les petits enfants et les arrière-petits-enfants

 Fratrie

(pages liées)

 Notes

Notes individuelles

I208654

Lieu de résidence : Tours (37)

======================================================================================================================================================================================
Parenté(s) de branche(s) et degré(s) : Desale 18/0
======================================================================================================================================================================================
Jean (1) MOREAU est un "ascendant référent". Sa descendance est suivie avec un intérêt particulier sur cette page de Descendance de référence Moreau.
======================================================================================================================================================================================
Tours, Jaloignes, Jean - 04/10/1490
Transport par honorable homme Jehan Moreau, fils de feu Guyon, à Pasquier Lasneau, coutelier, par. St-Saturnin, de 26 s. de rente qu'il avait par héritage paternel sur une maison grand-rue donnant par derrière sur le jardin de St-Julien, pour 30 écus couronne.
4 octobre 1490.
Dépôt: Tours AD37 - Cote: 3E1
======================================================================================================================
Tours, Jaloignes, Jean - 25/06/1494
Vente à réméré par Philippon Du Moulin, Pierre Du Moulin et Michau, son fils, Jehan Bisiou et Jehan Gracien, à honorable homme Jehan Moreau, sr. de la Bretesche, du clos de Paris, contenant une maison et 3 arpents paroisse St-Pierre-des-Corps, pour quittance d'une dette de 79 l.t. prêtées en 43 écus soleil et 21 s. 3 d. t de monnaie, avec grâce de trois ans.
25 (juin ') 1494.
Le mois n'est pas précisé
Dépôt: Tours AD37 - Cote: 3E1/
------------------------------------
Tours, Jaloignes, Jean - 10/12/1496
Rente vendue par Estienne Des Coustures, maçon, par. St-Pierre-des-Corps, à Jehan Moreau, chirurgien dans ladite paroisse, d'un traversier de vin de Montlouis, pour 9 livres, avec grâce de 3 ans.
10 décembre 1496.
Dépôt: Tours AD37 - Cote: 3E1/5
======================================================================================================================
[http://www.geneanet.org/archives/ouvrages/?action=detail&livre_id=377173&page=60]
Les deux Bretèches ont appartenu temporairement aux mêmes propriétaires ; actuellement la Petite-Bretèche n'a plus d'existence propre. Nos documents ne nous donnent les noms des anciens seigneurs ou propriétaires de la Grande-Bretèche, dont quelques-uns ont acquis une certaine notoriété historique, qu'à partir de la dernière moitié du xv* siècle, et encore, dans la liste que nous en présentons, existe-t-il des lacunes qui restent à combler.
Le premier qui apparaît est Moreau Jean, écuyer, seigneur de la Bretèche, fils de N. Ce Jean Moreau doit étre le messager qui vint annoncer à Louis XI l'arrivée de saint François de Paule en France. Par lettres passées sous le scel royal de Tours, le 23 janvier 1498, signées Testu, Jeanne Fromelle, veuve de Pierre... lui vendit une maison appelée la Jalletière, située paroisse de Saint-Pierre-des-Corps.
Jean Moreau avait un frère, nommé Pierre, présumé chanoine à Tours. Les deux frères Moreau ont possédé conjointement la Grande-Bretèche recueillie par eux dans la succession de leur père
------------------------------------
Donc Jean (1), père de Jean (2) et Pierre, était seigneur de la Bretêche.
La Bretèche est située à Tours nord (St Symphorien)
======================================================================================================================
Finalement le valet de chambre et apothicaire du roi Jean Moreau coiffa tous ses compétiteurs sur le poteau le 1er juillet 1480 en obtenant pour dix ans le monopole du ravitaillement de tous les greniers du royaume à la seule exception du Languedoc, de la Bourgogne et de quelques greniers en général aliénés, et ce au prix du marchand particulièrement élevé en vigueur à cette date. Moreau exploita l'exorbitante faveur de toutes les manières jusqu'à la fin du règne, soit qu'il en usat lui-même, soit qu'il la sous-traitât, soit enfin qu'il se fit racheter par les villes leur liberté d'approvisionnement. Il est probable que ces procédés enchérirent encore le sel et contribuèrent à décourager la consommation, sans nul profit pour les finances royal.
[https://books.google.fr/books?id=s6wJCwAAQBAJ&pg=PA408&lpg=PA408]
======================================================================================================================
"Philippe de Commynes a ainsi des rapports étroits avec Jean Moreau, apothicaire de Tours et attributaire du monopole de la gabelle pour dix ans, car il possède la ferme des Ponts de Cé, par où transite une grande partie du sel de l'Atlantique."
[https://books.google.fr/books?id=tOGbCgAAQBAJ&pg=PT157&lpg=PT157]
------------------------------------
Philippe de Commynes, chambellan et ami de Louis XI, devint, entre autres, seigneur de Villentrois (Indre). Après avoir réalisé la réfection du château de Villentrois, Commynes devint le plus grand mémorialiste de son temps. Il avait reçu de Louis XI une pension de 4000 livres à prendre sur le sel passant aux Ponts de Cé (Maine et Loire). La ferme de sel était le donjon du roi René d'Anjou sutué aux Ponts de Cé.
A la fin de 1480, Commynes et en excellentes relations avec un riche commerçant de Tours, Jean Moreau. Le 1er mars 1483, ce dernier était entré en jouissance de la ferme des Ponts de Cé. Mais le négociant tourangeau avait présumé de ses moyens financiers : victime d'aléas climatiques, d'une forte hausse du prix du sel, il se retrouve dans une situation très difficile. En avril 1483, il s'avoue incapable de verser plus de 1000 des 2250 livres qu'il doit à Commynes pour la première moitié du bail triennal des Ponts de Cé.
"En raison de la grande amitié et familiarité" qui unit les deux compères, Commynes consent à un report du paiement des 9 250 livres. En compensation, Jean Moreau, qui joint à ses activités de spéculateur sur le sel celles de grand commerçant en Méditérranée, lui consent une hypothèque sur une grande galère , une galéasse appelée "Notre-Dame Sainte Marie", qu'il a fait construire et dont il est propriétaire. (La Galéasse étant une grosse galère marchande souvent équipée de trois mats et armée de canons)
Fin 1483, Jean Moreau ne pouvant redresser sa situation, Commynes fait saisir la galéasse à Marseille. Jean Moreau s'oppose et débute un procès. Pendant ce temps, la haléasse navigue commandée par Denis Lelong, mais Jean Moreau est incapable de le payer et souscrit deux lettres de change au profit de Denis Lelong.
Le 5 mai 1484, Jean Moreau hypothèque sa galéasse pour la seconde fois.
Jean Moreau vient à Villentrois et négocie avec Philippe de Commynes la convention de Villentrois le 16 septembre 1485 devant Pierre Fougery, notaire de la cour de Villentrois. Cette convention mentionne que Jean Moreau renonce à toute action en Justice et cède la galéasse à Philippe de Commynes. A ce moment, la galéasse était en Sicile.
Philippe de Commynes agit en propriétaire et fait naviguer la galéasse commandée par Etienne Andréa. Il reste cependant l'hypothèque en faveur de Denis Lelong.
Denis Lelong acquiert la complicité de Jean Moreau qui dénonce le 29 juin 1486 la convention de Villentrois qu'il vait passé avec Philippe de Commynes.
Denis Lelong prétend que Philippe de Commynes avait passé un accord en Avignon qui annulait la convention de Villentrois et il profite de la corruption de la Justice et la complicité de Palamède de Forbin, gouverneur de Provence, pour tenter de faire saisir le bateau au port d'Aigues Mortes. Mais Etienne Andréa a remis la galéasse à son frère chancelier de Provence qui lui a baillé le bateau, ce que déplore l'avocat de Denis Lelong.
Le 11 février 1489, une transaction entre Philippe de Commynes et Jean Moreau eut lieu à Dreux. Jean Moreau délaisse Denis Lelong pour se rallier à Philippe de Commynes dans le procès intenté par celui-ci à Denis Lelong.
En 1491, après de nombreux débats et procès, la galéasse dut adjugée à Philippe de Commynes.
En décembre 1492, Philippe de Commynes, rentré en grâce auprès de Charles VIII, mit au service du roi sa galéasse qui la fit armer en vaisseau amiral le 4 mai 1494.
Philippe de Commynes fut très fier de sa galéasse qui permit à la France de remporter des batailles en Italie.
[Echo de Villentrois, Janvier 2015, Patrick Buron, http://fr.calameo.com/read/00030821489c3488efa99]
[plus de détails en https://books.google.fr/books?id=tyLwfHu0n4YC&pg=PT123]
======================================================================================================================
De tels procédés confinent au racket ; l'on y est tout à fait avec l'affaire Jean Moreau. Ce valet de chambre du roi se fit donner en effet, le 1er juillet 1480, le monopole d'approvisionnement des greniers de toute la Languedoïl, à de rares exceptions près. Il s'agissait pour lui, tout en rançonnant les bonnes villes naguère détentrices du droit qu'en exploitant sdon monopole par fermiers sous-traitants, de réunir les capitaux nécessaires au financement de projets de commerce en Méditerranée qu'il nourrissait.
Tant de cynisme avait quelque chose d'ecoeurant. En tout cas, la réaction qui suivit la mort de Louis XI, tout en mettant fin à ces détestables abus, remit au premier plan la réflexion sur le fonctionnement de la gabelle.
["Le roi, le marchand et le sel" par Jean-Claude Hocquet - https://books.google.fr/books?id=Hk70nG7rq8kC&pg=PA145&lpg=PA145]
------------------------------------
Page Wikipédia sur Philippe de Commynes (1447-1511) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_de_Commynes
Page Wikipédia sur Louis XI (1423-1483) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_XI
======================================================================================================================
Jean Moreau aurait-il profité de sa richesse pour s'assurer les services du peintre Jehan Fouquet :
------------------------------------
Le livre d'Heures de la duchesse d'Orléans, n'est assurément pas le seul qu'ait peint Foucquet. Sans parler du magnifique volume exécuté pour Etienne Chevalier, une bienveillante communication de M. B. Fillon, nous apprend que Foucquet a enluminé un autre livre d'Heures, pour Jehan Moreau, bourgeois de Tours et valet de chambre du roi Louis XI.
[Arts en Touraine C. L. de Grandmaison page 47 - http://scans.library.utoronto.ca/pdf/7/11/documentsindit00gran/documentsindit00gran.pdf]
------------------------------------
Certains auteurs prétendent que Foucquet aurait exécuté aussi un livre d'Heures
pour Jean Moreau, valet de chambre de Louis XI et bourgeois de Tours. Mais cette
assertion doit être rejetée, car elle repose sur une fausse interprétation de la pièce que
Benjamin Fillon affirmait posséder et qui se serait rapportée au livre d'Heures destiné
à Philippe de Commines.
[https://archive.org/stream/livredheurespein00durruoft/livredheurespein00durruoft_djvu.txt]
------------------------------------
1474 : Philippe de Commines commande à Fouquet un livre d'heures.
[http://www.kronobase.org/chronologie-categorie-Jean+Fouquet.html]
======================================================================================================================
Dans sa jeunesse, en 1479, il est probable que c'était lui, valet du roi Louis XI :
Jehan Moreau « valet de chambre ordinaire » du roi, comme on le voit dans des lettres données à la Motte-d'Ëgry
[Voir note de son frère Pierre - Lettres de Louis XI roi de France - http://archive.org/stream/lettresdelouisx17louigoog/lettresdelouisx17louigoog_djvu.txt]
------------------------------------
Lettre de Louis XI
AU CHANCELIER (d.).
Les Forges, 12 mars 1479.
Ordre d'aller trouver l'archevêque de Tours pour obtenir de lui, en faveur du frère de Jean Moreau (« varlet de chambre ordinaire » du roi, comme on le voit dans des lettres données à la Motte-d'Ëgry), une prébende en son église, pour laquelle Boufille de Juge lui avait recommandé Raoul
Pichon. — (Orig. Bibl. nat., Ms. fr. 2893, fol. 81.)
Mons' le chancellîer, je rescry à Mons' de Tours qu'il donne au frère de Jehan Moreau la prebande qui est vacant en son esglise. Je luy en ay ja rescript trois pères de lettres depuis ii jours, mes il s'est excusé disant qu'il m'en avoit rescript pour en savoir ma voulumpté, ce qu'il n'a pas fait ; et comme j'ay entendu, il y diffère au pourchas de maistre Raoul Pichon.
Ledit maistre Raoul Pichon la m'avoit requise et fait requérir par Bouffille, mais il est bien que je luy
respondiz que je n'en feroye riens, et que je vouloye que ledit frère de Jehan Moreau l'eust. Et pour ce, Mons le chancellier, je vous pry, que incontinent ces lettres veues, vous aillez audit Mons' de Tours et luy dictes que je n'entens point que autre l'ait que ledit frère dudit Jehan Moreau, quelques lettres que je luy en aye escriptes pour aultres ; et luy dictes que si me veult faire plaisir, qu'il ne diffère plus à la luy donner, et adieu.
Escript aux Forges, le xii jour de mars.
[https://archive.org/stream/lettresdelouisx17louigoog/lettresdelouisx17louigoog_djvu.txt]
======================================================================================================================
Il est aussi Jean Moreau dont parle Bernard Chevalier dans son livre "Histoire de Tours" (Privat 1985, page 134) :
"L'on vit ainsi Michel Gaillard, puis Jean Moreau équiper des galères, miser sur le monopole des importations et rechercher le financement de ces entreprises hasardées dans des spéculations qui reposaient sur l'accaparement du trafic du sel dans tous greniers de France. Bel exemple de ces combinaisons qui s'échafaudaient à Tours à l'ombre du roi, où voisinaient étrangement l'esprit d'entreprise et l'utilisation sans vergogne de la protection politique"
======================================================================================================================
Il existe une thèse de Jean-Pierre Chrétien, datée de 1960 (Université de Paris) titrée "Un grand traitant à la fin du règne de Louis XI : Jean Moreau, apothicaire du roi"
[http://www.sudoc.abes.fr//DB=2.1/SET=1/TTL=1/CLK?IKT=1016&TRM=Un+grand+traitant+a%CC%80+la+fin+du+re%CC%80gne+de+Louis+XI]
======================================================================================================================================================================================
Descendants remarquables contemporains : Marie-Claude AUDEBERT, Jean-Louis BÉGUIN, Alain BERNARD, Alain BEYRAND, Raymonde BONNET, Jacques CHIRAC, Reine CHOLLET, Bernard DE LA CROIX, Daniel DELEBARRE, Suzanne DESALE, Frédéric FOSSALUZA, Roland GENNERAT, Jean-Marcel JEANNENEY, Glenn LAMBERT, Béatrice LEBRETON DE LA PERRIÈRE, Christian LOBIER, Jean-Paul MÉLINON, Michel ORIVEL, Frédéric PROUST, Thierry RECOT, Nicole ROBERT, Denis SESRIAULT, Jean-Claude SIMONIN, David SYLVESTRE-GROS-MAURICE, Michel TEILLARD D'EYRY, Albert TESSIER, Charles THIERRY, Munanui VAIRAAROA
Créé le 30/06/2016, modifié le 8/07/2016

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

             
     
     
     
sosa Jean MOREAU, Seigneur de la Monnerie †1450/   sosa Marguerite PAIN, SOSA    
|
4
  |
5
 



 
|  
sosa Guyon XXX MOREAU, SOSA †1479/   sosa Epouse de Guyon X EPOUSE MOREAU, SOSA
|
2
  |
3



|
sosa Jean (1) MOREAU, Seigneur de la Bretêche †1498/


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content