Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Site personnel avec photos et compléments --- Explicatif sur les ascendants référents, les descendants pivots, les cousins remarquable

Listes avec liens en retour sur geneanet : TOUS LES ASCENDANTS REFERENTS (par départements et communes) et TOUS LES COUSINS REMARQUABLES (par nature).

Plus particulièrement dans les époques lointaines, consultez les notes. Il m'arrive en effet de privilégier certaines hypothèses... à méditer puis partager ou rejeter...


Baron de Montesquieu , Membre de l'Académie Française

  • Né le 18 janvier 1689 - La Brède, Gironde 33, Gironde
  • Décédé le 10 février 1755 - Paris, Seine 75, Paris , à l’âge de 66 ans
  • Baron de Montesquieu, Présudent au parlement de Bordeaux, Membre de l'Académie Française

 Parents

  • Jacques DE SECONDAT, Baron de Montesquieu , né le 29 décembre 1654 - Bordeaux, Gironde 33, Gironde, décédé le 15 novembre 1713 à l’âge de 58 ans, Baron de Montesquieu
    Marié le 25 septembre 1686, La Brède, Gironde 33, Gironde, avec
  • Marie Françoise DE PESNEL, Dame de la Brède , née le 28 octobre 1665 - La Brède, Gironde 33, Gironde, décédée le 13 octobre 1696 - Bordeaux, Gironde 33, Gironde à l’âge de 30 ans, Dame de la Brède

 Union(s)

  • Marié le 30 avril 1715, Bordeaux, Gironde 33, Gironde, avec Jeanne Catherine DE LARTIGUE, née en 1689, décédée le 13 juillet 1770 - Bordeaux, Gironde 33, Gironde à l’âge de 81 ans

 Notes

Notes individuelles

I194907

Lieu de naissance/baptême : La Brède - Château

======================================================================================================================================================================================
Il descend de Charlemagne (liens).
Parenté(s) de branche(s) et degré(s) : Jacquemard 29/13, Renvoyé 30/13, Demoulière 29/17, Desale 25/16, Touchelet 26/13, Desbordes 22/10, Tharaud 20/10, Beyrand 15/5, Plumency 21/16
======================================================================================================================================================================================
Il est un "cousin remarquable" (cousinage(s)) dans la catégorie Cousins célèbres
Montesquieu était à la fois écrivain et penseur politique, prônant la séparation des pouvoirs

======================================================================================================================================================================================
[page Wikipédia 2015 http://fr.wikipedia.org/wiki/Montesquieu]
Charles Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, dit Montesquieu, est un penseur politique, franc-maçon, précurseur de la sociologie, philosophe et écrivain français des Lumières, né le 18 janvier 1689 à La Brède (Guyenne, près de Bordeaux) et mort le 10 février 1755 (à 66 ans) à Paris.
Jeune homme passionné par les sciences et à l'aise avec l'esprit de la Régence, Montesquieu publie anonymement les Lettres persanes (1721), un roman épistolaire qui fait la satire amusée de la société française vue par des Persans et met en cause les différents systèmes politiques et sociaux, y compris le leur.
Il voyage ensuite en Europe et séjourne plus d'un an en Angleterre où il observe la monarchie constitutionnelle et parlementaire qui a remplacé la monarchie autocratique. De retour dans son château de La Brède au sud de Bordeaux, il se consacre à ses grands ouvrages qui associent histoire et philosophie politique : Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence (1734) et De l'esprit des lois (1748) dans lequel il développe sa réflexion sur la répartition des fonctions de l'État entre ses différentes composantes, appelée postérieurement « principe de séparation des pouvoirs ».
Montesquieu, avec entre autres John Locke, est l'un des penseurs de l'organisation politique et sociale sur lesquels les sociétés modernes et politiquement libérales s'appuient. Ses conceptions – notamment en matière de séparation des pouvoirs – ont contribué à définir le principe des démocraties occidentales.
------------------------------------
Fils aîné de Jacques de Secondat (1654-1713) et de Marie-Françoise de Pesnel (1669-1720), baronne de La Brède, Montesquieu naît dans une famille de magistrats de la bonne noblesse, au château de La Brède (près de Bordeaux, en Gironde), dont il porte d'abord le nom et auquel il sera toujours très attaché. Ses parents lui choisissent un mendiant pour parrain afin qu'il se souvienne toute sa vie que les pauvres sont ses frères1.
Il est le neveu de Jean-Baptiste de Secondat, baron de Montesquieu.
Après une scolarité au collège de Juilly et des études de droit, il devient conseiller au parlement de Bordeaux en 1714. Le 30 avril 1715 à Bordeaux, il épouse Jeanne de Lartigue, une protestante issue d'une riche famille et de noblesse récente, alors que le protestantisme restait interdit en France depuis la révocation de l'édit de Nantes en 1685, qui lui apporte une dot importante. C'est en 1716, à la mort de son oncle, que Montesquieu hérite d'une vraie fortune, de la charge de président à mortier du parlement de Bordeaux et de la baronnie de Montesquieu, dont il prend le nom. Délaissant sa charge dès qu'il le peut, il s'intéresse au monde et au plaisir.
------------------------------------
À cette époque l'Angleterre s'est constituée en monarchie constitutionnelle à la suite de la Glorieuse Révolution (1688-1689) et s'est unie à l'Écosse en 1707 pour former la Grande-Bretagne. En 1715, le Roi-Soleil s'éteint après un très long règne, lui succède un monarque plus effacé. Ces transformations nationales influencent grandement Montesquieu ; il s'y référera souvent.
Il se passionne pour les sciences et mène des expériences scientifiques (anatomie, botanique, physique, etc.). Il écrit, à ce sujet, trois communications scientifiques qui donnent la mesure de la diversité de son talent et de sa curiosité : Les causes de l'écho, Les glandes rénales et La cause de la pesanteur des corps. Il est reçu dans les salons littéraires de la duchesse du Maine, au château de Sceaux et aux fêtes des Grandes Nuits de Sceaux dans le cercle des chevaliers de la Mouche à Miel.
Puis il oriente sa curiosité vers la politique et l'analyse de la société à travers la littérature et la philosophie. Dans les Lettres persanes, qu'il publie anonymement (bien que personne ne s'y trompe) en 1721 à Amsterdam, il dépeint admirablement, sur un ton humoristique et satirique, la société française à travers le regard de visiteurs persans. Cette œuvre connaît un succès considérable : le côté exotique, parfois érotique, la veine satirique mais sur un ton spirituel et amusé sur lesquels joue Montesquieu, plaisent.
------------------------------------
Le 19 janvier 1724 un arrêt du parlement de Bordeaux, signé de la main même de Montesquieu, exige que soit respecté un arrêt du 7 juillet 1723 du même Parlement de Bordeaux, cet arrêt visait à mettre fin à la ségrégation et aux brimades dont était victime une partie de la population du sud-ouest, les charpentiers (les cagots ou gahets).
En 1726, Montesquieu vend sa charge pour payer ses dettes, tout en préservant prudemment les droits de ses héritiers sur celle-ci. Après son élection à l'Académie française (1728), il réalise une série de longs voyages à travers l'Europe, lors desquels il se rend en Autriche, en Hongrie, en Italie (1728), en Allemagne (1729), en Hollande et en Angleterre (1729-1731), où il séjourne plus d'un an. Lors de ces voyages, il observe attentivement la géographie, l'économie, la politique et les mœurs des pays qu'il visite. Il est initié à la franc-maçonnerie au sein de la loge londonienne Horn (le Cor) le 12 mai 17303. Pour son appartenance à la franc-maçonnerie, Montesquieu sera inquiété par l'intendant de Guyenne Claude Boucher et le cardinal de Fleury en 1737. Il continuera néanmoins à fréquenter les loges bordelaises et parisiennes.
------------------------------------
De retour au château de La Brède, en 1734, il publie les Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, monument dense, couronnement de ses années de voyages qui l'ont initié à la diplomatie et à la politique, qui a eu une influence certaine sur Decline and fall of the Roman Empire d'Edward Gibbon, est surtout une œuvre politique. Montesquieu explique lui-même dans une préface (non publiée de son vivant) qu'il a voulu expliquer le changement de régime, de la république à l'empire, puis qu'il est remonté de proche en proche pour en chercher les causes5. Il étend sa réflexion jusqu'à la fin de l'Empire romain d'Orient, autrement dit jusqu'à la chute de Constantinople (1453). La matière historique alimente surtout une réflexion politique, qui multiplie les références et les allusions à l'histoire moderne et surtout récente, voire contemporaine.
Il travaille ensuite plusieurs années, accumulant notes et réflexions; vers 1739, il commence son maître-livre, De l'esprit des lois. D'abord publié anonymement en 1748, le livre acquiert rapidement une influence majeure. L'ouvrage, qui rencontre un énorme succès, établit les principes fondamentaux des sciences économiques et sociales et concentre toute la substance de la pensée libérale. Il est cependant critiqué et attaqué, notamment par les jansénistes, ce qui conduit son auteur à publier en 1750 la Défense de l'Esprit des lois. Il devient membre de l'Académie de Stanislas en 1751.
L'Église catholique romaine interdit le livre — de même que de nombreux autres ouvrages de Montesquieu — en 1751 et l'inscrit à l'Index tout comme l'avaient été Machiavel, Montaigne et Descartes. On lui reproche notamment d'avoir fait primer sur la religion des facteurs physiques et sociaux. L'expression d'« esprit des lois » laisse entendre qu'il y a une rationalité immanente aux institutions humaines. Tout s'explique, rien n'est par conséquent complètement absurde ou scandaleux  : institutions et religions relèvent du même déterminisme géographique ou climatique, perdent tout privilège de statut et cessent d'être absolues.
------------------------------------
Dès la publication de ce monument, Montesquieu est entouré d'un véritable culte. À travers l'Europe, et particulièrement en Grande-Bretagne, De l'esprit des lois est couvert d'éloges. En 1754, il publie Lysimaque, essai politique qui sera sa dernière œuvre, alors qu'il continue à travailler beaucoup, revoyant et corrigeant ses œuvres (notamment les Lettres persanes et L'Esprit des lois dont une édition posthume sera publiée en 1758, dans ses Œuvres en trois tomes). Il ne finira jamais l'article qu'il avait proposé à D'Alembert pour l'Encyclopédie (alors que cet article avait déjà été dévolu à Voltaire, qui fournira le sien) : l'article « Goût » n'est qu'une ébauche à partir de documents anciens ; il trouve place néanmoins au tome VII (1757).
C'est le 10 février 1755 qu'il meurt d'une "fièvre chaude" (fièvre ardente). Il est inhumé le 11 février 1755 dans la chapelle Sainte-Geneviève de l'église Saint-Sulpice à Paris.
------------------------------------
Alors que, selon Thomas Hobbes, l'homme a pour passion naturelle la quête de pouvoir, Montesquieu ne voit de danger que dans « l'abus du pouvoir », considérant que celui qui dispose d'un pouvoir est naturellement porté à en abuser. Il convient dès lors d'organiser les institutions, notamment en instaurant une séparation des pouvoirs : « pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir. »
------------------------------------
Montesquieu influença particulièrement Catherine II de Russie qui prétend avoir puisé abondamment dans De l'esprit des lois pour rédiger le Nakaz, un ensemble de principes. Elle avoua à d'Alembert qui le rapporta : « pour l'utilité de mon empire, j'ai pillé le président de Montesquieu sans le nommer. J'espère que si, de l'autre monde, il me voit travailler, il me pardonnera ce plagiat, pour le bien de vingt millions d'hommes. Il aimait trop l'humanité pour s'en formaliser. Son livre est mon bréviaire ». L'impératrice reprit de lui le principe de la séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire et condamna le servage à défaut de l'abolir, mais au cours de son règne, les conditions faites aux serfs furent plutôt aggravées.
======================================================================================================================
A BREDE compte plusieurs châteaux, nous commencerons par le plus célèbre d'entre eux, celui où l'auteur des "Lettres Persanes" et de "De L'Esprit des Lois" a vu le jour.Charles-Louis de SECONDAT est né à LA BREDE le 18 janvier 1689, deuxième enfant d'une famille qui en comptera six.
Sa mère, Marie-Françoise de PESNEL, a apporté en dot la baronnie de La Brède lors de son mariage en 1686 avec Jacques de SECONDAT dont la famille avaient acquis la terre de MONTESQUIEU, entre Nérac et Agen, terre dont l'écrivain n'héritera qu'à la mort de son oncle.
C'est alors seulement qu'il ajoutera le nom de MONTESQUIEU à celui de LA BREDE. Dans son ascendance on trouve de grandes familles, telles que celle des de L'ISLE de LA RIVIERE en Fronsadais, la famille de LA LANDE ou encore de FOIX.
C'est dans l'église de La Brède qu'il fut baptisé, son parrain était un mendiant de la paroisse nommé Charles, "afin que son parrain lui rappelle toute sa vie que les pauvres sont ses frères" rapportent les chroniques.
------------------------------------
Toute sa vie MONTESQUIEU restera attaché à sa "Campagne", comme il se plaisait à appeler son château, y faisant des séjours aussi fréquents que cela lui était possible, vivant proche des paysans, s'informant de leur vie, passant des heures avec son "homme d'affaire" Guillaume Grenier surnommé l'Eveillé, conversant en Gascon.
C'est pourtant à Paris qu'il mourra, le 10 février 1755 et, alors que toute sa famille est enterrée dans l'église de La Brède, on ignore où se trouve la sépulture du plus célèbre de ses enfants.
MONTESQUIEU est mort rue St Dominique à Paris et cette rue dépendait de la Paroisse St Sulpice mais on ne trouve aucune trace de son inhumation dans les registres de cette église.
Les chercheurs émettent plusieurs hypothèses, en voici quelques-unes : On propose la chapelle Ste Geneviève à St Sulpice ou encore un petit cimetière à l'angle des rues de Vaugirard et Bayeux dépendant de cette même paroisse mais la Révolution a fait ses ravages, presque tous les tombeaux de St Sulpice ont été détruits.
D'autres chercheurs supposent qu'il a été enseveli dans les Catacombes mais le mystère demeure, aucune preuve n'est venue étayer l'une ou l'autre de ces hypothèses.
------------------------------------
Le Château a été conservé dans un état proche de celui qu'à connu l'écrivain, il s'élève au milieu d'un parc magnifique, les douves qui l'entourent, et qui abritent des carpes réputées centenaires, sont alimentées par les sources de la lande de SESQUE. La demeure a été construite à différentes époques et forme un ensemble assez hétéroclite mais très agréable à l'œil.
Edifié vers le XIe siècle, le Château de Montesquieu a été reconstruit au début du XIVe siècle et fortifié au XVe, aujourd'hui on remarque une tour ronde à toit conique, le donjon rectangulaire qui abrite la bibliothèque et qui sont les restes du château féodal, les fenêtres sont étroites. Les trois ponts-levis sont remplacés par trois passerelles de bois.
Les armoiries des MONTESQUIEU sont encore visibles au fronton : "D'azur aux deux coquilles d'argent et un croissant de même". Classé Monument Historique depuis 1951 le domaine comprend une centaine d'hectares dont cinq de vignoble blanc, c'est une propriété privée qui appartient à une descendante directe de Montesquieu.
Une partie du château est ouverte au public, la partie directement en rapport avec les souvenirs de l'écrivain.Cette visite est passionnante et nous permet de découvrir des plafonds peints, incrustés de fleurs de lys, des tableaux et gravures qui sont des portraits de familles ou d'autres, comme celui qui nous montre Louis XIV enfant en compagnie d'Anne d'Autriche.
Sa chambre à coucher, qui était aussi son cabinet de travail, avec le lit toujours garni d'une courtepointe damassée et qui nous semble bien petit (mais à cette époque on dormait pratiquement assis), une simple table de bois, l'encrier doré et le fauteuil près de la cheminée dont le jambage porte encore la trace de l'usure que son pied a provoquée, lorsqu'il venait là se reposer après ses longues marches dans la campagne.
Cette trace avait rempli Stendhal de respect, elle nous apparaît comme un émouvant témoignage. Une toute petite pièce contiguë à celle-ci était la chambre de son secrétaire, M. Latapie, à qui une rue de La Brède rend aujourd'hui hommage. Si la chambre peut émouvoir, la bibliothèque est impressionnante, située dans le donjon c'est une immense pièce dont le plafond est peint en rouge, voûté en berceau, tout le tour de la salle des armoires vitrées et grillagées contiennent les livres.
[geneanet pierfit]
======================================================================================================================
Voir note de son épouse
======================================================================================================================================================================================Ascendant référent Martial DE DOUHET

Créé le 16/03/2015

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

    Joseph DUBERNET †1652   Catherine BENOIST †1629        
  |
10
  |
11
   
 


   
  |    
Gaston DE SECONDAT, Baron de Montesquieu 1612-1678   Anne DUBERNET 1610-1675    
|
4
  |
5
 



 
|  
Jacques DE SECONDAT, Baron de Montesquieu 1654-1713   Marie Françoise DE PESNEL, Dame de la Brède 1665-1696
|
2
  |
3



|
Charles-Louis Dit Montesquieu DE SECONDAT, Baron de Montesquieu 1689-1755


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content