Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Site personnel avec photos et compléments --- Explicatif sur les ascendants référents, les descendants pivots, les cousins remarquable

Listes avec liens en retour sur geneanet : TOUS LES ASCENDANTS REFERENTS (par départements et communes) et TOUS LES COUSINS REMARQUABLES (par nature).

Plus particulièrement dans les époques lointaines, consultez les notes. Il m'arrive en effet de privilégier certaines hypothèses... à méditer puis partager ou rejeter...


  • Né le 21 octobre 1638 - Azay le Rideau, Indre et Loire 37, Indre et Loire
  • Décédé le 18 novembre 1712 - Artannes sur Indre, Indre et Loire 37, Indre et Loire , à l’âge de 74 ans
  • Charron

 Union(s), enfant(s), les petits enfants et les arrière-petits-enfants

 Notes

Notes individuelles

I100769
Parenté(s) (voir conjoint) de branche(s) et degré(s) : Desale 15/3'

======================================================================================================================================================================================
Il est un "cousin remarquable" (cousinage(s)) dans la catégorie Cousins à métiers marquants
Les Thiou sont charron de père en fils sur au moins 6 générations

======================================================================================================================================================================================
Fils de Pierre (fils de François et Perrine DOUCELE), maître charron, et Marie HERBAULT
------------------------------------
Il fait partie d'une importante descendance de charrons. Voir le site de Robert Comby : http://robert.comby.free.fr/geneabob/thiou.htm. On y lit ce qui suit sur les "Les THIOU de 1500 à 1900 à Villaines-les-Rochers et Azay-le-Rideau"
------------------------------------
La famille THIOU tire son nom du prénom Théodulfes, en latin Theodulphus.
Quand les registres paroissiaux commencent, à la fin du XVIe siècle, on trouve des THIOU dans de nombreuses paroisses de Touraine, particulièrement dans celles des bords de l'Indre, sans qu'il soit possible d'établir de relations entre elles. On parcourt ici la descendance de Jean THIOU, demeurant à Villaines-les-Rochers et né vers 1500. Il s'agit de mon ancêtre portant le numéro Sosa 64.656. Cette famille s'implantera ensuite principalement à Azay-le-Rideau et de nombreux membres exerceront la profession de charron.
======================================================================================================================
[Extraits de la page Wikipédia 2014 sur le métier de charron http://fr.wikipedia.org/wiki/Charron_(métier)]
Le charron était un artisan spécialiste du bois et du métal. Il concevait, fabriquait, entretenait ou adaptait, réparait les véhicules avant la motorisation, parmi lesquels les voitures de charge et les engins agricoles : chariot à timon et quatre roues, charrette à deux roues, char à bancs, corbillards, binard (solide chariot de carrier, très bas et à roues épaisses), tombereau, wagons, charrue simple ou à avant-trains, brouette, civière à roues à seize raies (transport des porcs en boucherie), etc.
Loin d'être cantonnées à une clientèle rurale ou de professionnel des transports, ses productions sur mesure répondent au XIXe siècle à une clientèle de cultivateurs, jardiniers, maçons, lavandières, bagagistes, postiers, mineurs, carriers, bouchers...
------------------------------------
Art de la charronnerie
Une des nombreuses tâches du charron était la fabrication de roues à moyeu, légères et résistantes en bois, à la taille adaptée au type véhicule construit. Le cerclage de leurs jantes par une bande de métal, en principe un travail du forgeron mais en réalité une étape essentielle pour terminer la fabrication d'une roue adaptée à une route en dur, compte souvent à des yeux novices comme une étape essentielle. Cette opération consistait à enserrer la roue dans un bandage de fer, placé à chaud au rouge sur le bois du pourtour circulaire. Le fer en état dilaté se contractait en refroidissant à la température ambiante, le rétrécissement assurant le serrage des pièces simplement assemblées.
------------------------------------
Réaliser une roue de 50 cm de diamètre nécessitait de façon cumulée environ une journée de travail. L'opération parfois étalée sur plusieurs semaines comprenait le cintrage des bois courbes, la préparation des composants de la roue à rayons calés dans les mortaises grâce à la masse, l'assemblage des pièces en bois en roue, le bandage de la roue ou cerclage de la jante. La roue devait résister à la charge brinqueballée par le véhicule, et surtout aux trépidations des routes cahoteuses lors des trajets.
======================================================================================================================================================================================
Descendants remarquables contemporains : Gérard BOUTET, Colette DELALEU, Odile DOIDIC, Frédéric FOSSALUZA, Béatrice LEBRETON DE LA PERRIÈRE, Christian LOBIER, Jean-Paul MÉLINON, Colette MIGEON, Nicole ROBERT, Pierre SAUGE, Denis SESRIAULT, Jean-Claude SIMONIN, David SYLVESTRE-GROS-MAURICE, Albert TESSIER, Charles THIERRY
Créé avant le 05/05/2009, modifié le 10/06/2014

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre



  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content