Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Site personnel avec photos et compléments --- Explicatif sur les ascendants référents, les descendants pivots, les cousins remarquable

Listes avec liens en retour sur geneanet : TOUS LES ASCENDANTS REFERENTS (par départements et communes) et TOUS LES COUSINS REMARQUABLES (par nature).

Plus particulièrement dans les époques lointaines, consultez les notes. Il m'arrive en effet de privilégier certaines hypothèses... à méditer puis partager ou rejeter...


Membre de l'Académie Française

  • Né le 29 décembre 1785 - Paris, Seine 75, Paris
  • Décédé le 27 mai 1873 - Paris, Seine 75, Paris , à l’âge de 87 ans
  • Poète, Auteur dramatique, Sénateur, Membre de l'Académie Française

 Parents

  • Antoine LEBRUN, décédé, Orfèvre
    Marié le 11 novembre 1784, Paris, Seine 75, Paris, avec
  • Marguerite Louise BARDIN, née le 14 octobre 1765 - Provins, Seine et Marne 77, Seine et Marne, décédée le 19 janvier 1808 - Saint Germain en Laye, Yvelines 78, Yvelines à l’âge de 42 ans

 Union(s)

  • Marié le 4 août 1813, Paris, Seine 75, Paris, avec Marie Anne Rosalie GARNIER, née en 1793 - Paris, Seine 75, Paris, décédée le 25 février 1881 - Paris, Seine 75, Paris à l’âge de 88 ans

 Notes

Notes individuelles

I173750
Parenté(s) de branche(s) et degré(s) : Lemot 12/5

======================================================================================================================================================================================
Il est un "cousin remarquable" (cousinage(s)) dans la catégorie Cousins éloignés divers
Ce membre de l'académie française avait porté le romantisme au théâtre

======================================================================================================================================================================================
[page Wikipédia 2013 http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre-Antoine_Lebrun]
Il étudie au collège militaire de Saint-Cyr / Prytanée militaire.
Élu à l'Académie française le 21 février 1828, il est directeur de l'Imprimerie nationale en 1831, puis conseiller d'État et sénateur du Second Empire en 1853.
Selon l'Académie française, sa meilleure pièce, Marie Stuart, fut considérée comme la première victoire du romantisme au théâtre.
------------------------------------
Pair de France
Grand officier de la Légion d'honneur
Comandeur de la Légion d'honneur
======================================================================================================================
[page http://www.bibliotheque-mazarine.fr/expolebrun/expolebrun2.htm]
Pierre-Antoine Lebrun, son oeuvre
Lebrun a marqué la transition dans ses oeuvres entre le classicisme et le romantisme. Son premier grand succès théâtral est Marie Stuart, considérée comme la première victoire du romantisme. Il reprend Schiller, tout en modifiant la pièce et il en fait quelque chose de plus personnel. La pièce fait un triomphe. Dès le lendemain de la première représentation, le 6 mars 1820, Lebrun écrit à un de ses amis, M. Duparquet, absent lors du spectacle, pour lui dire de quelle façon s'est déroulée la soirée : "Victoire ! Victoire ! Marie Stuart a été jouée hier soir. [...] Figurez-vous un public pleurant, applaudissant, criant et dans les moments de silence une attention profonde, de l'étonnement, de l'effroi. [...] Soyez reconnaissant envers Talma. Embrassez-le de loin si vous pouvez. Il a été admirable, nouveau, étonnant." (Carton 3, liasse 1, lettre 32). Talma est un acteur de la Comédie française, que Lebrun admire beaucoup et qui tient le haut de l'affiche de Marie Stuart.
Avant la fin de ce même mois de mars, c'est son éditeur qui lui écrit pour lui annoncer une bonne nouvelle : "Nous manquons à vendre depuis hier soir, les deux premiers milles ayant été épuisés en vingt-quatre heures. Nous espérons en avoir ce soir et cela ne dépend que de M. Didot qui a eu la complaisance de mettre neuf presses dessus." (Carton 3, liasse 1, lettre 57).
La seconde pièce la plus connue de Lebrun est Le Cid d'Andalousie (1825), qui lui cause plus de soucis que de bonheur. [...]
En poésie, Lebrun a aussi marqué les esprits. Grand admirateur de Napoléon, il a écrit deux odes à sa gloire, dont la seconde, sous la Restauration, lui a valu quelques problèmes. Pourtant il n'a pas voulu se distinguer en écrivant l'Ode sur la mort de Napoléon. Claude Lenient a fait une conférence à la Sorbonne, en 1866, sur les oeuvres de Lebrun, et il rapporte ces mots : "J'ai fait ces vers parce que je n'ai pas pu faire autrement ; je les ai faits dans la solitude, à la campagne, au moment où la surprenante nouvelle m'est arrivée. Ce n'est pas un sujet que j'ai choisi ou médité. J'ai été ému, mon émotion s'est répandue en vers, et ce poème s'est trouvé fait ; voilà tout." (Carton 15, liasse 3, document 23).
======================================================================================================================================================================================Ascendant référent Sébastien BOUDIER

Créé le 30/11/2013, modifié le 8/01/2015

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

        André "Gabriel" BARDIN 1663-1741   Louise Anne THOMASSIN 1685-    
    |
12
  |
13
 
   


 
    |  
    Pierre Denis BARDIN 1720-1803   Marie Anne TESTARD 1728-1802
  |
6
  |
7
 


  |
Antoine LEBRUN   Marguerite Louise BARDIN 1765-1808
|
2
  |
3



|
Pierre Antoine LEBRUN, Membre de l'Académie Française 1785-1873


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content