Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Note à tous les éditeurs : N'oubliez pas de scrupuleusement respecter le standard de saisie défini pour notre base, notamment en utilisant systématiquement le Dictionnaire des Lieux (voir Chronique Familiale, Ch.5). JHF juillet 2012


  • Né le 11 novembre 1792 - Rochefort, 17300, Charente-Maritime, France
  • Décédé le 24 décembre 1858 - Viroflay, 78220, Yvelines, France , à l’âge de 66 ans
  • Magistrat

 Parents

 Union(s), enfant(s) et les petits enfants

 Notes

Notes individuelles

  • Pair de France
  • Premier Vice Président du Sénat sous le second empire

    Notice biographique extraite du site Assemblée Nationale. org

    MESNARD (Jacques André) Pair de France sénateur du second Empire, né à Rochefort (Charente-Inférieure) le 11 novembre 1792, mort à Paris le 24 décembre 1858, " fils du citoyen Pierre Mesnard, avoué près le tribunal du district de Rochefort, et de Marie-Louise Schiller", étudia le droit à Poitiers, fut reçu avocat, et s'inscrivit en 1812 au barreau de Rochefort. Il se fit remarquer dans plusieurs affaires qui eurent quelque retentissement, notamment dans celle du capitaine de la Méduse, M. de Chaumareix. Réclamé comme défenseur par le général Perton, il ne put obtenir du Garde des Sceaux l'autorisation, alors nécessaire, de venir plaider à Poitiers. D'opinions libérales sous la Restauration, il applaudit à la révolution de juillet qui lui valut, le 26 août l830, les fonctions de premier avocat général près la cour royale de Poitiers ; il devint ensuite, le 22 septembre 1832, procureur général près la cour de Grenoble, le 14 octobre 1836 procureur général près la cour de Riom, et, le 12 octobre 1841, conseiller à la Cour de Cassation. Louis-Philippe, par une ordonnance du 23 septembre 1845, appela M. Mesnard à siéger à la Chambre des pairs, où il se fit remarquer par sa science du droit. La révolution de 1848, qu'il avait annoncée dans un discours célèbre à la Chambre haute (janvier 1848), interrompit sa carrière politique. Ses qualités d'orateur et la séduction d'un esprit vif et brillant avaient « ensorcelé », comme il le disait lui-même, le Prince-Président, qui le nomma en 1851 président de chambre à la cour suprême, et, le 26 novembre 1852, membre du nouveau Sénat. M. Mesnard fut le premier vice-président de la Chambre haute, et, en cette qualité, porta le 7 novembre à Louis-Napoléon le sénatus-consulte qui rétablissait l'empire héréditaire. L'état de sa santé ne lui permit pas de conserver ses fonctions à la Cour de Cassation : il s'en consola par la culture des lettres. Une traduction ébauchée de la Divine Comédie de Dante avait permis à l'Empereur de le nommer membre de l'Institut (académie des sciences morales et politiques). Grand-officier de la Légion d'honneur du14 août 1852, il fut admis à la retraite, comme magistrat, le 14 mars 1857.

 Sources

  • Personne: Alain Aussedat (novembre 2008) information Bruno Benoît Cattin

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

     
 
 
 
Pierre MESNARD   Marie-Louise SCHILLER
|
2
  |
3



|
Jacques André MESNARD 1792-1858


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content