Message to visitors

close

Arbre réalisé par Daniel Schlauder sur la base des souvenirs d'Odette Schlauder. En collaboration avec Jacques Saintot (familles Capet/Cailmail), Marcel Morhain (famille Karche), André Hald (familles Cuny/Jochem), Patrick Capet (famille Capet), et de bien d'autres encore.
Recherche de dates et d'actes à l'état civil Monique Cuny, Sabine et Gérard Schlauder.

Désormais, mon arbre est en partie privé. Les personnages de moins de 120 ans sont masqués. Les notes et photos de tous les personnages sont également invisibles pour le quidam. Le curieux ou l'intéressé fera une demande d'ouverture...
Daniel Schlauder (Fofa2007, ex Fofa).

 

 Family Book



 Page de garde





Daniel Schlauder, né en 1951
Si tu ne sais pas d'où tu viens,
tu ne peux savoir où tu vas...

Ces histoires n'ont pas la prétention de tout raconter, ni même ne s'en tenir à la stricte vérité.
D'ailleurs qu'est-ce que la vérité ? Un événement a lieu, dix personnes en sont témoins... dix versions en sont rapportées.



Manifeste de Généalogie

Par un jour de septembre 2000, nous étions affairés à l'une de nos activités favorites... la prise de l'apéro. Voilà-t-il pas que not' Sabine, comme ça, nous déclara qu'elle voulait entreprendre des recherches généalogiques. N'en voilà une idée ! Va donc chercher ton origine dans la nuit des temps !

On sait que nous venons de l'Univers, que la vie se développa dans les mers, que l'Humanité apparut en Afrique... Depuis, les humains ont bougé. Des centaines de millions de femmes et d'hommes ont parcouru l'Europe. Ils ont transmis leur civilisation... et ont fini par nous donner un nom.
Va deun chercher tes ancêtres chez les Celtes, Romains, Germains et autres Barbares ! Tout simplement pas possible. Aïe ! l'histoire n'a pas retenu la genèse de toutes les familles. C'est que l'état civil n'a pas toujours existé.
Crois-tu que cela allait décourager not' Sabine ? Que nâni ! Elle s'entêta. C'est ainsi, qu'au jour d'aujourd'hui, notre arbre généalogique remonte jusqu'en 1759 pour la branche Dégré, jusqu'en 1799 pour la branche Piémontois, jusqu'en...

C'est fin vraye que pour être vraiment sûr de notre lignée, faudrait que not' Sabine interviewe nos ancêtres féminines. Autres qu'elles, de qui serions-nous certains de tenir ? Ben oui, c'est la femme qui donne la vie et c'est l'homme qui donne le nom...
Revenons à not' première ideye, celle exposée au début. Au temps où not' Sabine nous déclara qu'elle voulait faire des recherches généalogiques.
Moi-même qui te parle, je m'y étais collé dans mon jône âche. Disons, pour être précis, dans les années disse neuf cent soixante et début septante. Not' Gérard avait tout repris dans les années mille neuf cent quatre vingt. Même qu'il en avait rajouté.

Alôre, not' Sabine remit tout ça en ordre. Et puis, elle se saisit de sa plus belle plume... Allons, allons... quel garnement je suis ! Ce sont des menteries que je te conte-là. not' Sabine vit avec son temps, elle frappe ses lettres sur lordinateûre. J'oserais même avancer qu'elle pianote sur son clavier aussi bien qu'une secrétaire de mairie ! Bon ! not' Sabine interrogea les services de l'état civil où étaient nés, mariés ou décédés nos anciens.

Des noms n'en veux-tu, n'en voilà, des dates à ne plus savoir qu'en faire, encore moults autres renseignements. Fallait s'y attendre, tu m'diras... Mais, largement de quoi en rester sur sa faim... Quelle rue et quelle maison habitaient nos ancêtres ? Comment vivaient-ils ? Quels étaient leurs loisirs ? En quoi consistait leur travail ? Assez rapidement s'imposa l'idée de gribouiller leur histoire. Vaste programme, hein ? Vaste ambition, nème ?
Déjà, il fallait rassembler nos souvenirs. Au bout de quelques séances, il apparut que notre maman était une mine d'or. Autant ne pas laisser ce trésor disparaître dans la nuit des temps... même si not' môman grogne parfois :
- J'me souviens plus.

Dès le départ, tous nos souvenirs nous ramenaient à Château-Salins. C'est là que nous sommes nés. C'est là que nous avons vécu. Et not' môman encore plusse. C'est cheû nos, quoué ! Écrire sur toute la famille serait une tâche insurmontable. Alors, j'vas te causer du Château de ma mère qui est aussi le mien et qui peut devenir le tien...
Not' môman est une mine d'or... jusqu'à disons nos arrière-grands-parents. Cela ne suffirait point, loin s'en faut, à te raconter toute l'hitouère de not' lignée.

Qui étaient nos bisaïeuls ? nos trisaïeuls ? nos quadriaïeuls ? Etc. notre maman n'a jamais entendu parler d'eux, ni par son père, ni par sa mère, ni par d'autres personnes. De même, les frères Offroy n'en soufflent mot dans leur ouvrage « Château-Salins, autrefois... ». On peut donc penser que nos ancêtres n'étaient pas des personnages très importants.

le 13 septembre 2004



Saloperie de guerre :
~ Devenus Allemands (1872)
~ Optants pour la France (1872)
~ armée allemande (1914-18)
~ armée française (1914-18)
~ Bataille de Morhange (août 1914)
~ Contre-offensive de Friscati (août/sept. 1914)
~ Déserteurs (1916/17)
~ Déchéance de la nationalité allemande (1916/17)
~ Engagé dans l'armée française (1914/18)
~ Monument aux morts (1914-18)
~ Otages (août 1914)
~ Liste des passagers Train n°18 (nov. 1940)
~ Déportés (1939-45)
~ Prisonniers de guerre (1939-45)
~ Résistants (1939-45)


Château-Salins :

~ Adjoints au Maire
~ Curés
~ Maires
~ Secrétaires de la Mairie
~ Secrétaires de la Sous-préfecture
~ Sous-préfets
~ Caisse d'Epargne
~ Gaz et Electricité
~ salines
~ verrerie
~ Comice agricole
~ Harmonie municipale Ste-Cécile
~ Sapeurs-pompiers
~ Vélo-Club
~ Ecole régionale d'agriculture
~ Les professions
~ Les rues
~ Annuaire téléphonique
~ tables décennales de Château-Salins


Des textes :

~ L’amour en public Un bambin s’intéresse à la nature sous l’œil médusé de sa belle-mère.
~ La Légende du Saint-Livier Culture et tradition paysanne. Deux jeunes gens se rencontrent et vont s’aimer
~ La tante Charles. Et la mère Godefrin Sorcière et fée ?
~ Vivent les mariés Le mariage des ancêtres à la Mairie de Château-Salins en 1818
~ V’là le Jules La naissance du premier enfant est un grand évènement
~ V'là le Françoué Hyacinthe Remue ménage lors d’une naissance











Inutile

C’est laborieux de faire des recherches
généalogiques. On en a vite marre et on se dit :
« A quoi ça sert ? ». Pas à
grand chose…

Grâce à la photocopie de son acte de naissance que nous
fait parvenir la Mairie de Château, nous apprenons que la tante
Maria portait le prénom de Dorothée… Chose que ma
mère ne soupçonnait pas.

Daniel Schlauder, le 2 octobre 2005

On en apprend

Les recherches généalogiques coulent de sources. Ainsi
dans la marge de l’acte de naissance de la tante Maria, on trouve
cette mention : « décédée à
Château-Salins le deux juin mil neuf cent
cinquante-quatre »

Une facilité pour poursuivre nos recherches et rectifier
une croyance de ma mère : « la tante Maria est
décédée vers 1957/58 »

Daniel Schlauder, le 2 octobre 2005

Marie, Maria

Des prénoms proches qui ne furent pas sans causer de saintes confusions :
- C’est de la Marie Dégré que tu me cause ?
- Mais, non, de sa jeune sœur la Maria.
Réglons ce problème. En ce qui nous concerne nous
utiliserons les dénominations de
« mémère Capet » pour la Marie
Dégré et de « tante Maria » pour la
Maria Dégré.

Daniel Schlauder, le 2 octobre 2005

haut de page




Index