Alfred, Georges SOMONT
Alfred, Georges SOMONT
Sosa :16
  • Né le 2 juin 1891 - Abbeville, 80001, Somme, Picardie, France
  • Décédé le 28 juin 1979 - Abbeville, 80001, Somme, Picardie, France,à l'âge de 88 ans
  • Débitant de boissons / Marchand d'articles de pêche
15 médias disponibles 15 médias disponibles

 Parents

 Union(s), enfant(s), petits-enfants et arrière-petits-enfants

 Fratrie

 Demi-frères et demi-sœurs

Du côté de sosa Marie BARAUD, née le 29 octobre 1863 - PARIS 75001, décédée le 17 février 1919 - Abbeville, 80100, Somme, Picardie, France à l'âge de 55 ans,
Ménagère
(afficher)

 Événements


 Notes

Notes individuelles

Né le 2 juin 1891 à Abbeville, Alfred Somont épouse Lucienne Leroy le 21 mars 1914. Fantassin pendant la Première guerre mondiale, son attitude exemplaire lors des combats de 1915 lui vaudra la citation suivante : "excellent Caporal s'est brillamment comporté dans les différents combats et particulièrement au combat du 24 avril 1915 où il eut une violente commotion après avoir été enterré par l'explosion d'un gros projectile". Il fut ensuite décoré de la Croix de guerre avec étoile de bronze, cette explosion lui causera d'ailleurs une importante baisse d'audition. Après la première guerre, il tient avec sa femme un commerce de débit de boisson article de pêche rue des Lingers à Abbeville. Dès août 1940 il organise une chaîne d'évasion de prisonniers de guerre français et alliers afin de leur faire traverser la zone interdite. En décembre, il établit le contact avec Walter et Andrieu du réseau du musée de l'Homme, il réussit le passage de 297 prisonniers français, 41 soldats britanniques et 1800 jeunes venant du nord et de Belgique désireux de rejoindre l'Angleterre ou l'Afrique du Nord.Le 13 avril 1941, il est arrêté sur dénonciation et condamné à 3 ans de prison par la Feldkommandantur d'Amiens pour avoir falsifier des documents et avoir fait passer la ligne Nord-Est au prisonniers français évadés du camp d'Abbeville. À la prison d'Amiens, il organise un service de correspondance pour les résistants internés grâce à la complicité d'un gardien chef originaire d'Abbeville qui laisse son épouse Lucienne ramener le courrier des prisonniers. Ses contacts à l'extérieur était Paul Besnard et Maurice Jumet. Il est gracié le 22 janvier 1943 pour avoir sauvé un gardien attaqué par un repris de justice et aidé à éteindre un incendie. Le 3 juillet 1943, il devient responsable de Libération Nord pour le secteur d'Abbeville qui comprend alors 250 hommes aux côtés de Paul Besnard et Léon Tellier il prend alors le pseudonyme de Paul tata et se consacre au repérage de rampes de missiles V1, de batteries anti aériennes, d'unités en cantonnement mais aussi au transport d'armes et d'explosifs et au sabotage de lignes téléphoniques, il est en contact avec Henri Blois instituteur en Seine-marie qui appartient au réseau shelburn et lui confie des aviateurs alliés. Il est l'un des principaux artisans des combats qui aboutissent à la Libération d'Abbeville le 3 septembre 1944. Alfred Somont est décédé en 1979.Alfred Somont, chevalier de la légion d'Honneur, décoré de la Croix de guerre 14-18 et 39 45, de la médaille de la résistance et d'un diplôme de gratitude du gouvernement des États-Unis.

Notes concernant l'union

Ont vécus rue des lingers au dessus de leur café puis rue de la Tannerie à Abbeville.

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

sosa Joseph Jean-Baptiste SOMONT 1834 sosa Joséphine Virginie DREUX 1834 sosa Père Inconnu  sosa Amélie BARAUD 1837
||||






||
sosa Alfred Adolphe SOMONT 1864-1914/ sosa Marie BARAUD 1863-1919
||



|
portrait
sosa Alfred, Georges SOMONT 1891-1979