Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Marcel IHLER
Marcel IHLER
  • Né le 12 août 1880 - 18, rue Proudhon - Besançon, 25056, Doubs, Bourgogne-Franche-Comté, France
  • Décédé le 14 avril 1975 - Paris, 75017, Paris, Île-de-France, France,à l'âge de 94 ans
  • Général
10 médias disponibles 10 médias disponibles

 Parents

 Union(s), enfant(s), petits-enfants et arrière-petits-enfants

 Fratrie

(afficher)

 Événements


 Notes

Notes individuelles

Général, Grand Officier de la Légion d'honneur
Voir (à retrouver) livre de Benoist-Méchin sur la débacle du Gal Ihler en 1940. A été emprisonné par les allemands.
Commandant du 9eme corps d'armée, en captivité du 12/06/40 au 11/05/45.

11/06/35, Général de brigade
23/12/38, Général de division
1940, Général de division ayant rang de commandant de corps d'armée avec appellation de Général de corps d'armée
1940, Chef de la 31ème division puis chef du IX° corps

Domicilié en 1924 au 5 Av. du Gal Détrie, Paris.

Trouvé sur Internet mention de ce livre :
DE L'ALGERIE AU DAHOMEY EN AUTOMOBILE VOYAGE EFFECTUE PAR LA SECONDE MISSION GRADIS 13 NOVEMBRE - 11 DECEMBRE 1924
Mission Gradis - 3 voitures pour une traversée du désert africain Colomb Béchar - Kotonou
Équipage : Maréchal FRANCHET, Gaston GRADIS, Commandant IHLER, René ESTIENNE, Commandant ESPÈREY, Henri de Kerillis HENRI DE KERILLIS - PLON -
1925

Extrait du blog http://www.uncarnetsurmonchemin.com/article-5692945.html
où figure une photo de Marcel avec Rommel.

La bataille de Saint Valery en Caux

En juin 40, Rommel était à la tête de la 7ème Panzer Division qui participa et gagna la bataille de St Valery en Caux. Il fit plus de 40 000 prisonniers. Après l'échec de la bataille de la Somme, les armées alliées replièrent et tentèrent de passerde l'autre côté de la Seine. Mais les Allemands furent plus rapides, Britanniques et Français se retrouvèrent encerclés dans la poche de Saint Valery. Les soldats espéraient embarquer sur des bateaux. A Dunkerque, les plages de sable facilitèrent l'embarquement. A St Valery, les galets ne permettaient pas la même évacuation.

Juchés sur les falaises, les Allemands coulèrent les navires qui se présentèrent. (le cargo français Granville, le britanniqueT.F. 2 (train ferry). Le 13 juin 1940 à l'aube, ce navire se présente devant St Valéry
en Caux, ignorant que les batteries côtières sont désormais aux mains de l'ennemi. Mal renseigné, il subit exactement le même sort que le GRANVILLE. Sévèrement touché par les tirs allemands, le bateau dérive en flamme, abandonné par son équipage. Le T.F. 2 disparaît à un mille des roches de la Pointe d'Ailly. Des navires anglais, les Chasseurs 6 et 7, récupérent vingt survivants.

A Veules Les contre-torpilleurs anglais HMS Ambuscade et HMS Boadicea qui tentent d'appuyer de leur feu les troupes encerclées sont touchés.

Carnets de Rommel (extraits)

11 juin 1940

"Ce soir-là, j'envoyai un grand nombre de prisonniers parlant allemand dans la ville même, pleine encore de troupes ennemies, pour persuader celles-ci de faire leur reddition à 21 heures et de se porter, sous la protection de drapeaux blancs, sur les collines à l'ouest de Saint-Valery. Ce furent surtout les Britanniques (mais des officiers français également) qui repoussèrent toute idée de capitulation et renvoyèrent nos négociateurs les mains vides. Ils employaient énergiquement leurs hommes
à construire des barricades et à placer des mitrailleuses en position tout autour de Saint-Valery et surtout dans la zone du port. Ces Britanniques espéraient probablement reprendre les opérations d'embarquement pendant la nuit...
"

12juin 1940

...."Tandis que les chars contournaient le côté sud du port en direction des quartiers est de la ville, je suivis l'infanterie, franchissant le pont étroit qui conduisait à la place du marché. L'hôtel de ville et beaucoup des maisons qui l'entouraient avaient été brûlés ou brûlaient encore"....

...."Je priai ensuite le général (Ihler) de se présenter avec son état-major sur la place du marché de Saint-Valery et j'acquiesçai à sa demande de garder sa voiture personnelle et ses bagages. L'artillerie reçut
l'ordre de cesser complètement le feu sur la ville et sa région et de ne plus tirer que sur les bateaux. La 5e division de Panzers, qui avait
été signalée comme engagée à 11 h. 40 contre des chars ennemis dans le
voisinage de Manneville [à 3 kilomètres au sud-est de Saint- Valery-en-Caux], fut informée de la reddition de Saint-Valery.

Au cours des quelques heures qui suivirent, douze généraux faits prisonniers me furent amenés, dont quatre divisionnaires. (Photo de Rommel et
du Général Francais Ihler prise de l'autre côté du pont)

C'était pour nous une joie particulière de trouver parmi ces prisonniers le général Fortune (photo de Rommel et du général britannique Fortune
dans St Valery), commandant la 51e division britannique, avec son état-major. Je convins alors des limites entre nos divisions respectives avec mon voisin, le général Crüwell, commandant la 2e division motorisée.
Pendant ce temps, les généraux prisonniers et leurs états-majors avaient été rassemblés dans une maison située au sud de la place du marché.
Un lieutenant de la Luftwaffe, qui venait d'être libéré de captivité, fut rendu responsable de leur garde ; il était visiblement enchanté du changement."....

Rommel écrit à sa femme :

"Très chère Lu, 12 juin 1940
Ici, la bataille est terminée. Un commandant de corps d'armée et 4 commandants de division se sont présentés à moi aujourd'hui sur la place du
marché de Saint-Valery, contraints par ma division à se rendre. Moments
merveilleux !
"

40 000 hommes sont prisonniers (photo de prisonniers français au-dessus
de Veules) dont 6 000 Écossais, (Rommel donne le chiffre de 46 000). Il
y a parmi ces prisonniers 12 généraux (dont Ilher, Fortune, Chanoine,
Gastey, Vauthier, Durand, ...).Un matériel conséquent est perdu : 58 chars, 56 canons, 368 mitrailleuses, 1 100 camions). La capture des Français passe totalement inaperçue dans la population française. En regard du 1 800 000 prisonniers qui gagnent à pied les stalags, ils ne sont
que quelques milliers de plus et tant de Français sont sur les routes privés de toute information.

Il n'en est pas de même en Grande Bretagne où la nouvelle du désastre provoque une grande émotion. 300 Écossais sont morts. Quant aux Français
?

Rommel et von Hartlieb foncent vers le Havre qui ne sera pas défendu. Le lendemain les Allemands entrent à Paris déclaré "ville ouverte".

Les prisonniers de la poche de Saint Valery sont encore sur les routes vers l'Allemagne et la Pologne occupée, lorsque la France demande l'armistice.

-

Notice sur le site http://museedesetoiles.fr/piece/general-de-division-ihler/

-

Carrière reconstituée par un généalogiste, indiquée sur son arbre (jbuzelin)

8 juillet 1898 : Éducation
ÉSM, concours 1898 : candidat ayant composé admis à subir les épreuves orales du 1er degré
Témoin : Charles-Georges [capitaine] MENGIN 1877-1914
Témoin : Paul-Henri [lieutenant] MORCEL 1877-1914
Sources: JO, lois et décrets (année 30, N° 183, p. 4146)

23 septembre 1913 : Promotion militaire - Saint-Nicolas-de-Port, Meurthe-et-Moselle, Lorraine, France
nommé capitaine et affecté au 4e bataillon de chasseurs à pied (4e BCP), quartier Félix-Douay .
Témoin : Gustave-Paul [commandant, ..., puis général] LACAPELLE 1869-1942
Sources: Base Leonore

entre 31 juillet 1914 et 6 août 1914 : Mobilisation militaire - Saint-Nicolas-de-Port, Meurthe-et-Moselle, Lorraine, France
capitaine au 4e BCP, commandant de la 2e Cie, quartier Félix-Douay .
intégré dans la IIe armée de CASTELNAU (15e, 16e et 20e corps d'armée) qui s'engage en Lorraine annexée, le 4e BCP reçoit la mission d'éclairer puis de flanc-garder la 11e division d'infanterie (20e corps d'armée).
Témoin : Marcel-Octave [sous-lieutenant] LIOTÉ 1878-1914
Témoin : Paul-Albert [sous-lieutenant, ...] PICARD 1893-ca 1977
Témoin : Louis-Joseph [sous-lieutenant] DEVIC 1892-ca 1914
Témoin : Joseph, Marie, Henri, François, Xavier [sous-lieutenant] de CURIÈRES de CASTELNAU 1893-1914
Sources: JMO

entre 7 août 1914 et 9 août 1914 : Service militaire - Chambrey, Moselle, Lorraine, France
la frontière est franchie au sud de la Seille, en direction de Château-Salins (Salzburg), le 4ème BCP occupe le village (Kambrich) ; une partie du bataillon est répartie à la gare, au château (Schloß), à la ferme de Burthécourt, près Salonnes (Salzdorf)

19 août 1914 : Service militaire
la pluie qui tombait depuis deux jours laisse la place à une chaleur étouffante ; le 20e corps de FOCH progresse sous un tir d'artillerie ennemi puissant et bien réglé ; aussi n'atteint-il qu'une partie des objectifs de la journée, à une vingtaine de km au nord de la Seille, sa base de départ, et encore, au prix de pertes élevées
FOCH doit donc se couvrir avec sa 11e DI ; dans l'après-midi, CASTELNAU
lui ordonne d'ailleurs de tenir pour la nuit la route de Conthil à Dieuze (Duss)

20 août 1914 : Service militaire - Pévange, Moselle, Lorraine, France
en compagnie des autres unités de la 11e DI (26e, 37e, 69e et 79e régiments d'infanterie), le 4e BCP se déploie autour du village (Pewingen), sous de violents feux de l'artillerie lourde allemande, qui rendent Morhange (Mörchingen) inaccessible ; dans l'après-midi, à l'instar des autres grandes unités engagées plus au sud (15e et 16e CA), le 20e CA amorce un mouvement général de retraite laissant plusieurs centaines de blessés sur le champ de bataille ;
en 2 jours, la moitié du bataillon a disparu

21 août 1914 : Service militaire
après avoir reculé en bon ordre toute la nuit, talonné par les Allemands, le 20e corps repasse la frontière de 1871 et se replie derrière la Meurthe, occupant les positions organisées autour de Nancy, sur les hauteurs du Grand-Couronné

22 février 1915 : Service militaire
passé au 26e bataillon de chasseurs à pied (26e BCP), dépôt
Témoin : Henri-Maurice [commandant, puis lieutenant-colonel] SERVAGNAT 1871-1915
Sources: Base Leonore

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

                                                                             _____|16_sosa "François" Joseph IHLER 1710-1790
                                                   _____|8_sosa Balthazar IHLER 1773-1835
                                                  /                         ¯¯¯¯¯|17_sosa Marie "Elisabeth" JÜDLIN 1732-1782
                         _____|4_sosa François "Gustave" IHLER 1811-1888
                        /                        \                          _____|18_sosa Thiébaut "Antoine" FREYBURGER 1743-1824
                       /                          ¯¯¯¯¯|9_sosa Anne Marie FREYBURGER 1771-1841
                      /                                                     ¯¯¯¯¯|19_sosa Anne Marie HILLENWECK 1747-/1805
|2_sosa Gustave "Adolphe" IHLER 1840-1892
|                    \                                                     _____|20_sosa "François" Jacques WILLIG 1748-1815
|                     \                           _____|10_sosa Jean WILLIG, Légion d'honneur Chevalier 1785-1863
|                      \                         /                         ¯¯¯¯¯|21_sosa Marie "Elisabeth" FIDELIS 1754-1812
|                       ¯¯¯¯¯|5_sosa Catherine WILLIG 1815-1901
|                                                \                          _____|22_sosa "Michel" Jean GSCHWIND 1756-1833
|                                                 ¯¯¯¯¯|11_sosa Marie "Catherine" GSCHWIND 1786-1856
|                                                                           ¯¯¯¯¯|23_sosa Catherine IHLER 1760-1821
|--1_Marcel IHLER 1880-1975
|                                                                           _____|24_sosa Jean "Ulrich" AMBERGER 1723-1793
|                                                  _____|12_sosa François "Joseph" AMBERGER 1759-1838
|                                                 /                         ¯¯¯¯¯|25_sosa Marguerite FOLTZER 1731-1799
|                       _____|6_sosa Joseph Antoine "Charles" AMBERGER 1812-1885
|                      /                        \                          _____|26_sosa Jean "Népomucène" Antoine Balthazar NANSÉ 1748-1794
|                     /                          ¯¯¯¯¯|13_sosa Marie Anne Nanette NANSÉ 1792-1879
|                    /                                                     ¯¯¯¯¯|27_sosa Marie "Magdeleine" Catherine SCHWENDT 1761-1841
|3_sosa Eugénie "Mélanie" AMBERGER 1845-1929
                      \                                                     _____|28_sosa Charles "Antoine" GAROZZI 1739-1787
                       \                           _____|14_sosa "Joseph" Antoine GAROZZI 1786-1845
                        \                         /                         ¯¯¯¯¯|29_sosa "Marie Anne" Marguerite HENNER 1743-1812
                         ¯¯¯¯¯|7_sosa Mélanie GAROZZI 1815-1888
                                                  \                         _____|30_sosa Jean Thiébaut MEYER 1761-1820
                                                   ¯¯¯¯¯|15_sosa Marie "Charlotte" MEYER 1794-1856
                                                                             ¯¯¯¯¯|31_sosa Marie Françoise Geneviève "Antoinette" WIDERSBACH 1767-1818