Message to visitors

close

Vous êtes sur l'arbre généalogique de lafamille Fourcade, cet arbre est le fruit de mes recherches etcontient des photos et des documents familiaux. Les personnesnées depuis moins de 100 ans ont étémasquées; pour consulter l'intégralité de leurétat civil, vous devez être invité sur cetarbre, pour ce faire, il suffit de me le demander, toutes mescoordonnées sont sur ma page contact.

Bonnes visites et bonnes recherches. Bernard Fourcade.

 


  • Born 24 February 1360 - Chambéry, 73065, Savoie, Rhône-Alpes, France
  • Deceased 1 November 1391 - Thonon, 74281, Haute-Savoie, Rhône-Alpes, France,aged 31 years old
  • Comte de Savoie

 Parents

 
  • Comte de Savoie
  •  

     Spouses and children

     Siblings

     Paternal grand-parents, uncles and aunts

     Maternal grand-parents, uncles and aunts

     Notes

    Individual Note


    Blason de la maison de Savoie :
    "de gueules à la croix d'argent".

    Préface :
    Au début du XIe siècle le comte Humbert aux Blanches Mains fonda la maison de Savoie, l'une des plus anciennes dynastie d'Europe, qui devint duché en 1416.
    L'état savoyard se développa vers l'Italie et, en 1559, le duc Emmanuel-Philibert transféra sa capitale de Chambéry à Turin.
    Les princes de Savoie portèrent la croix sur champ de gueules qui succéda à l'aigle du Saint Empire Romain Germanique;
    En 1713 le duc Victor-Amédée II ajouta à son domaine la Sicile et devint roi par le traité d'Utrecht, mais en 1720 il dut échanger la Sicile contre la Sardaigne. Province du royaume de Piémont-Sardaigne, annexée par la France en 1792, restituée en 1815, la Savoie plébiscita son retour en France en 1860.
    La maison de Savoie fournit alors ses souverains au royaume d'Italie.
    (Source : www.gaso.fr)

    Death

    Amédée VII de Savoie, dit le comte Rouge, né à Avigliana le 24 février 1360, mort à Ripaille le 1er novembre 1391, fut comte de Savoie, d'Aoste et de Maurienne de 1383 à 1391.

    Biographie :

    Il était fils d'Amédée VI le comte Vert, comte de Savoie, d'Aoste et de Maurienne, et Bonne de Bourbon.

    Amateur de joute et grand chef de guerre, on dit que le sang ennemi constellait souvent son armure d'où son surnom. En réalité, ce surnom était dû au fait qu'il était le seul à toujours porter des vêtements rouges, comme son père, Amédée VI, portait des vêtements verts.

    Il fut appelé par le roi de France au secours de Louis II de Flandre, se trouva à la bataille de Roosebeke, prit part à la deuxième expédition de Flandre avec « sept cents lances de purs savoisiens ». Ce fut vers la fin de son règne que le Comté de Nice fut réuni à ses États.

    En effet, après la mort de la Reine Jeanne (1382), dans le cadre des conflits de succession et de la défaite de l'Union d'Aix, il négocie la rédition de Nice à la Savoie avec le baron Jean Grimaldi de Bueil en 1388. Nice et les autres communautés de la Provence orientale (en rive gauche du Var), sous le nom de « terres neuves de Provence », forment alors une nouvelle division administrative des États de la Maison de Savoie. Nouvelle division administrative qui prendra en 1526 le nom de « Comté de Nice ».

    Il mourut du tétanos le 1er septembre 1391 à la suite d'une grave blessure de chasse. Son médecin, Jean de Granville, et son apothicaire, Pierre de Lompnes, furent accusés de l'avoir empoisonné. Ce dernier fut exécuté à Chambéry au mois de juillet 1392. Granville, mis à la torture, accusa Bonne de Berry de l'avoir poussé au crime et lui donna comme complice le seigneur de Cossonay et Othon III de Grandson, seigneur d'Aubonne, qui jusqu'alors avaient été ses protecteurs. Cette accusation qui, selon toutes probabilités, était une calomnie, obligea Grandson à quitter les États de Savoie. Mais quand il revint, un de ses ennemis les plus ardents, Gérard, seigneur d'Estavayé, se porta en champion des accusateurs. Deux partis se formèrent et l'on put même craindre une guerre civile. Pour mettre un terme à l'agitation populaire, le conseil de régence qui gouvernait au nom du comte Amédée VIII, mineur, ordonna le jugement de Dieu. Ce duel judiciaire, qui fut le dernier en Savoie, eut lieu à Bourg-en-Bresse le 7 août 1397, en présence du petit comte et de toute sa noblesse. Grandson, vaincu, eut les mains coupées par son adversaire et périt. Il fut réhabilité ultérieurement.

    Union et postérité :

    Il épousa, à Paris, le 18 janvier 1377, Bonne de Berry, fille de Jean de France, duc de Berry et duc d'Auvergne, et de Jeanne d'Armagnac. Elle était petite-fille du roi de France Jean II le Bon.

    De cette union sont connus trois enfants :

    (1) Amédée VIII (1383 - 1439), comte puis 1er duc de Savoie;

    (2) Bonne de Savoie (1388 - 1432), mariée en 1403 à Louis de Savoie (1364 - 1418), seigneur de Piemont

    (3) Jeanne de Savoie (1392 - 1460), mariée en 1411 à Jean-Jacques Paléologue (1395 - 1445), marquis de Montferrat, d'une branche cadette de la maison Paléologue, famille d'empereurs byzantins.

    Source : article de Wikipedia (auteurs) Contenu soumis à la licence CC-BY-SA

     Sources

    • Birth: Wikiprdia
    • Spouse 1: Capédia
    • Spouse 2, death: Wikipedia

      Photos and archival records

    {{ media.title }}

    {{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
    {{ media.date_translated }}

     Family Tree Preview

    Amédée-V-le-Grand de SAVOIE 1249-1323 Sibylle de BÂGE 1255-1294 Théodore-Ier-Paléologue de MONTFERRAT 1288-1338 Argentine SPINOLA 1290- Louis de BOURBON 1279-1342 Marie de HAINAUT 1280-1354 sosa Charles de VALOIS 1270-1325 Mahaht de CHÂTILLON-SAINT-POL 1293-1358
    |
    8
     |
    9
     |
    10
     |
    11
     |
    12
     |
    13
     |
    14
     |
    15



     


     


     


    | | | |
    Aymon-dit-le-Pacifique de SAVOIE 1291-1343 Yolande de MONTFERRAT ca 1310-1342 Pierre-Ier de BOURBON 1311-1356 Isabelle de VALOIS 1313-1383
    |
    4
     |
    5
     |
    6
     |
    7



     


    | |
    Amédée-VI de SAVOIE 1334-1383 Bonne de BOURBON 1341-1402
    |
    2
     |
    3



    |
    Amédée-VII de SAVOIE 1360-1391