Informationsmeldung für Besucher

close

Loi Informatique et Libertés respectée "moins de 100 ans" non visible


Écrivain , Historien , Académie des Inscriptions et Belles Lettres (1739), Maire de Dinan (22) (1744), Académie Française (209, 26. Januar 1747(Secrétaire_Perpétuel)), Noble (1755)

  • Geboren am 12. Februar 1704 (Dienstag) - DINAN 22
  • Verstorben am 26. März 1772 (Donnerstag) - PARIS 75 , Alter: 68 Jahre alt

 Beziehungen

 Notizen

Hinweis zur Person

La Marquise de Pompadour était plutôt sa protectrice que sa marraine

+++++

Fils d'un riche chapelier de Dinan, Duclos était destiné à reprendre les affaires de son père mais c'était un enfant doué d'une vive intelligence et d'une grande mémoire et sa mère, devenue veuve, décida de l'envoyer achever ses études à Paris. Il suivit d'abord les cours de l'académie que tenait, rue de Charonne, l'abbé de Dangeau, puis du collège d'Harcourt où il entreprit l'étude du droit en vue de devenir avocat. Mais il se laissa aller à la dissipation, s'appliquant surtout à l'étude des armes, avant de décider de se consacrer aux lettres. Il fréquenta le café Procope et le café Gradot où l'on ne tarda pas à le remarquer pour l'agrément et le piquant de sa conversation.

C'était, dit Jean-Jacques Rousseau, « un homme droit et adroit ».

++++++

fit ses débuts littéraires dans les recueils de facéties publiés par les gens de lettres de la société du comte de Caylus sous des titres tels que Étrennes de la saint Jean, Recueil de ces Messieurs, Les Manteaux, Les Écosseuses ou les ufs de Pâques.

Protégé de Madame de Pompadour, très répandu dans tous les salons philosophiques et les cafés littéraires, membre de la société du Caveau, il fut nommé à l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1739 sans que rien ne le justifiât. Les citoyens de Dinan le nommèrent maire de leur ville en 1744 et, en cette qualité, il participa aux États de Bretagne. Lorsque ceux-ci furent requis par le Roi, en 1755, Duclos reçut des lettres d'anoblissement.

Le 26 janvier 1747, il fut reçu à l'Académie française alors qu'il n'avait composé que trois romans, un ballet et un essai historique, l'Histoire de Louis XI (1745). En 1750, il remplaça comme historiographe de France Voltaire, qui partait pour la Prusse.

Les Mémoires pour servir à l'histoire des m urs du XVIIIe siècle, qu'il donna peu après, sont comme le complément des Considérations. Profitant des avantages de sa position d'historiographe, il rédigea des Mémoires secrets des règnes de Louis XIV de Louis XV, qui ne parurent qu'après sa mort.

fut nommé historiographe de France lorsque Voltaire partit en Prusse. Protégé de Mme de Pompadour, il fut très répandu dans tous les salons philosophiques et les cafés littéraires, et membre du Caveau, des académies de Londres et de Berlin, nommé à l'Académie des Inscriptions en 1739, et remplaça l'abbé de Mongault, le 22 septembre 1746, à l'Académie française où il fut reçu par le cardinal de Bernis le 26 janvier 1747 ; il avait été battu l'année précédente par l'abbé de La Ville. Il fut, à l'Académie, l'un des chefs du parti philosophique et y exerça une grande influence surtout lorsqu'il devint secrétaire perpétuel le 15 novembre 1755, remplaçant dans cette fonction Mirabaud, démissionnaire. En la lui confiant, l'Académie voulut sans doute donner à Duclos un témoignage de reconnaissance pour le souci qu'il avait eu de sa dignité dans diverses circonstances.

Ce fut lui en effet qui la défendit le mieux contre la pénétration des autres académies ; il combattit les candidatures des grands seigneurs en faveur de celles des gens de lettres ; il fit preuve d'une grande fermeté lors de l'élection du comte de Clermont et du maréchal de Belle-Isle, en obtenant du premier qu'il renonçât au titre de «Monseigneur» et du second qu'il se soumit à l'obligation des visites. Il négocia les coalitions des philosophes avec les autres partis et contribua ainsi à faire triompher la philosophie à l'Académie ; ce fut lui qui, en 1755, fit substituer pour les concours d'éloquence l'éloge des grands hommes au perpétuel éloge de Louis XIV ; en 1768, il fit accepter à la Compagnie l'éloge de Molière pour le concours d'éloquence de 1769, et cette décision eut pour conséquence la suppression du visa des théologiens. Grammairien, moraliste, historien, romancier, il collabora à l'édition de 1762 du Dictionnaire, dont il écrivit la préface ; il fit des Remarques sur la Grammaire de Port-Royal, continua l'Histoire de l'Académie de Pellisson et d'Olivet. Son chef-d' uvre est les Considérations sur les m urs, dont Louis XV dit : « C'est l'ouvrage d'un honnête homme ». « Cet ouvrage est plein de mots saillants qui sont des leçons utiles. » (La Harpe). « Jamais la raison d'un sage ne se montra plus ingénieuse. » (Fontanes).

Ses relations avec les encyclopédistes ne furent pas toujours cordiales. Il fut en froid avec Voltaire que l'on disait lui avoir refusé sa voix lors de son élection à l'Académie ; il se brouilla et ne se réconcilia jamais complètement avec d'Alembert ; il ne paraît pas avoir répondu à l'attente de Voltaire qui le pressait de faire agréer par Mme de Pompadour la candidature de Diderot à l'Académie. Un jour, Duclos, parlant des encyclopédistes, dit : « Ils en diront et en feront tant, qu'ils finiront par m'envoyer à confesse. »

Son caractère très autoritaire le mit en lutte avec plusieurs de ses confrères, il eut avec eux des altercations fréquentes. Il fut peu regretté à sa mort.

Dans ses Remarques à la Grammaire de Port-Royal, publiées en 1754, « Duclos s'y singularise par une orthographe particulière qu'il prétend soustraire aux irrégularités de l'usage et rendre toute conforme aux sons ». (Sainte-Beuve). Duclos, dit encore Sainte-Beuve, fut « une utilité de premier ordre ».

« De tous les hommes que je connais, Duclos est celui qui a le plus d'esprit dans un temps donné ». (D'Alembert).

« Dans Duclos, le romancier est inférieur et subordonné au moraliste ». (L.-S. Auger).

Auger et Villenave ont publié des notices en tête de ses uvres. Trois Causeries de Sainte-Beuve.

  Fotos & Dokumente

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}



  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content