Informationsmeldung für Besucher

close

Loi Informatique et Libertés respectée "moins de 100 ans" non visible


(Emilie (de) Pellapra)
(Emilie Louise Marie Francoise Joséphine PELLAPRA)
Comtesse DE BRIGODE, Princesse DE CHIMAY

  • Geboren am 11. November 1806 (Dienstag) - LYON 69
  • Verstorben am 22. Mai 1871 (Montag) - Château de, MENARS 41 , Alter: 64 Jahre alt

 Eltern

 
  • Leu Henri Alain PELLAPRA, Banquier 1773-
  • Riche financier devenu sous l’Empire receveur des Finances,
    Banquier à Lyon

 Eheschließungen und Kinder

 Notizen

Hinweis zur Person

Fille de l'un des plus riches financiers de la place de PARIS,.......

.....elle possède en propre le château de MENARS (**) et un hôtel particulier Quai de Malaquais (Actuelle Ecole des Beaux-Arts)

a prétendu être une fille naturelle de Napoléon 1er.
Elle a écrit "Une fille de Napoléon - Mémoires" en 1921
(http://www.livre-rare-book.com/Matieres/jd/5046p.html),
mais x x, repris par Jean Tulard, conteste formellement ce fait
(http://www.napoleonseries.org/genealogy/77655.htm).

Par ailleurs, d'après G. de Diesbach, elle est bien née en 1806 et non en 1808 comme essayait de le prétendre Marthe Lahovary, Princesse Bibesco 1888-1973) car cela lui permettait d'asseoir la thèse de la fille naturelle de Napoléon.


++++++++++

Émilie Louise Marie Françoise Joséphine (de) Pellapra, par son mariage comtesse de Brigode, puis princesse de Chimay est née à Lyon le 11 novembre 1806 et morte au château de Menars (Loir-et-Cher) le 22 mai 1871.

Officiellement fille de Françoise-Marie Leroy, elle-même fille d’un libraire de Lyon et de son mari, Henri (de) Pellapra, riche financier devenu sous l’Empire receveur des Finances, Émilie Pellapra laissait entendre qu’elle était la fille naturelle de Napoléon Ier. Ce dernier aurait eu une aventure avec sa mère lors d’une étape à Lyon.

La petite histoire date toutefois cette aventure d’avril 1805, alors que Napoléon se rendait en Italie pour s’y faire couronner. Mais cette date est incompatible avec la naissance de l’intéressée en novembre 1806. Pour cela, il aurait fallu que Napoléon séjournât à Lyon en février 1806. Or, aucun séjour dans cette ville ne semble avoir eu lieu à cette époque et, selon plusieurs auteurs (notamment André Gavoty dans le Bulletin de l'Institut Napoléon d'avril 1950), Napoléon n'aurait rencontré Mme Pellapra qu'en 1810.

Émilie Pellapra épousa le comte Louis-Marie de Brigode (1777-1827) qui mourut peu après, non sans qu’ils aient eu des jumeaux, puis elle se remaria le 30 août 1830 avec le prince Joseph de Riquet de Caraman (1808-1886), 17e prince de Chimay, dont elle eut quatre enfants :

  • Marie Thérèse Emilie (1832-1851), comtesse de Lagrange ;
  • Marie Joseph Guy Henry Philippe (1836-1892) (ép. Marie de Montesquiou-Fezensac puis Mathilde de Barandiaran) ;
  • Valentine (1839-1914), Princesse Paul de Bauffremont puis Princesse Georges Bibesco ;
  • Eugène (1847-1881) (ép. Louise de Graffenried-Villars).

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89milie_Pellapra
(**) Le château de Menars fut acquis par moitié par le comte de Brigode et par Emilie Pellapra (grâce à la dot de son pére)

Au décés du comte elle devint propriétaire en totalité alors que son fils Henry héritait d'une grande partie du parc.Un partage intervint par la suite qui attribua la totalité à Emilie.

Lors de son décés le château passa dans la famille de Chimay les enfants de Brigode furent exclus sans doute à cause des mauvaises relations qu'entretenait Emilie avec Anette sa belle fille qui fut une égérie de la cour du Second Empire.

Au décés d'Henry Anette épousa le baron de Poilly dont elle fut veuve en 1862.

Mr Régis Rotsaert (message du 08 décembre 2009)


Château de Ménars (suite) :

Un arrêt de la cour d’appel de Paris enjoignit à la princesse x x de rendre les enfants sous astreinte de 1.000 francs par jour.

Au bout de 300 jours de résistance, le montant de l’astreinte atteignait 300.000 francs : Bauffremont fit liquider l’astreinte et saisir le château de Menars (Loir-et-Cher), que la princesse avait hérité de sa mère en 1871.

Le château fut vendu aux enchères le 16 juillet 1876.

  Fotos & Dokumente

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Überblick vom Stammbaum

    Amable Thomas LE ROY, Libraire 1748-1830   M Angélique CHEVRILLON ca 1761-
| |



|
Leu Henri Alain PELLAPRA, Banquier 1773-   Françoise M Emilie LE ROY 1784-1859
| |



|
Emilie PELLAPRA, Comtesse DE BRIGODE 1806-1871



  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content