Mensaje de infrormación a los visitantes

close

Loi Informatique et Libertés respectée "moins de 100 ans" non visible


M  Jean Baptiste LEPAUTE «Le Jeune»

(Jean Baptiste GROSSE PAUTE)
(Jean Baptiste LEPAUTE)
Horloger (1747-1789)

  • Nacido el 6 de febrero 1727 (jueves) - THONNE LA LONG 55
  • Fallecido el 18 de marzo 1802 (jueves) - PARIS 75 , a la edad de 75 años
  • Horloger du Roi Louis XVI

 Padres

 
 

 Casamiento(s) e hijo(s)

 Hermanos y hermanas

 Notas

Nota individual

frère de Jean-André, qui le fit venir à Paris en 1747 et dont il fut l'associé jusqu'en 1774.

Il resta à partir de cette date le seul chef de la maison. Ses chefs-d'oeuvre furent la belle pendule à équation de l'Hôtel de Ville de Paris (1780), détruite dans l'incendie de 1871, et celle de l'Hôtel des Invalides (1784).

Il s'était adjoint deux neveux :

  1. - Pierre Henry, né à Thonne-la-Long en 1745, qui fut blessé le 19 décembre 1800 par l'explosion de la machine infernale et qui mourut en 1806 ;
  2. - Pierre-Basile Lepaute, né à Thonne-le-Thil (Meuse) en 1750, mort en 1843, qui eut à son tour pour associé, jusqu'en 1811, son neveu, Jean-Joseph Lepaute (1768-1846), et qui exécuta avec la collaboration de celui-ci, puis avec celle de son fils, Pierre-Michel Lepaute (1785-1849), resté à son tour, en 1816, le seul chef de la maison, toute une série de pendules et d'horloges de grandes dimensions qui, sont autant de merveilles de mécanisme : pendule astronomique du Bureau des longitudes, placée ensuite à l'Observatoire, horloges de la Bourse et de l'hôtel des Postes de Paris, des palais du Louvre, des Tuileries, de Compiègne, etc.

Il inventa le remontoir d'égalité.


allait embrasser l'état ecclésiastique lorsque son frère aîné l'appela en 1748 à Paris, où il exerçait avec succès l'horlogerie. Le jeune Lepaute avait de telles dispositions pour cet art qu'au bout de quelques mois de pratique il fut en état de construire une horloge horizontale pour le château royal de La Muette.

Il aida son frère dans la fabrication de l'horloge du palais de Luxembourg, qui passa au Palais-Royal.

En 1754, il conçut une pendule analogue à celle que son frère avait dotée d'un nouvel échappement à repos. En 1760 et 1763, les deux frères firent venir de leur pays leurs neveux, Pierre Henry et Pierre-Basile Lepaute.

En 1774, Jean-André abandonna à son frère sa part dans l'établissement commun, et Jean-Baptiste s'adjoignit ses deux neveux. Il construisit avec eux, en 1780, pour l'hôtel de ville de Paris la plus belle et la plus importante horloge qui existât alors dans cette capitale : cette machine, d'un grand volume, est à équation, et indique jour par jour le retour du soleil au méridien.

En 1784 ils firent pour l'hôtel des Invalides une horloge qui égalait en perfection celle de l'hôtel de ville, mais d'un moindre volume.

En 1789 Jean-Baptiste Lepaute se retira des affaires, et laissa sa maison à ses neveux.

Pierre Henry, né en 1743, mourut au mois de juillet 1806, à la suite d'une longue et douloureuse maladie provenant d'une blessure qu'il avait reçue lors de l'explosion de la machine infernale du 3 nivôse.

Pierre-Basile Lepaute exposa en 1806 un remontoir d'égalité d'une disposition très simple, se remontant douze fois par minute, et appliqué à une pendule.

En 1812, il employa ce mécanisme pour la pendule astronomique qu'il construisit pour le Bureau des Longitudes, et qui fut placée à l'Observatoire de Paris.

En août 1813, il fit encore entrer ce mécanisme dans la construction de l'horloge qu'il plaça , avec son fils aîné, au château de Compiègne, et qui figura à l'exposition de 1818.

Pierre-Basile Lepaute, né à Thonne-la-long, en 1749, mourut au mois d'août 1843. — Son fils, mort en 1849, a construit la belle horloge de la Bourse de Paris, qui est regardée comme le chef-d'œuvre de la haute horlogerie de précision. On lui doit aussi celles de la Poste et de beaucoup d'autres monuments. Il avait été membre du conseil des prudhommes.

(Source : LFlichy / 10vi08 / Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu'a nos jours - 1855 - Jean Chrétien Ferdinand Hoefer)

http://geneweb.inria.fr/roglo?lang=fr;i=2499779


http://gw3.geneanet.org/pdelaubier?lang=fr;pz=pierre;nz=de+laubier;ocz=0;p=jean+baptiste;n=lepaute

  Fotos & documentos

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Ver árbol

     
André GROSSE PAUTE, Maître Taillandier 1691-1773   Elisabeth DOULET 1692-1741
| |



|
Jean Baptiste «Le Jeune» LEPAUTE, Horloger 1727-1802



  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content