Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Loi Informatique et Libertés respectée "moins de 100 ans" non visible


(Paul François Xavier FLATTERS)
Saint-Cyr (35e, entre 1851 et 1853(Promotion_De_l'Aigle)), Lieutenant Colonel de l'Infanterie (1879), Explorateur , Membre de l'Expédition Flatters (5 mars 1880), Fort Flatters

  • Né le 16 septembre 1832 (dimanche) - PARIS 75
  • Décédé le 16 février 1881 (mercredi) - BIR EL GAMARA (Algérie Française) , à l’âge de 48 ans
  • Incinéré en 1881
  • Dirigea une expédition à la recherche d'un tracé au Sahara pour le chemin de fer 1880
    la mission fut massacrée par les Touaregs

 Parents

 
  • Jean Jacques FLATTERS, Artiste Sculpteur 1786-1845
  • Élève de Houdon et du peintre David.
    Second pour le prix de Rome de sculpture (1813)
 

 Union(s) et enfant(s)

(pages liées)

 Notes

Notes individuelles

Le lieutenant-colonel d’Infanterie Paul, François, Xavier Flatters (1832-1881), officier de la Légion d’honneur, meurt pour la France au Sahara, tué par les Touaregs alors qu’il commandait une mission à la recherche d’un itinéraire pour le chemin de fer transsaharien.

A l’époque où le Sahara était encore français, Temassinine, où un poste militaire fut construit, reçut le nom de Fort-Flatters.


Se distingua en Italie, pris à Sedan 1870, servit en Algérie, lieutenant-colonel 1879,

dirigea une expédition à la recherche d'un tracé pour le chemin de fer 1880, alla d'Ouargla au lac Menkough, rebroussa chemin, repartit pour le Hoggar fin 1880, mais la mission fut massacrée par les Touaregs.

  • "Exploration du Sahara, les deux missions Flatters" en 1882 par le Général Victor-Bernard Derrécagaix (1833-1915)
  • "Les Deux Missions Flatters" par Brosselard 1889.

Paul Flatters, (né le 10 septembre 1832 à Laval, mort le 16 février 1881 à Bir el-Garama, dans le Sahara), militaire et explorateur.

Fils d'un sculpteur distingué, il est orphelin quand il est admis en 1845 au Lycée de Laval. Il y fait de brillantes études, y lia de durables amitiés, et plus tard épousa Mlle Legros, fille d'un de ses condisciples. Reçu 5e à Saint-Cyr en 1851, il en sortit au même rang.

 Le massacre de la mission Flatters

Avec 39 personnes, il part de Ouargla, le 5 mars 1880. Il descend alors vers le Sud, mais un manque de vivres et les menaces des populations le contraignent à rebrousser chemin. Il rentre à Ouargla le 17 mai sans avoir totalement rempli sa mission, mais rapportant des informations précieuses. Malgré les menaces proférées par l'amenokal touareg Ahitarel ag Mohamed Biska qui refuse catégoriquement le passage d'une troupe armée sur son domaine, Flatters décide de repartir.

Le 4 décembre, il reprend la route du Sahara pour une seconde expédition de 93 hommes dont sept membres scientifiques et militaires: MM.

  • Béringer,
  • Roche,
  • Santin,
  • le médecin aide-major Guiard,
  • le capitaine Masson,
  • le lieutenant Henri-Joseph-Gabriel de Dianous de la Perrotine,
  • deux sous-officiers MM.
    • Dennery
    • et Pobéguin,
  • deux ordonnances
    • Brame
    • et Marjolet,
  • quarante sept tirailleurs indigènes
  • et trente et un arabes des tribus,
  • sept guides Chaamba et Iforas,
  • le mokadem de l'ordre des Tidjani.

Ils partent avec près de 280 animaux (chameaux, chevaux, ânes) et une importante somme d'or. Pendant deux mois, la colonne progresse sans difficulté majeure. Leur chemin s'arrête à Bir el-Garama. Il sera tué par les Touaregs.

Un monument rappelant cet événement a été érigé dans le parc Montsouris à Paris où en 1884 fut dénommée la rue Flatters dans le 5e arrondissement. Le conseil municipal de Laval a donné également le nom de Flatters à l'une des rues de sa ville. Une inscription sur marbre dans la salle des fêtes du Lycée rappelle sa mort glorieuse.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Flatters


Le 4 décembre 1880, il repart de Ouargla avec une troupe plus nombreuse, formée de 90 hommes montés sur des méhara. Il emporte des vivres pour 4 mois et des munitions, que portent 149 chameaux.

Le 16 février 1881, la colonne, qui n'a pas rencontré de point d'Eau depuis plusieurs Jours, arrive près du Hoggar, au puits Birel-Garama. Sous les ordres de Flatters, un premier groupe s'approche du puits. Des Touareg, surgis de la Montagne, l'attaque.

Flatters est tué, avec presque tous ses hommes. Il est décapité et son corps brûlé. Le reste de la colonne reflue vers le nord. Il n'y aura que 12 survivants.


illustration : http://imagivore.fr/m59.html

un récit de son voyage par le Général Victor-Bernard Derrécagaix (1833-1915)

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

     
Jean Jacques FLATTERS, Artiste Sculpteur 1786-1845   Emilie Dircé LEBON ca 1805-ca 1845
| |



|
Paul FLATTERS, Explorateur 1832-1881



  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content