Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Loi Informatique etLibertés respectée "moins de 100 ans" non visible


H Benoît LEBORGNE DE BOIGNE Le Général

(BenoîtLEBORGNE DE BOIGNE)
Comte DE BOIGNE (1er, 7 juin 1816), Général de l'Hindoustan

  • Né le 8 mars 1751 (lundi) - CHAMBÉRY 73
  • Décédé le 21 juin 1830 (lundi) - CHAMBÉRY 73,à l'âge de 79 ans
  • En reconnaissance, la ville fit ériger la fontaine des quatre "sans cul" (humour savoyard)

 Parents

 

 Union(s) et enfant(s)

 Fratrie

 Relations

 Grands parents paternels, oncles et tantes

 Notes

Notes individuelles

Fils d'un marchand de pelleterie. Parti pour l'Irlande, il s'engagea dans un régiment de ce pays; il servit ensuite dans un corps grec; Il voyagea à Smyrne, en Egypte, puis dans les Indes, 1786. Le prince Mahratte Sindiah lui confia le commandement de ses troupes qu'il instruisit aux manoeuvres européennes. Victorieux dans plusieurs batailles, il agrandit les domaines du Rajah.
Au décès de ce prince, 1794, il revint à Chambéry, possesseur d'une fortune colossale. Il en fit un usage à donner en exemple : il fit construire de nouvelles rues, un théâtre, des hospices, un dépôt de mendicité et un collège.
La ville de Chambéry, en reconnaissance, lui a élévé une statue sur une de ses principales places."

(Source Emmanuel Arminjon : Dictionnaire Biographique et historique illustré Néauber & Cie, Editeurs)

"Né Leborgne, ce jeune soldat, enseigne dans un régiment irlandais de Louis XV, s'engagera au service de Catherine II de Russie avant d'être fait prisonnier à Constantinople par les Turcs.
Après trois années où l'on perd sa trace, entre Bagdad et Saint-Pétersbourg, il réapparaît aux Indes au service des Anglais. Enseigne de la Compagnie anglaise à Madras, il rencontrera, à Calcutta, Warren Hastings, le gouverneur général du Bengale.
En 1796, après la mort de Mahadji Scindia, Benoît de Boigne, malade, rentrera en Europe. Sollicité par Napoléon pour commander un corps expéditionnaire aux Indes, celui qui, le premier, se soucia de la conservation du Taj Mahal, préféra consacrer la fin de sa vie à des oeuvres de bienfaisance dans sa ville natale de Chambéry qui élèvera à sa mémoire la célèbre " Fontaine des Eléphants ".
A la recherche d'une route terrestre qui le conduirait en Russie, il est rançonné, chemin faisant, par les soldats du maharadjah qui fera sa fortune, Mahadji Scindia. Ce prince mahratte engagera en effet Benoît de Boigne dans son armée. A son service, ce dernier mènera une carrière militaire exemplaire.
Devenu général, entraînant et commandant une armée de près de cent mille hommes réorganisée sur le modèle européen, il ne sera jamais vaincu. Avec lui, la Confédération mahratte sera le dernier Etat autochtone de l'Hindoustan à résister aux Anglais".

(Source : Emmanuel Arminjon, Biographie trouvée sur le Site de la mairie de Chambery)

Image : La fontaine des éléphants, monument élevé à la mémoire du général de Boigne

Oeuvre du sculpteur Pierre Victor SAPPEY, édifiée en 1838
Les quatres éléphants, les armes, les trophées, le bas-relief côté boulevard de la colonne évoquent les exploits guerriers au service des Mahrattes, tandis que le bas-relief opposé rappelle sa générosité envers sa ville natale
Le monument est surmonté par une colonne, symbolisant un tronc de palmier, et par la statue du Général regardant la rue qu'il fit percer.

Après avoir fait ses armes d'aventurier et de soldat en Flandre, à la Réunion, en Russie et en Turquie, il se rend à Madras en 1784 pour entrer au service du maharadjah Madhava Râo Sindhia, le chef de l'Empire marathe, dont il organise l'armée sur le modèle européen. Il remporte plusieurs batailles comme celle d'Âgrâ en 1788 qui ramène les marathes sur le devant de la scène et fait de Madhava Râo le maître de l'Hindoustan, celles de Patan et de Merta contre les moghols en 1790, à la suite desquelles il est fait commandant-en-chef des armées marathes et celle de Lakhairi en 1793 où il défait les Holkars. Il amasse une immense fortune durant son séjour en Inde et devient l'ami de Claude Martin, son compatriote au service des Anglais.

En 1790, il résume bien la politique indienne de l'époque en affirmant : « Le respect envers la maison de Timour (la dynastie moghole) régnait à tel point que, quoique toute la péninsule se fut successivement soustraite à son autorité, aucun prince de l'Inde ne s'était arrogé le titre de souverain. Sindhia partageait le respect, et Shah Alam (Shâh Âlam II) était toujours assis sur le Trône Mogol, et tout se faisait en son nom. »

Il fit restaurer le Taj Mahal. À la mort de Mahâdâjî Sindhia en 1794, de Boigne aurait pu s'emparer du pouvoir et devenir le maître de l'Hindoustan s'il l'avait voulu, mais il reste loyal à Daulat Râo Sindhia, le successeur légitime. En 1795, sa santé se dégrade, il abandonne son commandement, installe à sa place son homme de confiance Perron et rentre en Europe l'année suivante. Après un séjour en Angleterre, il rentra en Savoie en 1800 sous le nom de général de Boigne. Il fut nommé par Napoléon Ier président du Conseil général du département du Mont-Blanc et comte par le roi de Sardaigne. Il consacra la fin de sa vie à des uvres de bienfaisance au profit de sa ville natale.

À sa mort, la ville, reconnaissante, lui éleva un monument, une fontaine en forme de tronc de palmier entourée par quatre éléphants indiens représentés de face, dite « fontaine des quatre sans cul ». La fortune qu'il laisse à son décès est évaluée à 20 millions de francs de l'époque.

Wikipedia

Notes concernant l'union

Union avec Helen BENNETT:
Deux Enfants

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Antoine LE BORGNE, Négociant ca 1675-1736 Claudine LATOUD ca 1682-  
||



|
Jean Baptiste LEBORGNE 1718-1765 Hélène GABET ca 1725-
||



|
Benoît Le Général LEBORGNE DE BOIGNE, Comte DE BOIGNE 1751-1830