Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Loi Informatique et Libertés respectée "moins de 100 ans" non visible


(Pierre Ambroise Gabriel DE LA FOREST D'ARMAILLÉ)
Marquis D'ARMAILLÉ (1746), Craon (1779 - en_1790_regagne_Paris)

  • Né en 1734
  • Décédé en 1805 , à l’âge de 71 ans

 Parents

 
 

 Union(s) et enfant(s)

 Frères et sœurs

 Relations

  • Père nourricier : H Y PETITOT, Sénéchal ca 1690-

 Notes

Notes individuelles

En 1746, Pierre-Ambroise de la Forest d’Armaillé (1734-1806), orphelin de père et de mère, hérite du château médiéval et de la terre de Craon.

Il est élevé par le sénéchal du domaine, un certain Petitot connu des tribunaux pour avoir injurié les religieux en public et usurpé un temps la fonction de maire de Craon.

La mauvaise conduite de son tuteur a-t-elle exercé une influence sur le comportement du jeune marquis d’Armaillé ? Plusieurs historiens inclinent à le penser .

Toujours est-il que Pierre- Ambroise de La Forest d’Armaillé prend possession de son héritage à l’âge de 19 ans, en 1753, année de son mariage avec Marie-Gabrielle de Mornay-Monchevreul qui consacre l’alliance de la famille d’Armaillé, noblesse de robe angevine, avec la vieille noblesse d’épée du royaume

Dix ans plus tard, le marquis recueille la riche succession d’un cousin. Pierre-Ambroise de la Forest marquis d’Armaillé, baron de Craon, de Gohort, du Puy-du-Fou et autres lieux devient dès lors l’un des plus importants propriétaires fonciers de l’Anjou. Il partage sa vie entre la chasse à Craon et les fêtes à Paris, « dépensant à la cour les revenus de ses possessions provinciales ». Le marquis d’Armaillé fréquente le salon de la duchesse du Barry et les lieux à la mode comme la Comédie-Française aux Tuileries où il possède une loge. À l’instar de son sénéchal, le marquis n’est guère apprécié des habitants de Craon. À la veille de la Révolution, un pamphlet circule à Craon, brossant le portrait d’un « méchant homme [...] Odieux assemblage de luxure et de rapacité ».

En 1773, en mal avec les habitants de Craon, le marquis d’Armaillé entreprend de quitter son vieux logis féodal et de s’éloigner de la ville pour construire un château moderne sur la colline de Guinefol. Cette terre, alors propriété du collège de Craon, est échangée contre le clos de la Suhardière en la paroisse Saint-Clément, lequel porte le nom du premier seigneur de Craon au Xè siècle. Cet échange de terres marque une rupture symbolique entre le seigneur et ses vassaux. La situation géographique du nouveau château illustre en effet les ambitions du marquis d’Armaillé : il domine la ville et en est séparé par un vaste parc à la française. « Il est impossible d’ignorer ce château construit pour être vu de loin et ne pouvant être approché » écrit fort à propos Arnaud Bureau dans une thèse d’histoire de l’art soutenue à Rennes en 2004.

incarcéré à Paris en vertu de la loi des suspects du 17 septembre 1793. La chute de Robespierre lui permet d’échapper à la guillotine. Il est libéré le 12 octobre 1794.

http://www.chateaudecraon.com/le-chateau/histoire/

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

François DE LA FOREST D'ARMAILLÉ, Baron DE CRAON 1647-1731   Marie JOUBERT DE BRIOLET ca 1655-    
| |



|
François Pierre DE LA FOREST D'ARMAILLÉ, Baron D'ARMAILLÉ 1676-1743   Françoise GAUBERT 1699-1746
| |



|
Pierre Ambroise DE LA FOREST D'ARMAILLÉ, Marquis D'ARMAILLÉ 1734-1805



  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content