Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Loi Informatique et Libertés respectée "moins de 100 ans" non visible


H  Pierre Auguste RENOIR le Peintre

(Pierre Auguste RENOIR)
 Auguste Renoir
Artiste Peintre

  • Né le 25 février 1841 (jeudi) - LIMOGES 87
  • Décédé le 3 décembre 1919 (mercredi) - CAGNES SUR MER 06 , à l’âge de 78 ans

 Parents

 
 

 Union(s) et enfant(s)

 Frères et sœurs

 Relations

(pages liées)

 Notes

Notes individuelles

Pierre-Auguste Renoir naît le 25 février 1841 à Limoges dans une famille de petits artisans, son père est tailleur de pierres et sa mère couturière. De modestes conditions, le couple Renoir s’installe à Paris en 1845, dans l’espoir, vite déçu, d’améliorer son lot quotidien. En 1848, l’enfant est admis chez les Frères des Écoles chrétiennes qu’il fréquentera jusqu’en 1854. Il fait également partie des chœurs de l’église Saint-Roch, dirigé par Charles Gounod .

Renoir montre très tôt un goût prononcé pour la peinture. Dès l’âge de treize ans, il entre en apprentissage chez les Frères Lévy qui possèdent un atelier de peinture sur porcelaine. L’adolescent réalise alors des fleurs et des portraits sur des assiettes et des vases. Dès cette époque, il suit les cours du soir d’une école de dessin. En 1858 cependant, la découverte d’un procédé de décor par impression mécanique qui remplace le travail du peintre le contraint à quitter ses employeurs pour entrer au service d’un autre artisan et enfin à travailler pour son frère Henri qui est graveur.

En 1860, Renoir est accepté comme copiste au Louvre. Ceci lui permet de s’initier à la peinture de Rubens, de Fragonard ou de Boucher. De 1862 à 1865, le jeune artiste étudie à l’École des Beaux-Arts en compagnie de Monet, d’Alfred Sisley et de Frédéric Bazille (1841-1870). Il s’inscrit alors dans l’atelier de Marc Charles Gleyre.

Ce n’est qu’à partir de 1864, au moment où son maître prend sa retraite, que Renoir décide de vivre de sa production de peintre. Il présente au Salon une toile, Esméralda dansant avec sa chèvre, que lui inspire un personnage de roman de Victor Hugo laquelle est acceptée. L’année suivante, l’artiste quitte son atelier pour s’installer dans celui de Sisley. Ses autres toiles sont refusées au Salon de 1866 et de 1867 aussi décide-t-il de fonder, avec Camille Pissarro, Sisley et Bazille, le salon des Refusés.

En 1868, Renoir se lie à Édouard Manet et Edgar Degas (1834-1917) au Café Guerbois qu’il fréquente. L’année suivante, il peint son premier paysage impressionniste : La Grenouillère. Cette guinguette située entre Bougival et Chatou est devenue un lieu à la mode où l’on se retrouve pour danser, discuter et boire, faire du canotage. Le travail en plein air fait d’ailleurs découvrir à Renoir la richesse des tons apportés par l’ombre ou la lumière, l’influence des vibrations de l’air qui rend flous les contours des objets. Cependant, la guerre de 1870 interrompt le travail de l’artiste. Il est appelé sous les drapeaux, dans le corps des cuirassiers, au mois de juillet 1870 et le reste jusqu’en mars 1871. De retour à Paris durant la Commune, le peintre reprend son activité. Mais le succès le fuit toujours et l’année suivante, sa toile intitulée Parisiennes habillées en Algériennes est refusée au Salon.

En 1873, il fonde un groupe d’artistes indépendants dont font partie Paul Cézanne, Degas, Manet, Pissarro et Sisley. Ces peintres impressionnistes organisent une exposition parallèle au Salon officiel qui ouvre le 15 avril 1874, Boulevard des Capucines à Paris. Celle-ci attire 3 500 visiteurs qui peuvent alors apercevoir six toiles de Renoir, dont La Loge. Au deuxième salon impressionniste, le peintre présente quinze de ses tableaux, dont La Balançoire et Le Bal du Moulin de la Galette, un de ses chefs d’œuvre. Au troisième salon de 1877, Renoir expose encore vingt-deux tableaux, mais délaisse bientôt celui de 1879, année où il présente sa première exposition particulière dans les locaux du journal La Vie Moderne. Parmi ses premiers admirateurs : Théodore Duret, critique d'art, le père Martin, marchand d'art, x x, le peintre Caillebotte.

A partir de 1880, Renoir commence à douter de sa peinture. Celle-ci est néanmoins appréciée de quelques mécènes comme Victor Chocquet, un fonctionnaire des Douanes, ou comme l’éditeur Georges Charpentier. Dans les années qui suivent, la vente de quelques-unes de ses toiles lui permet d’entreprendre des voyages à l’étranger, en Italie et en Algérie. Marqué par ce qu’il a découvert, le peintre décide de changer de registre de représentation. Il cherche à présent à montrer davantage les sentiments des personnes plutôt que leurs attitudes. Il représente de moins en moins de scènes parisiennes et davantage de nus, comme les Grandes Baigneuses (1887), ou La Baigneuse assise (1892).

Sa santé commence à se détériorer à cette époque. En 1888, Renoir subit des crises de rhumatisme et, au mois de décembre, il est victime d’une paralysie faciale. L’année suivante, le peintre refuse de participer à l’Exposition universelle organisée à Paris. Il se marie en 1890 à Aline Charigot, une jeune modiste, mais sombre bientôt dans la dépression. Le froid parisien ne lui convient plus guère ; aussi il se rend de plus en plus fréquemment en Provence pour bénéficier de la douceur du climat. Il continue cependant de peindre et en 1892 Paul Durand-Ruel organise dans sa galerie parisienne une exposition de 110 de ses toiles. C’est un triomphe. En 1900, le peintre présente onze de ses tableaux à l’Exposition Universelle de Paris. Signe que son œuvre est à présent reconnue par la critique et appréciée du public, ses tableaux font le tour de l’Europe. Accédant maintenant aux honneurs officiels, Renoir est fait chevalier de la Légion d’Honneur.

Sa santé continue de se détériorer. En 1902, son œil gauche s’affaiblit et il souffre de bronchite. L’artiste continue toujours de peindre. Au Salon d’automne 1904, une salle entière est consacrée à la présentation de trente cinq de ses toiles. Ceci lui vaut un triomphe. L’année suivante, Renoir est nommé président d’honneur de la manifestation. Il expose cinquante-neuf tableaux à Londres quelques temps plus tard. En 1907, le peintre fait l’acquisition du Domaine des Collettes à Cagnes où il s’installe définitivement, passant l’été à Essoyes.

Renoir ne pèse plus que quarante-huit kilos et la paralysie continue de le gagner. En 1910, il est contraint de se faire confectionner un chevalet spécial destiné à lui faciliter le travail. Le peintre se retrouve en fauteuil roulant, paralysé des deux jambes, l’année suivante. Alors que ses deux mains s’engourdissent, pour continuer à peindre, il se fait attacher les pinceaux par des bandes. En 1911, il est reçu officier de la Légion d’Honneur, il sera nommé commandeur au mois de février 1919. A partir de l’année suivante, l’artiste travaille à la sculpture avec un aide, Richard Guino. Leur collaboration dure jusqu’en 1917.

Après la mort de sa femme, le 27 juin 1915, Renoir se remet à peindre et parvient à terminer ses Baigneuses. Pendant l’été 1919, il se rend à Paris où est exposée au musée du Louvre sa toile Madame Charpentier et ses enfants. Au mois de novembre suivant, il est atteint d’une pneumonie puis d’une pleurésie. Pierre-Auguste Renoir décède le 3 décembre au petit matin, à Cagnes.
(Jean-Marc Goglin)

Commandeur de la Légion d'honneur.

Sources:
- personne: BdeRauglaudre, The Renoir Foundation for the Arts

http://geneweb.inria.fr/roglo?lang=fr;i=1434200

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

     
Léonard RENOIR 1799-1874   Marguerite MERLET 1807-1896
| |



|
Pierre Auguste le Peintre RENOIR, Artiste Peintre 1841-1919



  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content