Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

La lignée des Fils de l’Ours,c’est-à-dire la lignée de Bouillanne(Bulianicus, Bollanicis), descend du Prince Ursus, lui-même undescendant du roi mérovingien Dagobert II, de la princessewisigoth Gisèle de Rhedae et de Theodoric IV de Narbonne.Visitez : www.guyboulianne.com.


Geneviève Boyer de Bouillane
Geneviève Boyer de Bouillane
  • Née le 31 juillet 1897
  • Décédée le 5 février 1997,à l'âge de 99 ans
6 médias disponibles 6 médias disponibles

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Fratrie

(afficher)

 Événements


 Notes

Notes individuelles

La fille du magistrat, Geneviève Boyer de Bouillane, devint la vicomtesse de Courville en épousant Guy MarieAlfred Ignace Henri Bernard de Courville.


« ÉCHOS - On annonce les fiançailles de Mlle Geneviève Boyer de Bouillane, fille de M. Boyer de Bouillane décédé, et de Mme Boyer de Bouillane, née Nicolet, avec le vicomte Guy de Courville, décoré de la croix de guerre, fils du comte de Courville, officier de la Légion d'honneur, et de la comtesse, née Rondel. » / SOURCE : Le Petit journal, édition de Paris. No. 20.767, Mercredi 5 novembre1919, p. 2 : http://bit.ly/2Z9iUbd, Le Petit Parisien. Edition de Paris. No. 15611, 5 novembre 1919, page 2 : http://bit.ly/2GsZmad et Le Journal (N9901). Paris, novembre 1919, page 2 : http://bit.ly/2GtpQZl.


« Nous avons annoncé la mort du vicomte Guy de Courville, lieutenant d'artillerie de réserve, décoré de la croix de guerre, survenue hier matin, après une longue et cruelle maladie, dans sa trente et unième année. Deson mariage avec Mlle Boyer de Bouillane, fille du défenseur du comte de Lur-Saluces à la Haute-Cour, il laisse deux petits enfants. Fils aîné du comte et de la comtesse de Courville, frère du vicomte Xavier de Courville, beau-frère de l'héroïquePierre Gilbert, que pleurent les Lettres françaises, et de M. Jean Rivain, directeur de la Revue critiques des Idées et des Livres, le vicomte Guy de Courville ne comptait que des amis. Ses obsèques auront lieu demain jeudi 8 novembre, à dix heures,en l'église Saint-Sulpive, où l'on se réunira. » / SOURCE : Le Gaulois: « Les Mondanités ». Numéro 16834. Mercredi 7 novembre 1923, page 2 :http://bit.ly/2GoTcrR.

 Sources

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}