Chronique familiale



 Lungern et Obsee


armes_de_Lungern_2.jpgAu fin fond de la plus haute vallée de l’Obwalden juste avant le col du Brünig, un petit village niché au bout du lac de Lungern_Obsee c’est ici qu’est né vers 1540 notre plus ancien ancêtre de la ligné des Halter connu à ce jour.

Webcam Lungern-Obsee

Lungern_Obsee vue du nord est, de Kaysersthul vers Obsee, de Bruglen à l'extrémité nord du lac vers la chaine des alpes Bernoise ,avec l'Eiger, le Munsch et la Jungfrau


Sommaire

 1 - La Chapelle Saint-Beat à Obsee

Suite à l’introduction de la Réforme à Berne au milieu du XVI ème siècle, le site de la grotte de saint Béat sur les bords du lac de Thoune ne présentait plus les conditions de sécurité suffisante pour les pèlerins catholiques de Unterwalden. Il a été décidé de construire dans la plus haute commune de l’Obwalden à Obsee en 1567 une chapelle en l’honneur de Saint Béat pour permettre aux fidèles de vénérer leur saint en toute sérénité.

Suite à des fouilles archéologiques nous savons aujourd’hui , que la construction primitive avait la forme approximative d’un carré de dimensions intérieures de 4,5 x 4,25 mètres à l’emplacement du choeur actuel La première grande transformation de la chapelle date de 1599 par l’adjonction d’une nef au bâtiment existant. Après l'incendie de 1708 un étage à été construit sur l’ancienne nef et choeur.

L'intérieur de la chapelle de style baroque date du début du XVIII ème siècle.

Heinrich HALTER ( sosa : 4096 ) né vers 1580 à Lungern était l’intendant de cette chapelle comme le témoigne l'épigraphe scellée à l’entrée.


1.1 - Les grottes de Saint-Beat

Beatenbergarms.png

Sur la rive droite du lac de Thoune, dans l’Oberland bernois en Suisse, se trouve une grotte connu depuis la nuit des temps, il y a plusieurs millénaires elle servait déjà d'abri pour les populations du néolithique. Elle est au cœur d’une légende qui a fortement influencée les croyances des populations locales durant des siècles, c’est la grotte de Saint-Béat.Depuis ce temps , les grottes de Saint-Béat ont été explorées, et les visiteurs peuvent circuler sans danger dans cet univers magique.







1.2 - Légende des grottes de Saint-Beat

Sage.jpg

A une époque reculée un redoutable dragon semait la terreur aux abords du lac deThouneSon antre était un vaste réseau de grottes, dont mêmes les hommes du néolithique qui vivaient autrefois dans les parages n’arrivaient pas à le déloger.Deux voyageurs étrangers traversaient les montagnes quand ils atteignirent le pays d'entre les lacs (Interlaken). Accompagné de son disciple Justus, Beatus l'Irlandais, après s'être fait baptisé par St-Pierre en personne, était envoyé au delà des Alpes pour prêcher la bonne parole et convertir les Helvètes. Lorsqu'ils arrivèrent dans la région de Sundlauenen, ils apprirent l'existence d'un terrible dragon qui terrorisait la population. Armé de sa foi, Beatus se fit conduire en barque sur les lieux et gravit seul la montagne. Une fois en face du dragon menaçant il éleva la croix du Christ et le monstre, hystérique, se jeta du haut desrochersdans le lac dont les eaux se mirent à bouillonner.Beatus et son compagnon s'installèrent dans la grotte et y servirent nuit et jour le Seigneur Dieu, jusqu'à ce qu'il le rejoignît au ciel, à l'âge de 90 ans. Sa tombe fut creusée dans le rocher, devant la grotte, où elle accueillit sa dépouille. Justus perpétua sa mission jusqu'à ce qu'il trépassa. Il fut enterré aux côtés de son maître.





1.3 - Historique

Au XIVe siècle, le puissant monastère des Augustins d'Interlaken, dont l'influence s'étend bien au-delà des montagnes, profite de la légende de Saint Béat pour faire de "Sant Batten" un lieu de pèlerinage. Une petite église est construite, ainsi qu'un cimetière ; pour rendre le site accessible on aménage le "chemin des pèlerins" qui restera jusqu'à la fin du XIXe siècle la seule voie de communication entre Interlaken et les localités de la rive droite du lac de Thoune. Saint Béat devient le saint le plus fameux du canton et les épidémies (ainsi que les catastrophes naturelles comme les inondations) qui sévissent alors donnent lieu à des pèlerinages fréquents et regroupant parfois des centaines de fidèles.

Suite à l'introduction de la Réforme à Berne au milieu du XVIe siècle, le lieu de pèlerinage du Balmholz est supprimé. Les religieux d'Interlaken appellent les cantons primitifs à l'aide, mais la rébellion est matée, l'église détruite. On la reconstruit en bois, sur le Beatenberg. Un mur est érigé devant l'entrée des grottes.

Photos du site actuel du Beatenberget sesgrottes, les cascades, le chemin d’accès, l'entrée du site,avec vue sur lelacde Thoune.


1.4 - Nos liens avec ces faits

Chapelle.jpg

Il est fort probable que nos ascendants Johann Halter né vers 1540 (Sosa : 16 384) et son épouse Véréna Sigrist, leur fils Rudolp (1560) et petit-fils Heinrich HALTER (1580) aient effectué aux cours de leurs vies un ou plusieurs pèlerinages dans la grotte de Saint-Béat.Cette affirmation est basée par la proximité de leurs domiciles à Lungern-Obsee situé à une trentaine de kilomètres des grottes, et surtout par le petit fils Heinrich intendant de la chapelle Saint-Béat, ou une épigraphe portant son nom est scellée à l’entrée de cette chapelle (H.Halter 1600).





La
chapelle Saint-Beat à Obsee sur les bords du lac de Lungern.




Retour_au_sommaire.gif


Index des pages
  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content