Message to visitors

close

http://gw.geneanet.org/genealogies


F Soeur Victor-Joseph PONS

(Marie JoséphinePONS)


  • Born 5 August 1877 - Saint-Martin-de-Queyrières;05151;Sud;Fra
  • Deceased 11 June 1956 - Oran;3101;Algérie,aged 78 years old
  • Religieuse

 Parents

 Siblings

 Notes

Individual Note

 Demandez à soeur Victor-Joseph de le faire et vous verrez que ça ira...

Cette soeur trinitaire s'est dévouée pendant 54 ans aux malades des yeux de l'hôpital d'Oran
Soeur Victor-Joseph s'est endormie dans le Seigneur à l'hôpital civil, à l'âge de 79 ans, pieusement, discrètement, à l'image de toute sa vie.

La Mère Supérieure qui dirige la communauté des Religieuses Trinitaires de Valence de l'hôpital civil, le docteur Benzekri, chargé du pavillon 16 (ophtalmologie), Mlle Evesque, apparentée et amie de la défunte, tous ceux qui l'ont connue sont unanimes à déclarer :
"Il n'y a pas grand chose à dire sur soeur Victor-Joseph. En 54 ans de dévouement absolu aux malades des yeux, ce qui frappe le plus c'est sa douceur extraordinaire. Pas une seule minute elle ne s'est départie de son humeur égale, de son calme, de son sourire."
"Elle n'a vécu que pour les autres, devant lesquels elle a effacé constamment sa personnalité. Sa foi et son emploi lui suffisaient. Elle s'y est appliquée minutieusement, sans la moindre défaillance, avec toute la perfection possible à un être humain."
N'est-ce pas une sorte de miracle ?

Née le 5 août 1877, d'une grande et belle famille de Villard-Meyer, commune de Saint-Martin-de-Queyrières, dans les Hautes-Alpes, Mlle Pons entra au couvent à l'âge de 18 ans, à la mort de son père. Mais son frère aîné vint la chercher : "Tu as vraisemblablement la vocation, mais je te demande d'atteindre ta majorité pour prendre une décision. N'est-ce pas plus raisonnable ?"
Ce contre-temps n'altéra en rien l'humeur et la vocation de la jeune fille. Docilement, elle rejoint la maison familiale et, le moment venu, elle reprit tout aussi paisiblement le chemin du couvent.
La solidité de sa vocation ne faisait déjà aucun doute. Fervente, modeste, douce, aimant les autres plus qu'elle-même, Mlle Pons possédait tout naturellement les vertus théologales requises. Sa vie entière, parfaitement rectiligne, allait le confirmer.

Le 10 septembre 1901, date de sa profession, Mlle Pons devient Soeur Victor-Joseph devant Dieu et devant les hommes pour l'éternité.
A l'issue d'un stage d'une année à Lausanne, auprès d'un professeur réputé, soeur Victor-Joseph prend son service à l'hôpital civil d'Oran le 19 juin 1902. Désignée au pavillon de l'ophtalmologie, dès sa fondation, elle allait se consacrer aux malades des yeux pendant 54 ans, à quelques jours près, puisqu'elle est décédée le 11 juin 1956.
Le docteur Benzekri, très affecté par ce "départ", prévu certes mais toujours si douloureux, ne tarit pas d'éloges : "Soeur Victor-Joseph a travaillé avec moi pendant 30 ans. Elle était d'un dévouement sans limite et connaissait son métier d'une façon parfaite. Avec elle il n'y avait jamais d'urgences. Jamais elle ne m'a dérangé en dehors des heures de consultation. Elle pouvait tout faire. Pour moi c'est une lourde perte. J'avais toujours confiance en soeur Victor-Joseph. Elle avait acquis un doigté unique dans les soins aux malades. Quand une jeune religieuse me disait : 'Je fais ce que vous m'avez dit de faire et ça ne va pas', je lui répondais : 'Dites à soeur Victor-Joseph de le faire et vous verrez que ça ira'." Bien qu'ayant atteint l'âge de la retraite en 1953, soeur Victor-Joseph n'avait pas voulu désarmer. Ses supérieures qui l'avaient compris lui permettaient de poursuivre son apostolat. Aussi, à sa grande joie, soeur Victor-Joseph continuait-elle à trottiner jusqu'au pavillon 16 où elle s'occupait des opérés graves.

Et puis ces jours-ci, à l'âge de 79 ans, sans être diminuée en aucune façon, soeur Victor-Joseph, après une brève semaine de... "fatigue", a rendu son âme à Dieu.
Il peut la combler car elle Lui a offert une vie exemplaire. Des centaines et des centaines de milliers de malades des yeux, en grande majorité musulmans, peuvent en témoigner.

(transcription d'un article de Presse publié en 1956)

 Sources

  Photos and archival records

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Family Tree Preview

Jean Laurent PONS 1798-1868 Marie Madeleine COURCIER 1808-1847 Abraham ALBRAND 1802-1866 Anne MELQUIOND 1812-1850
||||






||
Jean Joseph PONS 1838-1891 Victoire ALBRAND 1846-1925
||



|
Soeur Victor-Joseph PONS 1877-1956